• Stembert (1911)(fermé)

    Stembert (1911)

    Adresse : 145, rue Brondé (près de la N61 rue Surdents / Bellevaux) - 48 01 Verviers (Stembert)


    Agrandir le plan

    Style : éclectique

    Panneau : retiré

    Temple sans photo

    Date de consécration (par Père) : 10 septembre 1911

    Anecdote : Le premier Temple inauguré par le Père ANTOINE lui-même fut le Temple Antoiniste de STEMBERT, le 10 septembre 1911. A cette occasion, le Père ANTOINE, accompagné de Mère ANTOINE, dut recommencer l'OPERATION GENERALE à cinq reprises (source : http://antoinisme.20six.fr)
    A l'occasion de cette cérémonie, le Père avait fait annoncer qu'il recevrait tous les malades réunis ans le Temple à 10h, comme il le faisait à Jemeppe. (Historique du Culte antoiniste)
    Le Temple n'a maintenant plus de desservant, le Temple de Verviers n'étant lui-même pas ouvert comme ses homologues, mais uniquement les dimanches à 10h.
    Le temple de Stembert est actuellement en rénovation afin que s'y déroule à partir du 26 juillet 2009 les solidarités de groupe 1 dimanche sur quatre en concomitance avec Forest. Une première solidarité de groupe y aura lieu en primauté le 28 juin 2009.

  • Un temple antoiniste à Stembert (Le Soir, 21 septembre 1926)(Belgicapress)

    Un temple antoiniste

        Hier, à Verviers, a eu lieu l'inauguration d'un petit temple érigé en l'honneur de la doctrine antoiniste. Il est construit au milieu d'une vaste campagne, sur le plateau qui domine Surdents, à une lieue de Verviers. Cinq à six cents adeptes étaient là, appartenant essentiellement à la classe populaire.
        Un grand nombre (hommes et femmes) étaient vêtus d'un uniforme noir, d'une austérité, d'un renoncement presque farouches. A 10 h. 30, Antoine le Guérisseur, le prophète de Jemeppe, est arrivé en landau fermé, avec sa femme. Il est passé entre les rangs d'une foule recueillie, en bénissant de la main droite à la façon des évêques.
        La chapelle ne pouvant guère contenir que 150 à 200 personnes, il a fallu la vider à quatre reprises pour y laisser pénétrer les antoinistes et les profanes, ces derniers en très petit nombre.
        Antoine, debout sur un socle au fond de la chapelle nue, semblable à une idole de pierre, recueilli, les yeux dans le vide, faisait lentement un signe de croix bénisseur au-dessus de la foule(1). Puis un coup de sonnette annonçait que la cérémonie était terminée et qu'il fallait évacuer la chapelle pour faire place à d'autres.
        Tel est l'ascendant de cet apôtre aux origines ouvrières sur ses fidèles que la plupart des assistants avaient les yeux pleins de larmes en se retirant !

    Le Soir, 12 septembre 1926 (source : Belgicapress)

    (1) Dans l'article du Figaro relatant les faits, on dit plus vraisemblablement qu'"Antoine s'est contenté d'étendre les mains, sans une parole, pour bénir", et ce "comme Il le faisait à Jemeppe", nous dit l'Unitif de novembre 1912.


    votre commentaire
  •     Le 10 septembre 1911, le Père allait consacrer le Temple de Stembert.
        A l'occasion de cette cérémonie, le Père avait fait annoncer qu'il recevrait tous les malades réunis dans le Temple à 10 heures comme il le faisait Jemeppe. Leur nombre était si grand qu'll dut renouveler cinq fois de suite l'Opération. Après, le Père remercia les assistants. Ainsi se termina la consécration du Temple de Stembert.
        Remarquons qu'en aucun cas le Père ne recevait en particulier après son Opération Générale ni le jour de la consécration d’un Temple.

    Unitif - Numéro spécial - Juillet 1941 - Version du Père


    votre commentaire
  • Verviers blog - temple Antoiniste de Stembert

     

    Verviers blog - temple Antoiniste de Stembert

    (après une courte introduction sur l’origine de l’antoinisme, on lit :)

        Pourquoi une telle « église » a-t-elle été fondée à Stembert et encore plus dans un endroit aussi reculé et retiré du centre stembertois ? Cet ancien lieu de culte a une histoire : un habitant du Bronde s'était promis de construire une chapelle si Antoine, le fondateur de l'Antoinisme, guérissait sa femme qui souffrait d'un mal qui laissait perplexe les disciples d'Esculape. La brave femme se rétablit, recouvra une excellente santé et notre homme exécuta son vœu en construisant la petite chapelle du Bronde qui fut inaugurée en 1911. C'est ainsi que fut bâtie la petite chapelle Antoiniste en cet endroit.

        Sous le titre "l'Antoinisme" Pierre debouxhtay a étudié ce culte, sur le plan historique (Liège 1945).

