• Arbre de la Science de la Vue du Mal

     

        Extrait de la Révélation, page 190, L'Arbre de la Science de la vue du bien.
        Vous pourriez me demander pourquoi, si nous démontrons le bien, notre devise représente la vue du mal ; je vais vous l'expliquer :
        Notre intelligence qui a cette vue, semblable à un manomètre* marque notre infériorité ; nous apercevons le mal que pour autant que nous en possédons. S'il n'est que le reflet de notre imperfection, ne devrions-nous pas baisser les yeux d'autant plus qu'il nous apparaît davantage dans nos semblables et ne devrions-nous pas rougir de prétendre travailler pour l'humanité plutôt que pour nous-même. (Que savez-vous du culte antoiniste ?).

     

        Unique réel symbole antoiniste, représentant un arbre.

        L'Arbre est un symbole repris dans beaucoup de philosophies ou religions, le Père disait qu'il servait de transition entre la vie matérielle et la vie spirituelle. (Que savez-vous du culte antoiniste ?)

        Pourquoi "la vue du mal" ? Parce que c'est notre fausse vue qui nous fait voir tout l'opposé de la Réalité.
        C'est un rappel contant de notre vue du mal, de ce que nous devons surmonter pour être heureux. (Que savez-vous du culte antoiniste ?).

        On pourrait également se demander pourquoi "de la science", et non "de la conscience" ? Simplement parce qu'il faut se baser sur la matière pour accéder à sa nature profonde, la matière, nous montrera inversement notre conscience. La vue du mal étant illusionnée par la matière, on ne peut que se baser sur elle pour la corriger.

        Régis Dericquebourg précise une interprétation : "Il symbolise l'Incarnation. Le tronc figure le 'moi intelligent', c'est à dire le moi incarné. Les sept branches sont la vue de ces péchés dite 'vue du mal'. Les racines évoquent ce qui nous relie à la matière : l'intelligence." Cela représente le point de vue uniquement français.

     

    * Manomètre : Appareil servant à mesurer la pression d'un fluide dans un espace fermé (défition du TLFi). Quelques scientifiques utilisèrent cet appareil dans leurs expériences pour expliquer le phénomène spirite (notamment sur Eusapia Palladino).

     

        Il est représenté dans tous les temples et les salles de lecture. Il est reproduit sur les faire-parts de décès. Il est porté sous forme d’emblème pendant les fêtes et les enterrements par le porte-arbre. Plus rarement encore il est représenté sur des tombes.


  •      Sorte de "shema Israël", profession de foi de l'antoinisme.

    Louis Antoine en eut la révélation en 1905, et fut publié dans l'Enseignement. Le travail moral est guidé par ce texte, puisqu'il donne l'importance de la foi et de l'amour du prochain. Dans cette première publication, on la retrouve p.105-106 comme suit :  

    ... Quand l'homme sera pénétré de cette vérité de l'origine des maladies, il n'aura plus recours au médecin qui traite le corps, il recherchera celui qui traite l'âme et, par sa foi, il guérira radicalement le corps en guérissant l'âme où réside l'imperfection qui est l'origine de toute souffrance.

    M.H.
        Qu'entendait Jésus par cette parole : "On ne peut servir Dieu et Mammon" ?

    M. ANTOINE
        Nous servons Dieu quand nous sommes fidèles à ses lois. Le croyant doit voir dans un ennemi Dieu lui-même. S'il n'aime pas son ennemi il n'aime pas Dieu, car c'est l'amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir, c'est le seul amour qui nous fait vraiment aimer, parce qu'il est pur et de vérité.

     

     


    Dans les temples, au-dessus de ce texte, un point avec deux flèche horizontale (en général), symbolise, pour l'es antoinistes français "le phare qui éclaire les êtres". Dans les Salles de lecture en France, ce ne sont pas des flèches, mais des traits, car le fluide n'est pas présent de la même manière dans ces dernières. En France, il n'y a pas de point à la fin, car la vérité (le dernier mot de l'Auréole) est infinie.

    En voici le texte : 

    UN SEUL REMÈDE PEUT GUÉRIR L'HUMANITÉ : LA FOI ;
    C'EST DE LA FOI QUE NAÎT L'AMOUR ; L'AMOUR QUI NOUS
    MONTRE DANS NOS ENNEMIS DIEU LUI-MÊME ; NE PAS AIMER
    SES ENNEMIS, C'EST NE PAS AIMER DIEU ; CAR C'EST L'AMOUR
    QUE NOUS AVONS POUR NOS ENNEMIS QUI NOUS REND DIGNES
    DE LE SERVIR ; C'EST LE SEUL AMOUR QUI NOUS FAIT
    VRAIMENT AIMER PARCE QU'IL EST PUR ET DE VÉRITÉ

    En France, il est ajouté : L'ENSEIGNEMENT DU PÈRE, C'EST L'ENSEIGNEMENT DU CHRIST, RÉVÉLÉ À CETTE ÉPOQUE PAR LA FOI.

    Auréole de la Conscience

    * Auréole de la Conscience

     

    Intérieur du Temple
    de Jemeppe-sur-Meuse

     

    Intérieur
    du Temple
    de Vichy


  • * Connais-toi

        Dieu est dans le "Connais-toi", c'est en faisant son inspection de façon rigoureuse, un travail moral que nous pourrons progresser et découvrir le Dieu en nous qui n'est qu'amour et bonté. Il n'est donc pas utile de prier avec des paroles ou devant un sujet (gourou, Jésus en croix, tétragramme, totem, etc.) pour y arriver, même si cela peut être nécessaire pour certaines personnes pour se trouver elle-même.

    * Connais-toi


  • Définition : [Chez l'homme, à la différence des autres êtres animés] Organisation de son psychisme qui, en lui permettant d'avoir connaissance de ses états, de ses actes et de leur valeur morale, lui permet de se sentir exister, d'être présent à lui-même; p. méton., connaissance qu'a l'homme de ses états, de ses actes et de leur valeur morale :
    1. La conscience puise ses aliments dans l'immense milieu qu'elle résume en soi; mais elle ne le résume et ne le contient qu'en le dépassant, qu'en formant une synthèse originale, qu'en devenant l'acte de toutes ces conditions et de ces puissances subalternes.
    M. Blondel, L'Action, 1893, p. 103.
    2. ... il est impossible d'assigner à une conscience une autre motivation qu'elle-même. Sinon il faudrait concevoir que la conscience, dans la mesure où elle est un effet, est non consciente (de) soi. Il faudrait que, par quelque côté, elle fût sans être conscience (d') être. Nous tomberions dans cette illusion trop fréquente qui fait de la conscience un demi-inconscient ou une passivité. Mais la conscience est conscience de part en part. Elle ne saurait donc être limitée que par elle-même.
    Sartre, L'Être et le Néant, 1943, p. 22.
    3. ... l'unité de la conscience se construit ainsi de proche en proche par une « synthèse de transition ». Le miracle de la conscience est de faire apparaître par l'attention des phénomènes qui rétablissent l'unité de l'objet dans une dimension nouvelle au moment où ils la brisent.
    Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945, p. 39.
    − [La conscience chez l'homme, p. oppos. aux végétaux et aux animaux] :
    4. Radicale aussi, (...) est la différence entre la conscience de l'animal, (...) et la conscience humaine. Car la conscience correspond exactement à la puissance de choix dont l'être vivant dispose; elle est coextensive à la frange d'action possible qui entoure l'action réelle : conscience est synonyme d'invention et de liberté. Or, chez l'animal, l'invention n'est jamais qu'une variation sur le thème de la routine.
    Bergson, L'Évolution créatrice, 1907, p. 264.
    ♦ [La conscience en tant qu'elle est prêtée à l'univers dans les visions poétiques, animistes] Dans toute la Nature, il [l'artiste] soupçonne une grande conscience semblable à la sienne (A. Rodin, L'Art, 1911, pp. 218-219) :
    5. Sache que tout connaît sa loi, son but, sa route;
    Que, de l'astre au ciron, l'immensité s'écoute;
    Que tout a conscience en la création...
    Hugo, Les Contemplations, t. 3, La Bouche d'ombre, 1856, p. 435.
    − P. méton. L'être humain même, en tant qu'il est doué de conscience. On ne peut pas réaliser que les autres gens sont des consciences qui se sentent du dedans comme on se sent soi-même, dit Françoise (S. de Beauvoir, L'Invitée, 1943, p. 14).

        Selon Louis Antoine, elle devrait toujours nous guider pour agir naturellement selon notre nature, car elle ne peut se tromper, elle reflète notre Vérité, la part de Dieu qui est en nous. Elle ne peut douter. Cependant, c'est elle qui nous renseigne de notre vrai "moi", et un examen est toujours nécessaire pour progresser.

        Elle est opposée à l'intelligence.


  • * Consultation moraleRemarque: Texte extrait d'une brochure distribuée, naguère, au Temple Antoiniste de LIEGE (Quai des Ardennes)

     

          Du dimanche au jeudi inclus, toujours y compris les jours de fête, les personnes qui le souhaitent peuvent consulter le frère costumé qui se tient gratuitement à leur disposition et qui les reçoit dans un isoloir conçu à cet effet. Ces consultations morales ont pour but d'aider le consultant pour tous les cas, sans exception, qui pourraient les préoccuper : maladie, épreuves morales, dissension dans le ménage, problèmes familiaux, problèmes de travail, accidents...tout ce qui est de nature à nous faire subir une épreuve qui pourra se solutionner grâce à l'aide combien précieuse du Père ANTOINE.

     

         A la lecture du soir, les consultations sont également possibles.

     

         En dehors de ces consultations le frère recevra, sauf si momentanément absent, également pour les cas graves et urgents.

     

    source : http://antoinisme.20six.fr/


  • desservant du temple de Nice, Frère et Soeur Benedetto    Adepte costumé ayant la charge d'un Temple. Il nomme les chefs de groupe des salles de lecture rattachées à son Temple. Il recevront selon les horaires indiqués sur le panneau d'entrée du Temple, ou à n'importe quel moment, en cas d'urgence, en sonnant.
        Il est donc chargé de la consultation, de faire les Opérations générales (en général, en Belgique, les 4 premiers jours de la semaine, à des horaires variables selon le Temple ; en France, le dimanche, à 10h), de la supervision des lectures de l'Enseignement (en Belgique, le dimanche à 10h et/ou les 4 premiers jours de la semaine à 19h ; en France, le dimanche à 10h et les 5 premiers jours de la semaine à 19h).

        Il n'est pas rénuméré ni par l'Etat, ni par le Culte. Les oboles reçues sont déposées à la caisse centrale. Il peut en retirer uniquement la somme nécessaire à l'entretien de son Temple.

       Dans l'Historique du Culte Antoiniste, on trouve : "Se basant sur l'Enseignement où il est dit : "Tous les systèmes sont bons jusqu'à ce que nous ayons des signes démontrant le plus de FOI possible", les dirigeants du Culte acceptent que chaque desservant travaille dans son temple suivant sa FOI et sa compréhension. Le Représentant du PÈRE est là pour les soutenir dans leur tâche et prendre les décisions se rapportant au travail moral de l'ensemble du Culte".


  • Une école du Nouveau Spiritualisme a été créée en septembre 2000.

    Les cours sont donnés par des personnes de bonne volonté, désignées par le Représentant du Père. Ils ont pour but l'étude de l'Enseignement Moral révélé par le Père Antoine.

    Ils sont destinés aux nouveaux adeptes, aux personnes qui s'intéressent aux questions philosophiques ainsi qu'à tous ceux qui veulent sortir de toutes les difficultés que suscite la vie matérielle de cette époque. Le programme des cours ainsi que le contenu de ceux-ci sont approuvés au préalable par le Représentant du Père.

    Tout comme pour toutes les autres activités du Culte Antoiniste, ces cours sont gratuits et n'entraînent aucune obligation de quelque ordre que ce soit.

    Classe de Jupille, rue Charlemagne, 150
        Le vendredi à 19 heures.

    Classe de Huy, rue de France, 22
        Le 3ème jeudi du mois à 19 heures.

    Classe de Jemeppe, rue Rousseau, 8
        Un samedi du deux à 14 heures.

    Classe de Liège 1, rue Hors-Château, 17
        Le 2ème dimanche du mois à 10 heures (après la Lecture).

    Classe de Liège 2, quai des Ardennes, 71
        Le 2ème mardi du mois à 19 heures.

    Classe de Mons, Avenue du Général de Gaulle, 143
        Le dimanche à 10 heures 30.

    Classe de Spa, Rue du Père Antoine, 2
        Un samedi par mois de 14 à 16 heures (à 15 heures à partir de 2010).

    Pour tous renseignements s'adresser au n° 04/233.73.78

     

    Vous pouvez consulter l'agenda du culte en bas de la page d'accueil de ce site.


  •     Acte de "prière" (dans un langage classique) : "Nous ne pouvons pas définir l'élévation de pensée, parce que nous n'avons pas tous la même conception de la divinité. Certains contemplent la représentation d'une figure, d'autres une lumière ; il en est qui n'ont que la pensée sans rien contempler. Tous les systèmes sont bons jusqu'à ce qu'on arrive à posséder la plus grande foi possible, car cette vertu nous est indispensable pour savoir comment nous devons prier." (La Révélation par le Père, 13).

        On peut demander à faire une Elévation de pensée, après avoir assister à une Opération générale, pour marquer une étape importante de sa vie, comme un mariage, la mort ou l'anniversaire de la mort de quelqu'un, un baptême d'un neveu, etc. ou même son propre baptême chrétien ou sa bar-mitzvah, puisqu'on peut contiuer de pratiquer une autre religion, tout en fréquentant un Temple.


  •  

    Paris. Reportage sur les Antoinistes - Fonds Marcel Cerf (1935-1936)

    * Fêtes du culte (Fête de Père)    Les fêtes du culte antoiniste sont :
    - le 15 août, jour anniversaire de la consécration du temple de Jemeppe-sur-Meuse (BELGIQUE) et de  la sanctification du culte antoiniste (le 15 août 1910) ;
    - 25 juin, fête du Père (désincarné le 25 juin 1912) ;
    - 3 novembre, fête de Mère (désincarnée le 3 novembre 1940).

        En France, les Pâques, l'Ascension, la Pentecôte, la Toussaint et la Noël sont les autres fêtes célébrées dans le culte antoiniste.

        En Belgique, revenu à ce que faisait le Père, il n'y a que 15 août qui soit fêté. Lire à ce sujet, un extrait de l'Unitif :

        L'antoinisme ayant le plus grand respect du libre arbitre de chacun, ne condamne en rien les us et coutumes des différentes cultes existant sur le globe ; n'obéissant qu'à la conscience, il ne fait aucune distinction entre telle ou telle secte ou religion, ne contrarie aucune des règles qui y sont établies. Mais il n'en prescrit particulièrement aucune, il n'impose à ses adeptes aucune obligation.
        Un seul jour, cependant, doit nous être sacré, à nous qui nous disons antoinistes : c'est le 15 août, jour anniversaire de la sanctification du culte et de la consécration du temple. Le 15 août doit être pour nous une date à jamais mémorable, il serait bon que celui qui peut se déplacer assiste à l'opération ce jour-là, ce serait un bon accomplissement du devoir, afin de perpétuer dans les siècles à venir la cérémonie qui a eu lieu le 15 août 1910.

        L'Unitif n°11, p.15 - signé Un adepte encore novice


  •  * Fluide

    (source : Photo Boucher, Tours ; Pierre Debouxhtay, Antoine le guérisseur et l'Antoinisme)

       "Il en existe autant que de pensées ; nous avons la faculté de les manier et d'en établir des lois, par la pensée, suivant notre désir d'agir. [...] Il en est ainsi de toutes choses, toutes ont leur instinct, les astres même qui planent dans l'espace infini, se dirigent par le contact des fluides et décrivent instinctivement leur orbite." (La Révélation, Loi de la Conscience)
        "La vie est éternelle, elle est partout. Les fluides existent aussi à l'infini et de toute éternité.
        Nous baignons dans la vie et dans les fluides comme le poisson dans l'eau.
        Les fluides s'enchaînent et sont de plus en plus éthérés ; ils se distinguent par l'amour ; partout ou celui-ci existe, il y a de la vie, car sans la vie, l'amour n'a pas de raison d'être." (La Révélation, L'origine de la vie)
        "Pour raisonner ces fluides, il faut les manier, s'en servir, car plus sont-ils éthérés, plus renferment-ils de l'amour" (Le Révélation, L'importance de la pensée)


  • Habit antoiniste    Noir, avec un col serré et un chapeau haut-de-forme pour les hommes, il est proche de celui du Père ; noir avec un col serré et un voile pour les femmes, c'est Mère qui le décrit précisément dans ses Tomes. Participant au travail moral, il est d'un certain patron inchangeable, cependant, le chapeau et le voile n'est plus obligatoire.
        Il sert principalement à se tenir à un engagement de travail moral et d'assistance à la communauté. Pour l'histoire du costume, voir le billet suivant.

        On peut se demander pourquoi "noir", wikipedia pourra nous aider : si l'on considère la synthèse soustractive, le noir est obtenu par un mélange de pigments absorbant chacun une longueur d'onde, combinés de manière à toutes les absorber ; c'est bien une couleur obtenue par mélange. Néanmoins, si l'on considère la synthèse additive (superposition de faisceaux lumineux monochromatiques), le noir est au contraire une absence de couleur. Dans l'espace standard RVB ("Rouge-Vert-Bleu"), il a pour composantes (0, 0, 0). Voir aussi ce site.
        Le noir est donc à la fois aucune couleur, et toutes les couleurs.

     

    Dans la symbolique occidentale, le noir est associé à :
        * la sobriété, l'élégance et le raffinement, la richesse, le luxe, la noblesse. (ex: le smoking et autres tenues de cérémonie et objets de luxe ; un étalon noir est l'emblème de la marque de voiture Ferrari) ;
        * le mystère, les ténèbres, l'inconnu, ce qui est caché (par exemple le marché noir) ou ce que l'on ne voit pas (la matière noire), l'occulte, la mort;
        * l'autorité, la puissance, la dignité, le pouvoir, la menace (par exemple la robe de l'ecclésiastique, l'uniforme du policier, du surveillant, de l'avocat, du juge) ;
        * l'austérité, le négatif, le mal, le néfaste, la mort, le deuil, la tristesse, le désespoir, la peur. Par exemple, dans le titre du roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir. Parfois, il s'agit de l'obscurantisme comme dans l'expression Grande noirceur ;
        * la révolte, l'anarchie (le drapeau noir est le drapeau des pirates et des anarchistes)...

     

        Dans l'Historique du Culte Antoiniste, on lit qu'il est accepté que les adeptes participes à la cérémonie sans obligatoirement porter le costume, mais un vêtement sombre et simple, ceci en accord avec le desservant et le Représentant du Père.

     

    Extrait de Robert Vivier :

        Désormais ils étaient reconnaissables à leur costume. On disait tout de suite : "Voilà les antoinistes". Les femmes aussi avaient leurs bonnet noirs leurs longues mantes. Les antoinistes passaient à travers ce monde frivole ainsi qu'un procession sévère. C'était comme la coulée d'un fluide noir."

    Robert Vivier - Délivrez-nous du mal
    Ed. Labor - Espace Nord, p.330


  •     Définition : [Chez les êtres animés] Fonction mentale d'organisation du réel en pensées chez l'être humain, en actes chez l'être humain et l'animal. Il n'y a cependant aucune incompatibilité entre l'action et la pensée dans une intelligence complète (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 137). L'intelligence n'est pas seulement la faculté d'expliquer le monde, mais la faculté de s'expliquer avec lui (Lacroix, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 102) : 1. L'intelligence et l'instinct étant donc communs, quoique à divers degrés, aux animaux et à l'homme, qu'est-ce qui distingue celui-ci? Selon F. Cuvier, c'est la réflexion ou la faculté de considérer intellectuellement, par un retour sur nous-mêmes, nos propres modifications. Proudhon, Propriété, 1840, p. 322.
    P. anal. [Dans certains systèmes philos., dans certaines conceptions relig. ou certaines visions poét. animistes] Les anciens donnèrent au monde une grande ame, et une immense intelligence, dont toutes les ames et les intelligences particulieres étaient émanées (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p. 488). Peut-on admettre qu'une intelligence infinie ait créé l'homme, et supposer que telle qu'une marâtre cruelle, elle ait abandonné son existence sociale au hasard de ses inventions (Bonald, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 248). Ce n'est pas seulement dans la graine ou la fleur, mais dans la plante entière, tiges, feuilles, racines, que l'on découvre, si l'on veut bien s'incliner un instant sur leur humble travail, maintes traces d'une intelligence avisée et vivante (Maeterl., Intellig. fleurs, 1907, p. 12).
    [P. oppos. à l'intelligence infinie qui est attribuée à Dieu] Intelligence finie. Comment pouvons-nous, avec nos sens bornés et notre intelligence finie, arriver à la connaissance absolue du vrai et du bien? (Flaub., Corresp., 1857, p. 181).

        Dans l'Enseignement, elle crée la matière et est à dompter et à anéantir pour se délivrer de l'emprise de son invention. Elle nous pousse également à voir le mal (qui est aussi en nous) chez l'autre. Elle nous fait douter et ne peut nous faire progresser. Cependant, elle peut aussi servir à acquérir une foi et une conscience meilleures.

        Elle est opposée à la conscience.

        Le Père disait au frère Delcroix en faisant la Révélation, "il y a trois sortes d'intelligence :
    - l'intelligence, vue de la matière, qui, dans sa forme supérieure, est celle des savants ;
    - l'intelligence de domination, qui, dans sa forme supérieur, est celle des grands monarques ;
    - enfin l'intelligence, lucidité de la conscience, qui est celle que nous devons acquérir en passant par les deux premières."
        extrait de Textes recopiés d'un document écrit prêté par le Frère Céleste LOBET


  • * Jeton    Pierre Debouxhtay explique à quel moment le jeton a été introduit pour la constultation :
        A l'automne 1900, les Antoine achète la maison à gauche du café, dans la rue des Tomballes, pour recevoir les malades. Et le 25 décembre, on inaugure la salle du guérisseur. Une gardienne fait entrée les souffrants un à un selon le jeton en zinc qui leur a été remis en entrant.
       "Nous sommes arrivés chez Antoine vers 9 1/2 heures du matin. Un nombre considérable de personnes se trouvait déjà dans l'antichambre. Celle-ci est une vaste pièce, récemment construite, dont les murailles sont décorées du portrait du curé d'Ars, du portrait d'un vieux Monsieur [peut-être Allan Kardec pour Pierre Debouxhtay] et d'une peinture de Carolus Leclercq, représentant le Christ imposant les mains à un enfant tenu par sa mère. Par places aussi des recommandations imprimées invitant le public au recueillement, à la compassion et à la propreté, indiquant les heures auxquelles on peut être reçu. Des tableaux de la Ligue contre l'Alcoolisme complètent cette décoration.
        "Le cabinet où se trouve Antoine est séparé de cette antichambre par une porte vitrée. Au moment de notre arrivé, Antoine est en train d'examiner et de traiter un enfant tenu sur les genoux de sa mère". (Pierre Debouxhtay, p.78-79, déposition des médecins G.Corin et Lenger, le 19 décembre 1900).


        Un article du Grand écho du Nord de la France raconte comment cela se produit dans le temple d'Hellemmes :
        De nombreuses personnes restent. Je reste. On appelle alors un numéro, toutes les deux minutes, et quelqu'un part. Je retrouve mon jeton : 46.
        C'est sans doute pour la consultation : J'attendrai.
        Mon tour venu, on m'introduit dans une petite pièce. Je reconnais un des adeptes si recueillis du premier rang.

        Un article dans le journal L'OEuvre raconte comment se passe au premier temple de Paris :
        De temps en temps, la porte de la chapelle s'ouvre, et la sœur qui m'a introduite appelle d'une voix assourdie un numéro. Aussitôt, la personne munie du jeton correspondant au numéro se lève, remet le jeton à la sœur, et disparaît.
        Voici la petite porte qui s'ouvre. Une sœur très âgée et toute petite me fait signe d'entrer ; je me trouve avec elle dans une pièce minuscule où se voit un unique escabeau.


  • * Lecture dans l'Enseignement du Père (ill. Sans Âme)    Dans les temples, le dimanche à 10 heures et tous les jours à 19 heures, excepté le samedi. Il est d'usage d'arriver un moment avant l'heure pour se receuillir. Elle commence par un recueillement et à la fin, on se lève avec le lecteur qui annonce : "Mes frères, Au nom du Père, Merci". Les personnes désirant consulter peuvent se rapprocher de la porte du cabinet.
        Des lectures ont également lieu dans les salles de lectures, ainsi que durant les Solidarités de groupe et les Ecoles du Nouveau Spiritualisme.

        On peut considérer que c'est le moment où le Père révèle, comme il fait l'Opération générale, qu'il consacre un temple ou qu'il aide à surmonter les épreuves.

        "Toute révélation émane de Dieu, sa base est donc toujours la même ; les mots ni les phrases n'y sont rien ; seule la morale qui en découle, qui est amour divin, est tout. C'est ainsi qu'il faut apprécier mon enseignement. Je ne dirai pas que je suis venu en mission, je dis plutôt à l'épreuve, car il est de mon devoir de respecter cette révélation autant que j'ai voulu l'enseigner." (La Révélation, L'arbre de la Science de la vue du bien, p.193).

        C'est par l'exemple, la foi et l'amour des adeptes antoinistes que l'on atteindra la morale, et c'est bien en assistant à la lecture (quand on en ressent le besoin) qu'on pourra aussi progresser. La consultation et l'Opération y participe bien sûr également.


  •     C'est le Décalogue antoiniste, mais ce ne sont pas des commandements ou des interdits mais des conseils de vie.

    Voici le texte, suivi, pour chacun entre parenthèse, d'une adaptation plus simple fait par le Frère A. Smet. Vous pouvez consulter les traductions à la rubrique suivante.

    * Les dix principes

    DIEU PARLE


    PREMIER PRINCIPE

    Si vous m'aimez,
    Vous ne l'enseignerez à personne,
    Puisque vous savez que je ne réside
    Qu'au sein de l'homme.
    Vous ne pouvez témoigner qu'il existe
    Une suprême bonté
    Alors que du prochain vous m'isolez.
    (chaque homme doit chercher Dieu dans son coeur et l'y découvrir)

     

    DEUXIÈME PRINCIPE

    Ne croyez pas en celui qui vous parle de moi,
    Dont l'intention serait de vous convertir,
    Si vous respectez toute croyance
    Et celui qui n'en a pas,
    Vous savez, malgré votre ignorance,
    Plus qu'il ne pourrait vous dire.
    (il faut respecter l'homme qui cherche Dieu de quelque façon que ce soit et même s'il ne le trouve pas)

     

    TROISIÈME PRINCIPE

    Vous ne pouvez faire la morale à personne,
    Ce serait prouver
    Que vous ne faites pas bien,
    Parce qu'elle ne s'enseigne pas par la parole,
    Mais par l'exemple
    Et ne voir le mal en rien.
    (il ne faut pas prêcher la morale ; il est préférable d'en donner l'exemple et il ne faut voir le mal en personne, ni en rien)

     

    QUATRIÈME PRINCIPE
     
    Ne dites jamais que vous faites la charité
    A quelqu'un qui vous semble dans la misère,
    Ce serait faire entendre
    Que je suis sans égards, que je ne suis pas bon ;
    Que je suis un mauvais père,
    Un avare,
    Qui laisse avoir faim son rejeton.
    Si vous agissez envers votre semblable
    Comme un véritable frère,
    Vous ne faites la charité qu'à vous-mêmes,
    Vous devez le savoir,
    Puisque rien n'est bien s'il n'est solidaire,
    Vous ne faites envers lui
    Que remplir votre devoir.
    (la charité n'est pas une vertu mais un devoir de solidarité)

     

    CINQUIÈME PRINCIPE
     
    Efforcez-vous d'aimer celui que vous croyez être
    « Votre ennemi » ;
    Ce n'est que pour vous apprendre à vous connaître
    Que je le place sur votre chemin.
    Mais voyez le mal plutôt en vous qu'en lui
    Il en sera le remède souverain.
    (l'amour de notre ennemi est ce qui aide le mieux à notre progrès)


    SIXIÈME PRINCIPE

    Quand vous voudrez connaître la cause
    De vos souffrances,
    Que vous endurez toujours avez raison,
    Vous la trouverez en l'incompatibilité de
    L'intelligence avec la conscience,
    Car elles sont la base des termes de comparaison.
    Vous ne pouvez ressentir la moindre souffrance
    Qu'elle ne soit pour vous faire remarquer
    Que l'intelligence est opposée à la conscience.
    C'est ce qu'il ne faut pas ignorer.
    (la souffrance est déterminée par l'opposition entre l'intelligence et la conscience)

     

    SEPTIÈME PRINCIPE

    Tâchez de vous pénétrer
    Que la moindre souffrance est due à votre
    Intelligence qui veut toujours plus posséder
    Elle se fait un piédestal de la clémence,
    En voulant que tout lui soit subordonné.
    (l'intelligence veut toujours s'imposer et désire toujours plus)

     

    HUITIÈME PRINCIPE

    Ne vous laissez pas maîtriser par votre intelligence
    Qui ne cherche qu'à s'élever toujours
    de plus en plus ;
    Elle foule aux pieds la conscience,
    Soutenant que c'est la matière qui donne
    Les vertus,
    Tandis qu'elle ne renferme que la misère
    Des âmes que vous dites
    « Abandonnées »,
    Qui ont agi seulement pour plaire
    A leur intelligence qui les a égarées.
    (elle égare les âmes faibles en se moquant de la conscience)

     

    NEUVIÈME PRINCIPE
     
    Tout ce qui vous est utile, pour le présent
    Comme pour l'avenir,
    Si vous ne doutez en rien,
    Vous sera donné par surcroît
    Cultivez-vous, vous vous rappellerez le passé ;
    Vous aurez le souvenir
    Qu'il vous a été dit  « Frappez, je vous ouvrirai ;
    Je suis dans le connais-toi. »
    (Dieu donne toujours le nécessaire à qui le demande)

     

    DIXIÈME PRINCIPE

    Ne pensez pas faire toujours un  bien,
    Lorsque à un frère vous portez assistance ;
    Vous pourriez faire le contraire,
    Entraver son progrès.
    Sachez qu'une grande épreuve
    Sera votre récompense,
    Si vous l'humiliez en lui imposant le respect.
    Quand vous voudrez agir,
    Ne vous appuyez jamais sur la croyance
    Car elle pourrait vous égarer ;
    Rapportez-vous seulement à votre conscience
    Qui doit vous diriger, elle ne peut se tromper.
    (imposer son aide à quelqu'un, même avec la meilleure intention, peut produire l'effet contraire)


  •     C'est ce qui régit la vie d'un antoiniste.

        "Dieu nous a donné la faculté de créer des lois nous-mêmes au fur et à mesure que notre intelligence se développe" (La Révélation, Lois dites de Dieu). "Si Dieu avait établi des lois pour aller à Lui, elles seraient une entrave à notre libre arbitre ; fussent-elles relatives ou absolues, elles seraient obligatoires puisque nous ne pourrions nous en dispenser pour atteindre au but. Mais Dieu laisse à chacun, suivant sa nécessité, la faculté d'établir ses lois, c'est encore une preuve de son amour" (La Révélation, Loi de la Conscience).
        "Puisque en vertu de notre libre arbitre, nous pouvons établir des lois nécessaires à notre avancement, à qui nous en prendre, en cas d'échec, si ce n'est à nous-même ?" (La Révélation, La sanction morale).
        "En vérité, il n'existe qu'une loi, celle de la conscience et tout vérité y est contrôlée" (La Révélation, Lois dites de Dieu).
        "Notre création et notre perfectionnement sont donc notre oeuvre." (La Révélation, L'origine de la vie)


  • * Mur du fond

    Mur sur lequel est inscrit en blanc sur fond noir l'Auréole de la Conscience (à Lille cependant, le mur du fond est vert clair), et où se trouve la tribune et le pupitre de lecture.
    Il fait face généralement à l'entrée de la salle de culte.


  • Le Père fait l'Opération     C'est le moment de son examen de conscience, que l'ont peut faire à tout moment, mais qui est facilité au moment de l'Opération par la quiétude du temple et les bons fluides d'amour et de foi qui y règne.

        "Nous nous réunissons à 10 heures, les quatre premiers jours de la semaine, pour l'OPERATION. 'L'OPERATION', c'est le moment solennel et privilégié au cours duquel chacun, selon sa Foi, peut puiser dans l'Amour Divin la force nécessaire pour mener à bien l'accomplissement de ses tâches tant matérielles que morales.

         Nous recevons, dans cet instant, le secours spirituel qui nous permet de surmonter et d'assumer nos épreuves. Quand nous assistons à l'Opération, nous sommes en communion avec tous les êtres qui nous sont proches - les vivants et veux à nos yeux disparus - de même qu'avec tous nos frères humains existants de par le monde, quelles que soient leur race et leur religion particulière."

                Brochure "Que savez-vous du Culte Antoiniste ?", à disposition dans les Temples

     

        Concrètement, voilà comment le Père faisait l'Opération :
        "Antoine se place au milieu de la tribune, gardant les yeux ouvert, il joint les deux mains, il lève les bras, puis les mains se séparent, les bras restant levés un instant ; enfin la gauche s'appuie sur la balustrade, pendant que la main droite répand les fluides sur la foule, à droite, à gauche, au milieu.
        "Durant ce temps, Mère Antoine se tient au-dessous de la tribune gardant les mains jointes tout au long de l'Opération."

        Après la désincarnation de Mère (1940), il fut décidé : "Recueillement à la grande tribune par le desservant, à la petite tribune par l'auxiliaire ou un autre adepte. Le desservant ne pourra faire aucun geste, il se bornera à croiser les mains, sans toutefois les élever au-dessus de la poitrine.
        "Texte de la nouvelle annonce du recueillement :
        "'Un frère (ou une soeur) fait le recueillement au nom du Père ; il (ou elle) monte à la tribune mais ne dit rien ; son recueillement ne dure qu'un instant, respectez ce moment solennel, ranimez votre foi, car tous ceux qui auront la foi au Père trouveront satisfaction'."

        De nos jours, dans le Temple de Jemeppe (et ceux qui suivent son exemple), l'annonce est :
        "Mes frères, le Père fait l'Opération. Respectons ce moment solennel. Ranimons notre foi."

        Ceci afin d'effacer la personnalité, le sexe (un frère/une soeur fait l'Opération au nom du Père est donc modifié), ou la croyance en un Dieu en dehors de nous (la foi au Père est supprimé).
                Brochure "Historique du Culte Antoiniste"

    "Le Père. - Le monde corporel n'est que le reflet du monde spirituel. Si pour exécuter une tâche, nous sommes deux, nous l'aurons terminée plus rapidement qu'en agissant seul. Il en est de même dans l'assimilation de nos pensées. C'est le travail de solidarité qui s'accomplit ici en raison de votre bonne foi en moi. Si même le nombre des adeptes était dix fois, cent fois plus grand, je pourrais toujours les seconder s'ils ont confiance en moi. Il est inutile que j'aie une pensée personnelle pour chacun. (La Révélation, Lois dites de Dieu, p.49-50)


  • Le Porte-Arbre (Sciences et Voyages, 1919)

     

        C'est une fonction qui n'existe plus, les processions n'étant plus en pratique. Comme on l'apprend ici, c'est le frère Ferdinand Delcroix qui en était chargée, son vrai poste étant plutôt secrétaire. 

    Il peut encore être porté dans le temple pendant une fête antoiniste ou lors d'un enterrement.

     

    Illustration issue d'un article de l'Excelsior sur l'arrivée à Paris d'un pèlerinage antoiniste (26 octobre 1913)


  •     Pour les Antoinistes, l'intelligence s'oppose à la conscience, et l'intelligence régit la matière. Cela dit, on a besoin de la matière (le corps est aussi de la matière, si on en avait pas besoin, on serait mort). "Amour, intelligence et conscience réunis constituent une unité, le grand mystère, Dieu" (La Révélation, Loi de la Conscience).

        La conscience n'a pas de sexe, et l'Enseignement nous apprend à aimer la conscience et non la matière des personnes avec qui nous sommes en contact et nous devons être en contact. Ainsi, les antoinistes acceptent l'homosexualité, car cela concerne la matière, le corps, le sexe.

        Quand nous mourrons, nous nous désincarnons, la matière meurt, "tu es poussières et tu redeviendras poussière", mais l'âme, la conscience, se réincarnera, en gardant des traces des vies précédentes dans lesquelles nous auront progressé ou stagné : "Cultivez-vous, vous vous rappellerez le passé : vous aurez le souvenir qu'il vous a été dit : "Frappez, je vous ouvrirai ; je suis dans le connais-toi." (9e Principe)

        Nos épreuves de la vie actuelle, sont donc mis sur notre chemin en fonction de nos avancements précédants ou à venir. Nous n'avons pas de prise dessus, mais nous pouvons apprendre à les surmonter : "Je sais, s'il vous survient une épreuve, qu'elle vous est donnée plutôt comme récompense de votre travail et que votre bonne foi vous donnera la force de la supporter, vous fera faire un progrès que vous ne feriez pas en doutant de moi ; vous l'épargner, ce serait agir contrairement à la vérité et vous rendre un mauvais service, puisque sans épreuve il n'est point d'avancement" (La Révélation, Lois dites de Dieu).