• Père Dor - temple

    Père Dor - temple     Après un essai à Grivegnée (banlieue de Liège) comme guérisseur médium, il revint à Jemeppe et colporta des publications de son oncle.
        Puis un adepte russe guéri lui propose de venir en Russie. Là il eut une certaine notoriété comme guérisseur, puis fut inquiété par les autorités.
       Revenu en Wallonie, il s'installa à Jemeppe de nouveau, puis à Roux-Wilbeauroux en août 1909. Après une première salle, il fonda un temple, l'Ecole morale qu'il dédicace en 1912. Puis il s'installa à Uccle. Le Temple de Roux sera vendu après son procès, deviendra un cinéma, puis il est acheté par les Dames de Ste-Julienne pour en faire une maison de retraites fermées. Les sœurs quittent enfin le bâtiment qui est maintenant un Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes.

  • Vente du Temple de Roux (Gazette de Charleroi, 25 janvier 1922)(Belgicapress)Vente du Temple de Roux

    CONSEILS COMMUNAUX
    Roux
    Séance du 21 janvier

        5. Proposition d'acquisition d'un immeuble.
        La propriété Van Vlasselaer ayant été offerte pour l'installation des 4° degré filles et garçons, le Collège, accompagné de personnalités compétentes, deux architectes et plusieurs inspecteurs de l'enseignement, ont visité le local.
        M. SOUPLIT fait rapport sur cet examen, énumérant les avantages que l'acquisition de l'immeuble présente à divers points de vue. De l'avis des compétences, l'achat à 60.000 francs constitue une affaire magnifique pour la commune. Aussi le Collège se fit-il délivrer séance tenante promesse de vente.
        Cette offre fut bientôt suivie d'une autre : le propriétaire actuel de l'ancien établissement du Père Dor proposait son bâtiment, réalisant le summum de confort, vantant la situation hygiénique de l'ancienne Ecole morale, ses dispositions intérieures : toutes pièces de plain-pied, chauffage central, cinéma, salle pouvant servir aux Sociétés neutres organisant des spectacles, etc., etc. Restait à fixer un prix à débattre à l'amiable et par experts.
        M. LAMBERT demande l'ajournement, la deuxième offre était à examiner sur place.
        M. GOMEZ est de l'avis de son collègue Lambert. Il se dit adversaire du « château » Van Vlasselaer : on a refusé mieux que cela. Il est plutôt partisan de constructions nouvelles dont les plans existent. Il y a des terrains à la Bassée ; il y a la plaine de jeu qui convient très bien.
        M. SOUPLIT répond au long réquisitoire de M. Gomez qui se fait le champion de ceux qui critiquent le projet d'achat de la maison Van Vlasselaer. Il relève deux contradictions dans les données confuses de son contradicteur. Une construction nouvelle aménagée avec le confort désirable coûterait de 300 à 400,000 fr. En supposant même que soixante autres mille francs soient nécessaires pour équiper et adapter l'immeuble à la nouvelle destination, ceci représente une économie de 280,000 fr.
        M. LAMBERT persiste dans son idée d'ajournement. Le côté « hygiène » de la maison Père Dor le séduit. Et puis, il y a le côté « technique » ! Ce n'est pas le prix qui l'inquiète, « il ne recule devant rien ».
        M. VROMANS estime, entre autres choses, qu'au point de vue hygiène la maison Van Vlasselaer représente l'idéal.
        M. LAMBERT maintient sa proposition d'ajournement qu'il justifie plus amplement : il regrette surtout que le Collège n'ait pas pris l'avis du Conseil avant d'entamer les pourparlers d'achat. Il émet, deux fois de suite, le vœu de voir à l'avenir le Collège soumettant toute idée de ce genre à l'appréciation du Conseil.
        M. SOUPLIT. – Ce reproche tombe à faux. L'intérêt des finances communales commandait l'attitude prise en cette affaire par le Collège qui ne s'est d'ailleurs engagé à rien et qui laisse à chacun de vous toute liberté de vote.
        La discussion se prolonge encore quelques moments, et M. JASSOGNE la clôt par cette déclaration qui ramène le sourire sur la face toute congestionnée du mayeur : « quant à moi, je me refuse à examiner l'offre de la maison Père Dor, je ne veux pas qu'on expose nos enfants au fluide du Père ».
        La proposition d'ajournement de M. Gomez reste debout. Neuf « non » énergiques la renversent, tandis que dix « oui » confirment l'approbation d'achat du « château » Van Vlasselaer.
        M. SOUPLIT. – Monsieur Gomez, je vous félicite !

    Gazette de Charleroi, 25 janvier 1922 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Pour les victimes de la guerre - Père Dor (Gazette de Charleroi, 7 août 1914)(Belgicapress)

        Dons des personnes qui consultent le Père Dor à l'Ecole Morale pour les victimes de la guerre en 1914, dans la Gazette de Charleroi, 7 août 1914) (source : Belgicapress).


    votre commentaire
  • Les chères soeurs ont de l'argent (Journal de Charleroi, 18 décembre 1922)(Belgicapress)

    ROUX
        Les chères sœurs ont de l'argent.
     L'école morale du Père Dor change encore une fois sa raison sociale. Après avoir donné asile au Ciné moderne, elle était à nouveau mise en vente, hier après-midi.
        Les cheminots voulaient en faire une Maison des huit heures, mais ils se sont trouvés devant un amateur bien arrêté représentant l'institut des religieuses de Ste-Julienne-Apostoline du très St-Sacrement de St-Josse-ten-Noode qui fit monter la folle enchère à 70.500 francs.
        A noter que cette propriété valait à peine 30.000 francs. Et dire que l'on parle de la pauvreté de nos chères sœurs !... Que pensera le père Dor de ce changement de fluide ?

    Journal de Charleroi, 18 décembre 1922 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Suicide à Roux (Gazette de Charleroi, 4 mai 1922)(Belgicapress)

    Suicide à Roux

        Hier soir, vers 6 heures, dans l'ancienne Maison du Père d'Or, à Roux, rue de Courcelles, 2bis, on a découvert, pendue à l'espagnolette de la fenêtre de l'arrière-cuisine, une adepte du Père guérisseur qui avait été recueillie par pitié dans cette maison. La malheureuse, qui se nomme Louisa Nemie, épouse séparée d'Amiable Delchambre et qui est âgée de 49 ans, souffrait de longue date de neurasthénie au point qu'on avait déjà du la colloquer.
        Le cadavre fut découvert par un des habitants de la maison qui prévint aussitôt la gendarmerie. Celle-ci procéda aux constatations d'usage.
        Cette désespérée est mère de deux jeunes filles.

    Gazette de Charleroi, 4 mai 1922 (source : Belgicapress)

        Ce tragique évènement survint alors que le bâtiment avait été converti en cinéma.


    votre commentaire
  • Roux - La gendarmerie (derrière à droite, le bâtiment du Temple du Père Dor).jpg

    Roux - La gendarmerie (derrière à droite, le bâtiment du Temple du Père Dor)

    Roux - La gendarmerie maintenant et le Temple de la Vertu

    Roux - La gendarmerie maintenant et
    le bâtiment du Temple de la Vertu (maintenant Centre de formation pour éducateurs)

        Dans un article du Soir (8 et 9 janvier 1913) sur le Père Dor, on apprend que le Temple de la Vertu est situé près de la gendarmerie.
        Le bâtiment est maintenant une maison de repos et de soins pour personnes âgées "Le Chant des Oiseaux".

        Concernant le Temple, Paul Pastur refuse d'acheter le bâtiment pour en faire une école en raison "des évènements actuels" et l'on semble comprendre par là que les "évènements" dont il s'agit ce n'est pas la guerre, mais le procès intenté contre le Père Dor. On pensait en effet en faire une partie de l'Université du Travail.
        Le Temple est devenu un temps une caserne, pour devenir un court moment après sa vente un cinéma, puis est devenu un cloître pour les Dames de Ste-Julienne, ce que nous confirme un article du Pastoor Verlinden. On retrouve une série de cartes postales montrant le bâtiment dans cette nouvelle affectation.
        Entretemps, le Père Dor continuera son œuvre à Uccle.

        Il devint ensuite une école d'infirmières et actuellement une École pour éducateurs (Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes).


    votre commentaire
  • Opération du Père Dor (Gazette de Charleroi, 8 janvier 1927)(Belgicapress)

    LE PÈRE DOR

    annonce que, par suite d'épuisement causé par le surmenage, il ne recevra plus en particulier après le 12 janvier.
        A partir du 16 janvier, il fera une opération générale suivie d'une petite instruction tous les dimanches et lundis, à 10 heures du matin.
        QU'ON SE LE DISE !

    Gazette de Charleroi, 8 janvier 1927 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Le père Dor, Toussaint (Gazette de Charleroi, 29 octobre 1919)(Belgicapress)

        LE PERE DOR. – Une opération générale pour les vivants et les morts, suivie d'une instruction, sera faite à l'Ecole Morale, samedi, jour de la Toussaint, à 11 h. du matin, à Uccle.

    Gazette de Charleroi, 29 octobre 1919 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  •     Par un article de la Gazette de Charleroi, on apprend que le Temple de la Vertu, après avoir été vendu et devenu un cinéma, sera racheté par les Dames de Ste-Julienne pour en faire une Maison de retraites fermées. En voici quelques cartes postales qui présente les lieux. Des fenêtres ont été ajoutées, mais on reconnaît encore la forme générale des bâtiments qui sont maintenant reconvertis en un Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes.

    Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir.

    Roux - Maison de retraites fermées. Dames de Ste Julienne. Chambre de retraitanteChambre de retraitante

    Roux - Maison de retraites fermées. Dames de Ste Julienne

     

    Le réfectoire

     

    Roux - Maison de retraites fermées. Dames de Ste Julienne

     

     

     

     

     

     

     

    Chapelle

     

     

    Roux - Maison de retraites fermées. Dames de Ste Julienne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le jardin

     

     

    Roux - Maison de retraites fermées. Dames de Ste Julienne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plaine de jeux


    votre commentaire
  • Roux - Le Temple de la Vertu (La Gazette de Charleroi, 2 novembre 1912)(Belgicapress)ROUX
        Le Temple de la Vertu.
    – Le va-et-vient du jour de la Toussaint s'est augmenté d'un mouvement de foule, composée en grande partie d'étrangers, se portant vers le « Temple de la Vertu », conception nouvelle du Père Dor et couronnement de son œuvre connue sous le nom d'Ecole Morale.
        C'était hier, en effet, le jour fixé pour l'inauguration de ce temple nouveau et qui consiste en une imposante construction érigée le long de la route de Marchienne à Courcelles, voisinant avec la Gendarmes ayant elle-même extérieurement l'aspect d'un temple : le temple du Vice. Comme situation, cette coïncidence est à noter : le remède à côté du mal.
        La grande salle de réunion mesure environ 25 mètres sur 15. Trois gros calorifères donnent une chaleur douce, mais qui bientôt ne tardera pas à devenir suffocante.
        Le local manque de dégagement. Deux portes relativement étroites, dont l'une réservée à l'accès à d'autres pièces du bâtiment, devront servir à évacuer une assistance de plus de deux mille personnes.
        Aspect très sobre, murs blancs dans l'épaisseur desquels sont ménagés des panneaux rompant l'uniformité. Pas de fenêtre, le jour arrive à profusion d'une verrière servant de couverture à l'édifice.
        A l'un des bouts de la salle est établie une chaire d'où le Père Dor parlera. Cette chaire est surmontée d'un abat-son conforme aux prescriptions d'une acoustique bien étudiée.
        En dessous de la chaire, un bureau où prendront place les secrétaires chargés du service sténographique.
        Bien avant deux heures, la salle est comble, quelques instants après, elle regorge.
        Le Père avait émis le désir de voir respecter l'espace laissé libre entre la première rangée de bancs et le bureau. Cette surface ne tarde pas à être envahie et, si la chaire n'était en élévation, les occupants du premier rang n'auraient guère à se réjouir de leur avantage.
        Des trains arrivant aux stations de Roux et de Wilbeauroux, vers 2 h. 1/2, descendent encore bon nombre de personnes qui ne pourront trouver place. Mieux avisés sont ceux qui se sont fait conduire en voitures, charrettes, chars-à-bancs, l'un de ceux-ci portant une firme de Chapelle-lès-Herlaimont.
        Un silence de cathédrale plane sur la foule, et les petits accès de toux cessent subitement lorsqu'à 2 h. 30 sonnant, le Père Dor monte en chaire.
        Après s'être recueilli pendant quelques instants, Père Dor annonce qu'il vu procéder à une opération générale en faveur des gens qui souffre physiquement et moralement.
        Cette opération a lieu selon les rites bien connus des adeptes. Père Dor donne ensuite la parole aux personnes qui ont manifesté l'intention de lire leurs impressions à l'occasion de l'inauguration.
        La séance se continue selon la coutume, des assistants font des actes de foi, d'autres posent des questions auxquelles le Père s'efforce de répondre à la satisfaction générale !
        Il est 4 heures lorsque la cérémonie prend fin. La foule s'écoule lentement pendant qu'à son tour opère un photographe prenant des instantanés de la sortie.
                                                                                       PH

    La Gazette de Charleroi, 2 novembre 1912 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Le culte Doriste, droit de réponse (Le Messager de Bruxelles, 6 juin 1916)(Belgicapress)La Vie en Province

    (Reproduction interdite.)

    CHARLEROI
    (De notre correspondant particulier.)
    Le culte Doriste

        Nous recevons la lettre suivante que nous insérons très volontiers, ainsi que le désire notre correspondant :
                                                         Roux, le 8 juin 1916.
                         Monsieur le Directeur,
        Je lis dans le n° du 28 mai de votre estimable journal un article intitulé : « Le Culte Doriste ».
        Je regrette vivement que votre correspondant ait été si mal renseigné sur ma manière de procéder.
        1° Je dois vous dire qu'il n'existe pas « de Doriste », ni par conséquent de « Dorisme », car à l'Ecole Morale, si elle est réellement de morale, il ne peut y être question d'aucune religion, d'aucune secte, d'aucun parti, d'aucune société, ni rien qui puisse porter un nom. Autrement, pas de libre arbitre.
        La mission du Père Dor, Professeur de l'Ecole Morale, est d'inculquer dans l'esprit des masses cette idée qu'un seul remède peut sauver l'homme : « L'amour de soi-même, c'est-à-dire l'amour de la perfection ». Tous ceux qui le consultent sont instruits sur la cause de leurs maladies, de leurs malheurs, de leurs misères. Alors, ils se guérissent, ils sont contents, ils sont satisfaits, s'ils veulent changer de conduite.
        Donc, comprenez que je détruis le fanatisme, pour le remplacer par la Volonté. Ceux qui m'écoutent deviennent adeptes du culte de la liberté, de la solidarité et de la fraternité universelle. Par là, l'homme ne rejette plus sur ses semblables la cause de ses adversités et ne se révolte plus contre eux en les accusant d'être injustes ; non, il comprend que tout ce qui lui arrive n'est que la conséquence de ses mauvais principes : vices, passions, égoïsme, hypocrisie et le mensonge.
        Je détruis aussi la méthode des thaumaturges, des guérisseurs, en faisant comprendre que leurs principes ne sont basés que sur « la foi », fluide stérile qui laisse l'homme aveugle, ce qui l'empêche de sortir des ténèbres où il est plongé par ses imperfections ;
        2° Je quitterai Roux le 19 octobre prochain pour continuer mon œuvre à Uccle-St-Job, rue du Moulin, où j'aurai l'avantage d'habiter un lieu plus favorable à ma santé, qui commence à s'ébranler. Seulement, contrairement à ce que vous me dites, le Père ne quitte pas Roux plus riche qu'il n'y est venu. (Voir biographie dans son livre « Christ parle à nouveau ». Je vends publiquement ma propriété, évaluée à 55,000 francs, avec l'intention de prélever sur le prix une somme de 16,000 francs qui est réservée à payer le reste de ma nouvelle installation ; quant au surplus des 16,000 francs, j'en ferai don à l'Ecole des Estropiés de Charleroi, que je considère comme la plus belle institution du monde. Il faut noter que le surplus des 16,000 francs a été déposé, par les visiteurs, dans un tronc placé dans le but de faire construire la vaste salle appelée l'Ecole Morale. On pourra peut-être s'étonner que l'Ecole d'Uccle sera quatre fois plus petite que celle de Roux, mais vu que je ne donne plus d'instructions les dimanches, dont celle-ci était destinée à ce sujet, une plus grande serait inutile.
        Veuillez, Monsieur le Directeur, etc.
                                                     (sig.) Pierre DOR, dit le Père.

    Le Messager de Bruxelles, 6 juin 1916 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • L'école morale devient un cloître (Gazette de Charleroi, 22 septembre 1923)(Belgicapress)

    ROUX
        Avatars d'un temple.
    – Le nom du Père Dor est encore dans toutes les mémoires. Le « temple de la Vertu » qu'il fit construire en 1912 est toujours debout. Jusqu'en ces derniers jours, l'inscription « Ecole Morale » tout au faîte du bâtiment, resta visible sous la couche de couleur noire recouvrant les lettres d'émail blanc.
        Construit dans le courant de 1912, le temple fut solennellement inauguré le jour de la Toussaint de la même année. De cette date à novembre 1915, il y eut chaque dimanche une « instruction » suivie d'« opération » générale, l'ensemble des « instructions » réunies dans la suite en volume sous le titre « L'Ere nouvelle » et « Couronnement de l'œuvre ».
        Dans les premiers temps de son installation à Uccle (Fort Jacco), le Père revenait chaque quinzaine procéder à une petite « opération » spirituelle tout en veillant au bon ordre et à l'entretien de ses biens matériels.
        Le temple était cependant en disponibilité. Allait-on le vendre, le démolir ? On voulut en faire cadeau à l'Université du Travail de Charleroi pour l'installation d'un home. Les servitudes attachées au legs firent décliner l'offre.
        De 1916 à 1919 le temple reçut une nouvelle destination. Il devint caserne, hébergeant avec une égale complaisance allemands et anglais.
        Libéré de ses occupants, l'immeuble finalement fut mis en vente, l'acquéreur regrettant bientôt la bonne affaire qu'il avait cru traiter.
        Un locataire se présenta ayant en vue l'installation d'un cinéma. Il en existait déjà un dans le voisinage. Le nouveau venu ne devait guère espérer faire fortune dans ces conditions.
        L'installation faite, un premier bailleur de fonds, après une perte de 10 à 20.000 frs, passa la succession à un second, le cinéma vivotant à grand renfort de calicots.
        Entretemps, l'acquéreur qui avait emprunté les neuf dixièmes du capital nécessaire à son achat se vit dans l'impossibilité de satisfaire aux obligations consenties.
        Une nouvelle mise en vente fit passer la propriété aux mains d'une communauté religieuse, les Dames de Ste-Julienne. Sans se faire prier, le cinéma céda la place, et une nouvelle transformation se dessina.
        Extérieurement le bâtiment conserva momentanément l'aspect qu'on lui connaît, un colossal cube de briques dépourvu d'ouverture autre qu'une porte de sécurité imposée au ciné. L'inscription à la chaux, « Ciné moderne » couvrant le mur de l'allée d'accès subsiste même encore.
        D'importants travaux d'aménagements transformeront la grande salle et la mettront en harmonie avec sa nouvelle destination.
        Le Père Dor avait voulu que la lumière vint d'en haut. Les Dames de Ste-Julienne se satisferont de la lumière de tout le monde et qu'il est d'usage d'introduire latéralement dans les locaux.
        La partie de l'édifice accessible au public est une chapelle qui a été inaugurée mardi par le clergé de Roux qui y a célébré plusieurs services de caractère solennel.
        Cette chapelle est aménagée dans une annexe où le Père Dor procédait à ses « Opérations » d'importance secondaire.
        Voilà donc l'épilogue d'une lutte ouverte par le Dorisme contre l'une des religions nationales. Et visiblement, c'est le Père Dor qui en est le vaincu, ce qu'il pourrait nier d'ailleurs en vertu d'un de ses principes fondamentaux : « les uns peuvent comprendre noir tandis que les autres, blanc. »
        Il se trouvera certainement des gens qui affirmeront que nous voyons tout en « bleu ».

    Gazette de Charleroi, 22 septembre 1923 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Le culte Doriste (Le Messager de Bruxelles, 28 mai 1916)(Belgicapress)La Vie en Province
    (Reproduction interdite.)

    CHARLEROI
    (De notre correspondant particulier.)
    Le culte Doriste

        Nous avons annoncé récemment que Pierre Dor, fondateur de l'Ecole Morale à Roux et communément appelé « Le père Dor », se trouvait inculpé d'avoir exercé l'art illégal de guérir.
        Depuis, à plusieurs reprises, le mystique personnage a été entendu par M. le juge d'instruction Lucien Van Damme, chargé d'instruire à sa charge qui l'a confronté avec plusieurs néophytes fréquentant assidûment l'Ecole Morale de Roux et de nombreux malades qui avaient recours à ses conseils.
        Hier matin, l'instruction étant terminée, quelques centaines d'adeptes du fondateur du culte Doriste avaient improvisa une manifestation de sympathie envers leur « Dieu », à qui ils ont voué un culte profond ; les femmes étaient les plus exaltées et témoignaient bruyamment leur conviction et leur foi en le « saint homme ». Le Père Dor défila en ville couvert de fleurs, suivit de ses prosélytes et d'une foule de curieux que ce spectacle amusait. La police eut fort à faire.
        Le Père Dor, qui était venu à Roux il y a 6 ans fonder l'Ecole Morale, y a amassé, semble-t-il, une somme assez rondelette avec laquelle il compte poursuivre l'œuvre entreprise. A cet effet, il vient de louer, rue du Moulin, à Uccle-St-Job, près de Bruxelles, une gentille maisonnette où il compte, à partir du mois prochain, recevoir ses prosélytes. Sa propriété à Roux, qui est évaluée à 55,000 fr., est mise en vente publique. Il est à noter qu'au moment de son arrivée et de son installation à Roux, Pierre Dor ne possédait pas un sou vaillant, nous assure-t-on.
        « Aurea mediocritas ! »
        Contrairement à ce que d'aucuns affirment, Pierre Dor n'est pas un défroqué. Il n'a jamais endossé la soutane, ni fait partie d'aucune communauté religieuse à quelque titre que ce soit. C'est un ancien artisan, innovateur !

    Le Messager de Bruxelles, 28 mai 1916 (source : Belgicapress)


       Cet article sera l’objet d’un droit de réponse du Père Dor.


    votre commentaire
  • L'école morale devient un cinéma (Gazette de Charleroi, 9 janvier 1921)(Belgicapress)

        L'Ecole morale. – Le Temple de la Vertu érigé par le Père Dor au moyen des fonds fournis par ses « opérés », vient de recevoir une destination depuis longtemps prédite : le foyer du dorisme se mue en cinéma.
        L'aménagement de la salle est conçu dans la note la plus moderne, et un confort inconnu dans les cinés de village caractérise l'ensemble.
        A savoir si l'« opérateur » nouveau vaudra l'ancien, et si le Père a laissé à ses successeurs une ample provision du « fluide » qui attire et retient les foules.

    Gazette de Charleroi, 9 janvier 1921 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • À l'ombre du temple, le Père Dor (La Dernière Heure, 28 mai 1922)(Belgicapress)À l'ombre du temple, le Père Dor (La Dernière Heure, 28 mai 1922)(Belgicapress)

    A L'OMBRE DU TEMPLE

    LE PÈRE DOR NE S’OCCUPE PLUS QUE DE MORALE
    …MAIS IL GUÉRIT LES CHEVAUX MALADES

        Une allée ombreuse aux confins d'Uccle, en ce charmant quartier du Fort-Jaco, où la verdure s'étale, tapissant les vallons, étoilant la cime des arbres.
        – C'est ici, nous dit un passant. Et il nous indique une claire maisonnette en briques rouges, précédée d'un jardinet et flanqué d'un portique. Un écriteau : « L'Ecole Morale » désigne à l'étranger la retraite du messie.
        Le messie du XXe siècle : ni plus, ni moins. C'est ainsi que s'intitule Celui (typographes, accordez une majuscule à cet homme-dieu) qui va bientôt nous recevoir.
        – Bientôt, dans quelques minutes, à votre tour, nous a dit l'accorte jeune fille tout de blanc vêtue qui est accourue à notre coup de sonnette.
        La salle où nous faisons antichambre est simple et proprette. Deux rangers de dix bancs, une horloge, un tronc et un poêle constituent tout le mobilier. Il y a aussi un bureau où s'étagent de multiples volumes sous bandes et devant lequel s'est remise à broder la jeune portière. Aux murs blanchis à la chaux sont appendus quelques cadres où se lisent des préceptes et un tableau où le messie du XXe siècle est représenté, grandeur naturelle, la main droite inclinée, d'un geste protecteur, vers une pauvre femme tenant en ses bras un enfant malade.
        Nous attendons. Un homme en deuil, un enfant, trois femmes d'âge mûr et deux jeunes filles – l'une modestement vêtus, l'autre en brouillard de dentelles – nous ont précédé.
        A chaque « consultation », une porte s'ouvre au fond de la salle, sur un petit cabinet et dans l'entrebâillement apparaît le messie prêt à recevoir le visiteur.
        Notre « tour » est venu ; mais il ne s'agit point pour nous d'une consultation : notre but est uniquement de nous rendre compte de l'épilogue véritable d'un grand procès.
        Et le Père Dor, très aimablement, nous accueille. Sa taille élevée, sa barbe de fleuve, ses yeux gris-fer, son bonnet d'apothicaire, son veston de coutil n'ont rien qui puisse laisser soupçonner un messie, fût-il du XXe siècle. Les cheveux raccourcis à la longueur normale ne donnent même plus l'air d'apôtre ou de grand initié que le Père Dor prenait autrefois.
        Cet autrefois, c'était au temps des procès : celui qui eut lieu devant le tribunal correctionnel de Charleroi, le 16 novembre 1916 ; celui qui se déroula, en appel, à Bruxelles, le 16 mai 1917. Condamné pour exercice illégal de la médecine, le père Dor fut acquitté de la prévention d'escroquerie.
        – J'ai compris ce jugement, nous dit-il. Je ne m'occupe plus que de morale.
        Dans une lettre qu'il adressait sa sœur, Louis Veuillot (qui n'avait point connu le Père Dor) signalait une statistique d'après laquelle « le bon Dieu se permet de tuer encore neuf cents personnes, bon an, mal an, rien qu'en France, avec son tonneur ». Et il concluait : « La science ne serait donc qu'un vain mot ? »
        L'opinion du Père Dor n'est guère différente de celle de l'écrivain catholique. Il estime que la science n'est rien sans la foi :
        – Vous n'êtes donc plus guérisseur ? lui demandons-nous.
        – Je veux détruire ce mot en faisant comprendre qu'il ne suffit pas de supprimer les effets de la maladie, comme font les médecins. Il faut remonter à la cause. Et c'est ici que la morale intervient. Chacun doit se guérir en faisant disparaître ses défauts, ses vices, ses mauvaises habitudes qui engendrent le mal...
        – Votre doctrine est donc celle de l'amélioration du « moi » ?
        – Oui. Mais j'opère aussi sur les effets en coupant la douleur.
        – Ah ! et quelle est votre thérapeutique ?
        – Tout simplement la foi que l'on a en moi. En réalité, je soulage mais je ne guéris pas puisque, comme je l'ai dit, pour guérir, il faut traiter la cause. Néanmoins, je guérir des chevaux que des fermiers m'aconduisent.
        – Il ne peut cependant plus être question de la foi en pareil cas ?
        – Alors, c'est mon fluide qui agit par transmission ; car, vous le savez, nous avons tous un fluide, bienfaisant ou malfaisant, comme la fleur qui dégage une odeur. C'est un fluide d'amour que j'ai en moi ; alors, il suffit que je mette la main comme vous voyez sur cette gravure et paf ! je fais sauter le fluide mauvais. Mais, je le répète, ma force est surtout de démontrer la cause du mal.
        – Au point de vue philosophique, quelles sont vos idées ?
        – Je crois à l'âme, simplement, à l'âme désincarnée et à la réincarnation. Pour moi, Dieu est une invention et c'est pourquoi, contrairement à feu Antoine, mon oncle, le fondateur de l'Antoinisme, j'estime que la prière est nuisible, parce qu'elle ne contribue pas à l'amélioration de l'individu. Je suis l'ennemi du fanatisme, quoique tolérant.

    Ancien restaurateur...

        Ayant cité le nom d'Antoine, le Père Dor nous raconte alors longuement comment, de restaurateur établi près du temple de son oncle à Jemeppe-sur-Meuse, il lâcha son commerce qui lui rapportait plus de 50 francs par jour pour se révéler lui aussi, nouveau messie.
        Un jour, nous explique-t-il, sa compagne étant souffrante, il parvint à la guérir, grâce « à son fluide supérieur à celui d'Antoine ».
        Comme son oncle, Dor s'en fut alors en Russie. Il s'installa ensuite à Bruxelles, rue du Vautour, puis à Roux, pour revenir définitivement à Uccle en 1916.
        – Ici, ajoute-t-il, je ne donne plus qu'une « instruction » par an, le jour de la Toussaint ; mais je donne des « consultations », d'ailleurs gratuites, quatre jours par semaine. Il n'est pas permis de m'offrir ou de me promettre de l'argent ou des cadeaux.
        – Ce tronc qui se trouve dans le temple...
        – Ça, ce sont les oboles pour l'entretien du temple : la peinture, les réparations.
        – Et vous donnez de nombreuses « consultations » ?
        – Des centaines par semaine. J'en donnais des milliers à Roux ; mais je préfère dix adeptes qui me comprennent à dix mille qui ne me comprennent pas. Je ne veux pas, moi, fonder une religion. Je suis adversaire des religions.

        L'auteur de « Christ parle à nouveau » nous remet alors quelques brochures relatives à ses « instructions ». Il y est question de morale, d’esprits dématérialisés, de passions, de sports, d'élections et aussi de la femme qui « doit, après toute querelle, s'avouer coupable comme, en effet, elle l'est toujours » (sic).
        Nous prenons congé du Père Dor et nous revoici, comme devant, attendant le messie qui nous tendra les mains, avec, au bout des doigts, l'ombre et la fraîcheur.
        Car il règne, en cette matinée caniculaire, une chaleur à faire sécher l'encre sur la plume d'un journaliste.          R. H.

    La Dernière Heure, 28 mai 1922 (source : Belgicapress)


    votre commentaire
  • Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    Avis et Cachet dans Christ parle à nouveau (1913)

    Uccle (Fort-Jaco) Rue du Moulin (Tram 6)

    La photo est prise au bout de la Vieille Rue du Moulin, au niveau de la Chaussée de Waterloo.


    1 commentaire
  • CPA Belgique Belgie ROUX CHARLEROI Hainaut - Habitation du Père (Grand Docteur sans médicament - Ecole Morale)-recto

    CPA Belgique Belgie ROUX CHARLEROI Hainaut - Habitation du Père (Grand Docteur sans médicament - Ecole Morale)-recto

    Porte-Bonheur

    The Américan and boss
    The Good meet lisson digne
    The Victory Y Woud
    Soldiers and sailors

     -  -  -  -  -  -  -  -

     Copiez ceci et envoyez le à 9 personnes différentes et à qui vous voulez du bien, à partir du jour où vous l’aurez reçu comptez 9 jours et le 9ème vous aurez une grande joie. Ne rompez pas la chaîne, ceux qui la couperont auront de grands ennuies !
    Cette carte a été transmise par un Américains et doit faire le tour du monde, comme je vous veux du bonheur et du bien, je vous l’envoie.

    ?  ?  ?  ?  ?

     

        Le Père Dor s'est exprimé sur cette prière, dans un toute-boîte intitulé "Chez le Père, à Roux, 28 février 1915." :

        A propos de la prière, je veux vous dire un dernier mot. Depuis un temps, certaines personnes vont passer des prières sous les portes, et dans cette même prière il est dit qu'on doit la lire pendant 9 jours, puis la communiquer à une autre personne, sous menace que celle qui manquera de remplir ce devoir sera frapper par le malheur. Cette menace atteint assez bien de gens qui, par là, commettent la bêtise de repasser la prière comme il est dit et ainsi de suite. Pour les personnes qui sont dans ce fluide, il n'y a là qu'un retard pour elles. Mais pour celles qui ont confiance au Père, il y a non pas seulement un retard, mais un faute, un doute en mes instructions, faute et doute qui pourraient faire que dans l'avenir elles s'écartent de moi et sûrement, retomber dans le piège du Diable. Car cette prière comme les autres, n'est autre chose que l'oeuvre du Démon, c'est-à-dire du mauvais.
        Vous devez comprendre de cela que vous avez tout avantage, si on vous comme ou si on vous passe cette prière, ou plutôt cette fourberie, de la jeter au feu, où quelqu'autre part, sans même la lire si vous voulez. Savez-vous où l'on commettrait une faute ? ce serait de critiquer les personnes qui vous font parvenir cette prière ; ce serait d'en faire une risée, ou de la refuser d'une façon malhonnête. Parce que : quiconque fait une chose, ne croit jamais mal faire.


    1 commentaire
  • Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    Uccle-Fort-Jaco - Rue du moulin (le n° 344 est tout à droite)

        On apprend par divers journaux et par les livres du Père Dor que le bâtiment de Roux qui lui servit de Temple est vendu en novembre 1917. En 1929, ce bâtiment devient un cloître pour religieuses (kloosterzusters) nous apprend le Pasteur Verlinden. On a déjà évoqué son état et son utilisation actuelle.
        Le Père Dor a habité ensuite à Uccle (quartier Fort Jaco), Vieille rue du Moulin 344, de 1917 environ à 1947. On lit dans le Bruxellois en avril 1917 :
        " Sur la lisière de Saint-Job, dans un endroit pittoresquement écarté, rue du Moulin, 234, ou pour mieux dire « Drève », — car c'en est une dans toute l'acception du mot, — se dresse une modeste maison basse, construite plutôt en profondeur qu'en hauteur, et dont l'architecture un peu spéciale frappe tout de suite le regard. Sur une sorte de porte cochère, toute pimpante de fraîche peinture, se détache, à hauteur d'homme, une enseigne, qui porte en belles lettres bien lisibles : « Ecole Morale » avec, en dessous, la mention : Le Père reçoit le jeudi de 7 à 2 heures. D'autres indications de jours de la semaine sont supprimées au moyen d'une simple bande de papier blanc collée dessus...
        " C'est là, — dans son sanctuaire, — que le « Père » nous reçoit, — le « Père » tout court, car son pontificat ne semble pas trop volontiers s'encombrer d'une désignation familiale plus précise. On longe le bâtiment dans toute sa longueur, pour pénétrer, dans le fond, sur la gauche, dans une salle, qui a plus d'un prétoire de justice de paix, que d'un temple ou d'une salle d'école. De nombreux bancs sans dossiers, simples, mais confortables, s'alignent là. Dans le fond, au centre, en plein mur, se détache une photo au charbon, presque grandeur nature, représentant le « Père » Dor qui, d'un geste accueillant et protecteur encourage une femme éplorée, qui se traîne, suppliante, à ses pieds. Cela rappelle un peu, — oh ! très vaguement, — le fameux tableau figurant le Christ accueillant d'un geste plein de mansuétude et d'indulgence, Madeleine repentie, se prosternant devant lui... En face de la petite porte donnant accès dans la salle de réunions, dans un coin, se dresse un petit pupitre devant lequel trône une brave dame, dans laquelle, du premier coup d'œil, on reconnaît une fervente adepte. Elle est préposée à la vente des « ouvrages » du Père, dont le prix, — 2 fr. 50 le volume — est affiché bien visiblement sur les murs." (Le bruxellois, 14 avril 1917).

    Le Père Dor y meurt en mars 1947. Jacques Cécius rapporte dans un article : "Lors de sa dernière « Instruction de la Toussaint », en 1936, il dira aux fidèles rassemblés « Tout mon travail consiste uniquement à rendre les âmes lucides et fortes. Lucides afin qu’elles voient clair en elles-mêmes, et soient fortes pour vaincre. Sans cela, je ferais fausse route comme tant d’autres qui se sont révélés « Prophète » ou « Sauveur du monde »."

    Son fils Louis Léon y habite et y décède en 1958 environ. Un deuxième fils, Pierre Joseph Napoléon semble s'y installer. Son fils en tout cas naît à Etterbeek en 1926, il décède à Uccle (mais pas dans cette même maison) en 2017. Il a été Docteur en Médecine, chirurgien à l'Institut Bordet et professeur à l'ULB.

    Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    photo de la façade (merci à Henri Paulissen)

    Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, UccleDorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    photo vue du ciel 1944-1953 (ici.be)                                               photo satellite 1996 (ici.be)

    Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    Vieille rue du Moulin 344, Uccle (Google, Vue globe)

        On aperçoit bien sur ces photos la dépendance à l'arrière de la maison qui servait de salle de réception au Père Dor pendant son activité à Uccle, toujours avec les lucarnes donnant de la lumière par le haut comme au temple de Roux.

    (Merci à Henri Paulissen pour son concours à l'élaboration de ce billet)

    Dorisme - Vieille rue du Moulin 344, Uccle

    Bruxelles - Uccle - Chaussée de Waterloo et vieille rue du Moulin (le n°344 se trouve tout dans le fond)

    Jean-Paul D'Haeyer a laissé un commentaire qui informe sur le passé proche de la maison, merci à lui :

    J'ai eu l'occasion de voir et de visiter cette maison; et la personne qui l'habitait à l'époque (maintenant je l'ignore, parce qu'elle n'avait pas l'air si âgée à l'époque; mais je vous parle d'il y a plus de 35 ans) elle ignorait tout de cette maison, et qu'elle avait abrité un guérisseur ... peut être bien qu'elle en avait fait l'achat à Pierre Louis Napoléon qui si ma mémoire est bonne est le petit fils du Père Dor. (Nota : en fait, Pierre Joseph Napoléon est le 2e fils du Père Dor et Pierre Jean Louis est son fils, donc le petit-fils du Père Dor)

    J'ai d'ailleurs eu l'occasion de l'avoir au téléphone, Pierre Louis Napoléon, (il y a 30 ans ...) et à la question "vous ne savez pas, par hasard où est enterré votre grand-père ?" Il me fût répondu "vous savez on n'est pas fétichiste dans la famille, et moi quand je mourrai on ne saura pas où je suis enterré non plus ..."


    2 commentaires
  • Roux - Intérieur de l'Ecole Morale. Surnommée le Temple de la vertu

        Le commentaire de M. Henri Paulissen m'a poussé à préciser un peu plus ce que l'on peut voir. Voici quelques informations concernant cette image égrainées sur les articles concernant le Père Dor.

        L’ECOLE MORALE
        Il y a quatre ans déjà, il bâtit à Roux un « temple » simple salle adossée à un cabaret. Les « fidèles » sont venus nombreux et tout récemment, le 1er novembre dernier, on inaugurait un nouveau temple, celui-ci très vaste, situé à côté de l'ancien. C'est une construction en briques, de 30 mètres de long, sur près de 90 de large, couverte d'un toit au milieu duquel s'ouvre un large lanterneau et que domine une inscription en lettres blanches : « L'Ecole morale ». Toute la semaine, les pèlerins affluent, pour consulter le Père Dor, qui leur prodigue de bonnes paroles et, par son « fluide », guérit tous leurs maux.
        Le dimanche après-midi, le Père Dor procède à une opération générale, fais agir le fluide sur l’assistance qui remplit le temple, puis répond à toutes les questions qu'on lui pose. Le confrère qui a assisté à la consultation dimanche dernier raconte en ces termes ce qu'il a vu et entendu :
        Une large salle blanchie à la chaux, éclairée par un lanterneau sous lequel on remarque l'armature de fer de la toiture, chauffée à l'excès par deux énormes calorifères. Sur les vastes murs nus quelques inscriptions soulignées de bleu, encadrées de chêne clair, dans ce goût-ci : « Le Père Dor donne à ses enfants de bon, de beau soulagements. » Il y a là, assises sur les bancs jaunes, plus de 600 personnes. L'atmosphère est étouffante. Il monte de cette foule une odeur de corps malades et en sueur, de vêtements mouillés.
    L'Égalité de Roubaix-Tourcoing, 11 janvier 1913

        La grande salle de réunion mesure environ 25 mètres sur 15. Trois gros calorifères donnent une chaleur douce, mais qui bientôt ne tardera pas à devenir suffocante.
        Le local manque de dégagement. Deux portes relativement étroites, dont l'une réservée à l'accès à d'autres pièces du bâtiment, devront servir à évacuer une assistance de plus de deux mille personnes.
        Aspect très sobre, murs blancs dans l'épaisseur desquels sont ménagés des panneaux rompant l'uniformité. Pas de fenêtre, le jour arrive à profusion d'une verrière servant de couverture à l'édifice.
        A l'un des bouts de la salle est établie une chaire d'où le Père Dor parlera. Cette chaire est surmontée d'un abat-son conforme aux prescriptions d'une acoustique bien étudiée.
        En dessous de la chaire, un bureau où prendront place les secrétaires chargés du service sténographique.
    La Gazette de Charleroi, 2 novembre 1912

        Le dimanche après midi, a lieu au temple de Roux – un vaste temple tout neuf inauguré il y a quelques mois — un office qui s'ouvre par une « opération générale » — le Père fait agir les fluides sur l'assistance — suivie d'une consultation. L'un de ces derniers dimanches, nous avons assisté à un de ces offices. Il y avait là plus de 600 personnes. Le Père Dor était debout dans une vaste chaire haut suspendue, dans une attitude de profond recueillement. A chaque instant, un fidèle, se levant, rompait le silence et, d'une voix tremblante, posait au Père une question.
    Excelsior, 13 janvier 1913

        "Une tribune imposante a été dressée devant la chaire d'où parlait le Père dans ses instructions antérieures. Des tentures de drap vert la garnissent, et de nombreuses gerbes de fleurs - modestes hommages des personnes reconnaissantes - en jonchent les gradins étagés. Cette décoration est à la fois simple et grandiose."
    Réunion du Jour de la Toussaint, Compte Rendu de la Grande Opération pour les vivants et les Morts qui s'effectue tous les ans, à l'occasion de l'inauguration de L'ÉCOLE MORALE située à Roux (Hainaut-Belgique), 1914, pp.29-30

        – Allez donc interviewer le Père Dor qui officie 344, rue du Moulin, Uccle-Saint-Job. Très intéressant ! …
            Un petit bâtiment en briques rouges, propre, fort avenant : „Ecole morale”. C'est là qu’il habite... Une tête de femme derrière un judas... La porte s'ouvre... Me voici dans une sorte de chapelle laïque... Des bancs, des murs blanchis à la chaux. Une pancarte : „Christ parle à nouveau... Pour jouir de la véritable vie, un seul remède, l'amour de soi-même, c'est-à-dire l'amour de la perfection”. Au fond, un grand tableau : un homme, une sorte de moujik tout de noir vêtu, cheveux retombants, barbe étalée, donne une consultation à une femme qui porte dans ses bras un enfant souffreteux. Ce doit être „le Père” ; ce doit être Lui... C'est intitulé : „le Messie nouveau”.
        Une porte s'ouvre... Le moujik apparaît. Je pénètre dans une pièce grande comme une cellule de trappiste. Le „Père”, souriant, m'avance un siège... Il est habillé de noir ; des fils argent ourlent la barbe ; les cheveux ne retombent plus sur les épaules. Physionomie empreinte d'une grande douceur...
    La Belgique, 10 novembre 1916

        Les bâtiments de Roux sont évalués à 55,000 francs. Dor consacre 18,000 francs à sa nouvelle installation, et destine le surplus des 55,000 francs (les bâtiments ont été mis en vente) à l’Ecole des estropiés de Charleroi „que je considère, dit Dor, comme la plus belle œuvre du monde”.
    La Belgique, 19 novembre 1916

        …Le Père et ses apôtres pénètrent dans le temple où se trouvent massées 12 à 1500 personnes.
        Sans perdre une seconde, il escalade la chaire, d'où, autrefois, il procédait aux « opérations générales » et harangue l'assistance.
        Nous arrivons juste au moment où il dit :
       « Soyez sans crainte, le Père dort bien, le Père mange bien, le Père bois bien, le Père a la conscience nette, et s'il a été condamné à 16 mois de prison et au remboursement que vous savez, c'est pour avoir été trop honnête, c'est pour n'avoir pas satisfait certaines femmes dans des désirs que je n'ose pas dire.
    L'écho de la presse internationale, 31 décembre 1916

        En outre, il a vendu pour 16.800 francs la petite propriété qu'il possédait à Roux.
    L'écho belge, 8 novembre 1917

        Bien que le « père Dor » soit probablement toujours en vie, le Dorisme est tout à fait oublié de Roux et les bâtiments étaient occupés par un cloître pour religieuses.
    Frans Stefaan Z.E.H. Pastoor Verlinden, Het Antoinisme : zijn ontstaan, zijn ziekenbehandeling, zijn godsdienst en zijn eeredienst, Geloofsverdediging (Antwerpen), Veritas (Gand), Godsdienstige en sociale trakten, nummer 8, 1929, p.7


        À titre de comparaison, le temple de Jemeppe peut contenir 1500 personnes (grâce aux galleries notamment). En 1922, les statuts du culte indique que la Propriété comprenant : maisons, temple, imprimerie, remise, jardins, sise à l'angle des rues du Bois-de-Mont et des Tomballes, est d’une contenance de 16 ares 25 centiares. Si on recourt au site geoportail.wallonie.be, on peut calculer la surface du temple de Jemeppe seul (sans les dépendances), et on arrive au résultat de 140 m2.


    1 commentaire
  • Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes (10 rue de courcelles - 6044 ROUX) - front de rue

    voilà la façade en front de rue des bâtiments qui ont complété le Temple de la Vertu du Père Dor. Il abrite actuellement une école pour éducateurs CESA : http://www.cesa.be/

    Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes (10 rue de courcelles - 6044 ROUX) - front de rue

    vue satellite 3D GoogleMaps : façade sud

    Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes (10 rue de courcelles - 6044 ROUX) - front de rue

    vue satellite 3D GoogleMaps : façade nord

    Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes (10 rue de courcelles - 6044 ROUX) - front de rue

    on voit ici la similitude entre l'apparence des bâtiments : le toit trapézoïdal et l'emplacement des fenêtres du bâtiment en retrait à droite (trois à droite et une à gauche).


    votre commentaire
  • Roux - Rue de courcelles

     

        Le temple de la Vertu se situait au numéro 2, Rue de Courcelles, à Roux. On le sait par une adresse communiquée dans une publication du Père Dor, Christ parle à nouveau (1913).

        On nous disait que le temple exista encore et fut utilisé par la suite comme école d'infirmières. Un commentaire de JPDH nous indique que le bâtiment existe encore et est maintenant converti en une École pour éducateurs.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique