•     Dans le Nord, l'Unitif compte déjà une salle de lecture en septembre 1912 à Caudry, à Douzies-Maubeuge, et 2 à Hautmont.
        Pierre Debouxhay renseigne : Le Nord - grande zône de passage de la Belgique vers le bassin parisien - comptait quatorze maisons nouvelles : Aulnoye (mai 1914), Berzée (janvier 1914), Lille-Canteleu (juin 1913), Caudry (deux maisons nouvelles : novembre 1912 ; novembre 1913), Denain (deux maisons : novembre 1912 ; janvier 1914), Fontaine-au-Pire (juin 1913), Jeumont (mars 1914), Lezenne (août 1913), Marly (août 1913), Saint-Remi-du-Nord (mai 1914), Villers-Outreaux (novembre 1912), Walincourt (février 1913).
    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.266.

        En 1920, on compte encore une salle de lecture à Canteleu-lez-Lille, Hautmont, St-André-lez-Lille, et St-Rémy-du-Nord.

        Le Père Chéry, nous renseigne de la situation dans les années 50 :
        Région du Nord. - Le département du Nord, étant le plus proche de la Belgique, est aussi le plus envahi par les Antoinistes. Cinq temples pour ce seul département : Lille, où des centaines de personnes sont touchées, sans être nécessairement toutes des adeptes, Tourcoing, Croix (près de Roubaix 20.000 habitants), Valenciennes, Caudry (arrondissement de Cambrai, 12.000 habitants), où l'on trouve une douzaine de militants actifs et une dizaine de familles adeptes, du milieu ouvrier ; il y a culte tous les jours à 10 h. ; le 25 juin (anniversaire de la "désincarnation" du PÈRE, la grande fête antoiniste), on peut compter jusqu'à 300 personnes venant des environs. Dans le même département, on signale des groupements à Armentières (une salle de lecture, des réunions le dimanche à 15 h. et le mercredi à 19 h.), à Houplines (banlieue d'Armentières, réunions tous les dimanches, une trentaine de personnes, dont certaines viennent d'Armentières), à La Chapelle-d'Armentières (quelques unités), à Douai (un centre), Denain, Lecelles, La Briquette, Avesnes (quelques militants qui vont à Caudry), Damousies (trois familles, qui vont à Hautmont), Hautmont (culte mensuel). A Bruay-Thiers, il y en eut, mais ils ont disparu à la suite d'une action systématique des ligneuses et des religieuses garde-malades. Dans l'ensemble du diocèse de Cambrai, on note que les Antoinistes sont en perte de vitesse.
        - Dans le Pas-de-Calais, à Carvin, des propagandistes viennent de Lille, on les consulte pour les malades, réunions en famille tous les quinze jours, 15 à 20 adeptes. Signalés aussi Oignies et Libercourt.
    C.Ch. Chéry o.p., L'Offensive des sectes, 1954, p.263

        Encore actuellement, le frère Martin, tient la salle de lecture de Bourbourg, 47, rue de la République : réunion les 1° et 3° samedi de chaque mois à 15 heures.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  •  Culte Antoiniste
    Lecture de l'Enseignement du Père
    tous les premier et troisième samedis du mois à 15 heures.
    Tous peuvent y assister
         Bien fraternellement


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique