• L.A. : Guérisseur (1900-1906)

    après le procès de 1907, d'où le Père ressort sans condamnation

        Après avoir abandonné les expériences spirites, le Père continue de soigner, d'abord avec des médicaments, des conseils et de l'eau magnétisée, jusqu'à son procès en 1901 qui lui fait comprendre que la Foi suffit pour guérir. En 1907, un autre procès sera intenté contre lui, mais il ressort sans condamnation car il ne prescrit rien, il n'impose rien, il guérit.

  • Les guérisseurs (La Métropole, 12 août 1905)(Belgicapress)Choses et autres

                                                          Guérisseurs

        Il vient de mourir à Lyon un personnage qui était célèbre dans la ville et dans tout le pays, sous le nom de Philippe. C'était un ancien garçon boucher, disent les journaux, qui s'était senti appelé, à ce qu'il disait, par des voix secrètes, à pratiquer des guérisons. Il opérait dans un petit salon d'une rue très fréquentée et la foule s'empressait à venir le consulter, et à lui raconter ses misères. Il y eut comme cela toujours, il y aura probablement toujours des personnages qui se diront investis de dons tout spéciaux et se feront fort de guérir l'humanité, et toujours l'humanité en grand nombre accourra demander merci. Et ce sont le plus souvent de vulgaires farceurs. Philippe le Lyonnais eut des prédécesseurs illustres. Le plus connu fut peut-être le zouave Jacob, ce musicien de la garde impériale, qui, à force de souffler dans un piston, se découvrit un souffle d'inspiré. Il finit par avoir comme clients les plus illustres personnages, entr'autres le maréchal Canrobert, et rédigera des mémoires tout pleins de pensées pompeuses.
        Il y a dans les environs de Liége, un particulier du nom d'Antoine, qui reçoit à peu près tous les jours deux cents personnes, sur qui il récite une vague prière, sur qui il souffle vaguement, à qui il ordonne des petites choses inoffensives et même hygiéniques, et qui s'en vont convaincus qu'elles sont guéries. Et souvent, il faut le dire, elles le sont.
        En général, quand ce sont des étrangers qui viennent pratiquer en Belgique ces exercices, on les expulse tout simplement, l'autorité ayant fort peu confiance dans leurs dons. Il vous souvient peut-être de cet Américain thaumaturge qu'on expulsa, il y a une dizaine d'années, et dont certains journaux prirent le parti avec une belle animation. Personnellement, j'ai connu une dame qui opérait à Saint-Gilles-lez-Bruxelles. Vêtue de blanc, et se faisant fort de guérir des hernies, des épilépsies et quantité d'autres maladies, elle imposait les mains. Un ancien chef de gare presque aveugle avait été guérie par elle et il était pris d'une telle foi, qu'il s'était fait l'apôtre de cette thaumaturge. Ce fut lui qui vint me relancer ; il me somma de venir voir et de raconter au monde entier ce que j'aurais vu. Comme je n'avais pas de foi, je ne vis rien d'extraordinaire, et comme je n'avais pas de maladie à faire guérir, je ne pus apprécier le talent de la dame. A quelque temps de là, la police intervint dans ce petit trafic et la race des guérisseurs comptait une martyre de plus.
        Le prestige de tous ces gens-là, bien plus étonnant que celui des médecins qui ont fait des études et qui ne jugent que d'après les faits, est éclatant, indiscutable. On recourra toujours volontiers à eux par esprit de contradiction, pour narguer la science officielle, et par cette croyance au merveilleux qui existe si ancrée dans le cœur humain. On veut absolument découvrir du merveilleux à tous les tournants de la vie. Et songez, songez aussi à tous les spirites qui pullulent dans les centres industriels, à Seraing, dans les environs de Charleroi et qui demandent à des pratiques absurdes la guérison de presque toutes les maladies. On condamne les guérisseurs, et après cela, l'observateur désintéressé se demande : "Mais ces farceurs-là, tout farceurs qu'ils étaient, ont peut-être parfois réellement calmé une grande douleur ?" Il y a un droit légal de guérir et il est singulier que l'on parle d'un exercice illégal de l'art de guérir, comme si, dès qu'on guérit on ne se trouve pas un bienfaiteur humain au-dessus des lois.
        Pasteur, qui n'était pas médecin, n'avait pas le droit légal de guérir. Il a tout de même guéri quelques hommes.
        Et toutes ces historiettes ou tous ces faits ne sont qu'un prétexte à conversation que je vous soumets pour les soirs où la pluie ou le mauvais temps vous cloîtreront dans quelque hôtel des bords de la mer.

                                                                   ETHEREL

    La Métropole, 12 août 1905 (source : Belgicapress)

     

        Etherel est le pseudonyme de Léon Souguenet qui a également écrit des articles sur les spirites et sur Antoine-le-Guérisseur.

        Cette chronique a donné lieu a un droit de réponse publié par le journal. Cf. Les guérisseurs (La Métropole, 18 août 1905).


    votre commentaire
  • Les guérisseurs (La Métropole, 18 août 1905)(Belgicapress)

        Les guérisseurs
       
    Au sujet d'une récente chronique de notre collaborateur Etherel nous recevons d'un de nos abonnés wallons une lettre où celui-ci prend la défense de M. Antoine, le guérisseur spirite de Jemeppe-sur-Meuse.
        "Si l'auteur de l'article, écrit-il, connaissait l'action bienfaisante et d'une haute portée morale que M. Antoine exerce autour de lui, il aurait pu sans doute garder tout son scepticisme, sinon sur les cures elles-mêmes puisqu'elles sont réelles et qu'il en convient lui aussi, du moins sur les causes de ce mystérieux pouvoir de guérison, mais ce dont je suis certain, il ne se fut pas servi d'un langage si peu mesuré envers cet homme de bien, profondément désintéressé, respecté de tous ceux qui l'approchent pour la simplicité de son caractère et son parfait naturel !"
        Dont acte !

    La Métropole, 18 août 1905 (source : Belgicapress)

       Cf. la chronique Les guérisseurs (La Métropole, 12 août 1905).


    votre commentaire
  • Chronique judiciaire - Un hypnotiseur (La Meuse, 20 février 1901)(Belgicapress)CHRONIQUE JUDICIAIRE
    UN HYPNOTISEUR

        Le prévenu Louis A..., habitant Jemeppe, s'est créé une véritable célébrité comme guérisseur. Un important cortège de malades qu'il a guéris l'accompagnent à l'audience et s'offrent de témoigner en sa faveur. Le tribunal y a consenti et en a entendu plusieurs.
        A... soigne toutes les maladies possibles et imaginables. Il recourt à des méthodes qui valent d'être décrites.
        Il procède à un examen du patient, à des impositions de mains. Après avoir émis son diagnostic, il ordonne le traitement à suivre et des remèdes qui sont presque toujours les mêmes.
        Ces formules sont au nombre de six. Cela n'est, d'ailleurs, que l'accessoire. L'important consiste en des carrés de papier que A... a magnétisés et remet au malade. Ce dernier devait le tremper dans un verre d'eau. Cette eau était, par le contact du papier, magnétisée à son tour et le patient la buvait. D'autres fois, il lui était ordonné de poser le papier sur la partie malade.
        Les résultats étaient tout-à-fait remarquables, répétons-le.
        A... est un spirite convaincu. Il entre dans de longues explications prononcées d'un ton de prêche ou de psalmodie.
        Il s'adresse, déclare-t-il, plutôt au moral qu'au physique. Il guérit par la prière et par des attouchements. Il est venu insensiblement à l'exercice de cet art, qu'il considère comme un devoir et comme une question de conscience. Aussi ne comprend-il pas qu'on ait pu l'attraire devant des juges.
        Je n'ai pas besoin de diplôme, continue-t-il. Qui pourrait me donner un diplôme pour ce que je fais ! Ce n'est pas l'art de guérir, c'est le don de guérir.
        Et comme le président lui fait observer qu'il a soigné des personnes incurables, pour lesquelles il n'y avait plus rien à espérer, et qu'il trompe leur confiance :
        – Ils sont plus heureux, tout au moins, par les bons conseils que je leur ai donnés, riposte A... Par exemple, aux alcoolisés je prescris de l'eau à boire et une certaine quantité à retrancher progressivement sur les boissons nuisibles.
        Il faut ajouter que le prévenu ne demandait pas le moindre paiement pour ses consultations. Un tronc était placé dans la salle, – tronc où les visiteurs déposaient, s'ils le voulaient, une aumône destinée à être distribuée aux pauvres de la Société spirite.
        A... recevait jusqu'à 80 malades par jour. Quand le parquet a opéré une descente chez lui, quarante-quatre personnes attendaient leur tour d'être reçues. Les médecins ont tenu à voir opérer le disciple de Donato et, en même temps, d'Allan Kardec. Celui-ci s'y est prêté de très bonne grâce.
        M. le docteur Corin croit que, ainsi que le dit le prévenu, il peut, par suggestion, aboutir à des résultats là même où les médecins ont échoué, mais que, pour d'autres malades, il y a un danger pour la santé publique à laisser opérer A..., soit pour les patients eux-mêmes, soit pour ceux qui les approchent.
        Par exemple, une jeune fille s'est présentée à laquelle on avait sectionné un œil, – ce dont A... ne s'était pas aperçu. Il avait prétendu pouvoir la guérir et comme elle soutenait qu'il n'y avait pas d'amélioration, A.. l'examina à nouveau. Puis il déclara : "Je sens quelque chose de contraire. Elle a dû manger du pain d'épice la veille de la Saint-Nicolas !" (Sic.) Les médecins légistes ont alors dû intervenir pour lui faire observer que la jeune fille avait l'œil sectionné, que l'organe était entièrement perdu.
        Parmi les témoins, citons un homme qui avait eu la jambe cassée et une plaie purulente. Chaque année, la plaie se rouvrait et il était obligé de garder le lit durant un mois. En trois jours, il a été totalement guéri par A..., qui n'a même pas regardé la jambe.
        Ce résultat a été obtenu par un papier magnétisé et par une prière.
        M. le docteur Corin fait observer que cette disparition d'un ulcère est très-possible par la suggestion. Les gens qui vont à Lourdes peuvent être guéris ainsi.
        M. le substitut Gonne a requis la condamnation. La Cour a condamné dans d'autres cas analogues de papiers magnétisés. Le prévenu n'a pas qualité pour exercer l'art de guérir.
        Le tribunal a partagé cette façon de voir et condamné A... à une amende conditionnelle de 60 francs.

    La Meuse, 20 février 1901 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Enseignement par M. Antoine le Guérisseur, par F. Delcroix (La Meuse, 27 juin 1905)(Belgicapress)

    ENSEIGNEMENT PAR M. ANTOINE LE GUERISSEUR,
    DE JEMEPPE-SUR-MEUSE

        Sous les auspices de la Société les Vignerons du Seigneur, il vient d'être publié un livre qui est dû tout à la fois au travail collectif des adeptes et surtout à la longue expérience personnelle du chef de groupe : M. Antoine, le guérisseur bien connu. Une partie de l'œuvre est consacrée à l'étude des maladies et de leurs causes.
        La lecture du livre et l'observation du milieu où il a pris naissance nous suggèrent quelques réflexions que nous croyons bon de soumettre au public.
        Il existe une justice immanente et cette justice est ininterrompue. Elle réside dans le jeu souple de la loi du talion qui produit la lente ascension des instincts obscurs vers la lumière de l'intelligence. La pensée de l'homme est toujours active en bien ou en mal. Elle s'éveille au contact de la vie, tend à se réaliser, entraine les forces voisines, crée des penchants irrésistibles. Mais ce qui prouve la sagesse divine et la belle simplicité de la création, c'est que dans le conflit pour la durée, les tendances bienfaisantes sont les seules qui survivent. La Vertu est assurée de l'immortalité. Mais le vice se brise contre les obstacles qui se multiplient et se dressent devant lui, obstacles finalement invincibles. Il prépare lui-même ses épreuves. Les conséquences inévitables de ses actions obligent l'esprit à réfléchir. Il éprouve du remords, signe d'une plus grande sensibilité morale. La lutte est ramenée au fond de lui-même contre tous les souvenirs, toutes les habitudes enracinées, contre la foule des « revenants », selon l'expression d'Ibsen. Il substitue aux anciennes pensées, jadis agréables, maintenant douloureuses, d'autres états de conscience. De plus en plus certain que la satisfaction des appétits égoïstes procure un plaisir éphémère et grève son avenir, il rentre dans le courant du progrès indéfini, il devient plus sérieux, il aime le devoir dans sa beauté d'abord austère, puis souriante, acquiesce à la dignité du libre-arbitre dont les sanctions n'effrayent que les faibles. Il voit dans tout homme un frère plus ou moins avancé moralement.
        Il n'ignore plus que ses joies se mesurent à la profondeur de son dévouement. Il s'exerce à pratiquer le bien de tout son pouvoir, parce que c'est l'unique moyen de se guérir de ses imperfections et de s'élever dans la hiérarchie des consciences. Alors resplendit de tout son éclat la loi divine qui était ensevelie au fond de la nature primitive et qui s'était souvent voilée dans le cours de l'évolution, au milieu des passions et des instincts.
        Mais suffit-il de connaître la vérité ? Désireux d'agir dans le sens de la beauté, le pouvons-nous toujours ? Ne sommes-nous pas prisonniers de notre passé et nos volontés ne défaillent-elles point, hélas ! devant les suggestions intérieures : voix de sirène des penchants, langage despotique des ambitions et des intérêts ? Où puiser des forces pour réagir dans les heures décisives ? M. Antoine répond ici, non plus par des instructions morales, trop souvent inopérantes, mais par des œuvres.
        En plein territoire industriel, il a créé une ruche féconde qui est en train d'essaimer à travers la Belgique.
        La métropole se peuple chaque jour davantage. Non pas qu'elle séduise à première vue et par des dehors brillants : tout y est simple et discret ; la plupart sont des humbles dont la distinction est surtout morale. Si leur bonheur se devine dès l'abord à la lumière du regard et du sourire, vous ne pouvez guère en pénétrer les causes que dans un commerce assidu et prolongé qui vous dévoile le progrès intérieur de chacun, dû à l'étude constante de soi, le dévouement sans phrase et dans le secret, une fraternité agissante, dépassant de beaucoup la famille spirite. M. Maeterlinck nous dit que les abeilles emportent dans leur course vagabonde et active l'instinct de la cité parfumée. Les fidèles gardent un culte au séjour qui abrite leurs travaux, à la Maison du bonheur, comme ils l'appellent. Ils vont à travers la vie, soucieux de leur dignité professionnelle, toujours prêts à rendre service, aussi avides d'estime que d'affection, patients et doux, non par faiblesse, mais par égalité d'âme et par une jolie confiance en la nature humaine.
        Les épreuves assaillent une mentalité et une activité si nouvelles. Mais le souvenir de la Ruche soutient et réconforte. Il n'est pas de tristesses ni de joies auxquelles Elle ne soit associée. Et c'est dans toutes ces bonnes volontés rayonnant dans les milieux divers que se dissimule le secret de son développement, de sa force et de sa durée. Des utopistes ont voulu fonder loin de la civilisation des sociétés modèles : ils n'oubliaient, pour réussir, que la chose essentielle : la métamorphose préalable du cœur humain, M. Descaves imagine une Clairière au sein de la ténébreuse forêt des instincts et des appétits ; elle est vite reconquise par l'ombre séculaire qui l'environne. La cité nouvelle était impossible sans la maturité du sens moral.
        L'assemblée chrétienne des Vignerons du Seigneur résout le problème en élaborant une conscience collective plus fine, d'un charme pénétrant. Tous s'exercent à réaliser le commandement divin : « Tu aimeras Dieu par-dessus toute chose et ton prochain plus que toi-même ». Leur personnalité s'ennoblit. Elle pénètre dans les beaux secrets de la vie et de l'univers, dans cette réalité supérieure, inaccessible aux yeux de chair, mais qu'avait déjà entrevue l'intuition des poètes. La foi des adeptes grandit par le travail et l'expérience. Elle n'est pas un don gratuit et définitif. Elle se conquiert. Elle est évolutive, n'aspirant qu'aux joies sereines et viriles de la conscience qui cherche son Dieu, épèle la pensée sacrée que recèlent tous les cœurs tendres et dévoués, s'épure dans cette recherche et à ce contact, crée des œuvres fraternelles et durables. Elle ne fuit pas la vie contemporaine. Elle aime à s'établir au cœur des cités ouvrières. Forte de la lumière intérieure, elle ne redoute ni les sarcasmes ni les injures, et les pardonne, convaincue qu'ils sont adressés à la fausse image que l'on conçoit d'elle. Elle agit d'une façon lente, continue, insensible, recrutant tous ceux que désabusent les biens matériels et qui leur préfèrent la vie de l'esprit et la vie du cœur. Elle fonde le spiritisme moral, qui produit l'amélioration de l'individu et, comme conséquence nécessaire, la rénovation des sociétés.
        Tel est l'esprit de la Ruche et tel est le miel qui s'est cristallisé dans cet Enseignement de M. Antoine le guérisseur.
                                                                                                F. DELCROIX.

    La Meuse, 27 juin 1905 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Charleroi - La seconde journée du Congrès spirite (Le Petit bleu du matin, 5 juin 1906)(Belgicapress)                                              CHARLEROI
    La seconde journée du Congrès spirite.
    (Service spécial du « Petit Bleu ».)

        Les congressistes spirites se sont occupés lundi matin de l'organisation des groupements, notamment des fédérations locales de Liége, Charleroi et Bruxelles.
        Nombre de discours ont été lus et il faut rendre cette justice aux spirites qu'ils possèdent parmi eux passablement de causeurs et discoureurs de talent.
        Mais les contradicteurs n'avaient pas, non plus, leur langue en poche, et on a blagué ferme les pratiques que certains groupes emploient et qui peuvent faire ressembler leurs séances à des scènes bizarres et souvent comiques.
        On a aussi „bêché” consciencieusement les médiums guérisseurs, qui font trafic de leurs pouvoirs, et plusieurs délégués liégeois ont critiqué véhémentement le rapport élogieux qu'un instituteur, M. Delcroix, avait fait du médium Antoine, un guérisseur renommé dans toute la province de Liége.
        En thème général, on a réprouvé toutes les méthodes, toutes les pratiques qui étaient de nature à assimiler le spiritisme à une religion.
        „Ce que nous voulons, a dit très nettement un congressiste, c'est rechercher la vérité, étudier la cause des phénomènes que nous observons et, pour cela, il faut que nous exercions un contrôle sérieux et minutieux sur toutes nos séances afin d'en écarter tous ceux qui, volontairement, par supercherie, ou involontairement, par auto-suggestion, nous induiraient en erreur.”
        Cette séance fort intéressante a été levée à midi et demi, pour être reprise à 2 h. 1/2, pour la séance de clôture.
        De nouveaux rapports ont été lus sur les moyens de propagande et de diffusion des théories spirites. Un professeur d'école moyenne, M. Demoulin, de Liége, a fait un exposé troublant des phénomènes enregistrés par lui. Le rapporteur est un médium visionnaire et tous les faits qu'il a observés ont été vérifiés et contrôlés avec minutie. Ils ont fait une profonde impression sur l'assistance. Ces faits, dont la réalité dans ces conditions ne saurait être contestée, ont éveillé la curiosité des plus profanes, tant ils sont de nature à provoquer l'étude des phénomènes spirites.
        Après une deuxième […] d’un insigne spécial, le Congrès a élu plusieurs commissaires au comité fédéral, MM. Quinet, Honart, Piérard et Fritz ; et l'assemblée a désigné, à l'unanimité, la ville d'Anvers comme siège du Congrès de 1907.
        M. le chevalier Le Clément de Saint-Marcq, en clôturant les débats, a déclaré que les spirites pouvaient se réjouir à bon droit des travaux du Congrès de 1906, et il a émis l'espoir que les congressistes trouveraient à Anvers un accueil aussi aimable que celui rencontré à Charleroi.

    Le Petit bleu du matin, 5 juin 1906 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Messie du XIXe siècle, déclaration de M.H.[ollange?] (L'Enseignement, p.84 ,1905)

    L'Enseignement, p.84 ,1905

        Déclaration de M.H.

        Peut-être s'agit-il du frère Hollange. Précisons qu'au contraire de son neveu, le Père Dor, le Père Antoine ne s'est jamais revendiqué lui-même être un "messie". Jules Leclerc, qui fut déclaré instable, l'aurait appelé dans sa déclaration au juge de son procès "Notre Messie".
        Mère fut inspirée en 1935, de placer dans les temples, sur la tribune, une pancarte : "Le Père est le Christ des Antoinistes, il est le deuxième messie". Puis il fut retiré. C'est ainsi que le nomme Vital Coutin dans son livre. C'est également la presse qui emploie souvent ce terme (Gazette de Charleroi, La Croix, Le Monde illustré, Le Temps...).


    votre commentaire
  • Mort d'Adolphe Regnier sur la voie publique (La Meuse, 4 février 1903)(Belgicapress)

    JEMEPPE

        MORT SUR LA VOIE PUBLIQUE. – Mardi, vers 8 heures du matin, Alphonse Regnier, secrétaire communal, à Neuville-en-Condroz, est tombé mort rue Hulos, à Jemeppe.
        M. Regnier est décédé tandis qu'il se rendait chez le "guérisseur" de Jemeppe.
        M. le docteur Delville, mandé immédiatement, n'a pu que constater la mort. M. Regnier était âgé de 66.

    La Meuse, 4 février 1903 – numéro du matin (source : Belgicapress)

    Mort d'Alphonse Regnier (La Meuse, 4 février 1903)(Belgicapress)

        Nous apprenons la mort de M. Alphonse REGNIER, instituteur pensionné, échevin et secrétaire communal de Neuville-en-Condroz.
        Nommé instituteur de cette commune en 1855, il remplit ces fonctions jusqu'en 1892 avec un zèle, une abnégation rares.
        Travailleur infatigable, fonctionnaire d'élite, d'une serviabilité à toute épreuve, il était parvenu à se concilier l'estime et l'affection de tous ceux qui l'ont connu. M. Regnier était âgé de 66 ans et décoré de la croix civique de Ire classe.

    La Meuse, 4 février 1903 – numéro du soir (source : Belgicapress)

    Mort d'Adolphe Regnier - Nécrologie (La Meuse, 4 février 1903)(Belgicapress)

    NECROLOGIE

        – Les funérailles de M. Alphonse REGNIER, instituteur communal pensionné, échevin et secrétaire communal de la Neuville-en-Condroz, ont eu lieu samedi, au milieu d'une affluence véritablement extraordinaire. Le train spécial du Val-Saint-Lambert a pu contenir à peine les assistants venus de Liége et du bassin de Seraing. La place Communale était littéralement noire de monde.
        Nous y avons remarqué une foule de notabilités.
        Le deuil était conduit par les deux fils du défunt, MM. Gust. Regnier, instituteur à la Neuville-en-Condroz, M. Em. Regnier, professeur à Liége.
        Trois discours ont été prononcés par M. Olivier, au nom de l'Administration ; par M. Georges, inspecteur cantonal, et par un ancien élève. M. Regnier était le cousin de M. Célestin Demblon, représentant.

    La Meuse, 9 février 1903 (source : Belgicapress)

     

        Cette mort regrettable est utilisée par André Kervyn pour discréditer le Père. En effet, d’après lui, Antoine-le-guérisseur aurait en vain tenté de le ressusciter.


    votre commentaire
  • Over 't geloof der ongeloovigen (Gazet van Antwerpen, 24 octobre 1933)(Belgicapress)Van Dag tot Dag

    OVER 'T GELOOF DER
    ONGELOOVIGEN

        Het is een feit dat de wereld ten prooi ligt aan verwildering en opstand. Tot zelfs de natuurkrachten schijnen er deel te willen aan nemen. Als ge nagaat wat de bladen vertellen over de ongelukken, de rampen die veroorzaakt worden door de weergesteltenis of toe te schrijven zijn aan aardbevingen, vuurspuwende bergen en andere verschijnselen, waartegen de mensch en al zijne wetenschap niets vermogen, zou men geneigd zijn gelijk te geven aan de oudjes, die hoofdschuddend verklaren, dat dit alles niet natuurlijk mag geheeten, en God gedaan wil maken met de aarde die Zijne onmetelijke goedheid blijft sarren en uitdagen.
        Zooverre zal het wel niet gekomen zijn, maar dat er redenen bestaan voor zorg en angst is een feit. Afschuwelijke moorden en zelfmoorden zijn nooit zoo wreed en zoo talrijk voorgekomen.
        Als wij den buitennatuurlijken kant van onze eigen streek nagaan, doen zich hier ook geen zonderlinge zaken voor?
        Die verschijningen die zich eerst in het Walenland veropenbaarden, of toch zoo betiteld worden, en nu ook in het Vlaamsch gedeelte worden gesignaleerd, is dat ook geene ongewoonheid die angst doet ontstaan?
        De Kerk deed nog geene uitspraak, maar als onderdanige kinderen van Godes vertegenwoordigers op aarde, wachten wij geduldig op Hare beslissing en staan zoo verre af van die enkele katholieke geschoolden, die al wat er in ons land in dien aard gebeurde voor leugen, valschheid en misleiding brandmerkten, als van die geloofsgenooten die wijzer dan de godgeleerden meenen te zijn, en onze geestelijke overheid laken, omdat zij niet heelemaal medegaat, met al die uitingen van Themelsche tusschenkomst, die zich, zoogezegd, op tien verschillige plaatsen van ons land voordeden.
        Laat God handelen en betrouwen wij volkomen dat hetgeen waarin zijn vinger werkzaam is, strekt tot ons goed.
        Liberalen en socialisten, hadden zich daarover op den zelfden oogenblik een gedacht gemaakt. Zij wisten het eens 200 goed als Elias zelf, die zijn doorzicht verleden jaar op al de schouwburgen van het heele Vlaamsche land ten toon spreidde.
        Nochtans, indien er menschen zijn die een buitengewoon groot vertrouwen in het bijgeloof stellen zijn het wel dezulken die nooit eene kerk van binnen zien en inzonderheid de socialisten. Herinneren wij hier enkel dat zij ten eigen gerieve een persoon als ziender proclameerden, namelijk Antoine le guérisseur, die nog steeds een sterk kliënteel bezit onder Waalsche koolgravers en zelfs te Hoboken vele getrouwen telt.
        Overigens er verloopen geen weken, of er worden personen voor den rechter gebracht die de volgelingen van Emiel Vandervelde, met allerhande aardige practijken goeden raad en zoogeheeten genezingen bezorgden, moyennant finances, voor boter bij de visch.
        Deze week nog werd zoo eene geneesster van Haine St Paul, de 60-jarige vrouw Lanckmans, door het gerecht ondervraagd, nopens hare broodwinning, die hierin bestond dat zij hare getrouwen, die in haar blindelings geloofden, de zotste verplichtingen oplei, en ze deed afdokken, niet naar den graad hunner krankheid maar naar den graad hunner lompheid.
        Waarom ketteren de roode bladen op deze ongelukkigen niet, die bij duizenden dergelijke schepselen aan een gemakkelijk leventje en warme voeten e helpen?                             Wannes

    Gazet van Antwerpen, 24 oktober 1933 (source : Belgicapress)

     

    Traduction :

    Au jour le jour
    SUR LA FOI DE
    CROYANTS

        C'est un fait que le monde est en proie à la sauvagerie et à la rébellion. Même les forces de la nature semblent vouloir y prendre part. Si vous regardez ce que disent les journaux sur les accidents, les désastres causés par le temps ou par les tremblements de terre, les montagnes crachant du feu et autres phénomènes, contre lesquels l'homme et toute sa science sont impuissants, vous seriez enclins à être d'accord avec les vieux, qui secouent la tête et déclarent que tout cela ne peut pas être appelé naturel, et que Dieu veut en finir avec la terre qui continue à tourmenter et à défier son immense bonté.
        On n'en est peut-être pas là, mais il est certain qu'il y a des raisons de s'inquiéter et de craindre. Jamais les meurtres et les suicides n'ont été aussi cruels et aussi nombreux.
        Si nous regardons le côté surnaturel de notre propre région, des choses étranges n'arrivent-elles pas ici aussi ?
        Ces apparitions qui se sont d'abord manifestées en région wallonne, ou du moins c'est ainsi qu'on les appelle, et qui sont maintenant également signalées dans la partie flamande, n'est-ce pas là aussi un fait rare qui suscite la peur ?
        L'Église ne s'est pas encore prononcée, mais en tant qu'enfants soumis des représentants de Dieu sur terre, nous attendons patiemment sa décision et sommes très éloignés de ces quelques érudits catholiques, qui brandissent tout ce qui s'est passé dans notre pays pour des mensonges, des faussetés et des tromperies, et de ces coreligionnaires qui se croient plus sages que les théologiens, et qui dénoncent notre ecclésiastique parce qu'il n'est pas entièrement d'accord avec toutes ces manifestations d'intervention thémélienne, qui ont eu lieu, pour ainsi dire, en dix endroits différents de notre pays.
        Laissons Dieu agir et nous avons une confiance totale dans le fait que ce sur quoi son doigt travaille, est pour notre bien.
        Les libéraux et les socialistes avaient pris leur décision au même moment. Ils le savaient aussi bien qu'Elias lui-même, qui l'année dernière a montré sa perspicacité dans tous les théâtres de tout le pays flamand.
        Cependant, s'il y a des gens qui mettent leur foi dans la superstition, ce sont ceux qui ne voient jamais l'intérieur d'une église, notamment les socialistes. Il suffit de se rappeler qu'ils ont proclamé un personnage comme devin à leur profit, à savoir Antoine le guérisseur, qui a encore une forte clientèle parmi les mineurs wallons et qui compte même à Hoboken de nombreux fidèles.
        D'ailleurs, il ne se passe pas de semaines sans que soient traduits en justice des gens qui ont donné aux disciples d'Emile Vandervelde de bons conseils et de prétendus remèdes par toutes sortes de pratiques sympathiques, en échange d'argent.
        Cette semaine même, un guérisseur de Haine St Paul, Mme Lanckmans, âgée de 60 ans, a été interrogée par le tribunal sur son gagne-pain, qui consistait à apprendre à ses fidèles, qui croyaient aveuglément en elle, les obligations les plus folles et à les faire payer, non pas selon le degré de leur maladie, mais selon le degré de leur grossièreté.
        Pourquoi les lames rouges ne crépitent-elles pas sur ces malheureux, qui aident par milliers ces créatures à avoir une vie facile et des pieds chauds ?                             Wannes

    Gazet van Antwerpen, 24 octobre 1933 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Congrès Spirite de Liège (1905)

        Le site spiritisme.net met plusieurs comptes-rendus de congrès spirites notamment celui tenu à Liège les 11 & 12 juin 1905.
    adresse du site : https://sites.google.com/spiritisme.net/encyclopedie-spirite/livres/congrès-et-conférences
    Adresse du document PDF direct : https://drive.google.com/file/d/1Dc8OaWzPS73J6w6dHGCJsOy7BbC7Ucd5/view
    ou encore ici :
    https://www.autoresespiritasclassicos.com/Gabriel%20Delanne/Congresso%20Espirita%20de%20Liege-Belgica%20(1905)/Congr%C3%A8s%20Spirite%20Li%C3%A8ge%20(1905).pdf


        On lit que la date du dernier Congrès tenu à Liège remonte à trente ans. Donc en 1875, Louis Antoine était en Prusse et ne s'intéressait pas encore au spiritisme. C'est donc certainement en 1905 qu'il rencontra Léon Denis. Le congrès suivant à Liège sera en 1923 (cf. le site L'ésothentique.
        Dans ce compte rendu, on lit la recommandation suivante (p.5) : "Permettez-moi de vous recommander les livres qui sont en vente ici, à l'entrée de la salle, livres de M. Antoine, livres de M. Léon Denis et livre des prières. Chaque spirite voudra posséder ces ouvrages qui doivent figurer dans la bibliothèque de tous ceux qui veulent sincèrement pratiquer et encourager le spiritisme. (Applaudissements.)
        Mais lors de la réunion du 11 Juin après-midi (p.22), "un léger incident est soulevé par MM. Delcroix et Hollange qui expliquent l'abstention de M. Antoine et de son groupe. Cet incident menaçant de faire perdre un temps précieux, M. le Président déclare ne pouvoir continuer la parole aux interrupteurs et l'ordre du jour est repris."
        Une note de bas de page précise que "Le Comité Fédéral a reçu depuis du Groupe Antoine une lettre qui donne une excellente solution à la difficulté soulevée".
        Enfin une large part est faite aux guérisons obtenues par les Médiums guérisseurs. Ce chapitre (p.81) commence par les mots suivants : "Outre les certificats dont nous donnons la reproduction, nous en avons reçu une quantité d'autres délivrés aux mêmes médiums. L’exiguïté des ressources financières dont nous disposons ne nous permettant pas de les publier, nous en donnons ici le résumé succinct avec un mot sur chacun des guérisseurs de notre pays, parmi lesquels M. Antoine, de Jemeppe-sur-Meuse, occupe le premier rang, par le nombre de malades qu'il reçoit chaque jour et celui des guérisons qu'il obtient." Suivent la liste des médiums et attestations de guérisons, la plupart de la région de Charleroi et quelques-uns de Liège.

        Dans le compte rendu du Congrès spirite de Liège en 1908, alors que le Père s'est séparé du spiritisme, le témoignage du médium guérisseur Jean Dumoulin (qui reçoit avec sa fille à Liège, rue de Waremme) qui nomme le Père "notre frère Antoine de Jemeppe". L'animosité des spirites envers l'antoinisme n'a donc pas toujours été aussi tranchée.
        Cependant le Rapport de la F. S. de Liége, donné dans le compte rendu du Congrès spirite de Namur en 1912 (p.30), annonce les raisons de la périclitation des groupes spirites : "L'autoritarisme ou l'ignorance du chef de groupe, l'orgueil et la rivalité des médiums, l'influence de l'antoinisme, l'irrégularité des profanes à nos séances, profanes insuffisamment préparés, l'éloignement ou la mauvaise situation du local des réunions, et surtout le manque d'organisation (défaut de règlement, de comité, de bibliothèque, etc."
        C'est au cours du Congrès de 1913 à Namur que le Président M. Fraikin dénonce les causes de l'affaiblissement du spiritisme qui sont en premier lieu "l'antoinisme qui, pour des raisons
    peu avouables, refusa toujours de marcher avec nous".
        Pourtant une communication de M. Debie cite en exemple l'antoinisme et l'Institut des Forces Psychosiques et pose la question :
        "Que faut-il pour rallier les nombreux malades qui passent par les mains de nos guérisseurs.
        "Un bel exemple nous est donné par les Antoinistes d'une part et par l'Institut psychosique de Douai, d'autre part ; nous serait-il si difficile de suivre ces exemples ?"
       


    votre commentaire
  •     "Nous sommes arrivés chez Antoine vers 9 1/2 heures du matin. Un nombre considérable de personnes se trouvait déjà dans l'antichambre. Celle-ci est une vaste pièce, récemment construite, dont les murailles sont décorées du portrait du curé d'Ars, du portrait d'un vieux Monsieur [peut-être Allan Kardec pour Pierre Debouxhtay] et d'une peinture de Carolus Leclercq, représentant le Christ imposant les mains à un enfant tenu par sa mère. Par places aussi des recommandations imprimées invitant le public au recueillement, à la compassion et à la propreté, indiquant les heures auxquelles on peut être reçu. Des tableaux de la Ligue contre l'Alcoolisme complètent cette décoration.
        "Le cabinet où se trouve Antoine est séparé de cette antichambre par une porte vitrée. Au moment de notre arrivé, Antoine est en train d'examiner et de traiter un enfant tenu sur les genoux de sa mère".

    déposition des médecins G.Corin et Lenger, le 19 décembre 1900

    Pierre Debouxhtay, p.78-79


    votre commentaire
  • Tribunaux - Un spirite guérisseur (Le Petit bleu du matin, 21 février 1901)(Belgicapress)

    TRIBUNAUX

    TRIBUNAL CORRECTIONNEL de LIÈGE

    UN SPIRITE GUÉRISSEUR.

        Le tribunal correctionnel de Liége vient de condamner à une amende conditionnelle de 60 francs, pour exercice illégal de l'art de guérir, M. A..., de Jemeppe, un spirite qui donnait chez lui, gratuitement, d'ailleurs, des consultations.
        Il recevait jusqu'à 80 malades par jour, leur imposait les mains, et leur remettait des papiers magnétisés par lui, que le patient devait placer sur le siège du mal, ou, encore, faire tremper dans un verre d'eau qu'il avalait ensuite.
        Il a été établi à l'audience que M. A. obtenait, par suggestion évidemment, de très nombreux succès. Parmi les témoins, citons un homme qui avait à la jambe une plaie purulente. Chaque année, celle-ci se rouvrait, et il était obligé de garder le lit durant un mois. En trois jours, il a été totalement guéri par M. A..., qui n'a même pas regardé la jambe.
        M. le docteur Corin a fait observer au tribunal, que ce cas n'a rien d'invraisemblable. Les gens qui vont en pèlerinage à Lourdes sont de même très souvent guéris de plaies et d'ulcères, l'autosuggestion opérant fortement en eux.

    Le Petit bleu du matin, 21 février 1901 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Conférence sur Maître Antoine le Guérisseur (Gazette de Charleroi, 5 et 9 septembre 1906)(Belgicapress)

        La Gazette de Charleroi, annonce les 5 et 9 septembre 1906 à Liège la prochaine conférence "spirite" que le sujet "Qu'est-ce que le spiritisme et Maître Antoine le Guérisseur", organisée par les frère Hollange et Delcroix.

    (source : Belgicapress)

    Liège - Rue de la Station - Hôtel de l'Espérance (1905)

    Liège - Rue de la Station - Hôtel de l'Espérance (1905)


    votre commentaire
  • Guérisseurs et charlatans (Le Mémorial de Lombez, 7 juillet 1912)GUÉRISSEURS ET CHARLATANS

        Le 30 juin dernier, avaient lieu, en pays walon, à Jemmapes-lès-Liège, au milieu d'une foule énorme de fidèles que les trains amenaient de tous les points de la Belgique, les obsèques d'un thaumaturge vraiment extraordinaire, Antoine-le-Guérisseur, qui n'avait fait rien de moins que de fonder une religion, variété de christianisme mélangé de théosophie. Il guérissait par la prière et l'imposition des mains à la manière des christian scientists d'Angleterre et d'Amérique.
        Peu à peu les malades de l'âme comme les malades du corps, les incurables, les déséquilibrés, les névropathes, tous ceux que les médecins avaient abandonnés, avaient appris le chemin du petit pays de Jemmapes où Antoine avait son temple et tenait ses assises de médecine religieuse. Depuis plusieurs années il y avait les foules de Jemmapes comme les foules de Lourdes et les « antoinistes » formaient une communauté éparse en divers lieux, même hors de Belgique, et fort nombreuse.
        Ce n'est que fort tard, déjà un vieillard, qu'Antoine se révéla le « prophète » et « l'homme de Dieu ». Pendant nombre d'années, petit bourgeois, presque du peuple, il était un homme comme un autre, un simple employé à la division des forges et martelage de la Société Cockerill. Il fut ensuite encaisseur à la société anonyme des tôleries liégeoises. Puis il s'occupa d'assurances. Enfin vinrent la grâce, l'action et la prédication publiques.
        Bien que les fonds affluassent à son culte, Antoine-le-Guérisseur a toujours vécu modestement et exemplairement. Ses ressources, il les employa à la construction de son temple et des maisons ouvrières qui l'entourent ; il avait aussi organisé une imprimerie où se publiait chaque semaine un journal qui tirait à plus de 20.000 exemplaires et répandait la doctrine.
        Il y a quelques mois les « antoinistes » de Belgique avaient adressé aux Chambres une pétition recouverte de cent mille signatures et demandant que la religion nouvelle fut reconnue par l'Etat.
        Le corps du prophète défunt, qui avait été exposé plusieurs jours dans le « sanctuaire », ainsi qu'il le nommait, où il prêchait et imposait les mains aux malades, a été porte par douze hommes de la communauté. L'un des plus qualifiés adeptes du maître, M. Delcroix, professeur à l'athénée de Liège précédait, élevant à bout de bras une tige d'arbuste figurant l'arbre de la science du bien et du mal. Ainsi qu'Antoine l'avait prescrit, ses restes ont été enterrés dans la fosse commune.
        C'est pendant un prêche que « l'homme de Dieu » – aujourd'hui le « désincarné » – fut terrassé par une attaque d'apoplexie. Il put néanmoins avant de mourir proférer ses paroles : « Je désire que ma femme me succède dans mon enseignement religieux ». Aux colonnes du temple, encore en deuil, l'affiche suivante a été apposée pendant l'exposition du cercueil : « Frère, le conseil d'administration du culte antoiniste porte à votre connaissance que le Père vient de se désincarner aujourd'hui mardi matin 25 juin. Avant de quitter son corps, il a tenu à revoir une dernière fois ses adeptes pour leur dire que Mère le remplacera dans sa mission, qu'elle suivra toujours son exemple. Il n'y a donc rien de changé, le Père sera toujours avec nous. Mère montera à la tribune pour les opérations générales les quatre premiers jours de la semaine à dix heures ».
        Il semble bien que devant ce personnage singulier que se révéla sur le tard Antoine-le-Guérisseur, on se trouve plutôt en face d'un illuminé que d'un vulgaire charlatan ; dans tous les cas, ce serait un charlatan d'une jolie force et qui n'aurait plus rien d'un guérisseur ordinaire. La légende du zouave Jacob s'efface elle-même devant celle-ci, car le prestige religieux du mystagogue du pays walon s'est exercé non seulement sur des foules, mais aussi sur des gens de l'élite sociale, et il est destiné à durer, semble-t-il.
        Au fond, du reste, n'y a-t-il pas une sorte de religion, un acte quasi-religieux dans la visite que le malade, comme il s'en pressaient tant au temple de Jemmapes, rend au sorcier, au guérisseur non patenté ? Le premier médecin fut le prêtre, comme l'a dit Spencer ; et longtemps la médecine a été retardée dans son essor par cette notion que la maladie est un maléfice, une œuvre de mauvais esprit que seul le prêtre peut chasser. Si le populaire ne croit plus la plupart des maladies dues à de mauvais esprits, il a en tout cas retenu la notion du pouvoir magique du prêtre, ou de quiconque doit posséder une influence particulière : de là le succès persistant des guérisseurs.
        Il y a toujours des charlatans, en médecine, en politique et même en littérature, mais des sorciers de l'envergure d'Antoine-le-Guérisseur, l'espèce devient rare. Il est vrai que le moyen âge en brûla beaucoup... Le père de l'Antoinisme, s'il eut vécu de ce temps-là, était destiné au bûcher. Il y a, de nos temps, plus d'avenir pour la sorcellerie.

                                                                                 Robert DELYS.

    Le Mémorial de Lombez, 7 juillet 1912


    votre commentaire
  • Christ guérissant les malades (Église de Mauriac, Auvergne)

    Dit aussi Esprit consolateur


    votre commentaire
  • Thé Chambard (Journal de Charleroi, 6 février 1920)(Belgicapress).jpg

    Le plus agréable des purgatifs. Thé Chambard, le meilleur remède de la constipation.

    Journal de Charleroi, 6 février 1920 (source : Belgicapress)

        Cette simple thérapeutique faisait partie des moyens usés par le Père avant d'abandonner toute utilisation de prescription.


    votre commentaire
  •     On a beaucoup écrit dans les dernières années sur le pouvoir de la pensée, et on a même expérimenté avec ce pouvoir pour guérir à distance. Il y a des milliers de cas, contrôlés, qui attestent le succès de la pensée projetée. Le Père Antoine, par exemple, de Jemmapes, en Belgique, employait cette méthode avec des résultats frappants. Il n'employait ni la médecine, ni les passes magnétiques, mais travaillait seulement par la pensée. Je lui fis une visite un jour avec une amie. Il nous affirma qu'il recevait beaucoup de lettres chaque jour et qu'il consacrait plusieurs heures de bon matin à y répondre, non par écrit. mais mentalement. Prenant une lettre entre ses mains, il envoie avec force une onde de pensée guérissante au malade.

    Les éléments artificiels blancs,
    in L'Astrosophie, Revue d'astrologie ésotérique et exotique, 21 mai 1929


    votre commentaire
  •  Une reproduction de cette image (d'un auteur anonyme ou, selon Pierre Debouxhtay, de Carolus Leclercq, et wikipedia donne comme auteur Gabriel von Marx) fut offerte par Allan Kardec (1) à Louis Antoine. Régis Dericquebourg dit que "c'est une des images les plus populaires dans l'antoinisme". Elle est reproduite dans un feuillet d'Antoine le Guérisseur. Le Père Dor a reproduit le geste pour une carte mise en vente. Une reproduction agrandie était portée en procession pour les fêtes antoinistes.

    (1) Allan Kardec est mort en 1869, quand Louis Antoine finissait sa période comme soldat à la frontière. Il n'avait alors eut aucun contact avec le spiritisme. Régis Dericquebourg reprend l'information de l'origine de l'image d'une série de cartes postales éditée en France qui indique faussement dans un texte typographié cette histoire.

    Frère Robert Pierrefeu précise que l'image a été offerte au Père par Léon Denis, ce qui est possible puisque ce dernier fit plusieurs conférences en Belgique, dont encore en 1905 (conférence durant laquelle il annonce avoir été à Liège dès 1889, et encore en 1897).

    L'esprit consolateur

    La Meuse, 6 novembre 1889


    2 commentaires
  • Guide pratique du médium guérisseur (1888)

    Auteur : Sous l'égide de MUMS et Groupes de Chênée (Medium : M. Laurent)
    Titre : Guide pratique du médium guérisseur
    Éditions : Librairie des Sciences Psychologiques, Paris, 1888

        Marijke De Sadeleer, dans son travail de mémoire sur De Kracht Van Genezing (2013) évoque également un autre Guide Pratique du médium guérisseur, édité à Liège en 1873. Le célèbre spirite José Lhomme est également l'auteur d'un Livre du Médium Guérisseur. On a déjà évoqué cet auteur pour son livre L'Au-delà à la portée de tous, cité en référence par Pierre Debouxhtay.

         Quelques extraits de pratiques du médium guérisseur peuvent nous donner des éléments pour savoir comment opérait le Maître Antoine alors qu'il était encore spirite.

     

    METHODE EXPERIMENTALE

        Lorsque le patient peut s'asseoir, nous le mettons sur un siège et nous nous plaçons en face de lui, sans le toucher : plus tard on saura pourquoi.
        Nous restons debout, et si nous nous asseyons, nous tâchons toujours d'être sur un siège plus élevé que le sien, de manière à ce que les mouvements des bras que nous avons à faire, ne deviennent pas trop fatiguants.
        Lorsque le malade est couché, nous nous tenons debout près de son lit et l'engageons à s'approcher de nous le plus possible. Ces conditions remplies, nous nous recueillons un instant et nous regardons le malade.
        Lorsque nous jugeons que nous avons la tranquillité, le calme d'esprit désirables, nous dirigeons une de nos mains, ou les deux à la fois, les doigts légèrement écartés, sans être tendus ni raides, vers les parties malades, en suivant les instructions que l'on trouvera plus loin ; on répète les passes (1) d'une manière identique, pendant un quart-d'heure environ, en inspectant, avec soin, les phénomènes qui se développent sous l'action de ces passes.
        Notre pensée doit être active et n'avoir qu'un but: celui de pénétrer les parties sur lesquelles nous promenons les extrémités de nos doigts, par l'émission d'un fluide que nous supposons concentré dans nos centres nerveux ; ces fluides suivent le trajet de conducteurs naturels, tels que nos bras, et par suite, nos doigts.
        Nous avons dit supposons, quoique pour nous ce ne soit point une hypothèse, notre volonté met bien évidemment en mouvement un fluide qui se dirige et descend en suivant la direction des cordons nerveux jusqu'à l'extrémité des mains, pour franchir cette limite, et frapper les corps sur lesquels on le dirige.
        Lorsque la volonté ne sait pas le régler, il se porte, par irradiation, d'un objet sur un autre qui lui conviendra mieux ; dans le cas contraire, obéissant à la direction qui lui est imprimée, il produit ce que nous exigeons de lui, lorsque, toutefois, ce que nous voulons est dans le domaine du possible et de la raison.
        Les effets dont le développement suit d'ordinaire toute magnétisation, apparaissent en raison de l'énergie de notre volonté, de la substance émise et de la durée de notre action sur le sujet.
        Il faut toujours avoir l'intention que les émissions du principe fluidique soient régulières, et que, jamais, nos bras et nos mains ne soient en état de contraction ; ils doivent avoir toute leur souplesse, pour accomplir sans fatigue leur fonction de conducteur de l'agent.
        Lorsque nous nous sentons fatigués et supposons que l'émission fluidique n'est point suffisante, nous prenons cinq à dix minutes de repos ; puis nous recommençons le mouvement de nos mains (passes), comme précédemment, pendant un nouveau quart d'heure et nous cessons tout à fait quand nous pensons que le corps du sujet, ou du malade, est saturé du fluide que nous avons émis. »
        […]
        « L'Esprit peut agir directement, sans intermédiaire, sur un individu, ainsi qu'on a pu le constater en maintes occasions, soit pour le soulager, le guérir si cela se peut, ou pour produire le sommeil somnambulique. Lorsqu'il agit par intermédiaire, c'est le cas de la médiumnité guérissante.
        « Le médium guérisseur reçoit l'influx fluidique de l'Esprit, tandis que le magnétiseur puise tout en lui-même. Mais les médiums guérisseurs, dans la stricte acception du mot, c'est-à-dire ceux dont la personnalité s'efface complètement devant l'action spirituelle, sont extrêmement rares, parce que cette faculté, élevée au plus haut degré, requiert un ensemble de qualités morales que l'on trouve rarement sur la terre ; ceux-là seulement peuvent obtenir, par l'imposition des mains, ces guérisons instantanées qui nous semblent prodigieuses ; bien peu de personnes peuvent prétendre à cette puissance.

     (1) On appelle passes, un mouvement ambulatoire des bras ; ces passes sont dites : longitudinales, transversales, à grand courant, selon leur direction ou l'étendue que le magnétiseur juge à propos de leur donner ; selon les effets produits, et par leur étude suivie sur le sujet malade, le magnétiseur se fait une méthode appropriée à la nature, à la qualité du fluide guérisseur qu'il émet à l'aide de ses passes.

    p.59-61

     

    INFLUENCE DU MÉDIUM
    DANS LES OPÉRATIONS

    Groupes de Chênée.                                                           Médium : M. Laurent.

        Evitez de manger avant les opérations ; n'opérez qu'une heure au moins après vos repas. Pendant la première digestion l'opération est difficile et donne peu ou point de résultats.
        La distraction, voici le grand ennemi des opérateurs ; occupez-vous toujours de votre malade et ne vous inquiétez pas de ce qui se passe autour de vous ; agissez comme si vous étiez seul.
        Dans l'opération magnétique le médium est tout, c'est lui qui doit attirer les fluides et les diriger par sa volonté. Le désir du souffrant ou plutôt son intention, doit-être de les attirer sur les parties malades.
        Tant que le médium se trouvera dans de bonnes conditions voulues, celles du désir, de la volonté, de l'attention, nous pourrons l'aider, le charger du fluide qui aura les qualités substantielles propres au mal qu'il veut guérir.

    p.62

     

        Ayant demandé l'avis du docteur Demeure sur l'opinion du baron Du Potet, en ce qui concerne les phthisies arrivées au 3e degré, voici sa réponse :
        « Certes, le baron Du Potet a raison pour des malades arrivés au point de ne pouvoir supporter aucune médication, mais tous les malades de la 3° période ne sont pas à ce point.
        « Il y a différents degrés encore, dans cette période, et je dis qu'on peut les guérir au moyen d'une influence douce et sympathique, si on sait s'y prendre à temps, et si on y met de la persévérance et une sage et tenace volonté. »

     

        Quelques remèdes magnétiques :

    Vomissements.

        Donnez d'abord à boire de l'eau magnétisée, puis vous opérez la tête, descendez sur l'estomac et tenez la main légèrement, pendant une minute ; dégagez le mauvais fluide par les jambes.
        Souvent l'eau magnétisée suffit pour guérir cette misère.

    DANSE DE SAINT GUY

        Magnétisez très légèrement la tête, avec la bonne intention de guérir ; puis, deux ou trois passes à grand courant. Eau magnétisée à boire.

    Magnétisation de l'eau.

        Les procédés les plus simples que nous employons pour magnétiser l'eau consistent à introduire le fluide par l'orifice du vase en y pénétrant le bout des doigts, et à faire des passes du haut en bas ; ou bien à tenir le vase entre les deux mains, à établir des courants fluidiques, et à diriger sur le liquide de longues insufflations ; cette dernière méthode, qui parait être la plus active, nous oblige cependant, pour des raisons de convenance, à recourir aux passes et aux courants.
        Suivant Deleuze (1) : on magnétisera une carafe d'eau en deux ou trois minutes, et un verre d'eau en une minute. Nous pensons que le temps nécessaire, pour ce genre de magnétisation, doit être subordonné aux effets qu'on veut réaliser, au tempérament du sujet ou aux forces du médium.

    (1) « Instr. pratique », p. 73. (à lire en ligne Instruction pratique sur le magnétisme animal par J.-P.-F. Deleuze, Paris, 1846)


    votre commentaire
  •     Il est intéressant de retrouver ici le motif cher à la Christian Science et aux pentecôtistes, qu'il faut s'abstenir de prendre des médicaments, la prière suffisant à délivrer le malade de son mal.
        Mais, dans la pensée de Manduzio, il s'agit de quelque chose d'un peu différent : en réalité, il craint que si le malade absorbe des médicaments, on attribue à ceux-ci plutôt qu'à Dieu le mérite de la guérison. En lui, ce qui domine, c'est ce soucis que l'expérience dont le malade est l'objet se déroule dans des conditions telles que rien ne puisse mettre en doute le succès, ou hypothèse invraisemblable, l'échec de son intervention. Car, pour Manduzio, ce qui compte dans cette action religieuse, ce n'est pas tant la guérison du malade que le témoignage qu'elle porte de la vérité de Dieu. En ce sens, Donato se rattache étroitement et, pourrait-on dire, presque d'instinct, à la pensée religieuse de l'Ancien Testament, où maints exemples — il nous suffira de citer l'épisode du bûcher d'Élie (I Rois, 21-40) — illustrent un état d'esprit que l'on pourrait qualifier d'ordalique. L'ancien magicien-guérisseur est devenu l'intercesseur de Dieu, et son souci dominant est d'en prouver la grandeur.
        Pour les adeptes de la Science Chrétienne, l'homme doit s'en remettre à Dieu seul pour obtenir la guérison ; toute médication est inutile car c'est seulement par l'esprit que la guérison peut intervenir.
        Pour les pentecôtistes, la maladie est une possession devant laquelle la médecine est inefficace.
        Pour Donato, le mal est la conséquence d'une attitude qui déplaît à Dieu, d'un comportement qui n'est pas conforme à la Loi ; la maladie est, en quelque sorte, une émanation directe de la divinité. Il s'agit donc de rétablir l'intégrité du malade par un repentir sincère et surtout par la promesse de ne plus transgresser la Loi à l'avenir. 

    Elena Cassin, San Nicandro, Histoire d'une conversion, p.69-70
    Quai Voltaire, Paris, 1993 (cf. Recension de la première édition de 1957)

        Cette posture de Donato Manduzio se rapproche également de ce que l'on peut déduire du Livre de Job.


    votre commentaire
  •     En 1892, le monopole de la médecine se voit définitivement entériné aux dépens de celui des guérisseurs. La médicalisation de toute la vie sera alors inéluctable.
       Avec l'avénement de la Sécurité sociale en 1945, tout le champ social est médicalisé. Se soigner (ne pas mourir ?) a pris une valeur normative. La mort prend place dans la grande mutation technique, rapide et spectaculaire de ces quartante dernières années, et son image actuelle est « médicalement appareillée ». La mort se réfère aux critères de la médecine moderne. 

    Nicole Léry, L'Heure de la mort, p.173-74
    in La mort à vivre, approches du silence et de la souffrance
    Autrement, série Mutations N°87 - Février 1987


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique