• Katholieke Encyclopaedie deel 2 (p.496-497)Katholieke Encyclopaedie deel 2 (p.496-497)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        Antoinisme, sekte in België en Frankrijk; mengelmoes van Christendom, spiritisme en pantheisme. Stichter is Louis Antoine, mijnwerker, later metaalbewerker in het Luiksche. Eerst medium, daarna geneemeester; vanaf 1904 (’05) doet hij zich voor als profeet met de zending een nieuwen godsdienst te stichten. Bij zijn dood (25 Juni 1912) geeft hij de gewaande macht aan zijn vrouw over. Aanhangers vooral werklieden, meest in het nijverheidsgebied van het Luiksche Walenland, waar eenige tempels zijn opgericht. Propagandatijdschrift: Antoine le guérisseur.               Allossery.
        Antoinisten, Antoinisme.  

    Source : https://www.ensie.nl/katholieke-encyclopaedie/antoinisme

     

    Traduction :

        Antoinisme, secte en Belgique et en France ; mélange de christianisme, de spiritisme et de panthéisme. Le fondateur est Louis Antoine, mineur puis métallurgiste dans la région liégeoise. Dès 1904-05, il se fait passer pour un prophète ayant pour mission de fonder une nouvelle religion. À sa mort (le 25 juin 1912), il a remis le pouvoir qu'il avait assumé à sa femme. Ses adeptes sont principalement des ouvriers, principalement dans la zone industrielle de la Wallonie liégeoise, où des temples ont été érigés. Revue de propagande : Antoine le guérisseur.       Allossery.
        Antoinistes, → Antoinisme.  


    votre commentaire
  • Medical sentinel. v.20 (1912) Medical sentinel. v.20 (1912)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    MEDICAL SENTINEL

    EXTRACTS

              Antoinism.

        An ex-miner named Antoine has founded in Belgium a new religion, which is said to number 160,000 followers, and in which the element of psychic healing forms a conventionally essential part. Antoine, the “Good Father” or the “Parent One,” as his adherents call him, is a man of 65, with flowing white locks and a patriarchal beard; his wife is "the Good Mother" in this sect. Antoine's home is at Temeppe-lez-Liege; hidden in a block of similar small houses, the prophet's dwelling is conspicuous only by the spire of his church, which adjoins it. For three years at least he has not left his house or garden. He is reputed a vegetarian, preparing his own food; he sleeps little, resting (it is said) only two hours during the night, the greater part of which he spends walking in his little garden, which has electric lights fitted up all around the walls; he never reads anything and will not see newspaper men (wise prophet!); he confines his healing to ceremonies in the church, where the services are of the simplest description. At 9 a. m. the congregation assembles; and an "adept,” the publisher of the sect's literature, takes his place at a desk under a raised platform. There is complete silence for half an hour, when the adept announces that operations will take place at certain hours on certain days, and that all who wish to be cured must have perfect faith. He then continues sitting absolutely still, not a muscle moving, and his watery eyes figed straight before him in an unblinking stare. At the stroke of 10 every one rises, and the "Parent One" enters by a side door and slowly walks up the steps to the rostrum.
        Wearing a black cassock, and with his gray hair falling over his shoulders, Antoine faces the congregation for a full minute without moving or uttering a sound. He then lifts his right hand toward them and holds it thus extended for another minute. And that is all! These two minutes make the service. The “Good Father” walks slowly out, and the adept observes: “Everyone whose faith is strong enough must be cured” – whereupon the church empties silently. No collection is made; but subscriptions are taken for the maintenance of the church.
        For six months Antoine is averred not to have spoken a word to any one. People have come at all hours, with all sorts of ailments and appeals. It seems he now effects his “cures” by deputy. His wife (or some other adept) stands in front of the applicant, and turning her eyes upward slowly waves her hand in the air, meaning thus to invoke Antoine, “the Healer.” The patient then departs, cured; or if not it is considered there has been a lack of faith. The badge of the sect is “the tree of the knowledge of the sight of evil,” represented by a white tree on a black background.
        One should not off-hand assume Antoine to be a charlatan. He seems to be very like Schlatter, who some twenty years ago, appeared in Albuquerque, New Mexico, and declared himself to be the Messiah, and that he could heal all bodily diseases and infirmities. But Schlatter seemed sincere, as seems also Antoine today. One may perhaps the betters comprehend Antoine by a brief consideration of the career of Schlatter.
        Francis Schlatter, a shoemaker, came to this country from Lorraine; he drifted out West, and led a roving life. At one time he lay in an Arkansas jail for six months, on a charge of vagrancy, and he behaved 80 well and was so much liked that, when his time was up, the authorities were loath to let him go. At Albuquerque he declared he had been twice called of God; and at each time had resisted. At the third call he obeyed, left his shoemaker's bench, went out into the mountains, bareheaded and barefooted, and fasted many days before returning to begin healing. At Denver, to which city he came in 1895, he received some two hundred thousand people in less than three months; these had all been attracted by the reports of his power to do medical miracles. He claimed that his power came direct from God. The laying on of his hands, the pressure of his hands, and his touch were the only means be employed. When the numbers became so great that he could not personally meet them all, he gave out that if the handkerchiefs of those who could not reach him or come to him were taken to him, he would bless these handkerchiefs; and that this would be as effectual as his personally touching the patients. He was a most powerful man physically; not large, he was wonderfully broad across the shoulders. Shaggy haired, blue eyed, he stood dressed in a leather wamus, such as butchers wear while at work. He invariably refused compensation; he never took money. “The Father will care for me” – and his statement was genuine and made in all sincerity.
        Schlatter was not consciously a charlatan; undoubtedly he believed he had a God-appointed mission. He was obsessed, if you will; but in like manner with Peter the Hermit, or Joan of Arc. His powers were, of course, exaggerated; stories of his cures were sure to be amplified and to multiply as they went abroad. Nor was there anything miraculous in the power he exhibited; but he was no doubt as much a victim of the delusion that such power was miraculous, as were those who believed in him. His “cures” would not surprise the student of psychotherapy. The characters of Antoine and Schlatter would seem to have much in common. – Medical Times.

    Medical sentinel. v.20 (1913)

     

    Traduction :

              Antoinisme.

        Un ex-mineur nommé Antoine a fondé en Belgique une nouvelle religion, qui compterait 160.000 adeptes, et dans laquelle l'élément de guérison psychique constitue une partie conventionnellement essentielle. Antoine, le "Bon Père" ou le "Père", comme l'appellent ses adhérents, est un homme de 65 ans, aux cheveux blancs et à la barbe patriarcale ; sa femme est, dans cette secte, "la Bonne Mère". La maison d'Antoine est à Jemeppe-lez-Liège ; cachée dans un ensemble de petites maisons similaires, la demeure du prophète n'est visible que par la flèche de son église, qui jouxte celle-ci. Depuis au moins trois ans, il n'a pas quitté sa maison ou son jardin. Il est réputé végétarien, préparant sa propre nourriture ; il dort peu, ne se reposant (dit-on) que deux heures pendant la nuit, dont la plus grande partie est consacrée à se promener dans son petit jardin, qui est éclairé par des lampes électriques tout autour des murs ; il ne lit jamais rien et ne voit jamais de journalistes (sage prophète !) ; il limite sa guérison aux cérémonies dans l'église, où les services sont des plus simples. A 9 heures du matin, la congrégation se réunit ; et un "adepte", l'éditeur de la littérature de la secte, prend place à un bureau sous une plate-forme élevée. Il y a un silence complet pendant une demi-heure, quand l'adepte annonce que les opérations auront lieu à certaines heures certains jours, et que tous ceux qui veulent être guéris doivent avoir une foi parfaite. Il continue alors à rester assis, absolument immobile, sans qu'un muscle ne bouge, et ses yeux larmoyants fixés droit devant lui dans un regard sans vie. A 10 heures, tout le monde se lève, et le "Père" entre par une porte latérale et monte lentement les marches jusqu'à la tribune.
        Vêtu d'une soutane noire, les cheveux gris tombant sur ses épaules, Antoine fait face à l'assemblée pendant une minute entière sans bouger ni faire de bruit. Il lève ensuite la main droite vers eux et la tient ainsi tendue pendant une autre minute. Et c'est tout ! Ces deux minutes font le service. Le "Bon Père" sort lentement et l'adepte observe : "Tous ceux dont la foi est assez forte doivent être guéris" – sur quoi l'église se vide silencieusement. Aucune quête n'est faite, mais des souscriptions sont acceptées pour l'entretien de l'église.
        Pendant six mois, on affirme qu'Antoine ne dit un mot à personne. Les gens sont venus à toute heure, avec toutes sortes de maux et d'appels. Il semble qu'il effectue maintenant ses "guérisons" par adjoint. Sa femme (ou un autre adepte) se tient devant le demandeur, et en tournant les yeux vers le haut, elle effectue un lent mouvement de la main, ce qui signifie qu'elle invoque Antoine, "le guérisseur". Le patient s'en va alors, guéri ; ou sinon on considère qu'il a manqué de foi. L'insigne de la secte est "l'arbre de la connaissance de la vue du mal", représenté par un arbre blanc sur fond noir.
        Il ne faut pas présumer qu'Antoine est un charlatan. Il ressemble beaucoup à Schlatter qui, il y a une vingtaine d'années, apparut à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, et se déclara le Messie, et qu'il pouvait guérir toutes les maladies et infirmités corporelles. Mais Schlatter semblait sincère, tout comme Antoine aujourd'hui. On peut peut-être comprendre Antoine par une brève réflexion sur la carrière de Schlatter.
        Francis Schlatter, cordonnier, est venu de Lorraine dans le pays ; il a dérivé vers l'Ouest, et a mené une vie itinérante. À un moment donné, il a passé six mois dans une prison de l'Arkansas, accusé de vagabondage, et il s'est si bien comporté et était si apprécié que, lorsque son temps était écoulé, les autorités ont été réticentes à le laisser partir. A Albuquerque, il déclara qu'il avait été appelé deux fois par Dieu et qu'à chaque fois il avait résisté. Au troisième appel, il obéit, quitta son banc de cordonnier, sortit dans les montagnes, la tête et les pieds nus, et jeûna plusieurs jours avant de revenir pour commencer la guérison. À Denver, ville dans laquelle il arriva en 1895, il reçut en moins de trois mois quelque deux cent mille personnes, toutes attirées par les rapports sur son pouvoir de faire des miracles médicaux. Il prétendait que sa puissance venait directement de Dieu. L'imposition de ses mains, la pression de ses mains et son toucher étaient les seuls moyens employés. Quand les nombres devinrent si grands qu'il ne pouvait pas personnellement tous les recevoir, il a annoncé que si les mouchoirs de ceux qui ne pouvaient pas l'atteindre ou venir à lui étaient pris, il bénirait ces mouchoirs ; et que ce serait aussi efficace que de toucher personnellement les patients. C'était un homme très puissant physiquement ; pas grand, il était merveilleusement large d'épaules. Cheveux longs, yeux bleus, il se tenait debout vêtu d'un wamus en cuir, comme le portent les bouchers au travail. Il refusait invariablement l'indemnisation ; il n'a jamais pris d'argent. "Le Père prendra soin de moi" – et sa déclaration était authentique et faite en toute sincérité.
        Schlatter n'était pas consciemment un charlatan ; il croyait sans doute qu'il avait une mission fixée par Dieu. Il était obsédé, si vous voulez, mais de même avec Pierre l'Ermite, ou Jeanne d'Arc. Ses pouvoirs étaient, bien sûr, exagérés ; les récits de ses guérisons étaient sûrs d'être amplifiés et de se multiplier à mesure qu'ils allaient à l'étranger. Il n'y avait rien non plus de miraculeux dans le pouvoir qu'il montrait ; mais il était sans doute autant victime de l'illusion qu'un tel pouvoir était miraculeux, que ceux qui croyaient en lui. Ses "cures" ne surprendront pas l'étudiant en psychothérapie. Les personnages d'Antoine et de Schlatter semblent avoir beaucoup en commun. – Medical Times.


    votre commentaire
  • Petru David - Călăuză creștină - Sectologie, p.106

     

        V. SECTE „UMANE” EUROPENE

        1 Antoinismul. - Fondată de minerul belgian Louis Antoine (1846-1912), recunoscut de adepţi ca profet, secta susţinea că posedă un fluid magnetic, cu ajutorul căruia poate vindeca orice boală şi poate învinge chiar moartea, fiindcă acest fluid acționează asupra sufletului. „Vindecarea” se făcea prin punerea mîinilor sau prin bucăți de pînză despre care se spunea că e „magnetizată”. Deşi nu se acorda nici o importanţă corpului, totuşi în scopul vindecării, se recomanda un regim sever, în special vegetal.
        Secta antoinistă are un caracter ocult, adică „vindecă” apelînd la un spirit din lumea cealaltă, chemat printr-un medium, în cadrul unor şedinţe de spiritism. Adepţii sînt liniștiți, lucrători în subterane, nu fac prozelitism şi posedă o biblie a sectei.

    Petru David, Călăuză creștină - Sectologie, p.106

     

    Traduction :

    V. SECTES "HUMANISTES" EUROPEENNES

         1 L’Antoinisme. Fondée par le mineur belge Louis Antoine (1846-1912), reconnu par les adeptes comme un prophète, la secte prétendait posséder un fluide magnétique capable de guérir toute maladie et même de vaincre la mort, car ce fluide agit sur l'âme. "Guérir" se faisait en plaçant ses mains ou des morceaux de tissu dits "magnétisés". Bien qu'aucune importance ne soit attachée au corps, cependant, dans un but de guérison, un régime sévère, en particulier végétal, est recommandé.
         La secte antoiniste a un caractère occulte, c’est-à-dire qu'elle "guérit" en faisant appel à un esprit de l’autre monde, appelé par un médium, lors de séances de spiritisme. Les adeptes sont des ouvriers paisibles et discrets, ils ne font pas de prosélytisme et ils possèdent un livre spécifique à la secte.

    Peter David, Guide chrétien - Sectologie, p.106


    votre commentaire
  • Antoinisme - a new sect (Fortnightly review)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                    Antoinisme – A New Sect

        M. Louis Timmermans contributes to the Belgian Catholic review, La Cité Chrétienne (No. 124) an article on “Antoinisme,” which he calls “une religion burlesque.”
        Antoinism is a new sect, established by Louis Antoine, a metal worker, born at Flémalle-Grande in 1846, and later a resident of Jemeppe. After frequenting Spiritistic séances, he finally became president of a sect and a healer, who at first prescribed a certain liqueur Coune, but, after being tried for illegally practicing medicine, substituted plain water, to which, as he asserted, he had communicated a magnetic fluid. Later he used magnetized paper in working his alleged cures. His fame grew and he soon posed as a prophet and religious founder. From 1905 to 1910 he wrote and published four books, which are even more obscure and incomprehensible than our own Mrs. Mary Baker Eddy’s Science and Health.
        Louis Antoine, whom his followers fondly called “Le Bon Père,” died in 1912, at the age of 66. Before his death he communicated his powers to his wife, Jeanne Catherine Collon.
        M. Timmermans deals in two separate sections of his paper with the philosophy and the theology of Antoine, who seems to have many followers, especially in Belgium and Holland. The author shows from Le Couronnement de l’Oeuvre Révélée, the most important of Antoine’s books, published in 1910, that the new system, if so it may be called, is based on three fundamental ideas, namely, a pantheistic conception of God, the unreality of the material world, and the existence of two egos in every man, a “moi conscient” and a “moi intelligent,” which pass through a series of reincarnations.
        Antoine’s religious system is based upon “an absolute and unshakable certainty”, which is that Louis Antoine is God and entitled to divine honors. He arrived at this conviction gradually by means of private revelations, which he did not, however, impose as dogmas upon his followers, for, as M. Timmermans remarks, “Le Bon Père knew how to be tolerant and prudent” where the promotion of his pet schemes was concerned. He denied the existence of moral evil and advised his adherents to follow their natural inclinations. “Sequere naturam,” was one of his chief ethical maxims.
        Since Antoine’s death his cult has become accentuated and a “liturgy" has been built up in conformity with his teachings. At their meetings the Antoinists wear special costumes, which are said to have been revealed by “Le Bon Père.” Their leading emblem is the “tree of the view of evil,” which is to remind the adepts that their main task is to cleanse themselves from evil, the existence of which Antoine so strenuously denied. There are many such flagrant contradictions in the system of “Le Bon Père.”
        As to motives of credibility, Antoinisme has absolutely none whatever; every feature of it is “grotesque, vulgar, absurd, odious.” The spread of unbelief is the principal reason for the growth of this burlesque religion, which can be successfully combatted only by the inculcation of the Christian truths and principles of life.
        Those interested in the tenets and activities of this new sect are referred to M. Timmermans’ article, from which we have derived the above-quoted data, and to the following brochures: Het Antoinisme, zijn ontstaan, eijn ziekenbehandeling, zijn godsdienst en zijn eeredienst, by Pastoor Verlinden, Antwerp, 1929; Antoine le guerisseur, sa thérapeutique, sa philosophie, by Canon Leroux, Bruxelles, 1924; and Révélations sur Antoine le guerisseur, by Kervijn, Bruxelles, 1911.

    Fortnightly review, April 1932,
    Vol. XXXIX, N°. 4, pp.86-87
    St. Louis, Missouri

    Source : https://archive.org/details/fortnightlyrevie3839unse/page/86


    votre commentaire
  • La religion du miracle, l'Antoinisme (L'Essor, 7 juillet 1928)

    La religion du miracle : l'Antoinisme

    « Son corps n'était qu'une plaie et le père Antoine la guérie, les aveugles voient, les sourds entendent et les malheureux s'en vont consolés. »

        Ainsi parle d'un ton onctueux, une lueur en ses yeux clairs d'enfant, un petit homme à barbiche, vêtu d'une soutanelle noire qui lui descend jusqu'aux genoux, tandis que la miraculée, une sorte de diaconesse, également vêtue de noir, l'écoute, mains jointes, un sourire d'extase illuminant sa figure aux traits flétris.
        Nous sommes dans le parloir où frère Baptiste Pastorelli, tailleur de son état et desservant du temple antoiniste, accueille les malades, les soulage et même les guérit, si toutefois leur confiance est assez forte (et leur maladie assez faible).
        Le temple est froid et nu. Sur les murs on peut lire des préceptes antoinistes :
        « Si vous m'aimez, vous ne l'enseignerez à personne, puisque vous savez que je ne réside qu'au sein de l'homme. »
        Et encore :
        « Si vous respectez toute croyance et celui qui n'en a pas, vous savez, malgré votre ignorance, plus qu'on ne pourrait vous dire. »
        Dans le fond du temple est figuré l'arbre de la science et de la vue du mal « car la science est mauvaise et la vue aussi ».
        Il y a environ un demi-siècle, un ouvrier belge, nommé Antoine, eut, vers la quarante-deuxième année de son âge, une révélation. Très affaibli physiquement, il sentit autour de lui, et le reliant aux autres hommes, la présence de fluides sur lesquels il lui était possible d'agir par la prière. En même temps, il comprit que, les maux du cœur étant causés par les maux de l'âme, cette même prière devant les guérir les uns et les autres. Il pria, se guérit lui-même et guérit ses voisins ; bientôt son pouvoir était tel qu'il put soulager une foule tout entière, voire même agir sur elle au loin par des « opérations générales ». Il appartenait évidemment à notre seule époque de voir le miracle collectif – le miracle en série, pourrait-on dire – et transmis à distance comme la parole l'est par le téléphone...
        Lorsque « père » Antoine mourut, « mère », (ainsi s'appelle Mme Antoine pour les fidèles) hérita de ses prérogatives, et c'est ainsi que, du temple de Jemmapes-sur-Meuse, pays de l'annonciateur, à dix heures du matin, les quatre premiers jours de la semaine, s'épand sur le monde le flot des grâces et des bénédictions.
        Aux mêmes jours et aux mêmes heures, en tous lieux, les adeptes prient. Dans chaque temple, le frère desservant monte au second palier de la chaire et là, les mains jointes, le regard fixant la voute, il s'unit en pensée à l'opératrice lointaine, à l'humble petite vieille de Belgique, qui se hausse à l'immense orgueil de prier pour toute l'humanité. Les yeux sur lui, les fidèles tentent, eux aussi, de participer à cette communion spirituelle et ainsi, sans souci des distances, se noue par dessus les frontières, par dessus les océans, la chaîne mystique qui, peut-être, et qui sait ? a vraiment le pouvoir de guérir, puisqu'il est tant de choses sur la terre et dans le ciel que ne comprendra jamais notre philosophie, et puisque enfin nous venons à peine de découvrir le monde mystérieux des fluides.
        Puis, sur les cours ainsi tendus vers les extases, voici que glisse, voici que chante l'archet d'une voix aux féminines douceurs. Sur le palier inférieur de la chaire, une jeune sœur lit les huit principes, les huit commandements que, par l'intermédiaire de son serviteur Antoine, Dieu a bien voulu faire connaître au monde.
        C'est une doctrine humiliée de pauvres gens et de simples où l'on reconnait des traces du christianisme, du socialisme de 1848, du romantisme, etc., qui sont restées pêle-mêle dans le cerveau d'un autodidacte, inapte à les bien comprendre et à les digérer.
        Voici cette doctrine. Méprisons l'intelligence, qui nous trompe. Ne nous croyons supérieurs à personne, fût-ce aux plus coupables. Ne prêchons pas. N'ayons pas l'orgueil de faire la charité. Quand vous voudrez connaître les causes véritables de vos maux, vous les trouverez dans l'incompatibilité de l'intelligence avec la conscience. Si vous ne doutez pas, tout ce qui est nécessaire vous sera donné par surcroît. N'oubliez pas qu'il a été dit : « Frappez et je vous ouvrirai, je suis dans le connais-toi ! »
        Le vague même de ces préceptes semble leur donner plus d'ampleur. Ce n'est pas bien neuf, mais les mélodies les plus connues ne sont-elles pas celles qui, nous frôlant aux points déjà sensibles, nous émeuvent le mieux !
        En fait l'auditoire vibre, et certains s'en vont soulagés, quitte, l'excitation passée, à retrouver leurs anciens maux.
        Le dimanche matin et chaque soir à sept heures et demie, à l'exception du samedi, on lit, non plus les principes mais l'enseignement et la vie du « père » – les évangiles après les commandements – enfin, le jour comme la nuit, un frère et une sœur sont de service, prêts à verser le baume antoiniste à tous ceux qui viennent à eux.
        Le nombre des fidèles va s'accroissant tous les jours.
        La Belgique, seule, compte plus de vingt temples, dont deux à Bruxelles. Ils se multiplient surtout dans ce pays anglo-saxon où florissent toutes les formes du mysticisme ; la France, enfin, si sceptique qu'elle soit, ne résiste pas à la contagion, puisqu'elle a déjà des temples à Paris, Lyon, Tours, Vichy, Caudry, Vervins, Aix-les-Bains. Il y a même un temple à Monaco ! Dans toutes les villes de province un peu importantes, des cérémonies ont lieu, à défaut de temples, en des maisons privées. A Paris même, il n'est guère de semaine où l'on ne voie les femmes en noir, les hommes en soutanelles et coiffés de leurs chapeaux haut de forme tronqués, suivre un cercueil que couvre un drap vert, couleur de l'espérance. C'est un enterrement antoiniste, et ceux-ci vont se multipliant.
        Ainsi que le fut l'évangile, cette doctrine toute de renoncement est propagée par des humbles, ouvriers pour la plupart, et qui vont de ville en ville, prêchant, guérissant suscitant autour d'eux des enthousiasmes que notre indifférence ignore, comme les Romains ignoraient le travail profond que le christianisme naissant faisait subir à leur empire déjà plus qu'à demi vermoulu...

    E. GASCOIN.

    Un prochain article nous parlera de la Christian Science (science chrétienne).

    L'Essor, 7 juillet 1928


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique