• Ecaussinnes (1914)(fermé)

    Ecaussinnes (1914)

    Adresse : chaussée de Braine[-le-Comte], 6 - 4530 Ecaussinnes


    Agrandir le plan

    Style : néo-gothique

    Architecte : François Tinlot

    Panneau : LECTURE DE L'ENSEIGNEMENT DU PÈRE
    tous les dimanches à 10 heures
    et les 4 premiers jours de la
    semaine à 19 heures
    OPERATION GENERALE
    les 4 premiers jours de la
    semaine à 10 heures
    Tout le monde est reçu
    gratuitement

    Temple sans photo

    Date de consécration (par Mère) : 19 avril 1914

    Anecdote : Le temple se trouve à Ecaussinnes-d'Enghien, anciennement commune d'Ecaussinnes-Carrières
    Le temple d'Ecaussinnes est l'oeuvre d'une famille d'ouvriers qui l'édifia en 1911 pendant son temps libre avant d'en faire don au culte. A un moment, il manqua trois mille francs pour achever les travaux. L'ouvrier demanda une aide au Père qui lui répondit : "je n'ai pas cet argent, mais si je l'avais, je ne vous le donnerais pas. Allez, ne voyez pas trop grand et si vous avez la foi, vous aurez tout ce qu'il faut" (p.22) Le donateur en devint le desservant.
        Yves Montreuil, Aperçu sur l'antoinisme (in Régis Dericquebourg, Les Antoinistes)
    Pour la consécration par Mère, neuf Opérations eurent lieu, puis la Lecture des Dix Principes.
        3 septembre 1922, le Temple d'Ecaussinnes ayant été démoli, on en reconstruit un autre, plus grand, de l'autre côté de la rue (Historique du culte antoiniste).
        Le patrimoine monumental de la Belgique, n°23 (Google Books), nous dit lui qu'il fut reconstruit en 1938, il fut donc certainement détruit en 1922 uniquement et la reconstruction terminée en 1938
    Cela ne résout pas le problème de la date figurant sur le pignon, car il fut consacré en 1914, la salle de lecture même date de mai 1914, même si on commença à construire le temple en 1911 d'après Yves Montreuil. La même chose se produit pour le temple de Saint-Étienne.

  • Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)

    Un temple antoiniste à Ecaussinnes depuis 1914

    7 juillet 2021 

    • Temple antoiniste , chaussée de Braine à Ecaussinnes

    Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)Le fondateur Louis Antoine

    À l’instar de la plupart des villes et villages belges, on trouve encore un temple antoiniste à Ecaussinnes. Inauguré le 19 avril 1914, l’édifice se dresse, rehaussé de châssis et d’une porte vert émeraude (symbole de réincarnation), au hameau de Belle-Tête. C’est pourtant l’année de 1913 qui est gravée au fronton. Dans « Le Matin » du 18 avril 1914, on n’a pas manqué de souligner la singularité de ce culte : « Signalons le grand succès de curiosité obtenu par les dames et les messieurs affublés du costume de la secte qui distribuaient une circulaire invitant à la cérémonie d’Inauguration. »

    Le seul mouvement religieux né en Belgique

    Aujourd’hui, ce culte est sur le déclin et les temples antoinistes disparaissent au profit d’autres spiritualités, comme à La Louvière. Il fut cependant un temps où ce culte, à son apogée, comptait 64 temples et une quarantaine de salles de lecture ainsi que des milliers d’adeptes. Cette dévotion demeure, à ce jour, le seul mouvement religieux né en Belgique et sa popularité dépasse les frontières du plat pays, puisque l’antoinisme va s’implanter aux quatre coins de France. Difficile de connaître exactement le nombre d’adeptes du Père (alias Louis Antoine) traditionnellement représenté avec sa longue barbe presque pelucheuse et sa crinière abondante et floconneuse. Son regard se veut mesmérisant et sa main droite est tendue vers l’objectif, comme s’il voulait transmettre son fluide guérisseur au travers du cliché.

    L’antoinisme a été créé par Louis Antoine au seuil du XXe siècle. L’homme naît, en 1846, dans une famille catholique pauvre, en province liégeoise. S’il exprime, dès son plus jeune âge, une grande ferveur religieuse et s’intéresse au spiritisme, il s’interroge sur le sens de son existence. Un événement va transformer son destin. Chétif et timide, son fils fait une chute sur le verglas et s’éteint quelques mois plus tard. Dès lors, Louis Antoine s’éloigne du catholicisme et embrasse le spiritisme. En 1900, il devient désormais connu sous le nom de « guérisseur de Jemeppe ». Lorsqu’il fonde sa nouvelle spiritualité, en 1906, il s’est détaché du spiritisme et veut obtenir la guérison par la foi seulement. Peu à peu, le culte s’organise et en 1910, il désigne sa femme en tant que successeur. Le premier temple antoiniste, celui de Jemeppe-sur-Meuse, est consacré. Ses disciples l’appellent « Le Père » mais deux ans après la création de son mouvement, il meurt ou plutôt il « se désincarne ». « L’Excelsior » du 2 juillet 1912 consacre leur une aux funérailles du Père Antoine. La secte compte 130.000 fidèles et plus de 15.000 personnes sont réunies à Jemeppe-lez-Liège pour lui rendre un dernier hommage.

    Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)

    La une de l’Excelsior du 2 juillet 1912

    « Je n’ai pas cet argent mais si je l’avais, je ne vous le donnerais pas »

    C’est deux ans après la mort de son fondateur que le temple antoiniste est inauguré dans le quartier de Belle-Tête à Ecaussinnes d’Enghien. En réalité, selon les informations du blog  « Louis Antoine et l'antoinisme » , l’édifice a été construit par une famille d’ouvriers qui, dès 1911, y consacre tous ses moments de liberté. Dans ce blog, on relate une curieuse anecdote : il manquait 3000 francs pour terminer les travaux et l’ouvrier s’est enquis auprès du Père Antoine, pour avoir de l’aide. Il paraît que le fondateur du culte lui répondit : « Je n’ai pas cet argent mais si je l’avais, je ne vous le donnerais pas. Allez, ne voyez pas trop grand et si vous avez la foi, vous aurez tout ce qu’il faut. » On dit que le donateur assura finalement les services religieux. J’ignore s’il s’agit d’un fait ou d’une fable mais l’on parle d’une histoire qui aurait eu lieu lors de l’achèvement des travaux, par conséquent, à une époque où Louis Antoine est vraisemblablement mort…

    Toujours d’après les renseignements fournis par le blog « Louis Antoine et l’antoinisme », il ne s’agirait pas de l’emplacement original, le temple ayant été détruit en 1922. Un autre, plus vaste, a été bâti de l’autre côté de la chaussée et inauguré en 1938.

    Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)

    Dans « La Gazette de Charleroi » du 16 avril 1914, on note que les adeptes ont distribué des tracts, affublés du costume de la secte : « Frères, Mère Antoine ira consacrer, au nom du Père, le nouveau Temple Antoiniste d’Ecaussinnes-Carrières. La cérémonie aura lieu dimanche 19 avril à 10 heures. A cette occasion, Mère recevra les malades tous réunis dans le temple comme Elle fait à Jemeppe-sur-Meuse les quatre premiers jours de la semaine, à 10 heures. Recevez, chers Frères, toutes nos bonnes pensées. Le Conseil d’Administration. » Dans « La Gazette de Charleroi » du 19 avril 1914, on précise même que des trains spéciaux seront prévus. C’est dire que l’événement était susceptible d’attirer des foules. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la manifestation avait attiré de nombreux badauds, si l’on en juge sur la carte postale issue à cette occasion.

    Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)

    Zoom sur la carte postale d’inauguration du temple

    « La mère Antoine, à la tribune, prie tout bas… »

    Un temple antoiniste à Ecaussines depuis 1914 (tunneldesamoureux.wordpress.com)Si des trains supplémentaires ont été planifiés, c’est aussi parce que les antoinistes jemeppois allaient venir en nombre pour accompagner la Mère Antoine (alias son épouse Jeanne Catherine Collon) qui devait consacrer le temple. Comme cela est précisé dans le compte-rendu de « La Gazette de Charleroi » du 21 avril 1914. « Bon nombre de curieux, mêlés aux adeptes de la nouvelle religion, attendaient sur la chaussée l’ouverture des portes de la nouvelle église, qui peut contenir une centaine de personnes debout. »

    Une fois la foule à l’intérieur du temple, un adepte annonce l’arrivée de la Mère. Le tintement d’une cloche rappelle les gens à l’ordre : « la mère Antoine, en costume noir, la tête coiffée d’un bonnet noir auquel tient un voile noir rejeté en arrière, entre les mains jointes, suivie d’un adepte, d’âge déjà, ayant les cheveux longs et la barbe longe aussi, genre patriarche. » La scène paraît surprenante et on frise la parodie : « Ces deux personnages ont la mine extatique, ils ont des allures mystiques. La mère Antoine, à la tribune, prie tout bas, elle fait quelques gestes et a des soubresauts qui la font parfois frémir. » Les spectateurs sont visiblement déçus car la cérémonie n’a duré que 3 minutes. Mère Antoine et ses accompagnateurs ont disparu. La célébration se clôture par la lecture des dix principes du Père Antoine. « Tous les curieux ont été désappointés ; ils pensaient tout au moins assister à une réunion au cours de laquelle des explications auraient été données sur le nouveau culte ; mais, pas le moindre mot là-dessus. Tout se passe dans le mystère et le mysticisme. »

    Source : https://tunneldesamoureux.wordpress.com/


    votre commentaire
  •     Au 16ème siècle, l'usage de la chaussée était payant. Une barrière coupait la chaussée à l'entrée de Braine-le-Comte où habitait le receveur. Cette appellation de barrière d'Ecaussinnes est restée et est devenue le nom d'un lieu-dit.
        Cette chaussée qui relie Ecaussinnes à Braine-le-Comte existait donc bien avant 1756. Mais c'est à cette date que l'impératrice Marie-Thérèse octroya ce tronçon à un négociant de Mons, lui-même coassocié aux maîtres carriers d'Ecaussinnes. Ces derniers eurent pour mission de recouvrir la chaussée de pavés.
        La dite chaussée fut donc appelée " Pavé de Braine " en raison de son revêtement. Il s'agissait d'un apport extrêmement moderne pour l'époque.
        Le produit des carrières pouvait ainsi être acheminé vers Braine-le-Comte où il rejoignait la chaussée qui reliait Mons à Bruxelles.

    source : http://www.ecaussinnes.be/culture-et-loisirs/un-peu-dhistoire/histoire/1756-la-chaussee-de-braine

     

        Le propriétaire du temple d'Ecaussinnes, Emile DURET, était tailleur de pierre de métier.


    votre commentaire
  • Ecaussinnes - Temple Antoiniste


    votre commentaire
  • Temple Ecaussinnes (Le Matin 18 avril 1914)

     

        On va inaugurer un temple Antoiniste. – Dimanche, sera inauguré le temple antoiniste qui vient d’être construit au hameau de Belle-Tête (Ecaussines). Signalons le grand succès de curiosité obtenu par les dames et les messieurs, affublés du costume de la secte qui distribuaient une circulaire invitant à la cérémonie d’inauguration.

    Le Matin, 18 avril 1914

        Le même article dans La Métropole, 19 avril 1914 :

    Temple Ecaussinnes (Le Matin 18 avril 1914)


    votre commentaire
  • Temple d'Écaussine

    entrefilet pub

     

     

    EN VENTE : les Vues prises lors de l'Inauguration du Temple Antoiniste.

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     M. Emile Duret, ouvrier carrier, né à Silly le 23 février 1873, et son épouse qu'il assiste et autorise : dame Julie-Emilie Castermant, ménagère, née à Ecaussinnes-d'Enghien le 13 janvier 1878, demeurant ensemble à Ecaussines-d'Enghien.


    M. Emile Duret et son épouse dame Julie-Emilie Castermant :
    Commune d'Ecaussinnes-d'Enghien.
        Une maison-temple, sis lieu dit Pavé de Braine, pour une contenance de 70 m2, joignant la rue Pavé d'Ecaussinnes, le chemin de fer de l'Etat, Dumonceau-Pourtois.
        Et la nue propriété d'une maison et une terre, sis même lieu, pour une contenance de 9 ares 30 centiares, joignant le Pavé d'Ecaussinnes, le temple ci-dessus, le chemin de fer de l'Etat et Dumonceau-Pourtois.
        Les époux Duret se réservant l'usufruit de cet immeuble jusqu'au dernier vivant d'eux.


    Procès verbal de la Fondation d'Etablissement d'Utilité Publique, le 3 octobre 1922
    Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice ou Relatifs à ce Département. Troisième série. 1922


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • source : cartocit1.wallonie.be


    votre commentaire
  •     Pierre Debouxhtay nous renseigne qu'une salle de lecture existait à Ecaussinnes déjà en mai 1914. La construction du temple commença même en 1911, mais il fut détruit et reconstruit dans les années 30.

        Les autres salles de lecture et temples du Hainaut sont dans la région de Charleroi (hormis les temples plus tardifs de Tournai, 1938 et Mons, 1956, les deux avant-derniers temples construit en Belgique, le dernier étant celui de Retinne).


    votre commentaire
  • Ecaussinnes et les protestants

        Il existe encore un temple protestant à Ecaussinnes (Rue de la Haie 33) datant de 1926.

    Ecaussinnes et les protestants

        Plus étonnant encore le temple de Clabecq de 1905 (Rue Saint-Jean 62), par l'architecte Siméon Dupont de Mont-sur-Marchienne qui est également à l'origine du temple de Gochenée. Sinon cette terre d'agriculture a été peu réceptive au protestantisme et à l'antoinisme.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique