• Buxerolles / Voie Romaine, 31
    Chapelle antoiniste

    photographie du dossier documentaire, voir légende
    La salle de lecture antoiniste vue depuis le sud-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
    Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

    Historique
    L'édifice a été construit en 1963, date inscrite sur la façade, pour accueillir les membres de l'obédience antoiniste. Ce mouvement dit "guérisseur" qui allie spiritisme, théosophie et christianisme, est né de l'enseignement de Louis Antoine (1846-1912), dit "le Père". Le culte antoiniste est dispensé dans deux types de lieux : les temples et les salles de lecture de l'enseignement du "Père". Le site de Buxerolles fait partie de la seconde catégorie.

    Description
    L'édidice est construit selon un plan rectangulaire. Sa façade côté rue, au sud-est, ouvre par trois baies alignées, en forme de lancettes. L'entrée s'effectue par le côté gauche ou sud-ouest. La porte est protégée par une verrière.

    Inscriptions
    Au-dessus des trois baies du pignon sud-est, est isncrit : "1963 - Culte antoiniste".

    Documentation
    ● Bibliographie
    Site internet : www.antoinisme.com.



    source : http://inventaire.poitou-charentes.fr/cap/notice.php?id=IA86004577


    votre commentaire
  •     Charente-Vendée-Poitou. - Pas d'Antoinistes signalés.

        Une salle de lecture, près de devenir un temple, tenue par Soeur Juste, se trouve à Buxerolles, près de Poitiers : 31, voie romaine : 1°, 2°, 4°et 5° dimanche de chaque mois à 10 heures ; 3° dimanche de chaque mois à 15 heures ; ainsi que tous les jours de fêtes antoinistes.


    votre commentaire
  •     La vallée du Clain s'approfondit, des rochers grisâtres se dressent contre ses bords ; elle forme brusquement un angle avec la petite vallée de la Boivre, et dans cet angle, sur un promontoire aux pentes abruptes, élevé de quarante mètres au-dessus du niveau des deux rivières, Poitiers s'asseoit, sombre et rude, serré et figé, il semble, depuis les temps les plus lointains, entre des falaises calcaires et ses berges escarpées de Rochereuil. De hautes tours et des clochers le dominent, au pied desquels il sommeille, à n'en pas douter. Pas de chef-lieu de département plus tranquille. Il est loin, le temps où des milliers d'étudiants y fréquentaient les cours de l'Université, fondée au XVe siècle par le pape Eugène IV et le roi Charles VII.
        A peine aujourd'hui si deux ou trois cents légistes se font inscrire à son école de droit, et cette jeunesse ne vit certes pas plus follement que l'ancêtre
    Dorante, du Menteur, dont les aventures et les exploits mirifiques n'étaient que sujet de comédie. On peut donc, sans crainte d'être troublé dans ses
    contemplations archéologiques, s'engager dans le chemin de ronde de l'ancienne enceinte et se faufiler dans le mystérieux labyrinthe des rues muettes, que bordent souvent de chaque côté des murs nus cachant des jardins invisibles. Promenade intéressante, s'il en est.

    Louis Barron, Le nouveau voyage de France (1899)
    souce : gallica


    votre commentaire
  • Adresse : 31 voie romaine (près du château d'eau) - 86180 Buxerolles (à 1/4 d'heures de Poitiers)


    Agrandir le plan

    Style : Art Déco

    Panneau : aucun

    Salle de lecture
    1°, 2°, 4°et 5° dimanche de chaque mois à 10 heures
    3° dimanche de chaque mois à 15 heures
    ainsi que tous les jours de fêtes antoinistes

    Date de construction : 1963

    Anecdote : Dans un document de la ville, le bâtiment est dénommé chapelle antoiniste. La consécration n'a pas encore eut lieu. Le service n'est pas celui d'un temple.

        La ville de Poitiers s'étend considérablement depuis les années 1960, avec la création de la ZUP des Couronneries et du quartier des Trois-Cités, et la création de grands axes routiers en rocade (avenue John F. Kennedy puis avenue du 11 Novembre) et en pénétration (voie André Malraux), au-delà desquelles se développent dans les années 1970 d'autres quartiers (la Gibauderie, Beaulieu ...), puis un nouveau contournement nord-est de la ville (RN147) à la fin des années 1980. L'urbanisation de la ville se poursuit encore vers l'est avec la ZAC de Saint-Éloi depuis les années 1990.
        L'activité de la ville bénéficie de la décentralisation industrielle depuis les années 1970, avec notamment l’implantation d’une usine Michelin (fermée en 2006), compagnie des compteurs Schlumberger (compteurs industriels et résidentiels).
        Le 2e canton est formé d'une partie de Poitiers et de la commune de Buxerolles (18 099 habitants). Le District de Poitiers a été créée le 28 septembre 1965. Il regroupait alors six communes voisines, dont Buxerolles, ville la plus peuplé après Poitiers même.
        Après la seconde guerre mondiale, face au manque de logements, des sociétés « Castors » se créent : il s'agit d'un mouvement coopératif où chacun construit lui-même sa maison. À Buxerolles, c'est en 1949 que débute l'aventure des Castors. Outre la réalisation de 144 maisons individuelles, c'est un véritable quartier qui a émergé, comprenant un centre commercial, une salle des fêtes, une école et une église, édifiée en 1962. La construction de la cité des Castors a marqué un tournant dans l'histoire de Buxerolles : désormais, la commune est entrée dans l'ère de l'urbanisation.
    source : Wikipedia


    1 commentaire