• Également à Chaineux (actuellement dans la Commune de Herve)
    À Chaineux, la Vierge serait également apparue en 1933. Cette année là, elle devait avoir des fourmis dans les jambes... Là, l’événement se situe le 5 octobre.
    Trois témoins de Houlteau-Chaineux, Jeanne Emonds âgée de cinq ans, issue d’une famille très pauvre et de culte Antoiniste, Marie (10 ans), sa sœur qui l’accompagnait lors de cette première apparition, ainsi qu’une voisine, Bertine Weusten, auraient été témoin de ce prodige.

    La Vierge nous rend visite...
    Le saviez-vous ?
    Présence, le mensuel d'éducation permanente du
    Centre culturel de Dison
    n° 350 - octobre 2013, p.14
    source : http://www.ccdison.be/presence/Presence_350-10-2013_web.pdf


    Le 5 octobre, c'est une fillette qui vit la première la Vierge apparaissant dans un nuage à Chaineux. D'autres personnes virent ensuite, ce jour-là et d'autres jours qui suivirent. Certaines personnes entamèrent même un dialogue avec l'apparition. Le 15 octobre, le petit Charles Gillet la vit arriver vers lui, de loin, dans le ciel, en grandissant. Elle saignait légèrement du côté gauche. Elle lui demanda un oratoire et déclara qu'elle ne reviendrait plus "à cause de ceux qui raillent." Mais par ses supplications, l'enfant obtintque la Vierge changeât d'avis. Le 17 octobre, il y avait là plus de 5000 personnes assemblées. L'enfant était tenu par deux prêtres. La Vierge lui dit qu'elle ne reviendrait plus parce que tout cela faisait trop de peine aux parents du petit. Malgré la création rapide d'un comité d'organisation du pèlerinage et des prières, ce site d'apparitions tomba rapidement dans l'oubli.
    Marc Hallet, Les apparitions de la Vierge et la critique historique, liège, 2011
    LA GRANDE VAGUE BELGE D'APPARITIONS MARIALES, p.185
    source : https://fr.scribd.com/doc/62639179/Les-apparitions-de-la-Vierge-et-la-critique-historique


    Le 5 octobre 1933, puis à 17 reprises dans les semaines suivantes, la Vierge Marie est observée, belle, vivante, pleine de douceur et de tendresse, par trois témoins d'Houlteau-Chaineux, bourg paisible da la Wallonie (diocèse de Liège), sorti de la toprpeur économique au cours du XIXe siècle grâce à l'essor de l'industrie textile. Jeanne Edmonds, Charles Gillet (5 ans) et Georges Dunaime (37 ans) furent les bénéficiaires de cette grâce exceptionnelle.
    Amis et prêtres les accompagnèrent rapidement dans la prière et les sacrements. Les faits furent transmis aux autorités ecclésiastiques. Mais Mgr Kerkhofs, évêque diocésain, déjà sollicité par d'autres manifestations (Beauraing, Banneux, etc.) préféra ne pas prendre de décision canonique ni mener une enquête longue et complexe.
    L'église de Chaineux prend son origine en 1671 lorsque le roi Charles II d'Espagne décida de la construction d'une chapelle catholique en ces lieux. En 1703, naquit ainsi une nouvelle paroisse communale. L'édifice originel, détruit en 1834, fut remplacé trois ans plus tard par une église de style néoclassique, plus vaste et plus attrayante. Elle abrite une belle statue de la Vierge à l'Enfant de Ponday de Rendeux (1736).

    La Carte mariale du monde
    source : http://www.cartemarialedumonde.org/fr/sanctuaire-info/houlteau-chaineux


       Dans le journal du chanoine Jean Schmitz, secrétaire particulier de l’évêque de Namur Mgr Heylen, tenu de août 1914 à février 1919, on lit :
    "Jeudi, 4 novembre [1915]
        Au Grand Duché, un ministère clérical arrive au pouvoir. Deo Gratio et bravo à la Petite Grand Duchesse.
        Nous continuons les apprêts de la Réponse au Livre Blanc : les dominicains de S. Servais copient la Note, les Chanoines de S. Augustin la réponse de Liège, je prépare les lettres d’accompagnement au Nonce, au Cardinal, aux Ambassadeurs, au Gouverneur Général, à Sa Sainteté le Pape Benoît XV.
        Mgr s’est rendu le 28 octobre à Dinant, pour la bénédiction de l’Ouvroir, dirigé par Melle del Marmol. On a fait des difficultés à l’œuvre, parce qu’on a éliminé une Antoiniste, la fille d’Antoine Eliet, le chef des Antoinistes de Dinant. A noter que cette fille était entrée avec la recommandation de M. le Curé de Leffe, qui l’a d’abord protégée contre les moqueries de ses compagnes. Mais quand il eut constaté qu’elle faisait, de la façon la plus sotte et fanatique, de la réclame pour l’Antoinisme, il l’a priée ou plutôt engagée à sortir : Inde irae."


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • source : http://missionnotredamedeliesse.over-blog.com/notre-paroisse-et-les-archives-d-un-temple-antoiniste


    votre commentaire
  • Antoinisme : sur les traces du culte des guérisseurs belges

    Publié le 21 octobre 2013 à 10:14 par Christophe Gleizes

    Ill. : Soeur Astrid et Frère Madeleine (Etienne Nappey)

    C’est dans l’anonymat le plus total que le culte antoiniste fête ce mois-ci ses 100 ans d’existence dans l’Hexagone. Loin de ses heures de gloire dans les années 1920, où le mouvement guérisseur né en Belgique revendiquait près de 700 000 adeptes, l’antoinisme conserve aujourd’hui près de 2 000 fidèles et une trentaine de temples en France. Déjà confronté à une crise de foi généralisée, et raillé pour sa grammaire alambiquée, il peine cependant à se défaire de l’image de secte que lui a attribué le rapport Guyard en 1994. De fait, les moins de 50 ans se font rares dans les temples, et l’avenir à moyen terme est sombre pour les responsables du culte, qui continuent pourtant de perpétuer l’enseignement du Père Antoine. Reportage dans les temples français du seul culte belge exporté.

    Tandis qu’il pénètre pour la première fois dans un temple antoiniste, c’est le scepticisme, ou du moins l’étonnement, qui prédomine toujours chez le visiteur non averti. La faible lumière hivernale, qui filtre à travers les larges fenêtres, renforce la dimension solennelle de l’instant. Ce matin, au temple de la rue Vergniaud, ils sont une petite dizaine à assister à l’office. Il y a quelques bourgeoises endimanchées, mais surtout des « malheureux » ; tous trouvent ici portes ouvertes. Dans le fond de la salle, un homme prostré, drapé dans une large robe noire, pose sur les événements un regard concerné et impatient. Il est ce qu’on appelle un membre costumé, un honneur réservé aux adeptes les plus assidus.

    Costumes noirs et fluide divin

    Une brève histoire du culte

    Fondé en 1910 par le Wallon Louis-Joseph Antoine (1846-1912), l’antoinisme est un mouvement religieux guérisseur, né à Jemeppe-sur-Meuse. Élevé dans la foi catholique, celui qui deviendra la Père Antoine travaille d’abord comme mineur puis métallurgiste, avant de s’intéresser au spiritisme.

    En 1893, la mort brutale de son fils marque sa rupture avec le catholicisme. En 1896, il explique ses opinions spirites dans un ouvrage, puis se découvre soudainement des dons de guérison, qui lui permettent de rallier de nombreux disciples. En 1906, il rompt avec le spiritisme et lance sa propre religion, l’antoinisme. Après sa mort en 1912, sa femme Catherine reprend les rênes du culte et établit de nouvelles règles d’organisation. Devenu un véritable phénomène social en Belgique, où il recense plus de 300 000 adeptes dans les années 1920, l’antoinisme s’exporte à l’étranger, et notamment en France, où des temples sont rapidement crées.

    Principalement actif dans l’Hexagone aujourd’hui, le mouvement religieux se caractérise par une structure décentralisée et des rites simples, doublés d’une discrétion absolue et d’une tolérance vis-à-vis des autres croyances. Reconnue fondation d’utilité publique en Belgique et association cultuelle en France, la religion recense encore un total de 64 temples, agrémentés de plus de quarante salles de lecture à travers le monde et des milliers de membres. A ce titre, elle reste la seule religion née en Belgique dont la renommée et le succès ont dépassé les frontières du pays.

    Il est 10 h du matin, et le rituel, immuable, peut commencer. Au son de la clochette, une ombre se lève pour susurrer à la maigre assemblée : « Le Père fait l’opération ». Une porte s’ouvre sur la droite, laissant entrevoir deux sœurs de noir vêtues, qui s’avancent lentement. La première monte les quelques marches d’une chaire en bois, pour mieux dominer la salle clairsemée. Les antoinistes lui donnent le nom de desservante, elle est à la tête du temple et chargée des offices. La seconde se place au pied de la chaire, où est disposée une table de lecture, qui sert à l’énoncé quotidien des dix principes antoinistes. Une fois en place, les deux femmes se figent dans une position symétrique, les yeux clos et la tête inclinée vers le haut.

    Tandis qu’elles demeurent immobiles et silencieuses, le regard se pose sur la chaire, qui sert de socle au triptyque sacré. Au centre est placardé le portrait du fondateur du culte, Louis-Joseph Antoine — dit « le Père » — barbe blanche opulente et posture majestueuse. Né catholique, un temps spiritiste, il a érigé sa propre religion en 1906 en Belgique et doit sa célébrité à ses nombreux « miracles de guérison ». A sa gauche trône le portrait peu amène de sa femme Catherine — dite « la Mère » — qui lui a succédé à la tête du mouvement. Enfin, à sa droite, le triptyque sacré est complété par « l’arbre de la science de la vue du mal », un symbole au nom aussi emberlificoté que sa signification.

    Après quelques secondes de recueillement, l’office tant attendu commence enfin. Observée de tous, la desservante se concentre pour transmettre son « fluide » à la salle. Pour ce faire, elle se connecte au Père par la prière et la méditation, afin de répandre une énergie positive sur les dévots en contrebas. Une atmosphère apaisante et prostrée parcourt alors les travées, et soulage sans un bruit ni un geste les âmes cabossées. Selon Mère, qui a fixé les modalités d’adoration de son défunt mari, l’opération est « vis-à-vis des fluides qui constituent notre atmosphère ce qu’une opération chirurgicale est vis-à-vis d’un organe abîmé ». L’utilité réelle peut-être discutée mais nombreux sont ceux qui avouent venir ici pour être soignés.

    « Les antoinistes m’ont retapé »

    Une fois les dix principes du Père énoncés d’une voix monocorde, les adeptes soulagés se dispersent rapidement. Parmi eux, Michel, un malade de 54 ans, à la démarche mal assurée, accepte de s’arrêter quelques minutes : « Je souffre de troubles bipolaires », explique-t-il en touchant régulièrement le crucifix en aluminium qui pend à son cou, et qu’il a lui même fabriqué. Michel est un des plus assidus au temple ; il vient « une à deux fois par jour » depuis vingt ans pour se confier aux guérisseurs et tenter de trouver la paix spirituelle. « Grâce à leur aide et leurs prières, ma maladie a été guérie aux trois quarts. Avant, je vivais comme une bête coincée dans ma logorrhée. J’étais à la retraite, totalement KO, mais les antoinistes m’ont retapé. »

    Même constat pour Marcel, 61 ans, un ancien chef de chantier qui a découvert le culte il y a vingt ans. « Ce n’est clairement pas une secte », affirme, catégorique, celui qui par le passé s’est fait piéger par « des groupes de prières charismatiques», qui ont essayé de lui piquer « 10% de son salaire ». « Vous êtes libres d’aller et venir comme vous voulez, la religion antoiniste ne demande pas d’argent, ne fait pas de prosélytisme et ne coupe pas les gens de leur famille », poursuit cet homme qui a commencé à consulter dans un processus de double guérison. « Ma femme a eu un cancer des os de la mâchoire, on lui a donné au début un pronostic sombre, mais ça fait vingt-cinq ans qu’elle tient. Moi, j’ai un cancer du poumon et, grâce au culte, je n’ai pas l’impression de donner l’image d’un gars à l’agonie. » S’il admet que le mouvement peut présenter au début un aspect inquiétant, Marcel reste très reconnaissant envers les antoinistes : « Je n’en sais rien si j’y crois à tout ça mais après nos deux guérisons (sic), je me réserve le droit imprescriptible d’ouvrir ma gueule et de témoigner ».

     

    La religion antoiniste

    Les offices du culte sont très simples : il y a tout d’abord la Lecture, quotidienne, des 10 principes édictés par le Père Antoine, et l’Opération, cinq fois par semaine, qui dure une quinzaine de minutes en présence d’un public plus nombreux. La cérémonie se distingue par sa simplicité et son dénuement. « La religion ce n’est pas des rites, mais un degré d’élévation » explique Frère Coulon. Il faut dire que les textes légués par le Père Antoine doivent d’être longuement médités. De l’aveu même des adeptes, le style chaloupé et le dialecte franco-belge utilisé rendent l’Enseignement plutôt ardu à comprendre du premier jet.

    « C’est vrai que l’Enseignement, notre livre sacré, est écrit de manière alambiquée. Il y a quelques tournures un peu vieillottes » avoue Sœur Maryvonne, qui tente de percer les mystères du langage franco-belge en compagnie de quelques sœurs à la robe noire et au sourire édenté. « Je comprends totalement que l’on soit sceptique en rentrant ici, mais l’antoinisme ne s’explique pas, il se pratique ».

    Si le principal enseignement du Père est la supériorité de la conscience sur l’intelligence, l’antoinisme se distingue avant tout pour un amour infini envers son prochain, comme l’explique le fronton au fond de chaque temple : « Ne pas aimer ses ennemis, c’est ne pas aimer Dieu ; car c’est l’amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de Le servir ». Ainsi, il ne faut voir le mal en personne, explique Sœur Maryvonne, car « Dieu n’est pas une entité indépendante, chacun en a une petite part au fond de lui » . D’inspiration catholique, la religion combine en outre des éléments de guérison et une croyance avérée en la réincarnation. Comme l’indique les murs peints en vert pastel, un antoiniste convaincu ne meurt pas, mais plutôt se désincarne, son âme revenant alors à un autre corps humain.

    « Ici, on ne fait pas de miracles, seulement des prières et des bonnes pensées », se défend Sœur Whart, 82 ans, une guérisseuse de la rue Vergniaud. « Je leur transmets le fluide que le Père nous envoie. On sent une chaleur qui monte, qui monte », explique-t-elle, exaltée, avant de rappeler que le culte n’admet aucune entourloupe : « Nous ne sommes pas un cabinet de voyance mais de clairvoyance ». Mais qu’est ce que le fluide concrètement ? « Le fluide, c’est pas très facile à expliquer », avoue, lucide, Frère Coulon, le desservant du temple de la rue du Pré Saint-Gervais, avant de poursuivre : « En somme, c’est une énergie que chacun de nous dégage, dans sa façon de parler et de se comporter ; c’est comme une émanation de l’aura, ou du karma chez les bouddhistes ». Le but des offices antoinistes serait ainsi d’inverser les fluides néfastes par des « bonnes pensées », puisque, selon le principe du Père, « les plaies du corps ne sont que les plaies de l’âme ».

    « Au creux de la vague »

    Si ces intentions peuvent sembler louables, le culte antoiniste vit pourtant des heures difficiles. « Ce rapport Guyard, qui nous a indentifié comme une secte, nous a fait beaucoup de mal. » Assis dans son bureau au mobilier sommaire, Frère Madeleine, le représentant du Père en France, ne se remet pas de ce coup injuste porté aux antoinistes, pourtant légalement reconnus depuis 1934 comme association cultuelle par le Conseil d’État. « Mais outre ce rapport, de manière générale, la plupart de ce qui se dit sur nous est faux. Nous ne pratiquons pas le végétarisme, et surtout, nous ne déconseillons jamais l’usage de médicaments. Nous pensons seulement que la foi ajoute à leur efficacité. » « Je vais chez le médecin sans problèmes, ça m’est déjà arrivé, confirme en creux Frère Jean-Luc, croisé à Vergniaud. Par contre, ce que je fais, c’est que je prie pour que le docteur soit inspiré et me trouve un bon traitement. »

    En réalité, « les gens essaient toujours de démolir ce qu’ils ne comprennent pas », décrypte la volubile Sœur Astrid, qui officie au temple des Ternes. « Notre religion n’est pourtant basée que sur l’expérience, le désintéressement et le respect des gens, je ne m’explique pas cette défiance. » « Avant de nous traiter de secte, ils feraient bien de venir nous voir », renchérit Sœur Maryvonne, qui est à la tête du comité administratif : « Tous les quatre ans, je fournis les comptes, tout est transparent, nous ne vivons que de bénévolat, de dons et de legs. Le rapport Guyard nous a catalogués. C’est très désagréable. Quand les gens sont convaincus d’une chose, il est très difficile de les faire changer d’avis. »

    Témoin de la portée du rapport, le doute est même allé s’insérer dans l’esprit de quelques adeptes, qui restent malgré tout fidèles au culte. C’est le cas de Corinne, une antillaise de 46 ans croisée au Pré Saint-Gervais :« Je suis incapable de dire si c’est une secte ou non. Je viens depuis vingt ans, mais pour l’instant, je ne me suis pas posée ces questions. Je me suis laissée porter par l’ambiance familiale. » Une ambiance et un accueil unanimement reconnus, qui soulagent des personnes souvent confrontées à de lourds fardeaux : « Ici, il y a quelque chose qui relève de la souffrance populaire, qu’il n’y a pas à la paroisse, fréquentée par des gens au niveau de vie plus confortable. C’est un lieu où on peut parler et trouver une écoute, sans doute meilleure qu’à l’église catholique. »

    Frères costumés comme visiteurs éphémères, tous le reconnaissent, l’antoinisme « change la façon de voir la vie ». Aimer ses ennemis, penser à sa réincarnation, payer le prix de ses vies antérieures ou encore recevoir selon son mérite, autant de concepts qui dessinent un courant de pensée jeune et iconoclaste, authentiquement original et difficile à cerner. Si, après des débuts prometteurs, le culte est actuellement « au creux de la vague », Sœur Maryvonne ne désespère pas de le voir rebondir à l’avenir. « Même si on est une goutte d’eau dans la mer, il faut continuer. Je suis convaincue que c’est quelque chose de si beau qu’un jour nous serons plus connus. »

    Frère Madeleine, secrétaire moral du culte en France

    « Représentant du Père en France », rien de moins, telle est la fonction de Norbert Madeleine, 89 ans, les jambes fatiguées mais la vigueur intellectuelle intacte. « C’est que la religion ça conserve » assure-t-il dans un sourire. Introverti, l’homme se veut un leader discret, et refuse d’emblée l’étiquette de « gourou » : « il n’y a pas de ça chez nous, nous ne sommes pas une secte mais un culte reconnu comme religion depuis 1934 par le Conseil d’État ». Souriant et conciliant, l’homme au regard perçant a gravi un à un les échelons de la hiérarchie spirituelle antoiniste en près de soixante ans de culte. S’il se définit avant tout par « le spirituel », faire le portrait de Norbert revient à faire celui d’une double vie : celle d’un vieillard sans enfant, auparavant préparateur en pharmacie, et celle d’un homme qui a connu « ses propres épreuves », avec la mort de ses deux femmes et un cancer du poumon en 1972 dont il s’est remis « grâce à la Foi ».

    Né à Prouai, un petit village d’Eure-et-Loir, Norbert coule une enfance heureuse quand la guerre éclate. En 1944, à tout juste 20 ans, il s’engage aux côtés des FFI, et participe à la défense de Strasbourg, où périssent 34 de ses camarades. Traumatisé par le souvenir du « sang qui se mêle à la neige » , et en quête de salut, Norbert Madeleine trouve alors sous les conseils de sa femme un échappatoire dans la religion antoiniste. À partir de 1949, il commence à fréquenter les temples, se rend régulièrement aux lectures. « Au temple j’ai trouvé quelque chose de reposant, de réconfortant, un calme qui m’a séduit ». Il fait finalement le choix de prendre la robe en 1951. Sa carrière spirituelle peut commencer.

    Costumé, Norbert devient Frère Madeleine, s’adonne à son « travail moral » à Mantes puis à Rouen, avant de revenir à Paris, où il est nommé desservant en 1994. Cela ne fait en somme que six mois qu’il a été élu « secrétaire moral », « représentant du père » et « délégué du culte » par le collège des desservants de France ; une reconnaissance tardive qu’il n’a pourtant jamais vraiment recherchée. Pestant contre un monde « où le recul de la religion est généralisé », il confie, la voix remplie d’amertume : « Mon principal problème, c’est l’insuffisance d’adeptes en Province, où j’ai du mal à nommer des desservants. Il y a aussi moins de salles de lectures qu’avant, j’essaie d’y remédier ». Difficile mission cependant en raison du manque de moyens et de la règle sacrée de non-prosélytisme chère à la religion antoiniste. « Avant, nos adeptes venaient grâce au bouche à oreilles, le boucher ou la boulangère leur parlait du culte. Seulement, c’est difficile maintenant, car les gens n’ont plus de contact, il n’y a plus d’échange humains ».

    Nostalgique du temps où le Père Antoine savait catalyser le mouvement autour de ses dons de guérisseur — « J’ai vu en photo la foule de 15 000 personnes pour son enterrement à Jemeppe-sur-Meuse en 1912, c’était incroyable »- Frère Madeleine espère ne pas mourir avec le culte. « J’aimerai voir des jeunes à ma place, on manque de relève. Mais je reste optimiste, quand la marée est basse, il faut bien qu’elle remonte. Le mouvement s’est essoufflé mais les épreuves qui nous attendent ramèneront les gens vers la religion ». Un dernier soupir et l’homme prend congé pour satisfaire aux consultations, qui rythment des journées principalement dédiées à la prière, et dans lesquelles il avoue parfois « se sentir un peu seul ». Avant de vite se reprendre, le sourire un peu forcé mais bienveillant : « Ma famille est ici maintenant. Mes enfants, ce sont mes adeptes ».

     

    source : RAGEMAG


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique