• Tableau représentant le Père Antoine (trouvé sur une brocante à Liège)(photo Facebook Serge Miot‎)

     trouvé sur une brocante à Liège

    (photo page Facebook de Frère Serge Miot‎)


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • LE PÈRE ET LA MÈRE (SO)
    Av. : Vieillard barbu, les cheveux longs, en buste de face, la main droite levée en signe de prestation de serment. 1846-1912 LE PERE
    Rv. : Femme coiffée d'un bonnet, en buste, de face et les mains croisées. LA MERE
    Méd., [Ets.] Fonson (Mat. n° 9875 + A), (1955), 0 23,8 mm. Tupothèque [ateliers] Fibru-Fisch [de Bruxelles].


    Revue belge de numimastique et de sigillographie, CXXXII - 1986
    Jacques Toussaint : Gustave Fischweiler, médailleur (1911, Saint-Servais - 1990, Bruxelles)
    source : http://www.numisbel.be/1986_6.pdf


    votre commentaire
  • Fabulous French Fob

    The front of the fob depicts a man and woman, LE PERE 1846-1912 and LA MERE 1850-1940.

    The back of the fob has The Tree of Life with the words 'CULTE ANTOINISTE' in the branches.

    Below the tree are the words: l' arbre de la science de la view ou mal, which translated mean: the tree of knowledge of the view or poorly

    I was first drawn to the wonderful detail on the front of this fob. Little did I know that I would discover a religious sect, or cult as it is sometimes called, started in 1910!

    Antoinism is a new religious movement founded in 1910 by the Walloon Louis-Joseph Antoine (1846-1912) in Jemeppe-sur-Meuse (Seraing). Mainly focused on healing, the group has many temples in Belgium and France.

    The group believes in a moral progression through reincarnation. They believe in a dualistic Universe in which matter is an illusion. They consider Louis-Joseph Antoine to be the "Father." This makes him, in France, the arbiter between humanity and God or even the reincarnation of Jesus. They tolerate other religions as they see them as detaching people from the material world.

    This fabulous fob now hangs from 3 antique brass links with mottled green colored cabachon stones set in the center. The links were found in an antique store, just remnants of what I presume was a bracelet. Various vintage brass chain allows this to grace your neck at just over 16 in ( 40.64 cm ), a perfect length to showcase this attention getting necklace!

    Absolutely One of a Kind

    En vente à 145 $ USD

    source :http://www.etsy.com/listing/60256855/fabulous-french-fob

        A.G. Vicente signale qu' "officiellement les images et médailles sont interdites; pourtant elles sont vendues, même à Jemeppe, pendant les grandes fêtes, où beaucoup d'antoinistes portent des images du "Père" à la boutonnière." Mais il est difficile de dire s'il l'auteur parle du passé (citant P. Debouxhtay) ou de son époque (1967).


    votre commentaire
  •     Parmi les dévotions au Père, nous avons déjà abordé plusieurs sens qu'on voulait flatter : Le goût (certains adeptes voulaient voire l'eau du temple ou de la source du Père), l'audition (sur la route vers Nandrin, pour le jour de la fête de Père, on avait créé "La Paix au tombeau", la seule chanson antoiniste), la vision (certains adeptes voulurent non seulement des photos de Père et Mère, mais aussi des médailles, voire des statues). L'odorat n'a jusqu'à maintenant pas était titiller.
        Mais abordons maintenant le toucher : j'ai déjà évoqué les médailles et les photos. Des caillous furent emportés de la tombe de Louis Antoine pour être emmenés en relique.
        Certains juifs religieux embrassent les rouleaux dans le me'il (le manteau de la Torah), parfois aussi les vêtements d'un rabbin vénérable.  Dans la religion orthodoxe, il est aussi d'usage d'embrasser les icônes.
        Des adeptes se souviennent que dans le temple de Liège Hors-Château, certains antoinistes, avant de s'asseoir, s'approchaient de la photo du Père et l'embrassaient de la main comme on le fait d'une icône.

    Dévotions au Père - le toucher


        Déjà à sa mort, on avait pris des précautions : " Des lauriers disposés tout autour [du cercueil du Père] par ordre de grandeur, laissaient le corps bien en vue et formaient un fond de verdure d'où l'emblème du Culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, se détachait nettement ; cette disposition avait été prise pour empêcher les visiteurs de toucher le corps par superstition. " (Pierre Debouxhtay, p.197).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique