• Antoinisme : sur les traces du culte des guérisseurs belges

    Publié le 21 octobre 2013 à 10:14 par Christophe Gleizes

    Ill. : Soeur Astrid et Frère Madeleine (Etienne Nappey)

    C’est dans l’anonymat le plus total que le culte antoiniste fête ce mois-ci ses 100 ans d’existence dans l’Hexagone. Loin de ses heures de gloire dans les années 1920, où le mouvement guérisseur né en Belgique revendiquait près de 700 000 adeptes, l’antoinisme conserve aujourd’hui près de 2 000 fidèles et une trentaine de temples en France. Déjà confronté à une crise de foi généralisée, et raillé pour sa grammaire alambiquée, il peine cependant à se défaire de l’image de secte que lui a attribué le rapport Guyard en 1994. De fait, les moins de 50 ans se font rares dans les temples, et l’avenir à moyen terme est sombre pour les responsables du culte, qui continuent pourtant de perpétuer l’enseignement du Père Antoine. Reportage dans les temples français du seul culte belge exporté.

    Tandis qu’il pénètre pour la première fois dans un temple antoiniste, c’est le scepticisme, ou du moins l’étonnement, qui prédomine toujours chez le visiteur non averti. La faible lumière hivernale, qui filtre à travers les larges fenêtres, renforce la dimension solennelle de l’instant. Ce matin, au temple de la rue Vergniaud, ils sont une petite dizaine à assister à l’office. Il y a quelques bourgeoises endimanchées, mais surtout des « malheureux » ; tous trouvent ici portes ouvertes. Dans le fond de la salle, un homme prostré, drapé dans une large robe noire, pose sur les événements un regard concerné et impatient. Il est ce qu’on appelle un membre costumé, un honneur réservé aux adeptes les plus assidus.

    Costumes noirs et fluide divin

    Une brève histoire du culte

    Fondé en 1910 par le Wallon Louis-Joseph Antoine (1846-1912), l’antoinisme est un mouvement religieux guérisseur, né à Jemeppe-sur-Meuse. Élevé dans la foi catholique, celui qui deviendra la Père Antoine travaille d’abord comme mineur puis métallurgiste, avant de s’intéresser au spiritisme.

    En 1893, la mort brutale de son fils marque sa rupture avec le catholicisme. En 1896, il explique ses opinions spirites dans un ouvrage, puis se découvre soudainement des dons de guérison, qui lui permettent de rallier de nombreux disciples. En 1906, il rompt avec le spiritisme et lance sa propre religion, l’antoinisme. Après sa mort en 1912, sa femme Catherine reprend les rênes du culte et établit de nouvelles règles d’organisation. Devenu un véritable phénomène social en Belgique, où il recense plus de 300 000 adeptes dans les années 1920, l’antoinisme s’exporte à l’étranger, et notamment en France, où des temples sont rapidement crées.

    Principalement actif dans l’Hexagone aujourd’hui, le mouvement religieux se caractérise par une structure décentralisée et des rites simples, doublés d’une discrétion absolue et d’une tolérance vis-à-vis des autres croyances. Reconnue fondation d’utilité publique en Belgique et association cultuelle en France, la religion recense encore un total de 64 temples, agrémentés de plus de quarante salles de lecture à travers le monde et des milliers de membres. A ce titre, elle reste la seule religion née en Belgique dont la renommée et le succès ont dépassé les frontières du pays.

    Il est 10 h du matin, et le rituel, immuable, peut commencer. Au son de la clochette, une ombre se lève pour susurrer à la maigre assemblée : « Le Père fait l’opération ». Une porte s’ouvre sur la droite, laissant entrevoir deux sœurs de noir vêtues, qui s’avancent lentement. La première monte les quelques marches d’une chaire en bois, pour mieux dominer la salle clairsemée. Les antoinistes lui donnent le nom de desservante, elle est à la tête du temple et chargée des offices. La seconde se place au pied de la chaire, où est disposée une table de lecture, qui sert à l’énoncé quotidien des dix principes antoinistes. Une fois en place, les deux femmes se figent dans une position symétrique, les yeux clos et la tête inclinée vers le haut.

    Tandis qu’elles demeurent immobiles et silencieuses, le regard se pose sur la chaire, qui sert de socle au triptyque sacré. Au centre est placardé le portrait du fondateur du culte, Louis-Joseph Antoine — dit « le Père » — barbe blanche opulente et posture majestueuse. Né catholique, un temps spiritiste, il a érigé sa propre religion en 1906 en Belgique et doit sa célébrité à ses nombreux « miracles de guérison ». A sa gauche trône le portrait peu amène de sa femme Catherine — dite « la Mère » — qui lui a succédé à la tête du mouvement. Enfin, à sa droite, le triptyque sacré est complété par « l’arbre de la science de la vue du mal », un symbole au nom aussi emberlificoté que sa signification.

    Après quelques secondes de recueillement, l’office tant attendu commence enfin. Observée de tous, la desservante se concentre pour transmettre son « fluide » à la salle. Pour ce faire, elle se connecte au Père par la prière et la méditation, afin de répandre une énergie positive sur les dévots en contrebas. Une atmosphère apaisante et prostrée parcourt alors les travées, et soulage sans un bruit ni un geste les âmes cabossées. Selon Mère, qui a fixé les modalités d’adoration de son défunt mari, l’opération est « vis-à-vis des fluides qui constituent notre atmosphère ce qu’une opération chirurgicale est vis-à-vis d’un organe abîmé ». L’utilité réelle peut-être discutée mais nombreux sont ceux qui avouent venir ici pour être soignés.

    « Les antoinistes m’ont retapé »

    Une fois les dix principes du Père énoncés d’une voix monocorde, les adeptes soulagés se dispersent rapidement. Parmi eux, Michel, un malade de 54 ans, à la démarche mal assurée, accepte de s’arrêter quelques minutes : « Je souffre de troubles bipolaires », explique-t-il en touchant régulièrement le crucifix en aluminium qui pend à son cou, et qu’il a lui même fabriqué. Michel est un des plus assidus au temple ; il vient « une à deux fois par jour » depuis vingt ans pour se confier aux guérisseurs et tenter de trouver la paix spirituelle. « Grâce à leur aide et leurs prières, ma maladie a été guérie aux trois quarts. Avant, je vivais comme une bête coincée dans ma logorrhée. J’étais à la retraite, totalement KO, mais les antoinistes m’ont retapé. »

    Même constat pour Marcel, 61 ans, un ancien chef de chantier qui a découvert le culte il y a vingt ans. « Ce n’est clairement pas une secte », affirme, catégorique, celui qui par le passé s’est fait piéger par « des groupes de prières charismatiques», qui ont essayé de lui piquer « 10% de son salaire ». « Vous êtes libres d’aller et venir comme vous voulez, la religion antoiniste ne demande pas d’argent, ne fait pas de prosélytisme et ne coupe pas les gens de leur famille », poursuit cet homme qui a commencé à consulter dans un processus de double guérison. « Ma femme a eu un cancer des os de la mâchoire, on lui a donné au début un pronostic sombre, mais ça fait vingt-cinq ans qu’elle tient. Moi, j’ai un cancer du poumon et, grâce au culte, je n’ai pas l’impression de donner l’image d’un gars à l’agonie. » S’il admet que le mouvement peut présenter au début un aspect inquiétant, Marcel reste très reconnaissant envers les antoinistes : « Je n’en sais rien si j’y crois à tout ça mais après nos deux guérisons (sic), je me réserve le droit imprescriptible d’ouvrir ma gueule et de témoigner ».

     

    La religion antoiniste

    Les offices du culte sont très simples : il y a tout d’abord la Lecture, quotidienne, des 10 principes édictés par le Père Antoine, et l’Opération, cinq fois par semaine, qui dure une quinzaine de minutes en présence d’un public plus nombreux. La cérémonie se distingue par sa simplicité et son dénuement. « La religion ce n’est pas des rites, mais un degré d’élévation » explique Frère Coulon. Il faut dire que les textes légués par le Père Antoine doivent d’être longuement médités. De l’aveu même des adeptes, le style chaloupé et le dialecte franco-belge utilisé rendent l’Enseignement plutôt ardu à comprendre du premier jet.

    « C’est vrai que l’Enseignement, notre livre sacré, est écrit de manière alambiquée. Il y a quelques tournures un peu vieillottes » avoue Sœur Maryvonne, qui tente de percer les mystères du langage franco-belge en compagnie de quelques sœurs à la robe noire et au sourire édenté. « Je comprends totalement que l’on soit sceptique en rentrant ici, mais l’antoinisme ne s’explique pas, il se pratique ».

    Si le principal enseignement du Père est la supériorité de la conscience sur l’intelligence, l’antoinisme se distingue avant tout pour un amour infini envers son prochain, comme l’explique le fronton au fond de chaque temple : « Ne pas aimer ses ennemis, c’est ne pas aimer Dieu ; car c’est l’amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de Le servir ». Ainsi, il ne faut voir le mal en personne, explique Sœur Maryvonne, car « Dieu n’est pas une entité indépendante, chacun en a une petite part au fond de lui » . D’inspiration catholique, la religion combine en outre des éléments de guérison et une croyance avérée en la réincarnation. Comme l’indique les murs peints en vert pastel, un antoiniste convaincu ne meurt pas, mais plutôt se désincarne, son âme revenant alors à un autre corps humain.

    « Ici, on ne fait pas de miracles, seulement des prières et des bonnes pensées », se défend Sœur Whart, 82 ans, une guérisseuse de la rue Vergniaud. « Je leur transmets le fluide que le Père nous envoie. On sent une chaleur qui monte, qui monte », explique-t-elle, exaltée, avant de rappeler que le culte n’admet aucune entourloupe : « Nous ne sommes pas un cabinet de voyance mais de clairvoyance ». Mais qu’est ce que le fluide concrètement ? « Le fluide, c’est pas très facile à expliquer », avoue, lucide, Frère Coulon, le desservant du temple de la rue du Pré Saint-Gervais, avant de poursuivre : « En somme, c’est une énergie que chacun de nous dégage, dans sa façon de parler et de se comporter ; c’est comme une émanation de l’aura, ou du karma chez les bouddhistes ». Le but des offices antoinistes serait ainsi d’inverser les fluides néfastes par des « bonnes pensées », puisque, selon le principe du Père, « les plaies du corps ne sont que les plaies de l’âme ».

    « Au creux de la vague »

    Si ces intentions peuvent sembler louables, le culte antoiniste vit pourtant des heures difficiles. « Ce rapport Guyard, qui nous a indentifié comme une secte, nous a fait beaucoup de mal. » Assis dans son bureau au mobilier sommaire, Frère Madeleine, le représentant du Père en France, ne se remet pas de ce coup injuste porté aux antoinistes, pourtant légalement reconnus depuis 1934 comme association cultuelle par le Conseil d’État. « Mais outre ce rapport, de manière générale, la plupart de ce qui se dit sur nous est faux. Nous ne pratiquons pas le végétarisme, et surtout, nous ne déconseillons jamais l’usage de médicaments. Nous pensons seulement que la foi ajoute à leur efficacité. » « Je vais chez le médecin sans problèmes, ça m’est déjà arrivé, confirme en creux Frère Jean-Luc, croisé à Vergniaud. Par contre, ce que je fais, c’est que je prie pour que le docteur soit inspiré et me trouve un bon traitement. »

    En réalité, « les gens essaient toujours de démolir ce qu’ils ne comprennent pas », décrypte la volubile Sœur Astrid, qui officie au temple des Ternes. « Notre religion n’est pourtant basée que sur l’expérience, le désintéressement et le respect des gens, je ne m’explique pas cette défiance. » « Avant de nous traiter de secte, ils feraient bien de venir nous voir », renchérit Sœur Maryvonne, qui est à la tête du comité administratif : « Tous les quatre ans, je fournis les comptes, tout est transparent, nous ne vivons que de bénévolat, de dons et de legs. Le rapport Guyard nous a catalogués. C’est très désagréable. Quand les gens sont convaincus d’une chose, il est très difficile de les faire changer d’avis. »

    Témoin de la portée du rapport, le doute est même allé s’insérer dans l’esprit de quelques adeptes, qui restent malgré tout fidèles au culte. C’est le cas de Corinne, une antillaise de 46 ans croisée au Pré Saint-Gervais :« Je suis incapable de dire si c’est une secte ou non. Je viens depuis vingt ans, mais pour l’instant, je ne me suis pas posée ces questions. Je me suis laissée porter par l’ambiance familiale. » Une ambiance et un accueil unanimement reconnus, qui soulagent des personnes souvent confrontées à de lourds fardeaux : « Ici, il y a quelque chose qui relève de la souffrance populaire, qu’il n’y a pas à la paroisse, fréquentée par des gens au niveau de vie plus confortable. C’est un lieu où on peut parler et trouver une écoute, sans doute meilleure qu’à l’église catholique. »

    Frères costumés comme visiteurs éphémères, tous le reconnaissent, l’antoinisme « change la façon de voir la vie ». Aimer ses ennemis, penser à sa réincarnation, payer le prix de ses vies antérieures ou encore recevoir selon son mérite, autant de concepts qui dessinent un courant de pensée jeune et iconoclaste, authentiquement original et difficile à cerner. Si, après des débuts prometteurs, le culte est actuellement « au creux de la vague », Sœur Maryvonne ne désespère pas de le voir rebondir à l’avenir. « Même si on est une goutte d’eau dans la mer, il faut continuer. Je suis convaincue que c’est quelque chose de si beau qu’un jour nous serons plus connus. »

    Frère Madeleine, secrétaire moral du culte en France

    « Représentant du Père en France », rien de moins, telle est la fonction de Norbert Madeleine, 89 ans, les jambes fatiguées mais la vigueur intellectuelle intacte. « C’est que la religion ça conserve » assure-t-il dans un sourire. Introverti, l’homme se veut un leader discret, et refuse d’emblée l’étiquette de « gourou » : « il n’y a pas de ça chez nous, nous ne sommes pas une secte mais un culte reconnu comme religion depuis 1934 par le Conseil d’État ». Souriant et conciliant, l’homme au regard perçant a gravi un à un les échelons de la hiérarchie spirituelle antoiniste en près de soixante ans de culte. S’il se définit avant tout par « le spirituel », faire le portrait de Norbert revient à faire celui d’une double vie : celle d’un vieillard sans enfant, auparavant préparateur en pharmacie, et celle d’un homme qui a connu « ses propres épreuves », avec la mort de ses deux femmes et un cancer du poumon en 1972 dont il s’est remis « grâce à la Foi ».

    Né à Prouai, un petit village d’Eure-et-Loir, Norbert coule une enfance heureuse quand la guerre éclate. En 1944, à tout juste 20 ans, il s’engage aux côtés des FFI, et participe à la défense de Strasbourg, où périssent 34 de ses camarades. Traumatisé par le souvenir du « sang qui se mêle à la neige » , et en quête de salut, Norbert Madeleine trouve alors sous les conseils de sa femme un échappatoire dans la religion antoiniste. À partir de 1949, il commence à fréquenter les temples, se rend régulièrement aux lectures. « Au temple j’ai trouvé quelque chose de reposant, de réconfortant, un calme qui m’a séduit ». Il fait finalement le choix de prendre la robe en 1951. Sa carrière spirituelle peut commencer.

    Costumé, Norbert devient Frère Madeleine, s’adonne à son « travail moral » à Mantes puis à Rouen, avant de revenir à Paris, où il est nommé desservant en 1994. Cela ne fait en somme que six mois qu’il a été élu « secrétaire moral », « représentant du père » et « délégué du culte » par le collège des desservants de France ; une reconnaissance tardive qu’il n’a pourtant jamais vraiment recherchée. Pestant contre un monde « où le recul de la religion est généralisé », il confie, la voix remplie d’amertume : « Mon principal problème, c’est l’insuffisance d’adeptes en Province, où j’ai du mal à nommer des desservants. Il y a aussi moins de salles de lectures qu’avant, j’essaie d’y remédier ». Difficile mission cependant en raison du manque de moyens et de la règle sacrée de non-prosélytisme chère à la religion antoiniste. « Avant, nos adeptes venaient grâce au bouche à oreilles, le boucher ou la boulangère leur parlait du culte. Seulement, c’est difficile maintenant, car les gens n’ont plus de contact, il n’y a plus d’échange humains ».

    Nostalgique du temps où le Père Antoine savait catalyser le mouvement autour de ses dons de guérisseur — « J’ai vu en photo la foule de 15 000 personnes pour son enterrement à Jemeppe-sur-Meuse en 1912, c’était incroyable »- Frère Madeleine espère ne pas mourir avec le culte. « J’aimerai voir des jeunes à ma place, on manque de relève. Mais je reste optimiste, quand la marée est basse, il faut bien qu’elle remonte. Le mouvement s’est essoufflé mais les épreuves qui nous attendent ramèneront les gens vers la religion ». Un dernier soupir et l’homme prend congé pour satisfaire aux consultations, qui rythment des journées principalement dédiées à la prière, et dans lesquelles il avoue parfois « se sentir un peu seul ». Avant de vite se reprendre, le sourire un peu forcé mais bienveillant : « Ma famille est ici maintenant. Mes enfants, ce sont mes adeptes ».

     

    source : RAGEMAG (https://archive.ph/GLdBU)

    Nota bene : il faut lire Norbert Madelaine et non Madeleine.

    source : https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fragemag.fr%2Fantoinisme-sur-les-traces-culte-guerisseurs-belges-47824%2F#federation=archive.wikiwix.com

    https://web.archive.org/web/20131024195102mp_/http://ragemag.fr/antoinisme-sur-les-traces-culte-guerisseurs-belges-47824/


    votre commentaire
  • J. A. (Unitif 1911-1912, p.181-183)

    B. (p.152, p.156, p.XXIX)

    H. B. (Unitif n°2, p.7-16, Unitif 1911-1912, p.34-50) = Henri Bodin

    M. B. (Unitif n°11, p.10-12, Unitif 1911-1912, p.153-155)

    C. (p.165)

    D. (p.1-3, p.57, p.68) = Ferdinand Delcroix (Unitif n°1, p.13-16, Unitif 1911-1912, p.13-18) ou Florian Deregnaucourt (Unitif n°1, p.6-8, Unitif 1911-1912, p.149) ou Pierre Dor ou Paul Delaunay ?

    Desart (Unitif n°1, p.6-8 & p.11-13)

    E. (p.73, p.135)

    U. E. (Unitif n°11, p.2-4, Unitif 1911-1912, p.140-143)

    F. (p.26, Développement, p.133-134, Unitif n°8, p.5-6) = Léon Foccroule ?

    J. F. (Unitif 1911-1912, p.171-173) = Juliette Fréson d'après Debouxhtay (p.293)

    J. G. (Démonstrations n°3, p.7) = Joséphine Guillaume, l'américaine ?

    H. (p.4, Démonstrations n°3, p.44) = Henri Hollange ou un des Hoven

    J. H. (Unitif n°3, p.14-16, Unitif 1911-1912, p.73-75, Unitif 1911-1912, p.174-177) = Groupe de Momalle = Joseph Hoven ?

    M. H. (Unitif 1911-1912, p.178-180) = Mathieu Hoven ?

    E. J. (Unitif n°9, p.11-15, Unitif 1911-1912, p.122-127)

    L. (p.49, p.72, Développement p.64-66, Développement, p.177-181, Unitif n°6, p.2, (Unitif n°9, p.7-9) = Joseph Lejaxhe ?

    R. L. (Unitif n°3, p.6-7, Unitif 1911-1912, p.58-60)

    Léona (Unitif n°4, p.12-16, Unitif n°7, p.10-11, Unitif n°10, p.8-11, Unitif 1911-1912, p.80-85, Unitif 1911-1912, p.112-113, Unitif 1911-1912, p.128-132)

    Louis (Unitif n°10, p.14-16, Unitif 1911-1912, p.137-139)

    M. (p.28, p.77, p.119, Développement, p.95-97, Unitif n°6, p.15) = Léopold Monet ?, Julien Musin ?

    A. M. (Démonstrations n°1, p.26-27)

    M. M. (Unitif 1911-1912, p.113)

    S. M. (Unitif n°11, p.6-8, Unitif 1911-1912, p.147-149)

    Eliet Marchand (Unitif 1911-1912, p.55-57) = à Dinant

    N. (Unitif n°8, p.14-16, Unitif 1911-1912, p.118-121) = Joseph ou Narcisse Nihoul

    J. N. (Unitif n°11, p.8-10, Unitif 1911-1912, p.150-152, Unitif 1911-1912, p.168-170) = Joseph Nihoul

    Noël (Unitif 1911-1912, p.51-54)

    P. (p.90, p.133, p.149, Développement, p.147-148, Unitif n°8, p.10)

    Ch. P. (Démonstrations n°1, p.9, Démonstrations n°2, p.38-39)

    Baptiste Pastorelli (Unitif 1911-1912, p.18, Unitif 1911-1912, p.149)

    R. (p.127)

    L. R. (Unitif 1911-1912, p.7-9)

    S. (p.36 & p.89) / J. S. (Unitif n°3, p.16) / J. Soyeur (Unitif 1911-1912, p.12) = J. Soyeur de Seraing

    T. (p.21) = François Tinlot, l'architecte ?

    J. T. (Unitif n°11, p.12-14, Unitif 1911-1912, p.156-159)

    J. V. (Unitif n°11, p.4-6, Unitif 1911-1912, p.144-146)

    Juliette Vittart (Unitif n°5, p.6-16, Unitif 1911-1912, p.86-100)

    Vital (Unitif n°7, p.11-14, Unitif 1911-1912, p.114-117) = Vital Coutin

    A. W. (Démonstrations n°2, p.5-9, p.14-17, p.24-26, p.29-35)


    Et encore :
    un adepte, l'adepte, un adepte du Père Antoine, un adepte encore novice,
    un(e) antoiniste,
    une soeur, un frère
    un chrétien (Développement, p.190-192)
    un visiteur,
    un matérialiste (Unitif n°7, p.6-10, Unitif 1911-1912, p.106-111)...


    votre commentaire
  • L'indifférence.

    ( Lettre publiée en 1972 dans le " Journal d'informations morales " )

    Cher Frère,

         Une chose attire particulièrement mon attention, c'est une forme de l’égoïsme très répandue de nos jours: l'indifférence.

         Nous vaquons à nos affaires, nous vivons à une cadence rapide, nous venons demander l'aide du Père à la moindre épreuve, et, exaucés et satisfaits, nous retournons tranquillement à notre vie personnelle.

         Tranquillement, sans avoir vraiment ouvert les yeux autour de nous, sans avoir remarqué la personne qui, timidement, a essayé de s'approcher de nous. Avons-nous fait notre devoir d'enfants du Père? Non. Nous n'avons pas senti la grande solitude de cette personne, son désir d'un peu de tendresse humaine à la suite d'un deuil, d'un grand chagrin, d'évènements, peut-être, qui l'ont désemparée.

         Certes, nous devons être discrets, respecter le libre-arbitre de chacun, mais nous ne devons pas nous dérober.

         Demandons au Père surtout l'amour véritable, la sensibilité qui nous aidera à mieux ressentir les besoins de nos frères, à ne pas rester indifférents, à côté d'une détresse morale sans la secourir.

         Plus nous avons reçu, mieux nous avons compris, plus grande est notre responsabilité. Laissons nous guider par le grand amour du Père mais faisons, nous aussi, notre propre travail, nous en retirerons une joie véritable et une grande paix.

                                     Un  Adepte.

    source : http://antoinisme.20six.fr/antoinisme/16


    votre commentaire
  • Costume antoiniste féminin

    source : Temps Jadis n°66 (Juin 2000)

    voir le billet suivant pour l'histoire du costume antoiniste


    votre commentaire
  •     Un exemple : il nous a été révélé qu'il n'y a ni haut ni bas ; si notre intelligence l'admet, ce n'es pas qu'elle puisse le démontrer, c'est qu'elle est contrainte à le croire, car il n'est pas dans sa nature d'en pénétrer la cause qui, seule, est la réalité.
    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, C'est Adam & Eve qui forment la base des termes de comparaison, p.XIV-XV


        For example, in Pormpuraaw, a remote Aboriginal community in Australia, the indigenous languages don't use terms like "left" and "right." Instead, everything is talked about in terms of absolute cardinal directions (north, south, east, west), which means you say things like, "There's an ant on your southwest leg." To say hello in Pormpuraaw, one asks, "Where are you going?", and an appropriate response might be, "A long way to the south-southwest. How about you?" If you don't know which way is which, you literally can't get past hello.
        About a third of the world's languages (spoken in all kinds of physical environments) rely on absolute directions for space. As a result of this constant linguistic training, speakers of such languages are remarkably good at staying oriented and keeping track of where they are, even in unfamiliar landscapes. They perform navigational feats scientists once thought were beyond human capabilities. This is a big difference, a fundamentally different way of conceptualizing space, trained by language.
        Differences in how people think about space don't end there. People rely on their spatial knowledge to build many other more complex or abstract representations including time, number, musical pitch, kinship relations, morality and emotions. So if Pormpuraawans think differently about space, do they also think differently about other things, like time?
        To find out, my colleague Alice Gaby and I traveled to Australia and gave Pormpuraawans sets of pictures that showed temporal progressions (for example, pictures of a man at different ages, or a crocodile growing, or a banana being eaten). Their job was to arrange the shuffled photos on the ground to show the correct temporal order. We tested each person in two separate sittings, each time facing in a different cardinal direction. When asked to do this, English speakers arrange time from left to right. Hebrew speakers do it from right to left (because Hebrew is written from right to left).
        Pormpuraawans, we found, arranged time from east to west. That is, seated facing south, time went left to right. When facing north, right to left. When facing east, toward the body, and so on. Of course, we never told any of our participants which direction they faced. The Pormpuraawans not only knew that already, but they also spontaneously used this spatial orientation to construct their representations of time. And many other ways to organize time exist in the world's languages. In Mandarin, the future can be below and the past above. In Aymara, spoken in South America, the future is behind and the past in front.
    Lera Boroditsky, Does Language Influence Culture?, New cognitive research suggests that language profoundly influences the way people see the world. source : The Wall Street Journal (July/23/10) [http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703467304575383131592767868.html?KEYWORDS=LERA+BORODITSKY]

        Par exemple, chez les Pormpuraaw, une communauté éloignée d'Australie, les langues autochtones n'utilisent pas les termes "gauche" et "droite". Au lieu de cela, tout est évoqué par les points cardinaux (nord, sud, est, ouest), ce qui signifie qu'on doit dire des choses comme, "Il ya une fourmi sur votre jambe sud-ouest." Pour dire bonjour en Pormpuraaw, on se demande: «Où vas-tu?", et une réponse appropriée pourrait être: «Un long chemin vers le sud-sud-ouest. Et vous?" Si vous ne savez pas de quel côté est qui, littéralement, vous ne pouvez pas aller au-delà du bonjour.
        Environ un tiers des langues du monde (parlé dans différents environnements physiques) s'appuient sur les orientations pour l'espace absolu. À la suite de cette formation linguistique constante, les locuteurs de ces langues sont remarquablement bien orientées et capables de garder la notion de l'endroit où ils sont, même dans des paysages inconnus. Ils accomplissent des exploits scientifiques de navigation que l'on pense être au-delà des capacités humaines. C'est une grande différence, une manière fondamentalement différente de conceptualiser l'espace, formé par le langage.
        Les différences dans la façon dont les gens pensent à l'espace ne s'arrête pas là. Les gens comptent sur leur connaissance de l'espace pour construire beaucoup d'autres représentations plus complexes ou abstraites y compris le temps, le nombre, le ton musical, les relations de parenté, de la moralité et les émotions. Donc, si les Pormpuraawans pensent différemment l'espace, vont-ils également penser différemment à propos d'autres choses, comme le temps ?
        Pour le savoir, ma collègue Alice Gaby et moi avons voyagé en Australie et avons montrés aux Pormpuraawans des images qui montrent des progressions temporelle (par exemple, des images d'un homme à des âges différents, ou un crocodile grandissant, ou une banane en train d'être mangé). Leur travail consistait à organiser les photos mélangées sur le sol pour voir le bon ordre temporel. Nous avons testé chaque personne sur deux séances distinctes, chaque fois face à une direction cardinale différente. Lorsqu'on leur a demandé de le faire, les anglophones ont organisés le temps de gauche à droite. Les locuteurs d'hébreu l'ont fait de droite à gauche (parce que l'hébreu est écrit de droite à gauche).
        Nous avons constaté que les Pormpuraawans ont disposés le temps d'est en ouest. C'est-à-dire, assis face au sud, le temps passait de gauche à droite. Lorsque le sujet était face au nord, il organisait le temps de droite à gauche. Face à l'est, vers le corps, et ainsi de suite. Bien sûr, nous n'avons jamais dit à aucun de nos participants dans quelle direction ils sont dirigés. Les Pormpuraawans non seulement le savait déjà, mais ils ont aussi spontanément utilisé cette orientation spatiale pour construire leurs représentations du temps. Et bien d'autres façons d'organiser le temps existent dans les langues du monde. En mandarin, l'avenir peut être en bas et le passé en haut. En Aymara, langue parlée en Amérique du Sud, l'avenir est derrière et le passé devant.

    cf. aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypothèse_Sapir-Whorf


    votre commentaire
  •     Dans la pensée de ses auteurs, le mythe a pour but de matérialiser et d'habiller de palpable, de visible, de mouvementé et de dramatique des intuitions, des conjectures, des idées, de soi désincarnées et conceptuelles, pour nous les communiquer : dans l'imaginaire, et non pas dans l'abstrait. Il n'enregistre pas des constatations, mais des explications. Par le conte qu'il nous fait, il nous suggère la situation ou la suite de conjonctures qui, en aboutissant à l'état de choses mis en questions, en rend suffisamment raison pour satisfaire notre désir de connaître : ce n'est qu'un "récit vraisemblable", comme écrivait Platon (Timée, 29d). C'est parce que l'auteur du Poème du Supersage [des Mésopotamiens] avait la conviction qu'il existait dans l'homme, outre le corps terrestre et périssable, quelque chose de supérieur et qui jusqu'à un certain point dépasse sa nature, qu'il a forgé son histoire de sang d'un dieu pétri avec de la glaise. Ut littera sonat, c'est une narration qu'il nous fait là ; mais elle n'est, en réalité, que le support d'une explication. Incapables encore d'accéder à la pensée abstraite et scientifique et livrée à la seule force de leur imagination, sans disposer, pour éclairer leurs doutes, d'autres données que concrètes, individualisés et fictives, les auteurs des mythes s'en sont servis pour calculer et construire des situations imaginaires qu'ils ont adaptées aux propres données de leur problèmes, comme on l'a vu aux exemples plus haut cités, et éclairer ainsi d'autant mieux ces incertitudes. L'histoire qu'ils racontent, ils ne prétendent pas le moins du monde l'avait "constatée", de visu, ou par ouï-dire, comme le ferait l'auteur d'un authentique rapport historique : ils pensent seulement que, sans elle, ou quelque chose d'approchant, la question posée demeurerait sans réponse. [...]
        Le récit du "Péché originel" le démontre clair comme le jour : moyennant sa foi et son admiration pour son Dieu, le Yahviste avait réfléchi, et compris le premier ce dont l'histoire était déjà en pleine et ce dont nous voyons depuis, tous les jours autour de nous, des illustrations plus ou moins cruelles, sanglantes et insupportables, c'est à savoir que l'Homme est le seul responsable de ses propres malheurs. Il devrait le savoir, il le sait ; il devrait donc se garder d'errements aussi funestes ; il y retombe sans cesse et il n'arrête pas de se replonger ainsi dans l'infortune et le désespoir, comme si, enté sur sa nature, un archaïque atavisme de faiblesse et de propension à mal faire l'y inclinait toujours et sans qu'il ait jamais pu trouver encore lui-même de remède à cette façon d'impuissance native. Voilà, bien au-delà du mot à mot de cette histoire de Jardin, de Fruit défendu, de Serpent tentateur, de Femme qui succombe et persuade son Homme de l'imiter, voilà la vérité profonde et éternelle que le vieux Yahviste avait découvert et qu'il nous a transmise. Et qui ne serait d'accord avec lui ?

    Jean Bottéro, Le récit du péché originel, p.284-85 & p.291
    Naissance de Dieu, La Bible et l'historien
    Folio / histoire, Paris, 1992


    votre commentaire
  •     Dans Que deviennent-ils ? (1980) de Francis Kinet, on apprend qu'
        "A l'occasion de la Consécration du Temple de Monaco, le 14 décembre 1913, on découvrit une nouvelle inscription en langue française et italienne : "Le Père, le grand guérisseur de l'humanité pour celui qui a la foi".
        Ces inscriptions subsistent toujours à l'heure actuelle" (p.80).
        C'est toujours le cas actuellement.

        Par ailleurs, dès Novembre 1912, on lit dans l'Unitif, deuxième année, n°3 : "L'Enseignement du Père, c'est l'enseignement du Christ révélé à cette époque par la foi". Cette affirmation sera désormais placée dans les temples, et dans les publications antoinistes. Elle est encore en usage de nos jours dans les temples français. Cette inscription sera reprise au début de la première édition du Développement (Historique du Culte Antoiniste, p.60 et 61).
        On apprend dans le même Historique du Culte Antoiniste que c'est en novembre 1913 qu'on décide, à la demande de certains adeptes, de placer désormais dans les Temples et les cabinets de consultation, un panneau portant cette inscription (p.64). Il était porté en procession pour les fêtes antoinistes.
        Le Sciences et Voyages n°9 du 1er janvier 1919, présentant 'une religion curieuse', l'antoinisme, illustre son article d'une photo de l'extérieur du temple de Monaco et de Mère opérant du haut de la tribune avec cette inscription.
        En 1925-1926, Mère, sentant que la pensée des adeptes et des affligés s'appuyait plus sur le guérisseur du Temple que sur le Père, fit placer dans tous les temples l'image du Père ANTOINE au milieu de la tribune, à la place de l'emblème qui fut déporté sur la gauche. Elle fit placer également cette image dans les cabinets de consultation. Cette image, dessinée par le frère Tinlot portait la mention suivant : LE PÈRE ANTOINE   LE GRAND GUÉRISSEUR DE L'HUMANITÉ POUR CELUI QUI A LA FOI (p.69).
        EN 1929-1930, Mère fit placer sur l'image du Père se trouvant dans les Temples, l'inscription suivant : LE PÈRE FAIT L'OPÉRATION, en remplacement de l'inscription initiale citée plus haut (p.72).


    votre commentaire
  •     L'Epreuve de l'Acte du Mal n'a pas besoin d'être décrite ici, c'est l'idée du péché chrétien et de l'Enfer, sauf que pour les Réincarnationniste, l'Enfer c'est sur terre, en quelque sorte : imperfection, souffrance, maladie... tout cela causé par l'incarnation et l'imagination de la matière.
        L'Epreuve de l'Acte du Bien est par contre quelque chose à décripter : en effet, comment en commétant le bien pourrait-on subir l'épreuve ?
       Imaginons un ami qui perd un membre de sa famille : c'est une épreuve pour cet ami. Mais pour nous qui nous sentons de le soutenir dans ce moment difficile, par sympathie (étymologie du mot signifie "souffrire avec"), nous ressentons également l'épreuve. Mais c'est là une épreuve de l'Acte du Bien. Bien sûr, un désintéressement total devrait nous éviter cette épreuve, mais la matière et l'intelligence ont bien trop prise sur nous sur terre pour cela.


    votre commentaire
  • Étymol. et Hist. 1561 excrementiciel « de la nature de l'excrément; de ce qui doit être rejeté » (Paré, Le premier livre de l'anatomie, chap. 19 ds Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, t. 1, p. 145);

    Dictionnaire de l'Académie française 4e édition : Terme de Médecine. Qui tient de l'excrément. Tous les alimens ont deux parties, l'une nutritive ou nourricière, & l'autre excrémenteuse.

    source : http://www.cnrtl.fr/lexicographie/

     

        Si Louis Antoine avait utilisé ce mot plutôt qu'excrément, celà aurait contenté certain... mais on aurait pas manqué de critiquer le caractère compliqué de son Enseignement...


    votre commentaire
  •     Deux choses aujourd'hui me font revenir sur l'intérêt de porter encore le costume antoiniste de nos jours. En effet, quand on voit les photos de l'époque de Louis Antoine, la raison de la robe révélée était d'effacer les différences sociales (idée que l'on retrouve dans un article de l'Unitif). cf. le billet et les commentaires sur l'Histoire de la robe
        Mais de nos jours, les différences sociales sont beaucoup moins marquées par les vêtements. Mais... et oui, il y a un mais. Tout n'est pas effacé, et le plus dur reste à faire. Car maintenant la pression sociale est plus pernicieuse. Par exemple, la bourqa n'est pas acceptée, les femmes ont mis longtemps avant de pouvoir porter le pantalon, et un homme en jupe, ça vous choquerez ?

        A lire, deux articles sur le sujet, qui en soulève plein d'autres :
    - La jupe... pour nous aussi, les hommes ! ;
    - L'histoire résumée du port du pantalon par les femmes.


    votre commentaire
  •     En 1923, la Mère demande que soit constitué en France un organisme central propriétaire des 7 temples français. Mais selon la loi, il fallait 25 membres pour constituer une association cultuelle nationale. Chaque temple devient donc une association. En 1929, la création d'une Caisse centrale à Paris donna aux Antoinistes français une autonomie matérielle par rapport à la direction belge. En 1931, la Mère se retire complètement des affaires françaises. En 1945, les associations locales vendirent leur temple à l'Union nationale des cultes antoinistes, et en 1958, le nombre de lieux de culte ayant atteint le chiffre fatidique de 25, les associations cultuelles locales furent dissoutes. L'union se transforma en une Association cultuelle antoiniste du collège des desservants de France.


    Les Représentants du Père
        Le titre de Représentant du Père ne sera porté en France qu'à partir de 1988, date à laquelle les statuts sociaux du Culte Antoiniste change, et de Association cultuelle antoiniste du collège des desservants de France, ou Cultuelle antoiniste de France (avec le frère Albert Jeannin comme Secrétaire Moral du Collège des Desservants de France), il devient Culte antoiniste. L'élection du Représentant s'effectue à la majorité des deux tiers des desservants en exercice. Le temple où le Secrétaire moral (ou Représentant du Père) officie devient le 'centre moral' (Régis Dericquebourg, p.150-156). C'est actuellement le temple de Paris-Passage Roux où se trouve le Représentant du Père.

    Les Représentants du Père   Les Représentants du Père

        Parmi les représentants français du père, nous notons Frère Jeannin (1962-1970), Soeur Jeannin (sa femme, 1970-1974), Frère Mouchet de 1974 à 1982, Frère Dambax (1982-1988), Soeur Dambax (sa fille, 1988-2013), Frère Norbert Madelaine (2013-2022) ; en Belgique, le représentant était Jospeh Nihoul (1940), et après comme Secrétaire moral, M. Dumont (décédé à 36 ans d'une crise cardiaque), puis sa femme Mme Denise Dumont, et leur fille Mme Ghislaine Dumont (fille de ces derniers, 1985-2009).
    source : https://wrldrels.org/2018/08/06/antoinism/


        En Belgique, ce n'est pas le Desservant (ou l'occupant) du temple qui peut être Représentant du Père.
        A la désincarnation de Mère, le Frère Joseph Nihoul devient Représentant du Père ad intérim, en 1940. On procéda à un vote à la simple majorité, après la guerre. (Debouxhtay, 1945, p.5). Il passa la suite au père de soeur Ghislaine Dumont.
        A la désincarnation du Père de soeur Dumont, n'ayant pas de desservant à Jemeppe, il ne pouvait y avoir de Représentant du Père. Puis soeur Marie-Thérère fut desservant du temple de Jemeppe, et soeur Ghilaisne Dumont devint Desservante du Père pour la Belgique en 1985.

    Les Représentants du Père  Les Représentants du Père

        La situation actuelle est identique : soeur Marie-Thérèse, pressentie pour être Représentante, déclina cette charge pour rester desservante du temple de Jemeppe. Il n'y a donc pour l'instant plus de desservant. Un vote se déroulera le moment venu pour en choisir un. La désincarnation de Soeur Marie-Thérèse en 2017 laisse le Temple de Jemeppe sans desservant.


    3 commentaires
  •     Les cérémonies de l'antoinisme, s'appellent des "Opérations". Mme Antoine - qui est appelé la Mère depuis que son mari "le Père" est "désincarné", c'est-à-dire décédé - reste ainsi pendant plusieurs minutes. C'est pendant cette muette oraison que s'accomplissent ordinairement les miracles.

    source : Sciences et Voyages n°9 (30 octobre 1919)


    votre commentaire
  •  Le Porte-Arbre

     

     

        C'est une fonction très enviée, qui est cumulé à celle de Lecteur. Elle fut remplie par un professeur de l'Athénée de Liége (le frère Ferdinand Delcroix).

    (Photo issue de Les Sociétés Secrètes de Paris, Pierre Geyraud, in Marianne du 6 janvier 1937).


    votre commentaire
  • Emblème des temples    Lors du cortèges pour la fête de Père, le 25 juin, en tête, venait l'emblème du culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, et jadis l'emblème de Jemeppe était accompagné des emblèmes d'autres temples.

        Lors d'un enterrement, on garde l'emblème haut jusqu'à la sortie du cimetière. Des emblèmes en fonte, de différentes grandeurs, sont en vente dans le commerce.
        Il y a aussi des médailles antoinistes. "Sur une face, elles portent gravée, la façade d'un temple, avec cette inscription : Culte Antoiniste - Temple Antoiniste. "Sur l'autre face, nous voyons le buste du Père Antoine émergeant de derrière l'emblème... Nous y lisons : Aimer, parce qu'il est pur. Jemeppe-Belgique - Père Antoine le Guérisseur (Abbé Brabant, l'Antoinisme ou la religion bizarre d'un faux prophète, 1931).

        Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.219 et 239

     

    Ici à gauche, l'emblème lors d'un cortège à Paris, rue Wurtz


    votre commentaire
  •  

    Illustration : tombe antoiniste du Frère André Even (cimetière de Garches, région parisienne - photo Philippe Landru)(d'autres photos ici)

     

     

        Lors du cortèges pour la fête de Père, le 25 juin, en tête, venait l'emblème du culte, l'Arbre de la science de la vue du mal, et jadis l'emblème de Jemeppe était accompagné des emblèmes d'autres temples.
        Lors d'un enterrement, on garde l'emblème haut jusqu'à la sortie du cimetière. Des emblèmes en fonte, de différentes grandeurs, sont en vente dans le commerce.
        Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.219 et 239



        Un arbre avec le texte "l'arbre de la Science, de la connaissance du Mal" sera représenté sur la tombe d'un adepte du culte antoiniste.
    source : http://www.vivat.be/

        La visite commentée du cimetière primitif d’Antoing permettra de découvrir des sépultures en petit granit de belle qualité tant par leur architecture que par leur ornementation. Le talent et l’originalité des marbriers locaux et extérieurs sont pérennisés dans la pierre. La ville d’Antoing a confié à Jacky Legge et Thérèse Van Den Noortgaete le soin de repérer 130 monuments participant à la mémoire collective de ce bassin calcaire et d’en faire un ouvrage qui sortira de presse en novembre prochain. Des sépultures de personnalités ont été sélectionnées, mais aussi des tombes plus modestes qui laissent apparaître un chaland ou l’ancre du marinier, l’arbre de la science, de la vision du mal des Antoinistes, les pensées traitées un peu naïvement des libres penseurs, le maillet et le ciseau du sculpteur… Côte à côte, une Notre-Dame de Lourdes s’avance délicatement dans une belle structure Art Déco, tandis qu’une Jeanne d’Arc revêtue de son armure surmontée d’un tissu fleurdelisé, rappelle le sacrifice du jeune militaire. La visite intégrera la lecture d’épitaphes, l’observation de photos porcelaine…
    source : http://mrw.wallonie.be/DGATLP/DGATLP/Pages/Patrimoine/CE/RW/JP/RWJP2002/Hainaut/Hai002.html

        C'est aussi l'arbre de la science qu'on retrouve sur la tombe des Antoine dans le cimetière des Housseux, à Jemeppe.

        En principe, rien n'est prévu dans la "liturgie" antoiniste. Avant la guerre de 14/18, au début du Culte Antoiniste, il arrivait de placer sur les cercueils une reproduction métallique de l'emblème.
        Mais, Mère ANTOINE fit annoncer, via l' UNITIF qu'elle avait jugé "après analyse qu'il vaut mieux ne pas le faire". Donc, un conseil mais pas de contrainte ni d'interdiction.
        Il en est de même pour les monuments et les tombes dans les cimetières. Cependant, on trouve quelquefois, sur les tombes antoinistes, les deux mains serrées qui sont le symboles de la solidarité. J'en ai trouvé deux dans le cimetière de BIERSET (Commune de GRACE-HOLLOGNE).
        Ce qui est assez curieux pour être souligné, c'est que le symbole des deux mains serrées est aussi, plus fréquemment, utilisé sur les tombes des défunts libres-penseurs, enterrés civilement.
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/post/6580392/bierset--gracehollogne--cimetiere-tombe-dune-

        Jacques Cécius précisait encore : Les deux mains croisées sont souvent le signe de l'inhumation d'un libre-penseur. Lors d'un enterrement antoiniste à Retinne, dans les années 1970, le cercueil portait cet emblème.
        Et je faisait remarquer : Ces mains en train de se serrer est aussi un emblème que l'on retrouve sur certaines tombes juives, ainsi que sur certaines portes de cimetières juifs (comme à Quatzenheim en Alsace). Ils représentent en général le fait d'appartenir à la confrérie chargée des enterrements.


    votre commentaire
  •     De même si nous nous figurons que notre devise doive montrer le bien qui est en nous, nous faisons erreur ; soyons sincère, avouons plutôt le mal qui nous afflige, nous serons les bienvenus parce que nous serons dans la vérité et de cette façon nous obligerons les autres à faire de même.

    La Révélation, L'arbre de la Science de la vue du bien, p.191


    votre commentaire
  •     On lit clairement sur cette carte-postale que le Père aurait consacré le temple d'Hellemmes en 1925, soit 13 ans après sa mort. Il y a d'autres carte-postale qui porte cette formule énigmatique...

        Est-ce une erreur de l'éditeur de la carte-postale, car on a aussi des cartes-postales qui indique bien que c'est Mère qui consacra le temple représenté (comme pour celui d'Aix-lez-Bains).

        Est-ce la formule utilisé pendant un temps, car comme le dit le desservant du temple de Paris-rue Vergniaud :
        « Et après un instant de réflexion, le frère continua :
       « — Mère, voyez-vous, n'est que l'interprète du père Antoine.
       « C'est à sa mort que le père Antoine l'a chargée de poursuivre son oeuvre ?
       « — Le père Antoine n'est pas mort, me fit remarquer sévèrement mon interlocuteur ; il s'est seulement « désincarné ».
       « — Ah! pardon, fis-je.
       « — Oui, et mère, qui est dépositaire de son pouvoir spirituel, n'est que son exécutrice. »

        En effet, on dit que le Père n'est pas mort, mais qu'il est désincarné, il a disparu pour nos sens, mais il continu de vivre, notamment par la sa Révélation, la communauté, et son fluide guérisseur, etc.

    Consécration du Temple d'Hellemmes par le Père après sa mort....

     

        Le Frère Robert, précise qu'au même titre que le Père fait l'Opération dans tous les Temples Antoinistes, c'est le Père qui consacre les Temples, même si physiquement c'est le Desservant ou le Représentant du PERE qui monte à la Tribune. D'ailleurs, lors d'une Consécration on annonce: "Mes Frères, Le Père vient consacrer ce Temple avec l'AMOUR et la FOI...".
        Dans l'Organisation Générale du Culte Antoiniste en France, après Mère, il est précisé que c'est toujours "un délégué du Collège des Desservants qui va consacrer le nouveau Temple au Nom du Père". Il est pour cela assister par le Représentant du Père.


    1 commentaire
  •     Voici sur une carte-postale un exemple d'expression utilisé entre antoinistes.

    Août 1960. Toutes mes bonnes pensées de Marseille. ELise.

        Ainsi, il existe des expressions propre à la communauté, en voici un échantillon non exhaustif :

    Mes bonnes/meilleures pensées !

    A L'oeuvre donc !

    Tout a sa raison d'être !

    Fraternellement !

    Toujours réunis dans l'amour du Père !...


    votre commentaire
  •     L. — Si vous associez votre pensée aux nôtres, Père, quand nous vous demandons les forces nécessaires pour accomplir notre tâche, ne sommes-nous pas promptement rassurés ?
        Le Père. — Le monde corporel n'est que le reflet du monde spirituel. Si pour exécuter une tâche, nous sommes deux, nous l'aurons terminée plus rapidement qu'en agissant seul. Il en est de même dans l'assimilation de nos pensées. C'est le travail de solidarité qui s'accomplit ici en raison de votre bonne foi en moi. Si même le nombre des adeptes était dix fois, cent fois plus grand, je pourrais toujours les seconder s'ils ont confiance en moi. Il est inutile que j'aie une pensée personnelle pour chacun. Je sais, s'il vous survient une épreuve, qu'elle vous est donnée plutôt comme récompense de votre travail et que votre bonne foi vous donnera la force de la supporter, vous fera faire un progrès que vous ne feriez pas en doutant de moi ; vous l'épargner, ce serait agir contrairement à la vérité et vous rendre un mauvais service, puisque sans épreuves il n'est point d'avancement. N'est-ce pas le croyant, par son désir de s'améliorer et d'avancer vers Dieu, qui doit passer à travers les épines ? Après, les roses lui seront réservées. Ne venons-nous pas d'entendre que le mal n'existe pas ? Ce sont les fluides de nos actes accomplis dans les temps les plus reculés qui font nos épreuves. Si, puissant dans les ténèbres, nos pensées du mal alourdissent notre atmosphère et si nous voulons présentement faire le bien, il nous faut démolir ces remparts que nous avons élevés autour de nous. Combien de malheureux ne se sont pas ainsi murés eux-mêmes comme dans une sorte de tour et qui dans la suite frappent, appellent vainement pour en sortir ! Voilà comment nous forgeons notre châtiment.
    La Révélation, Lois dites de Dieu, p.49-50


    votre commentaire
  •     Concernant la médicament, le Père s'en prive si il sent que le malade a assez de foi pour se soigner seul. Mais il lui arrive d'envoyer le malade au médecin si il ressent le contraire.
        Il n'y a avait que lui qui pouvait le faire. Et si vous vous sentez la possibilité de le faire, faites-le... mais à vos risques et périls : le Père aussi a affronter les tribunaux.
        En effet, le Père pouvait lui-même instiguer à recourir à la matière. Lire ou relire le paragraphe concernant la question de P. (p.90 de la Révélation) :

        P. — Nous ne devons jamais voir le mal, avez-vous dit. A ce propos permettez-moi d'aborder une question matérielle. Comment dois-je comprendre l'enseignement, si je suis propriétaire et que mes locataires ne me paient pas ? Si je le tolère, ne leur rendrai-je pas un mauvais service et ne pourront-ils en abuser ?
        Le Père. — Tout effet a une cause, nous le savons. Les personnes qui laissent des arriérés ne sont pas d'accord avec la justice. Mais si le propriétaire endure cette épreuve, c'est qu'il a une imperfection et qu'il lui faut ce genre d'épreuve pour la surmonter ; s'il s'imagine être dans la vérité, peut-il permettre à ses locataires de ne pas payer ? Non, mais il doit chercher la cause de leur retard. C'est peut-être la maladie du chef de famille ou un accident qui les empêche de s'acquitter de leur devoir. Dans ce cas, nous pouvons tolérer et exercer la charité, avoir pitié d'eux, loin de les persécuter et de les forcer ; rappelons-nous que rien ne se perd, qu'on obtient plus par la patience et la résignation que par la vengeance et nous aurons un double paiement, à la fois matériel et moral. Si, au contraire l'arriéré provient de la négligence, de la paresse ou d'autres défauts, comme d'excès dans le boire ou le manger, nous devons nous montrer justes, fermes, plus encore pour être utiles à ces malheureux que pour avoir ce qui nous est dû. Pas n'est besoin de se mettre en colère ou de recourir à des arguments peu honnêtes, car nous perdrions notre droit si nous voulions nous venger. Il est vrai que ce serait aussi se baser sur l'effet.
        Agissons avec amour le plus possible, pour leur remettre en mémoire qu'ils ont vis-à-vis de nous un devoir à remplir, pour que la pensée puisse le leur rappeler ; laissons leur la faculté de fixer la date où ils pourront s'acquitter envers nous. Mais s'ils ne respectent pas la loi qu'ils auront volontairement établie, nous pouvons les traduire en justice ; il est même de notre devoir de le faire pour ne pas leur endre de mauvais services. En agissant ainsi, nous serons d'accord avec la loi divine autant qu'avec la loi humaine.


        Ainsi le Père conseillait de recourir à la justice en certains cas, lui-même n'étant pas juriste, avocat, ou juge. Ainsi on peut être sûr qu'un desservant nous conseille d'aller voir le médecin s'il ne se considère pas guérisseur dans la cas soumis à lui.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique