• Antoinisme (Dictionnaire rationaliste, 1964)

    ANTOINISME 

    Loin d'être (comme le décrivent à tort certains ouvrages d'inspiration confessionnelle) une simple nuance du spiritisme, l'Antoinisme est une véritable religion, et même une « Sotériologie » (du grec Sôter = sauveur), en ce qu'elle prétend assurer le bonheur posthume de ses adeptes. Cette religion, appelée parfois abusivement le gnosticisme, le mazdaïsme, le manichéisme, le docétisme, est issue d'éléments plus récents tels que les enseignements des Cathares (« Albigeois » et autres) et des Frères Moraves. 

    Son fondateur, Louis ANTOINE (1846-1912) né à Jemeppe près de Liège (Belgique), en pleine région houillère et industrielle, était le huitième enfant d'une très pauvre famille d'ouvriers mineurs. De santé débile, très sensible et impressionnable, avec une tendance innée au mysticisme, il dut descendre dans la mine dès l'âge de douze ans, fut ensuite apprenti métallurgiste, machiniste, colporteur, marteleur, et enfin contremaître métallurgiste. Marié en 1873 avec une très pauvre ouvrière, Jeanne COLLON (qui après la mort d'Antoine, deviendra en 1912 « la Mère » du mouvement religieux dont il restait « le Père), il partit en 1879 comme contremaître aux usines Cokerill de Varsovie, où sa femme exploita une pension de famille. Lui-même faisait des voyages annuels vers le sud de la Russie, chez les Doukhobores (les Lutteurs de l'Esprit), successeurs des Bogomiles, eux-mêmes successeurs des Cathares, et chez les Skopses et les Chlystes (ou Flagellants russes). Il revient avec sa femme en Belgique en 1886, nanti d'une assez jolie fortune de source mystérieuse, et acquiert dès son retour une vingtaine de maisons ouvrières à Jemeppe, tout en exerçant diverses professions en dehors de la gestion de ses immeubles. 

    Il commença vers 1895 son apostolat mystique et charitable, mêlé de pratiques thaumaturgiques, avec passes magnétiques (d'abord individuelles et plus tard collectives), et aussi, d'interventions médicales à base de perchlorure de fer (liqueur de Koene). Dès cette époque, il avait l'allure d'un illuminé, hirsute, névropathe, et impérieux. En outre, il fut, de 1889 à 1901, attiré par le spiritisme kardéciste, mais il rompit solennellement et définitivement en 1907 avec le spiritisme en le dénonçant en bloc comme un matérialisme. 

    Condamné en 1901 pour pratique illégale de la médecine, il épura sa thaumaturgie par une spiritualisation radicale, et fut triomphalement acquitté en 1907 des nouvelles poursuites pénales du même chef. 

    Un arrêt royal de 1922 devait approuver la constitution en établissement d'utilité publique de l'Antoinisme, qui jusqu'alors, aurait réuni en Belgique et aussi en France, environ un million d'adeptes, et qui posséda jusqu'à 1938 temples et « maisons de lecture », toujours dans des régions minières ou industrielles (Liège, le Borinage Belge, la région de St-Nazaire, etc.) où la pauvreté des masses ouvrières était intense et leur vie précaire. En tout cas, il y avait eu en Belgique, en 1920, 160 000 pétitionnaires pour demander au Parlement une loi spéciale de reconnaissance officielle de l'Antoinisme. 

    En 1912, Antoine meurt, et malgré les efforts de « la Mère » et de quelques disciples, l'Antoinisme tombe, vers 1920, à la moitié du chiffre des adeptes de 1912 et à un total de 66 temples et maisons seulement. L'Antoinisme se perpétue toutefois actuellement encore au pays de Liège dans les milieux ouvriers de mineurs et de métallurgistes, et même à Paris. 

    La presse de l'Antoinisme avait été successivement : Les Vignerons du Seigneur (1900, encore spirite) et le Petit Catéchisme spirite, le Flambeau (1907, antispirite et nettement spiritualiste), l'Unitif (1911) et la Revue du Nouveau Spiritualisme ou Aurore de la Conscience (1907). 

    L'enseignement de l'Antoinisme est basé sur la haine de l'intelligence et la foi dans la conscience, base de la morale et de l'action, avec un effort idéaliste de tendance déjà nettement « intérioriste » (recherche de la conquête du « Dieu intérieur » et individuel comme couronnement de la conscience morale de chaque homme). Cet enseignement a pu croître et en partie se maintenir grâce à un spiritualisme assez vague panthéiste mais candidement philanthropique, uni à un sentimentalisme charitable et agissant, et au prestige de la formule antoiniste nettement « sotériologique » de la « joie perpétuelle par la souffrance du dévouement et du sacrifice ». Perfectionnement individuel et inconscient par la succession, sans fin des réincarnations qui rapprochent progressivement l'homme de la Divinité.                         M. M. 

    Dictionnaire rationaliste,
    Editions de l'Union rationaliste,
    Paris, 1964, pp.34-35.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :