• Josephine Müller, Oberhaupt der Johannischen Kirche, am 30. Dezember 2019 verstorbenJosephine Müller, Oberhaupt der Johannischen Kirche, am 30. Dezember 2019 verstorben


    Friedensstadt steht als lebenswerter Ort wieder allen Menschen offen
    Trebbin/Berlin. Am Montag, dem 30. Dezember 2019, starb im Alter von 70 Jahren, Josephine Müller, Oberhaupt der Johannischen Kirche, in Berlin. Die am 15. Juli 1949 dort geborene engagierte Christin hatte ihr Amt seit 2001 inne. Damit war sie eine der wenigen Frauen in Deutschland und weltweit, die an der Spitze einer Kirche stehen. Die Beisetzung, zu der zahlreiche Gäste aus dem In‐ und Ausland erwartet werden, wird am Samstag, dem 11. Januar 2020, in der Waldfriedenkirche in Trebbin, Ortsteil Blankensee stattfinden. Seelsorge und praktischer Dienst am Nächsten standen für Josephine Müller im Zentrum ihres Wirkens. Als Kirchenoberhaupt verfolgte sie darüber hinaus intensiv den Gedanken der Überbrückung der Religionen und Konfessionen, die sie alle gleichberechtigte Wege zu Gott ansah.

    Als Vorstandsvorsitzende des Johannischen Sozialwerks e.V. gab sie maßgebliche Impulse für dessen bundesweite karikative Arbeit. Ihr Leitspruch war: „Möchte das einfache, unkomplizierte, liebevolle Handeln unsere treibende Kraft sein.“ In ihrem Einsatz für gelebte Nächstenliebe bleibt eine Ära besonders im öffentlichen Gedächtnis: der bisher 25‐jährige Wiederaufbau der „Friedensstadt“ in den Jahren 1994 bis 2019. Diese Siedlung in der Nähe von Trebbin wurde von Josephine Müllers Großvater, dem Religions‐ und Sozialreformer Joseph Weißenberg (1855‐1941), in den Jahren 1920 bis 1935 errichtet. Enteignung durch die Nationalsozialisten und Besetzung durch die Rote Armee machten für 59 Jahre eine Weiterführung dieses Gemeinschaftswerk ein Ende, bis die Johannische Kirche 1994 ihre Liegenschaften zurückerhielt. Es ist Josephine Müller zu verdanken, dass wieder ein blühendes Gemeinwesen entstehen konnte, wo in den 1920er Jahren Deutschlands größte Privatsiedlung befand und nach 1994 nur noch russische Militärruinen standen.

    Heute steht die Friedensstadt als lebenswerter Ort wieder allen Menschen offen, die sich im Sinne jenes von Josephine Müllers vorgelebten „einfachen, unkomplizierten, liebevollen Handelns“ dem Mitmenschen sowie der Schöpfung zuwenden möchten. Im November 2019 berief Josephine Müller als neue Leitung der Johannischen Kirche die Mitglieder des Kirchenvorstandes Stefan Tzschentke (46) und Daniel Stolpe (30).

    BlickPunkt, Ihr Online-Portal für das Land Brandenburg
    source : https://www.blickpunkt-brandenburg.de/nachrichten/archiv/artikel/72049/


    Traduction :
    Josephine Müller, présidente de la Johannische Kirche, est décédée le 30 décembre 2019

    Friedensstadt (Ville de la Paix) est à nouveau ouverte à tous comme lieu remarquable
    La ville de la paix est à nouveau ouverte à tous, comme un lieu où il fait bon vivre
    Trebbin/Berlin. Le lundi 30 décembre 2019, Josephine Müller, présidente de la Johannische Kirche, est décédée à Berlin à l'âge de 70 ans. Née là le 15 juillet 1949, cette chrétienne engagée occupait sa fonction depuis 2001. Elle était ainsi l'une des rares femmes en Allemagne et dans le monde à être à la tête d'une église. Les funérailles, pour lesquelles de nombreux invités allemands et étrangers sont attendus, auront lieu le samedi 11 janvier 2020 à la Waldfriedenkirche de Trebbin, dans le district de Blankensee. La mission de Joséphine Müller était axée sur la direction de conscience et le service pratique vers les autres. En tant que cheffe de l'église, elle a également poursuivi intensivement l'idée de jeter des ponts entre les religions et les confessions, qu'elle considérait comme des chemins égaux vers Dieu.

    En tant que présidente du conseil d'administration du Johannisches Sozialwerk e.V., elle a donné des impulsions décisives à son action caritative nationale. Sa devise était : "Que l'action simple, non compliquée et aimante soit notre force motrice". Dans son engagement pour une charité vécue, une période en particulier reste dans les mémoires : les 25 ans de reconstruction de Friedensstadt (la Ville de la Paix) dans les années 1994 à 2019. Cette cité près de Trebbin a été construite par le grand-père de Josephine Müller, le réformateur religieux et social Joseph Weißenberg (1855-1941), dans les années 1920 à 1935. L'expropriation par les nationaux-socialistes et l'occupation par l'Armée rouge ont mis fin à ce projet commun pendant 59 ans, jusqu'à ce que la Johannische Kirche en recouvre la propriété en 1994. C'est grâce à Josephine Müller qu'une communauté florissante a pu à nouveau se développer, là où se trouvait le plus grand établissement privé d'Allemagne dans les années 1920 et où il ne restait plus que des ruines militaires russes après 1994.

    Aujourd'hui, Friedensstadt est à nouveau ouverte à tous ceux qui souhaitent se tourner vers leurs semblables et vers la création dans l'esprit de l'action "simple, sans complication, aimante" de Josephine Müller. En novembre 2019, Joséphine Müller avait nommé comme nouveaux dirigeants de la Johannische Kirche les membres du Conseil de l'Église Stefan Tzschentke (46 ans) et Daniel Stolpe (30 ans).

        Sur le site de l'église on lit que la Présidente Soeur Josephine marque une étape importante par "le réaménagement le 6 mars 2002 de l'autel de l'église mère Waldfrieden où sont écrits les mots de la Bible "Dieu est amour" (Gott ist Liebe). Ils proviennent de la Première épître de Jean, chapitre 4,16 : "Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui"." (Gott ist Liebe; und wer in der Liebe bleibt, der bleibt in Gott und Gott in ihm).
    source : https://www.johannische-kirche.org/wir-ueber-uns/kirchengeschichte.html


    votre commentaire
  • Johannische Kirche - Kaulsdorf (Berlin)

        Dans les églises du mouvement de la Johannische Kirche, il n'est pas rare de voir un buste du fondateur, Joseph Weißenberg, comme ici à Kaulsdorf (Berlin), ou encore à Hamm (Dortmund), Kaarst-Holzbüttgen (Düsserldorf). La bible est sur l'autel, mais l'église connaît un 3e Testament, son titre est "Die Glaubensgrundlagen der Johannischen Kirche" (Les Fondements de la foi de la Johannische Kirche), corrigé et complété encore par Josephine Müller et d'autres.

        L'église de Hamm (près de Dortmund) était à l'origine le lieu de culte de la Neuapostolische Kirche (Église néo-apostolique) qui a dû également vendre d'autres bâtiment (celle de Witten-Stockum est devenue un magasin de fleurs).


    votre commentaire
  • Joseph Weißenberg (Excelsior, 8 juillet 1932)Joseph Weißenberg (Excelsior, 8 juillet 1932)


    votre commentaire
  • Joseph Weißenberg (Le Grand écho du Nord de la France, 6 février 1934)Joseph Weißenberg (Le Grand écho du Nord de la France, 6 février 1934)


    votre commentaire