    Source : http://verviers-ville-lainiere.blogspot.com/p/blog-page_72.html
    https://stemb-air-asbl.webnode.be/l/la-chapelle-antoiniste/

     

        Cependant, Jacques Cécius indique une autre histoire à l’origine du temple de Stembert :

        En fait un fermier dont le bétail était malade avait consulté le guérisseur et le cheptel avait été guérit. Il avait fait alors bâtir un modeste lieu de culte au milieu des pâturages.

    in Une religion de guérison : l'Antoinisme, p.36


    votre commentaire
  • Le premier temple de l'antoinisme (Figaro, 17 sept 1911)

        Figaro en Belgique

    LE PREMIER TEMPLE DE L'ANTOINISME

                                                   Bruxelles, 16 septembre.
        Vos lecteurs n'auront pas oublié que les disciples du fameux rebouteur Antoine-le-Guérisseur, de Jemeppe-sur-Meuse, adressaient il y a quelques temps au gouvernement une pétition monstre demandant pour « l'Antoinisme », la reconnaissance légale due, d'après la Constitution, à tous les cultes. Les pouvoirs publics, n’admettent pas que l'idolâtrie dont Antoine-le-Guérisseur est l'objet eût un caractère religieux, ont opposé à cette requête un silence ...non consentant.
        Cela n'empêche que nous ayons maintenant un dieu nouveau et une religion tout battant neuf, car les fervents d'Antoine viennent de lui ériger à Verviers un temple que le soi-disant thaumaturge a inauguré lui-même. Les rites de ce culte seront d'une extrême simplicité, à en juger d'après la cérémonie inaugurale, où Antoine s'est contenté d'étendre les mains, sans une parole, pour bénir successivement les fournées d'adorateurs, introduites l'une après l'autre dans le temple, trop petit pour les contenir toutes à la fois. Pas une sonnerie de cloche, pas une prière, pas un cantique. La foi muette et toute nue. L'antoinisme vivra-t-il avec tant de simplicité et si peu d'apparat et de bruit ? Peut-être bien qu'à s'affirmer plus explicitement il se suiciderait.

    Figaro, 17 septembre 1911


    votre commentaire
  • Temple de Stembert - Delftsche courant (10-10-1911) 

        Inwijding van een Antoinistentempel. Den 10den September is op een hoog plateau nabij Verviers een kleine temple geopend voor de secte van Antoine de Genezer te Jemappes. Het gebouw kan ten hoogste 200 personen bevatten, doch er waren wel 600 geloovigen, zoodat de plechtigheid eenige malen moest worden herhaald; velen droegen een eigenaardig zwart kleed. Antoine, een indrukwekkende figuur van 65 jaar, met langen baard en haren begaf zich met zegenende gebaren naar zijn standplaats, een steenen voetstuck maakte toen een plechtige zegenbeweging, een schelletje klonk, en men kon heengaan. Velen weenden van dankbaarheid en ontroering.

    Delftsche courant, 10/10/1911

     

    Traduction :

        Inauguration d'un temple antoiniste. Le 10 septembre, un petit temple a été ouvert sur un haut plateau près de Verviers pour la secte d'Antoine le guérisseur de Jemappes. Le bâtiment peut accueillir jusqu'à 200 personnes, mais il y avait 600 croyants, donc la cérémonie a dû être répétée plusieurs fois ; beaucoup portaient une robe noire particulière. Antoine, un personnage impressionnant de 65 ans, avec une longue barbe et des cheveux longs, s'y rendit avec des gestes de bénédiction, un piédestal de pierre fit un mouvement de bénédiction solennel, une sonnette retentit, et on pouvait partir. Beaucoup pleuraient de gratitude et d'émotion.


    votre commentaire
  • père    Armand Joseph Dieudonné Gohy (12 nov 1880 - 30 mar 1957)

    mère    Ida Marie Louise Gohy (née Halleux) (30 déc 1880 - 9 mai 1955)


    fille
     Alice Marie Catherine Nizet (née Gohy)
        Née :        15 févr 1911     à :     Campagne de Bronde (Stembert)
        Décédée :    25 nov 1988 (à l'âge de 77 ans)    à :     Stembert
     


    votre commentaire
  •     M. Jean-Baptiste-Jacques-Edouard-Joseph Bragard, ébéniste, né à Chaineux le 15 juin 1877, demeurant à Dison.

        M. Armand-Joseph Gohy-Halleux, cultivateur, né à Stembert, le douze novembre 1880, demeurant à Stembert.


    M. Bragard :
    Commune de Stembert.
        Un temple, sis en lieu dit Campagne de Bronde, pour une contenance de 90 m2, joignant Gohy-Halleux, le chemin du Cerisier.

    M. Gohy :
        Ce dernier déclare renoncer à tous les droits de propriété quant à la citerne qui est contruite sous le temple ci-dessus affecté par M. Bragard, droits qu'il s'était réservé dans l'acte de vente.
        Tant que cette citerne existera, M. Gohy aura le droit de puiser l'eau par la pompe existant actuellement pour ses besoins.


    Procès verbal de la Fondation d'Etablissement d'Utilité Publique, le 3 octobre 1922
    Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice ou Relatifs à ce Département. Troisième série. 1922


    votre commentaire
  • source : Mon Pays, Verviers 2009-2010


    votre commentaire
  •  source : LAvenir.net 02/08/2010


    Nota : Le journaliste dirait qu'une cérémonie catholique donne "une impression d'être dans un autre siècle" ? Les costumes et les coutumes diffèrent, mais dans les deux cas, on est pas forcément habillé en jeans et basket.Ensuite, la présentation a du être très succincte, en effet. En tout cas, il est des plus comique que ce soit nous, les Antoinistes qui croyont à la Réincarnation et que ce soit lui, le journaliste qui réincarne Soeur Ghilaisne... qui était Représentante du Père. Et rappelons que la Belgique n'en a pas pour le moment... Le journaliste n'a donc rien compris...
    La "chaire de vérité" est la grande tribune où se poste le desservant pour l'Opération, le temple n'ayant pas de desservant, elle n'a pas actuellement d'utilité.Pour finir, concernant la mise en garde comme quoi l'oeuvre "est secte cataloguée dangereuse... en France !", en bon journaliste, j'aurais aussi précisé que le même pays, depuis 2005, a considéré comme obsolète le contenu de cette liste de mouvements sectaires de 1995, tant le gouvernement et les représentants parlementaires que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes)...

    Verviers - Dimanche. Quinze heures. Le temple antoiniste de la campagne de Bronde, à Stembert (Verviers), propose une lecture. On entre sans frapper.

    Bizarre. La sensation est prenante avec une impression d'être dans un autre siècle. Derrière la porte du temple, une dame tout de noir vêtue joue les portières. Présentation succincte. Peut-on prendre une photo ? « C'est pas possible, mon frère, répond soeur Ghislaine (Dumont) Il faut attendre la fin de la lecture qui va commencer. Elle dure 15 minutes. Après, vous irez trouver le frère René. C'est le représentant du Père. Allez donc vous asseoir ». Dans le temple, quelques bancs. On compte trois fidèles, des soeurs pour être dans la norme. Devant, face au mur tout noir où les paroles du Père éclatent en lettres blanches, deux frères sont en prières. En soutanes noires, genre redingotes dont le col remonte haut dans le cou. Quinze heures pile, le frère Jean-Paul (Furnémont) monte sur l'estrade montée devant ce qui doit être une chaire de vérité.

    C'est la lecture, l'enseignement, la vérité, l'arbre de conscience, le fluide qui guérit, l'amour de l'autre, les actes qui réconfortent. Au mur, une tocante. Quinze heures quinze pile, c'est fini. Frère Jean-Paul rejoint les soeurs et frère René (Souverains) réunis dans une salle jouxtant celle des prières, la sacristie en quelque sorte.

    « Ici, un dimanche par mois, on se réunit et on mange un morceau de tarte, confie une des trois antoinistes d'âge mûr. On discute. On pose des questions et tout le monde est le bienvenu » .

    Confidentiel le culte ? Sans aucun doute. « Mais il reste vivant, ponctue une autre fidèle. D'ailleurs, l'antoinisme a des temples un peu partout dans le monde et, aussi, dans la région. Il est le temple de la rue des Plantes, et celui de Spa, rue du Père Antoine. Celui de Stembert, où nous sommes, a été le seul consacré par le Père Antoine. Il y avait, en septembre 1911, un monde fou dans la campagne de Bronde. Il y avait le Père mais aussi la Mère. On a dû renouveler cinq fois l'opération tant les fidèles étaient en nombre ».

    Le Père, c'est Louis-Joseph Antoine, né à Mons-Crotteux (Liège) en 1846. Mineur à 12 ans, ouvrier métallurgiste, marié à Jeanne Collon (la Mère). Il découvre le spiritisme en 1890 et, fondant d'abord une société appelée « Les Vignerons du Seigneur », il guérit par le fluide dès 1901, recevant jusqu'à 100 malades par jour. Le culte antoiniste s'envole et le 15 août 1910, le Père Antoine consacre le premier temple de Jemeppe-sur-Meuse. L'opération générale, alors, guérit les malades. Aujourd'hui, cent ans après, elle soulage... les épreuves de la vie. Le fluide reste vecteur. Mais, au grand jamais, frères et soeurs pratiqueront un exercice cernant de près ou de loin un quelconque exercice illégal de la médecine. Antoine est mort le 25 juin 1912.

    « Non, il n'est pas mort. Il s'est désincarné, rectifie frère René ajoutant que le culte est une oeuvre morale basée sur la foi et le désintéressement. « D'ailleurs, le gouvernement belge l'a reconnue comme fondation d'utilité publique ».

    Mais elle est secte cataloguée dangereuse... en France !

    Jean BRASSEUR (L Avenir)

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • source : cartocit1.wallonie.be


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire