• Les thaumaturges (Le Matin, 2 février 1925)

    LES THAUMATURGES

       La volonté da malade
             peut devenir
    l'ouvrière de la guérison

        Je continuerai mon apostolat malgré ma condamnation, a dit Jean Béziat, le guérisseur d'Avignonet, car ma tâche est de guérir et de sauver.
        Tel est le cas de beaucoup de ces thaumaturges qui vivent en marge de la médecine et prennent figure de martyrs persécutés par la science-officielle. Recueillant des malades désespérés ou naïfs, ils bénéficient de la crédulité de ces malheureux qui implorent le miracle.
        L'homme, « animal mystique », comme l'appelait Emile Faguet, a toujours eu soif de merveilleux ; l'attraction vers le mystère n'a été l'apanage d'aucune époque et les siècles les plus sceptiques furent souvent les plus crédules. Malgré les progrès de la science, l'être humain, esclave de son imagination, restera éternellement amoureux du miracle et du surnaturel.
        C'est pourquoi les guérisseurs et les la thaumaturges ont toujours eu une très grande vogue, car, prétendant commander aux forces inconnues, ils manient les prétendues puissances occultes pour les résoudre en bienfaits étonnants, sous forme de miracles.
        Les cérémonies des thaumaturges se déroulent avec apparat et certains traitements collectifs sont demeurés célèbres dans le monde entier. Qui ne se souvient du père Antoine, créateur d'un culte, « l'antoinisme », dont les fidèles sont encore très nombreux, et enfin du zouave Jacob, qui fit courir tout Paris et dont le succès fut formidable.
        La plupart des thaumaturges sont généralement mystiques dans leur méthode et dans leurs doctrines, justement parce qu'ils sont ignorants et convaincus, ayant une foi aveugle en leur pouvoir.
        Le guérisseur d'Avignonet mêle à la fois la prière, l'exhortation religieuse, l'imposition des mains et le souffle chaud, et parfois le miracle éclate aux yeux émerveillés d'une foule dans laquelle passe un de ces grands courants de sympathie dont nous soupçonnons à peine la nature. L'émotion fait vibrer tous les organismes, accorde tous les esprits, au point que le moindre fait, la moindre manifestation d'une volonté énergique suscitent au même moment, chez tous les assistants, les mêmes sensations et les mêmes illusions, transformant pour un instant le rythme de la vie.
        Le guérisseur guérit parfois là où ont échoué des médecins, parce qu'il exalte les forces merveilleuses contenues dans le subconscient des malades eux-mêmes, intensifiées encore par l'émotion et la foi.
        Dans ces conditions des cicatrisations rapides peuvent se faire. Les collections de microbes peuvent être en peu de temps détruites, car, sous l'influence de ce choc psychique, les conditions physiques de l'individu sont transformées. En plus des affections dites nerveuses, un grand nombre de maladies restent soumises aux influences psychiques.
        Emotion, autosuggestion, ébranlement psychique, telles sont les forces qui produisent la guérison miraculeuse.
        Le médecin, au lieu de dédaigner les rebouteux, les thaumaturges et les guérisseurs devrait s'intéresser à leurs procédés, car il comprendrait mieux le rôle joué par le moral comme facteur de guérison, et il utiliserait les éléments psychiques pour agir sur le physique. Il apprendrait aux malades à utiliser les forces merveilleuses de la pensée en leur disant :
        « Oui, vous avez parfois raison de compter sur la guérison miraculeuses de votre mal, mais le sanctuaire ou le miracle s'élabore est en vous-même. Sachez que pour se guérir, il suffit parfois simplement d'un sursaut de la volonté, qui peut devenir l'ouvrière de la santé. »

                                                Docteur Pierre Vachet,
                                                     professeur à l'Ecole de psychologie.

    Le Matin, 2 février 1925


    votre commentaire
  • Titre : Les guérisseurs
    Éditions : Informations sociales, bulletin mensuel à l'usage des services sociaux
    Union nationale des caisses d'allocations familiales, août 1956


    votre commentaire
  • Titre : Conférence de M. A. L'Esprit : Médicaments, remèdes et produits d'allure religieuse
    Éditions : Bulletin de la Société archéologique, historique & artistique le Vieux papier, 1914, p.2-23


    votre commentaire
  • Auteur : Henri Allorge
    Titre : Les bâtards d'Esculape (à propos du livre éponyme de Paul Moinet)
    Éditions : Le Courrier d'Épidaure : revue médico-littéraire, Paris, 4e année n°3, mars 1937, p.27-32
     

    votre commentaire
  • Au Pays des Miracles
    Les guérisseurs modernes et leurs clients
    par Marcel Réja

    dans série d'articles dans le Paris-Soir du 17 au 25 juillet 1927 :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique