•     Les cérémonies de l'antoinisme, s'appellent des "Opérations". Mme Antoine - qui est appelé la Mère depuis que son mari "le Père" est "désincarné", c'est-à-dire décédé - reste ainsi pendant plusieurs minutes. C'est pendant cette muette oraison que s'accomplissent ordinairement les miracles.

    source : Sciences et Voyages n°9 (01 janvier 1919)


    votre commentaire
  •     C'est une fonction très enviée, qui est cumulé à celle de Lecteur. Elle fut remplie par un professeur de l'Athénée de Liége (le frère Ferdinand Delcroix).


    votre commentaire
  • Emblème des temples    Lors du cortèges pour la fête de Père, le 25 juin, en tête, venait l'emblème du culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, et jadis l'emblème de Jemeppe était accompagné des emblèmes d'autres temples.

        Lors d'un enterrement, on garde l'emblème haut jusqu'à la sortie du cimetière. Des emblèmes en fonte, de différentes grandeurs, sont en vente dans le commerce.
        Il y a aussi des médailles antoinistes. "Sur une face, elles portent gravée, la façade d'un temple, avec cette inscription : Culte Antoiniste - Temple Antoiniste. "Sur l'autre face, nous voyons le buste du Père Antoine émergeant de derrière l'emblème... Nous y lisons : Aimer, parce qu'il est pur. Jemeppe-Belgique - Père Antoine le Guérisseur (Abbé Brabant, l'Antoinisme ou la religion bizarre d'un faux prophète, 1931).

        Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.219 et 239

     

    Ici à gauche, l'emblème lors d'un cortège à Paris, rue Wurtz


    votre commentaire
  • Illustration : tombe antoiniste (cimetière de Garches, région parisienne - photo Philippe Landru)

        Lors du cortèges pour la fête de Père, le 25 juin, en tête, venait l'emblème du culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, et jadis l'emblème de Jemeppe était accompagné des emblèmes d'autres temples.
        Lors d'un enterrement, on garde l'emblème haut jusqu'à la sortie du cimetière. Des emblèmes en fonte, de différentes grandeurs, sont en vente dans le commerce.
        Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.219 et 239

        Un arbre avec le texte "l'arbre de la Science, de la connaissance du Mal" sera représenté sur la tombe d'un adepte du culte antoiniste.
    source : http://www.vivat.be/00-00.asp?modType=1&ref=05-01.06-01⟨=fr&pagetype=article&articleID=656

        La visite commentée du cimetière primitif d’Antoing permettra de découvrir des sépultures en petit granit de belle qualité tant par leur architecture que par leur ornementation. Le talent et l’originalité des marbriers locaux et extérieurs sont pérennisés dans la pierre. La ville d’Antoing a confié à Jacky Legge et Thérèse Van Den Noortgaete le soin de repérer 130 monuments participant à la mémoire collective de ce bassin calcaire et d’en faire un ouvrage qui sortira de presse en novembre prochain. Des sépultures de personnalités ont été sélectionnées, mais aussi des tombes plus modestes qui laissent apparaître un chaland ou l’ancre du marinier, l’arbre de la science, de la vision du mal des Antoinistes, les pensées traitées un peu naïvement des libres penseurs, le maillet et le ciseau du sculpteur… Côte à côte, une Notre-Dame de Lourdes s’avance délicatement dans une belle structure Art Déco, tandis qu’une Jeanne d’Arc revêtue de son armure surmontée d’un tissu fleurdelisé, rappelle le sacrifice du jeune militaire. La visite intégrera la lecture d’épitaphes, l’observation de photos porcelaine…
    source : http://mrw.wallonie.be/DGATLP/DGATLP/Pages/Patrimoine/CE/RW/JP/RWJP2002/Hainaut/Hai002.html

        C'est aussi l'arbre de la science qu'on retrouve sur la tombe des Antoine dans le cimetière des Housseux, à Jemeppe.

        En principe, rien n'est prévu dans la "liturgie" antoiniste. Avant la guerre de 14/18, au début du Culte Antoiniste, il arrivait de placer sur les cercueils une reproduction métallique de l'emblème.
        Mais, Mère ANTOINE fit annoncer, via l' UNITIF qu'elle avait jugé " après analyse qu'il vaut mieux ne pas le faire". Donc, un conseil mais pas de contrainte ni d'interdiction.
        Il en est de même pour les monuments et les tombes dans les cimetières. Cependant, on trouve quelquefois, sur les tombes antoinistes, les deux mains serrées qui sont le symboles de la solidarité. J'en ai trouvé deux dans le cimetière de BIERSET (Commune de GRACE-HOLLOGNE).
        Ce qui est assez curieux pour être souligné, c'est que le symbole des deux mains serrées est aussi, plus fréquemment, utilisé sur les tombes des défunts libres-penseurs, enterrés civilement.
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/post/6580392/bierset--gracehollogne--cimetiere-tombe-dune-
        Jacques Cécius précisait encore : Les deux mains croisées sont souvent le signe de l'inhumation d'un libre-penseur. Lors d'un enterrement antoiniste à Retinne, dans les années 1970, le cercueil portait cet emblème.
        Et je faisait remarquait : Ces mains en train de se serrer est aussi un emblème que l´on retrouve sur certaines tombes juives, ainsi que sur certaines portes de cimetières juifs (comme à Quatzenheim en Alsace). Ils représentent en général le fait d´appartenir à la confrérie chargée des enterrements.


    votre commentaire
  •     De même si nous nous figurons que notre devise doive montrer le bien qui est en nous, nous faisons erreur ; soyons sincère, avouons plutôt le mal qui nous afflige, nous serons les bienvenus parce que nous serons dans la vérité et de cette façon nous obligerons les autres à faire de même.

    La Révélation, L'arbre de la Science de la vue du bien, p.191


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique