•     Dans Que deviennent-ils ? de Francis Kinet, on apprend qu'
        "A l'occasion de la Consécration du Temple de Monaco, le 14 décembre 1913, on découvrit une nouvelle inscription en langue française et italienne : "Le Père, le grand guérisseur de l'humanité pour celui qui a la foi".
        Ces inscriptions subsistent toujours à l'heure actuelle" (p.80).

        Je ne sais pas ce qu'il en est actuellement.
        Dès Novembre 1912, on lit dans l'Unitif, deuxième année, n°3 : L'Enseignement du Père, c'est l'enseignement du Christ révélé à cette époque par la foi. Cette affirmation sera désormais placée dans les temples, et dans les publications antoinistes. Elle est encore en usage de nos jours dans les temples français. Cette inscription sera repris au début de la première édition du Développement (Historique du Culte Antoiniste, p.60 et 61).
        On apprend dans le même Historique du Culte Antoiniste que c'est en novembre 1913 qu'on décide, à la demande de certains adeptes, de placer désormais dans les Temples et les cabinets de consultation, un panneau portant cette inscription (p.64).
        Le Sciences et Voyages n°9 du 01 janvier 1919, présentant 'une religion curieuse', l'antoinisme, illustre son article d'une photo de l'extérieur du temple de Monaco et de Mère opérant du haut de la tribune avec cette inscription.
        En 1925-1926, Mère, sentant que la pensée des adeptes et des affligés s'appuyait plus sur le guérisseur du Temple que sur le Père, fit placer dans tous les temples l'image du Père ANTOINE au milieu de la tribune, à la place de l'emblème qui fut déporté sur la gauche. Elle fit placer également cette image dans les cabinets de consultation. Cette image, dessinée par le frère Tinlot portait la mention suivant : LE PÈRE ANTOINE   LE GRAND GUÉRISSEUR DE L'HUMANITÉ POUR CELUI QUI A LA FOI (p.69).
        EN 1929-1930, Mère fit placer sur l'image du Père se trouvant dans les Temples, l'inscription suivant : LE PÈRE FAIT L'OPÉRATION, en remplacement de l'inscription initiale citée plus haut (p.72).


    votre commentaire
  •     L'Epreuve de l'Acte du Mal n'a pas besoin d'être décrite ici, c'est l'idée du péché chrétien et de l'Enfer, sauf que pour les Réincarnationniste, l'Enfer c'est sur terre, en quelque sorte : imperfection, souffrance, maladie... tout cela causé par l'incarnation et l'imagination de la matière.
        L'Epreuve de l'Acte du Bien est par contre quelque chose à décripter : en effet, comment en commétant le bien pourrait-on subir l'épreuve ?
       Imaginons un ami qui perd un membre de sa famille : c'est une épreuve pour cet ami. Mais pour nous qui nous sentons de le soutenir dans ce moment difficile, par sympathie (étymologie du mot signifie "souffrire avec"), nous ressentons également l'épreuve. Mais c'est là une épreuve de l'Acte du Bien. Bien sûr, un désintéressement total devrait nous éviter cette épreuve, mais la matière et l'intelligence ont bien trop prise sur nous sur terre pour cela.


    votre commentaire
  •     Jean-Marie Leduc et Didier de Plaige nous renseignent sur les salles de lecture qui existaient en 1978 :
    - Bois-Colombes, 22, rue Armand-Lépine qui existait encore jusqu'il y a peu.
    - Bourges, 49, rue Proudhon, qui faillit devenir également un temple car le propriétaire en avait amélioré l'intérieur pour le culte (nous dit Régis Dericquebourg), mais les adeptes se sont certainement regroupés à Orléans (un temple y a été construit en 1957). Le Père Chéry nous signale que les adeptes réclamaient un temple en 1954, comme à Orléans.
    - Le Mans, 19, rue Traversière-des-Acacias, que le propriétaire avait changé en salle de lecture pour le léguer au culte (nous renseigne Régis Dericquebourg).
    - Meaux, 76, rue Jean-Jaurès qui existe toujours aujourd'hui tenu par frère Octavien : accueil les 2° et 4° dimanches de chaque mois à 15 heures.

        Les auteurs signalent aussi celle de Buxerolles datant de 1963, de Saulnes transformé en temple en 1986 et celles de Toulouse tranformé en temple en 1993 (actuellement le dernier en date). Selon toute vraisemblance, Meaux ou Buxerolles seront les prochaines villes à voir l'ouverture d'un temple antoiniste.

        A.G. Vicente, en 1967, cite le nombre de moins de 10 salles de lecture en Belgique et d'environ une centaine dans le monde, selon information reçue à Liège.


    votre commentaire
  • Étymol. et Hist. 1561 excrementiciel « de la nature de l'excrément; de ce qui doit être rejeté » (Paré, Le premier livre de l'anatomie, chap. 19 ds Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, t. 1, p. 145);

    Dictionnaire de l'Académie française 4e édition : Terme de Médecine. Qui tient de l'excrément. Tous les alimens ont deux parties, l'une nutritive ou nourricière, & l'autre excrémenteuse.

    source : http://www.cnrtl.fr/lexicographie/

     

        Si Louis Antoine avait utilisé ce mot plutôt qu'excrément, celà aurait contenté certain... mais on aurait pas manqué de critiquer le caractère compliqué de son Enseignement...


    votre commentaire
  • Openbaring de Tien Principien
    van God door de Vader

    GOD SPREEKT :

    Eerste Princiep :
    Als gij mij hebt
    Zult gij het aan niemand onderwijzen
    daar gij weet dat slechts woon
    in de boezem van de mens.
    Gij kunt niet getuigen dat er
    een hoogste goedheid bestaat
    terwijl gij mij van de naaste afzondert.

    Tweede Princiep :
    Geloof niet in hem, die u over mij spreekt,
    in de bedoeling u te bekeren,
    wanneer gij elk geloof eerbiedigt
    en zelfs diegene die er geen heeft,
    gij weet, ondanks uwe onwetendheid,
    meer dat hij u zon kunnen zeggen.

    Derde Princiep :
    Gij moogt aan iemand zedelessen geven
    dat zou bewijzen
    dat gij niet goed doet,
    want het onderwijst zich niet door het woord,
    maar door het voorbeeld
    en door in niets het kwaad te zien.

    Vierde Princiep :
    Zeg nooit dat gij liefdadigheid doet
    aan niemand die u in ellende schijnt,
    dat zou te verstaan geven
    dat ik achteloos, dat ik niet goed ben,
    dat ik een slechte vader ben,
    een gieregaard,
    die zijn nakomeling laat honger lijden
    als gij uw medemens behandelt
    als een ware broeder
    doet gij slechts liefdadigheid aan u zelf,
    dat moet gij weten,
    daar niets goed is zonder de wederzijdse verbintenis,
    doet gij jegens hem niet anders
    dan uw plicht vervullen.

    Vijfde Princiep :
    Doet uw best hem lief te hebben die gij denkt
    "uw wijand te zijn"
    het is alleen om u, u zelf te leren kennen
    dat ik hem op uw weg plaats.
    Maar zie he kwaad veeleer in u dan in hem :
    het zal er het onovertreffelijk geneesmiddel voor zijn.

    Zesde Princiep :
    Wanneer gij de oorzaak zult willen kennen
    van uw lijden,
    dat gij steeds met reden verduurt,
    zult gij ze vinden in de onverenigbaarheid van
    het verstant met het geweten,
    want deze zijn de grondslag der termen van verkelijking.
    Gij kunt niet het minste leed gevoelen
    of het is om u te doen opmerken
    dat het verstand tegenover het geweten staat,
    dat moet u niet onbekend wezen.

    Zevende Princiep :
    Tracht u in te prenten
    dat het minste leed voortkomt uit uw
    verstand dat steeds meer will bezitten ;
    het maakt zich een voetstuk van de zachtmoedigheid,
    en wilt dat alles haar ondergeschikt zij.

    Achtste Princiep :
    Laat u niet overmeesteren door uw verstand
    dat maar altijd zoekt zish meer en meer
    te verheffen ;
    het trapt het geweten onder de voeten
    volhoudende dat de stof de deugden geeft.
    Terwijl zij slechts de ellende bevat
    der zielen die gij noemt
    "verlatenen",
    dezen hebben enkel gehandeld om te behagen
    aan hun verstand dat hen heeft misleid.

    Negende Princiep :
    Al wat u nuttig is, voor het tegenwoordige
    zoals voor de toekomst,
    zal, indien gij aan niets twijfelt,
    u in overmaat gegeven worden.
    Ontwikkelt u, gij zult u het verleden herinneren
    gij zult de gedachtenis hebben
    van wat u gezegt is geweest : "klopt, ik zal u openen,
    ik ben in het ken-u-zelf".

    Tiende Princiep :
    Denk niet altijd iets goed te doen
    wanneer gij aan een broeder bijstand verleent;
    gij zoudt het verkeerde kunnen doen,
    zijn vooruitgang belemmeren.
    Weet, dat een grote beproeving
    uw loon zal zijn,
    zo gij hem vernedert en hem tot eerbied dwingt
    wanneer gij wilt handelen,
    steunt dan nooit op uw geloofsleer
    want het zou u kunnen misleiden;
    grondt u enkel op uw geweten
    dat u leiden moet, het kan zich niet bedriegen.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique