• Vottem (1923)(dimanche 10h)

    Vottem (1923)

    Adresse : 502, chaussée de Brunehault (au coin des rue Visé-Voie et rue des Colombiers) - 4041 Herstal (Vottem)


    Agrandir le plan

    Style : Art Nouveau

    Panneau : LECTURE DE L'ENSEIGNEMENT DU PÈRE
    tous les dimanches à 10 heures
    et les 4 premiers jours de la
    semaine à 19 heures
    OPERATION GENERALE
    les 4 premiers jours de la
    semaine à 10 heures
    Tout le monde est reçu
    gratuitement

    Temple sans photo au service réduit (Lecture dimanche à 10 heures)(frère Pierre)

    Date de consécration (par Mère) : 27 juillet 1923

    Anecdote : Le temple a été agrandi en 1933. Depuis la désincarnation de soeur Léonce, le temple n'a pas trouvé de successeur pour desservant.
    En haut de la Chaussée de Brunehault à Vottem, près du cimetière où se retrouve plusieurs tombes d'agnostique : pas de croix ou de médaillons de Christ, mais des mains serrées ou simplement aucun signe particulier.

  • Temple Antoiniste de Vottem (photo wikipedia par Jnyssen)


    votre commentaire
  • Temple Antoiniste de Vottem (intérieur)

    source : FaceBook


    votre commentaire
  • Vottem - S. Etienne. Doyenné de Liége-S. Barthélémy.
    Diocèse de Liège. Mission prêchée par les R R . P P .
    Agathange et Ivan, du 29 sept, au 12 oct. 1947.

        La dernière mission avait été prêchée il y a 37 ans.
        Cette localité d’environ 5.000 habitants a été pendant longtemps le bastion du socialisme au pays de Liège; c’est la patrie du Ministre Troclet. La paroisse fut autrefois très abandonnée. Le nouveau Curé, arrivé il y a deux ans, est très zélé. A part un Cercle, une Ligue du Sacré-Cœur et quelques Routiers d’une unité de Liège, les œuvres d’Action catholique sont inexistantes. Le premier dimanche, où le R. P. Ivan prêchait l’invitation à la mission, il n’y a pas eu 300 personnes pour l’assistance aux quatre messes. Vottem est donc vraiment une terre de mission. Le second dimanche, l’assistance était doublée. Le dernier dimanche l’affluence à l’église était plus considérable encore; ce même jour on a distribué 500 communions et 8 à 900 personnes sont venues participer à la cérémonie de la clôture. Si l’on veut essayer de dégager les raisons humaines de ce souffle de l’Esprit-Saint, il faudra citer :
    1) la coïncidence avec la mission d’une neuvaine en honneur de Ste Thérèse de Lisieux (culte très populaire, introduit récemment par le nouveau Curé). C’est une vraie pluie de roses que la Sainte a fait tomber sur la paroisse. Le 3 octobre, jour de la fête, S. Exc. Mgr l’Evêque de Liège est venu présider la cérémonie de la mission.
    2) la soif des âmes, privées de grands élans religieux depuis 37 ans.
    3) la diminution du sectarisme socialiste, quoique toutefois les socialistes n’aient pas cessé de mener une opposition sournoise à la mission : sabotage de la part des J. G. S., réclamation communale au sujet des réunions d’enfants pour le soi-disant motif de la paralysie infantile, etc.
    4) l’enthousiasme des enfants pour le R. P. Agathange, qui, par là, a conquis les parents.
    5) un haut-parleur, placé au clocher, diffusant les sermons et les cérémonies à 20 minutes de loin. La plupart des socialistes et des communistes écoutaient de leur seuil ou de leurs fenêtres. Il y en avait même dans l’assistance, ainsi que des spirites et des antoinistes.
    6) le dévouement du Curé, qui vraiment n’avait pas ménagé ses peines pour préparer la mission. Il a visité personnellement 1300 foyers et remis à tous ses paroissiens une magnifique gravure de N. D. de Grâce. Une grande croix lumineuse a été érigée sur la tour de l’église.
        Les missionnaires ont organisé, pendant la mission, une grande retraite aux flambeaux, dans la nuit. Plus de 1000 personnes se sont jointes au cortège et ont assisté à l’érection d’une croix monumentale à un carrefour.
        Bref, les rouges ont été sidérés et réduits au silence.

    VOX MINORUM
    Fratrum Sancti Francisci Capuccinorum
    PROVINCIAE BELGICAE
    Tomus II. 1947-1948
    source : https://theo.kuleuven.be/en/research/research_units/ru_church/ru_church_capuchins/full-texts-1/vox-minorum/vox-02-1947-48.pdf


    votre commentaire
  • Temple de Vottem (Inscription au patrimoine comme monument)

    Temple Antoiniste de Vottem
    Adresse principale : Chaussée Brunehaut 502, HERSTAL (Vottem)

    Bien inscrit comme : Monument

    Justification
    Ce bien répond au(x) critère(s) suivant(s)
    Authenticité
    Typologie

    Ce bien présente l'(es) intérêt(s) suivant(s)
    Architectural

    Notice
    En léger retrait, temple antoiniste daté de 1923 en façade. Construction, de style éclectique teinté d'orientalisme, en briques enduites et peintes couverte d'une toiture à deux versants. Édifice illustrant la ferveur populaire pour un courant philosophique et religieux apparu dans la région serésienne au début du 20e siècle et largenment diffusé.

    Auteur(s) de la prospection (2014) : Bénédicte DEWEZ, Flavio DI CAMPLI

    source : http://lampspw.wallonie.be/dgo4/site_ipic/index.php/fiche/index?codeInt=62051-INV-0059-01


    votre commentaire
  • Vottem (Herstal) - Chaussée Brunehault 502 (Google Satellite - Vue 3D)

    source : Google Satellite - Vue 3D


    votre commentaire
  • La commune de HERSTAL compte donc, depuis la fusion des communes, deux temples antoinistes: celui de HERSTAL même ( qui n'est plus ouvert en permanence ) et celui de VOTTEM ( qui est à nouveau accessible ).

    Il y a, ailleurs sur ce site, une photo de l'extérieur.

    Voici une photo de l'intérieur. Comme vous pouvez le voir, ce Temple est maintenant un "Temple sans photos".

    On peut aussi remarquer, mais cela est anecdotique, que l'accès à la tribune se fait par la droite. Ordinairement, l'accès se fait par la gauche.


    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/archive/2011/05/03/vottem-herstal-temple-antoiniste.html


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Vottem - vue aérienne de la façade

    Vottem - vue aérienne du Temple de la Chausée de Brunehault

    Vottem - vue aérienne du Temple de la Chausée de Brunehault

    Vottem - vue aérienne du Temple de la Chausée de Brunehault

    source : bing.com


    votre commentaire
  • source : cartocit1.wallonie.be


    votre commentaire
  •     En août 1933, le nombre d'adeptes costumés était de 3 à Voroux-Liers (maintenant Voroux-lez-Liers, commune de Juprelle), près de Vottem (commune d'Herstal).

    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.288

        Un Unitif de 1920 environ indique une salle de lecture à Voroux-Goreux, mais il s'agit d'un village près de Bierset.


    votre commentaire
  •     Pierre Debouxhtay nous renseigne qu'une salle de lecture existait à Vottem en mai 1914.

        Le temple put être construit en 1923.

        On peut s'étonner du retard avec lequel cette ville adhéra à l'antoinisme, mais peut-être sa situation, à mi-chemin entre Liège et Herstal, ne demandée pas l'érection d'un temple.


    votre commentaire
  • VOTTEM, commune du canton de Liège-Ouest ; bornée au N. par Liers, N.E. par Milmort, E. par Herstal, S. par Liège, O. par Rocour.

    A 1/2 lieue de Liers, Milmort et Rocour, 2/3 de Voroux-lez-Liers, et ,3/4 N. de Liège.

    L'aspect du terroir présente plusieurs inégalités. Le terrain est argileux, marécageux et sablonneux. La couche végétale varie de 10 à 30 centim. de profondeur.

    La commune contient 319 maisons, réparties comme suit : Vottem (chef-lieu), 247 ; Bouchtay, 32, à 1/5 de l. ; Chapeauville, 4, à 1/4 de l. ; Bernalmont, 12, à 1/2 l. ; Jolivette, 6, idem ; Derrière-Coronmeuse, 18, à 2/3 de l. Elles sont construites en pierres, en briques, en bois et argile ; la plupart couvertes en paille ; disséminées. — 1 église, dédiée à St.-Etienne ; rebâtie en 1788.

    Les productions agricoles sont le seigle, le froment, l'épeautre, l'orge, l'avoine, les fourrages, légumes et fruits. — 57 chevaux, 124 vaches, 210 moutons. — On y fabrique beaucoup d'instrumens et ustensiles de fer à l'usage de l'économie domestique, tels que fléaux de balances, scies, fourchettes, etc. Un grand nombre de briquetiers émigrent chaque année pour exercer leur industrie dans les pays étrangers. — Il y a 1 moulin à farine, mu par le vent.

    Population : 1553 habitans.

    Superficie : 478 h. 54 a. 98 c.

    Ci-devant : pays de Liège.

    Histoire : Vottem occupe une place distinguée dans les Annales du pays de Liège, pour avoir été, à différentes époques, le lieu où les évêques tinrent leur conseil, et les échevins ne pouvaient juger hors de Liège qu'à Vottem seulement, selon l'ordonnance du prince-évêque Henri de Gueldre. Ce fut en cet endroit, que l'évêque vint camper, et fit venir les échevins de Liège pour faire le procès à Henri de Dinant, chef du parti populaire, qui fut condamné au bannissement avec douze de ses adhérens, comme perturbateurs et séditieux. Les conférences qui suivirent de près ce jugement, auquel s'opposa le peuple, eurent pour issue la paix de Bierset, conclue le 13 octobre 1255. On donne aussi le nom de paix de Vottem, au concordat qui fut conclu le 10 juillet 1331. De nouveaux : troubles ayant éclaté au sujet du comté de Looz, en 1347, l'évêque cita les Liégeois à comparaître au tribunal des échevins réunis à Vottem : tous les échevins s'y rendirent, et le peuple les déclara tous proscrits, à l'exception de Hubin Baré, qui avait refusé de s'y rendre. Les chevaliers Raes de Waroux et Bartole d'Okier se mirent à la tête de l'armée liégeoise, qui campa à Velroux. Les habitans de Huy vinrent se jeter sur les maisons de campagne de quelques échevins et les démolirent de fond en comble. L'armée s'étant avancée sur Vottem, s'empara de ce village le 17 juillet. L'évêque, s'étant mis à la tète de son armée, se préparait à livrer l'attaque ; mais Adolphe de Fauquemont, chanoine de la cathédrale, le supplia de lui accorder du moins le temps nécessaire pour entamer une conférence avec les Liégeois, dans l'espoir qu'il pourrait les engager à demander la paix. L'évêque y consentit, et Adolphe partit dans cette noble intention. Il eut de longues conférences tant avec les généraux liègeois qu'avec les bourgmestres ; mais tous ses efforts furent infructueux. Il revint au camp, entama le combat, et se jeta au milieu des bataillons ennemis. Jean, roi de Bohême, et Charles, roi des Romains, son fils, vinrent avec un gros détachement de cavalerie fondre sur ceux de Huy, qui, quoiqu'inférieurs en nombre, soutinrent courageusement le choc, et apercevant cinq hannières des métiers de Liège, qui venaient à leur secours, ils se jetèrent sur ce détachement avec une telle impétuosité, qu'ils le rompirent. Il se rallia pourtant, et revint attaquer les Liègeois : enfin l'armée épiscopale fut mise dans une déroute complète, et les soldats en désordre s'enfuirent jusqu'à Wonck sur le Geer. Elle laissa plus de mille morts sur le champ de bataille. C'est ce combat qu'on appela la bataille de Vottem.
    Ce fut entre Rocour et Vottem, où se donna la bataille que les Français commandés par le maréchal de Saxe, gagnèrent sur les alliés, le 11 octobre 1746.


    Dictionnaire géographique et statistique de la province de Liège (Henri Joseph Barthélemi Del Vaux) - 1835


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique