• Jupille (1918)(vendu)

    Jupille (1918)

    Adresse : 150, rue Charlemagne (coin de la rue du Commandant Duchesne) - 4020 Liège (Jupille-sur-Meuse)


    Agrandir le plan

     

    Style : Art Nouveau

    Panneau : Ecole du Nouveau
    Spiritualisme
    Vendredi
    à 19 heures
    pour tous renseignements
    04 227 02 27 / 04 233 73 78
    Tous les cours sont gratuits

    Temple sans photo

    Date de consécration (par Mère) : 25 août 1918

    Temple vendu en 2014 (une maison et une annexe avait déjà été vendues respectivement 2001 et 2006)

    Anecdote : En 1934, un seul don anonyme a permis d'agrandir le temple de Jupille. Il a dû être réparé après la Deuxième Guerre mondiale.
    En 1930, il y avait une quinzaine d'adeptes costumés fréquentant le temple (Pierre Debouxhtay, p.288)
    L'école du Nouveau Spiritualisme a donné jour à la solidarité de groupe. Vu le peu d'intérêt rencontré, la Solidarité de groupe a pris fin et le temple a finalement était vendu.

  • Jupille - Culte Antoiniste - Tympan du temple

     Tympan du temple.
    La façade porte également la mention ANNO 1918 indiquant la date de sa consécration (25 août 1918)

     


    votre commentaire
  • Jupille (Liège) - Rue Charlemagne 150 (Google Satellite - Vue 3D)

    source : Google Satellite - Vue 3D


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • source : bing.com


    votre commentaire
  • source : bing.com


    votre commentaire
  • source : cartocit1.wallonie.be

    Rue Charlemagne 150, 4020 Jupille-sur-Meuse, Liège

    Caractéristiques
    Type de bien     Bien
    Superficie de la parcelle     179m2
    Largeur de la parcelle     11m
    Profondeur de la parcelle     16m
    Surface estimée du jardin     20m2
    Coordonnées     50°38'37.5"N 5°37' 36.1"E
    Orientation du jardin/arrière maison     Nord
    Nombre de façades     Maison individuelle
    Zone inondable     Hors zone inondable

    https://www.realo.be/fr/rue-charlemagne-150-4020-jupille-sur-meuse/1053614?


        Il n'est pas indiqué sur le site ici.be.


    votre commentaire
  •     A Jupille, il y a environ 60 personnes, dont 40 Jupillois, à la réunion du dimanche, vers 1930.

    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.288, note 85


    votre commentaire
  •     Pierre Debouxhtay nous renseigne qu'une salle de lecture existait à Jupille déjà en juillet 1913 (33 rue Piedbœuf).

        Le temple put être construit en 1918.

        Une salle de lecture existait encore vers 1920 à Jupille, route de Fléron.


    votre commentaire
  • JUPILLE , commune du canton de Liège-Est ; bornée au N. par Herstal, N.E. par Wandre, E. par Bellaire et la Queue-du-Bois, S.E. par Fléron et Beyne-Heusay, S.O. et O. par Grivegnée, N.O. par Liège.
    A 3/4 de 1. de Bellaire, 1 1/4 de Fléron , 1 1/2 de Grivegnée, et 1 E. de Liège.

    Ses dépendances sont : les Bruyères, à 1/4 de l. du chef-lieu; le château de Fayenhois, à 3/4 de l.; la Ruelle-des-Juifs, à 1/2 l.; les Pietresses, à 1/2 l.

    Une partie du terroir est située dans le bassin de la Meuse ; le reste est entrecoupé de collines. Le terrain est argileux, caillouteux, schisteux. L'épaisseur de la couche végétale varie de 10 à 60 centim. On y trouve de la chaux carbonatée dodécaèdre, raccourcie et magnesifère primitive. La Meuse longe le territoire de cette commune au N.; un ruisseau venant de Fléron le traverse dans sa plus grande longueur. De Rickman, dans une satyre qu'il composa vers 1700, parle d'une Fontaine minérale de Jupille, qu'il tourne en ridicule.

    La commune compte 320 maisons, la plupart construites en briques ; couvertes en paille et en ardoises ; en partie agglomérées. L'intérieur du village est pavé. On y remarque quelques belles maisons de campagne, et l'ancien château de Jupille, situé à gauche sur la route de Liège. Quoique ce château ne soit pas celui que le séjour de Pépin a illustré, sa construction fait connaître qu'il est ancien. — l'église dédièe à St.-Amand.

    L'agriculture et l'exploitation des Usines et des houillères, forment les principales branches d'industrie. On y cultive le froment, le seigle, l'épeautre, l'avoine, l'orge, le trèfle, les fourrages, le houblon. Légumes et fruits. Quelques bois taillis. — 6 moulins à farine mus par eau, 2 fouleries de serges, 2 papeteries, 2 filatures de laine, 1 fabrique de chaudières de machines à vapeur, 1 fabrique de colle-forte en non activité, 1 distillerie. — On y trouve aussi un grand nombre de cloutiers. — Foire : le 28 octobre; celles des 15 avril et 24 juin ne sont plus suivies. Ces foires ont été établies en 1818. — La route de Liège à Aix-la-Chapelle touche le territoire au S. Celle de Jupille à Liège a été construite en 1773, et reconstruite en 1823.

    Population : 2124 habitans.

    Superficie : 675 h. 87 a. 93 c.

    Ci-devant : pays de Liège. Il y avait une haute cour de justice, dont ressortissaient Chênée, Beaufays et Grivegnée.

    Histoire : On prétend que Jupille fut une maison de plaisance, ou la demeure ordinaire du fameux Pépin de Herstal, qui y mourut le 16 décembre 714. Foullon et Bouille avancent que le roi Pépin-le-Bref y a tenu sa cour. Il y célébra les Pâques de l'an 700. Plusieurs croient que Charlemagne y a pris naissance.
    Le village de Jupille, l'un des plus anciens du pays de Liège, a été aussi un des plus vastes fiefs qui y fussent compris. Il tenait un rang distingué entre les biens de ces braves et fameux ducs d'Austrasie, qui formèrent la seconde race des rois de France. Le partage qui se fit de l'Austrasie, en 870, mit Jupille entre les mains de Louis-le-Germanique, dont les descendans formèrent en Allemagne une branche séparée, qui par son extinction donna lieu à l'établissement d'un empire électif à qui tous ses biens furent adjugés. Jupille suivit le sort commun, et passa d'empereur à empereur jusqu'à Henri II, surnommé le Saint, qui en gratifia l'église de Verdun, qui se maintint dans cette possession jusqu'à l'an 1206, époque où l'église de Liège reçut la terre de Jupille à titre d'emphitéose sous la redevance annuelle de cent marcs liégeois. Le diplôme de cette concession se trouve dans Fisen et dans le Recueil diplomatique de Miré.

    On voyait dans le village , les ruines d'une tour, qui passent pour les restes du palais de Pépin ; mais depuis 2 ou 3 ans, ces ruines sont entièrement disparues.

    Il y avait aussi à Jupille un couvent de Minimes et un autre de Sépulchrines, qui ont été supprimés par le gouvernement français.


    Dictionnaire géographique et statistique de la province de Liège (Henri Joseph Barthélemi Del Vaux) - 1835
    source : GoogleBooks


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique