• Illustration : tombe antoiniste (cimetière de Garches, région parisienne - photo Philippe Landru)

        Lors du cortèges pour la fête de Père, le 25 juin, en tête, venait l'emblème du culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, et jadis l'emblème de Jemeppe était accompagné des emblèmes d'autres temples.
        Lors d'un enterrement, on garde l'emblème haut jusqu'à la sortie du cimetière. Des emblèmes en fonte, de différentes grandeurs, sont en vente dans le commerce.
        Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.219 et 239

        Un arbre avec le texte "l'arbre de la Science, de la connaissance du Mal" sera représenté sur la tombe d'un adepte du culte antoiniste.
    source : http://www.vivat.be/00-00.asp?modType=1&ref=05-01.06-01⟨=fr&pagetype=article&articleID=656

        La visite commentée du cimetière primitif d’Antoing permettra de découvrir des sépultures en petit granit de belle qualité tant par leur architecture que par leur ornementation. Le talent et l’originalité des marbriers locaux et extérieurs sont pérennisés dans la pierre. La ville d’Antoing a confié à Jacky Legge et Thérèse Van Den Noortgaete le soin de repérer 130 monuments participant à la mémoire collective de ce bassin calcaire et d’en faire un ouvrage qui sortira de presse en novembre prochain. Des sépultures de personnalités ont été sélectionnées, mais aussi des tombes plus modestes qui laissent apparaître un chaland ou l’ancre du marinier, l’arbre de la science, de la vision du mal des Antoinistes, les pensées traitées un peu naïvement des libres penseurs, le maillet et le ciseau du sculpteur… Côte à côte, une Notre-Dame de Lourdes s’avance délicatement dans une belle structure Art Déco, tandis qu’une Jeanne d’Arc revêtue de son armure surmontée d’un tissu fleurdelisé, rappelle le sacrifice du jeune militaire. La visite intégrera la lecture d’épitaphes, l’observation de photos porcelaine…
    source : http://mrw.wallonie.be/DGATLP/DGATLP/Pages/Patrimoine/CE/RW/JP/RWJP2002/Hainaut/Hai002.html

        C'est aussi l'arbre de la science qu'on retrouve sur la tombe des Antoine dans le cimetière des Housseux, à Jemeppe.

        En principe, rien n'est prévu dans la "liturgie" antoiniste. Avant la guerre de 14/18, au début du Culte Antoiniste, il arrivait de placer sur les cercueils une reproduction métallique de l'emblème.
        Mais, Mère ANTOINE fit annoncer, via l' UNITIF qu'elle avait jugé " après analyse qu'il vaut mieux ne pas le faire". Donc, un conseil mais pas de contrainte ni d'interdiction.
        Il en est de même pour les monuments et les tombes dans les cimetières. Cependant, on trouve quelquefois, sur les tombes antoinistes, les deux mains serrées qui sont le symboles de la solidarité. J'en ai trouvé deux dans le cimetière de BIERSET (Commune de GRACE-HOLLOGNE).
        Ce qui est assez curieux pour être souligné, c'est que le symbole des deux mains serrées est aussi, plus fréquemment, utilisé sur les tombes des défunts libres-penseurs, enterrés civilement.
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/post/6580392/bierset--gracehollogne--cimetiere-tombe-dune-
        Jacques Cécius précisait encore : Les deux mains croisées sont souvent le signe de l'inhumation d'un libre-penseur. Lors d'un enterrement antoiniste à Retinne, dans les années 1970, le cercueil portait cet emblème.
        Et je faisait remarquait : Ces mains en train de se serrer est aussi un emblème que l´on retrouve sur certaines tombes juives, ainsi que sur certaines portes de cimetières juifs (comme à Quatzenheim en Alsace). Ils représentent en général le fait d´appartenir à la confrérie chargée des enterrements.


    votre commentaire
  •     De même si nous nous figurons que notre devise doive montrer le bien qui est en nous, nous faisons erreur ; soyons sincère, avouons plutôt le mal qui nous afflige, nous serons les bienvenus parce que nous serons dans la vérité et de cette façon nous obligerons les autres à faire de même.

    La Révélation, L'arbre de la Science de la vue du bien, p.191


    votre commentaire
  •     On lit clairement sur cette carte-postale que le Père aurait consacré le temple d'Hellemmes en 1925, soit 13 ans après sa mort. Il y a d'autres carte-postale qui porte cette formule énigmatique...

        Est-ce une erreur de l'éditeur de la carte-postale, car on a aussi des cartes-postales qui indique bien que c'est Mère qui consacra le temple représenté (comme pour celui de Verviers).

        Est-ce la formule utilisé pendant un temps, car comme le dit le desservant du temple de Paris-rue Vergniaud :
        « Et après un instant de réflexion, le frère continua :
       « — Mère, voyez-vous, n'est que l'interprète du père Antoine.
       « C'est à sa mort que le père Antoine l'a chargée de poursuivre son oeuvre ?
       « — Le père Antoine n'est pas mort, me fit remarquer sévèrement mon interlocuteur ; il s'est seulement « désincarné ».
       « — Ah! pardon, fis-je.
       « — Oui, et mère, qui est dépositaire de son pouvoir spirituel, n'est que son exécutrice. »

        En effet, on dit que le Père n'est pas mort, mais qu'il est désincarné, il a disparu pour nos sens, mais il continu de vivre, notamment par la sa Révélation, la communauté, etc.
        Le Frère Robert, précise qu'au même titre que le Père fait l'Opération dans tous les Temples Antoinistes, c'est le Père qui consacre les Temples, même si physiquement c'est le Desservant ou le Représentant du PERE qui monte à la Tribune. D'ailleurs, lors d'une Consécration on annonce: "Mes Frères, Le Père vient consacrer ce Temple avec l'AMOUR et la FOI...".
        Dans l'Organisation Générale du Culte Antoiniste en France, après Mère, il est précisé que c'est toujours "un délégué du Collège des Desservants qui va consacrer le nouveau Temple au Nom du Père". Il est pour cela assister par le Représentant du Père.


    1 commentaire
  •     Voici sur une carte-postale un exemple d'expression utilisé entre antoinistes.

    Août 1960. Toutes mes bonnes pensées de Marseille. ELise.

        Ainsi, il existe des expressions propre à la communauté, en voici un échantillon non exhaustif :

    Mes bonnes/meilleures pensées !

    A L'oeuvre donc !

    Tout a sa raison d'être !

    Fraternellement !

    Toujours réunis dans l'amour du Père !...


    votre commentaire
  •     L. — Si vous associez votre pensée aux nôtres, Père, quand nous vous demandons les forces nécessaires pour accomplir notre tâche, ne sommes-nous pas promptement rassurés ?
        Le Père. — Le monde corporel n'est que le reflet du monde spirituel. Si pour exécuter une tâche, nous sommes deux, nous l'aurons terminée plus rapidement qu'en agissant seul. Il en est de même dans l'assimilation de nos pensées. C'est le travail de solidarité qui s'accomplit ici en raison de votre bonne foi en moi. Si même le nombre des adeptes était dix fois, cent fois plus grand, je pourrais toujours les seconder s'ils ont confiance en moi. Il est inutile que j'aie une pensée personnelle pour chacun. Je sais, s'il vous survient une épreuve, qu'elle vous est donnée plutôt comme récompense de votre travail et que votre bonne foi vous donnera la force de la supporter, vous fera faire un progrès que vous ne feriez pas en doutant de moi ; vous l'épargner, ce serait agir contrairement à la vérité et vous rendre un mauvais service, puisque sans épreuves il n'est point d'avancement. N'est-ce pas le croyant, par son désir de s'améliorer et d'avancer vers Dieu, qui doit passer à travers les épines ? Après, les roses lui seront réservées. Ne venons-nous pas d'entendre que le mal n'existe pas ? Ce sont les fluides de nos actes accomplis dans les temps les plus reculés qui font nos épreuves. Si, puissant dans les ténèbres, nos pensées du mal alourdissent notre atmosphère et si nous voulons présentement faire le bien, il nous faut démolir ces remparts que nous avons élevés autour de nous. Combien de malheureux ne se sont pas ainsi murés eux-mêmes comme dans une sorte de tour et qui dans la suite frappent, appellent vainement pour en sortir ! Voilà comment nous forgeons notre châtiment.
    La Révélation, Lois dites de Dieu, p.49-50


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique