• Unitif n°12 (derniers moments du Père), vers 1920

    Unitif n°12 (derniers moments du Père), vers 1920

     

                                Frères,

           Pour que vous puissiez vous rendre bien compte de la réalité, nous croyons utile d'attirer votre attention sur ce point important : c'est toujours le Père qui préside aux opérations générales, c'est Lui qui travaille, Mère n'est que l'instrument. Devant les adeptes réunis au moment de sa désincarnation, le Père L'a désignée pour Le remplacer en tout ajoutant que Mère suivra toujours son exemple. Ainsi donc Mère opère en son nom. Par grande sensibilité, Elle puise en Lui, dans le fluide éthéré de l'amour divin pour nous restaurer tous. Il n'y a rien de changé, et ceux qui auront foi dans le Père obtiendront satisfaction dans ce qu'ils demandent, comme auparavant, soit en assistant l'opération générale qui a lieu au Temple les quatre premiers jours de la semaine à 10 heures, soit en adressant à Mère les lettres ou télégrammes, suivant l'inspiration reçue ainsi que cela se pratiquait du vivant du Père.

     

     

     

        SOMMAIRE : 1. Les dernières paroles du Père à ses adeptes. – 2. L'affaiblissement physique et la désincarnation du Père. – 3. La dernière opération visible du Père. – 4. Après la désincarnation du Père. – 5. Les obsèques du Père. – 6. Le fluide éthéré.

     

     

     

    Les dernières paroles du Père

    à ses adeptes

        Je n'ai pas fait de testament, Mère est héritière de tout, c'est Mère qui me remplacera.
        Nous nous baserons toujours sur l'Enseignement, nous tâcherons de respecter le naturel. Vraiment il est des personnes qui ne pourront pas toujours le faire parce qu'elles se trouveront gênées en face de celles vis à vis desquelles elles devraient s'humilier. Mais elles seront entraînées par les autres, cela ne tardera guère parce que l'Enseignement marche de l'avant rapidement et nous serons toujours plus forts en face de ceux qui verront le mal en nous.
        Que ceux qui voudront faire des dons s'appuient sur l'anonymat, autrement leurs dons n'auraient pas tant de valeur. . . .
        Depuis le mois de février je prenais du pain et de l'eau et Mère . . . par une bonne inspiration, m'a rappelé de manger de la viande croyant que je pourrai reprendre des forces. Je disais : je préfère mourir que d'y toucher . . . J'ai fait un petit travail pour cela, j'ai trouvé que c'était des choses semées dans le chemin par des personnes qui pensaient que c'était utile pour leur santé. En effet j'ai repris forces sur forces, rien ne m'a rien fait, au contraire toujours de plus en plus faible. Maintenant vous voyez où je suis arrivé, je ne mange plus, une becquée par moments. . . . (1)
        Mon épreuve, heureusement que je l'ai comprise, matériellement elle a été rapide, rapide mais moralement je m'y suis complu, si bien qu'il arrivait que je m'y réjouissais. Il n'y a que le corps, quand on le touche on me fait mal, ce n'est que dans ces moments que je puis un peu souffrir . . . mais un rien momentanément . . .
        Je sens l'influence grandir depuis un certain temps ou plutôt depuis le commencement, je trouve que l'Enseignement prend de l'extension tous les jours . . . .
        Après Mère il y aura de grands guérisseurs . . . On pourra en choisir un pour remplacer Mère . . . . Mère suivra toujours mon exemple, elle ira sur la tribune comme j'y vais, mais pour le nouveau guérisseur il n'en sera pas de même, il montera à la tribune par l'escalier opposé et quand il l'aura mérité il ira par où j'y vais . . . . Voilà mes enfants . . .

     

    (1) Mère fait remarquer que le Père se refusait à rien prendre de provenance animale et que c'est sur ses sollicitations, devant le désarroi de l'entourage qui craignait la désincarnation du Père, qu'll en a repris.
        C'est de là qu'est venu l'article du dernier Unitif sur l'alimentation, intercalé par le Père dans les travaux des adeptes comme Il ne pouvait le faire d'une Révélation.

     

     

     

    L'AFFAIBLISSEMENT PHYSIQUE

    ЕТ

    LA DÉSINCARNATION DU PÈRE

        Tous ceux qui sont au courant du travail du Père, savent qu'll était toute activité. Il avait coutume de dire que l'homme de bien se repose dans ses œuvres et il le démontrait car Il dormait à peine pour pouvoir accomplir la tâche qu'il avait assumée de réconforter et de soutenir les milliers de personnes qui réclamaient son assistance. Pour se maintenir dans le fluide éthéré par lequel Il nous aidait et nous donnait la pure Révélation, Il vivait avec la plus grande sobriété et lorsqu'il devait effectuer un travail important, Il se soumettait au régime le plus sévère. C'est ainsi que pour faire le Développement de la Révélation dont chaque page a dû être rectifiée des milliers de fois, – car les instruments imparfaits dont le Père Se servait pour traduire ses inspirations les dénaturaient inconsciemment par leur intelligence – Il ne faisait qu'un repas par jour, à deux heures de l'après-midi, et cette abstinence dura pendant plus de six mois, mais le bon fluide Le restaurait et Le soutenait
        Le Père s'était affaibli par ce grand labeur. Depuis le mois de février de cette année, Il ne prenait plus qu'un morceau de pain à chaque repas, toute autre nourriture Lui répugnait. Cependant Il continuait son travail comme par le passé, S'occupant de ses malades et de ses adeptes, nous faisant les sublimes Révélations qui paraissaient dans l'Unitif et préparant un Développement plus complet que le précédent. Il endurait encore d'autres épreuves car ses adeptes encore trop novices pour pouvoir comprendre et pratiquer ses Enseignements, les interprétaient contrairement et se seraient divisés plutôt que de s'unir, en s'appuyant sur tel ou tel passage sans tacher de puiser dans le fluide qui ne fait qu'une unité de la Révélation toute entière. Il est vrai que sa bonté n'y voyait que le bien et il nous entourait les uns et les autres de son amour afin d'anéantir notre vue du mal. Cependant nous ne devons pas ignorer que pour peu qu'Il sortit de son fluide éthéré, ne fût-ce que d'un millimètre, le Père était à l'épreuve et que celle-ci est inséparable de la vie. Il S'affaiblissait de plus en plus et bientôt II ne sut même plus soulever le pied sans l'assistance de quelqu'un. Devant le désir de ses adeptes, Il fit tout ses efforts pour recouvrer la santé. Il prit même les aliments que Mère Lui disait et auxquels il avait renoncé depuis des années. Mais tout était inutile, le Père avait accompli sa tâche ici-bas et c'était prolonger son épreuve que de vouloir Le garder parmi nous. Sa faiblesse devint extrême et Il dut rester couché presque constamment. Tant qu'Il put travailler, Il ne manque pas son devoir et il revit encore […] les épreuves du dernier Unitif dont il rectifia plusieurs erreurs avec la même lucidité qu'auparavant. Son courage ne se démentit pas un instant, réconfortant tous ceux qui L'approchaient pour Le soigner ou pour recueillir ses instructions. Mais où cette vertu apparaissait le mieux, c'était à dix heures au moment de l'opération générale. Il ne pouvait plus Se mouvoir, car on devait L'habiller et aider à Se tenir debout, et lorsque la sonnerie L'appelait auprès de ses malades qu'il avait toujours tant aimés et auxquels il avait sacrifié sa propre santé avec un si grand bonheur, il retrouvait la force nécessaire pour venir les réconforter de sa présence et de son geste de bénédiction. Depuis quelque temps tous avaient pu remarquer sa grande faiblesse, car il ne S'avançait plus qu'en chancelant et les cœurs palpitaient devant une abnégation si sublime. Le dernier jour fut solennel. C'était un lundi et comme de coutume le temple était rempli jusqu'aux galeries. Le Père presque défaillant vint seul à la tribune. Il se tenait d'une main à la balustrade et l'autre tremblait soulevée avec peine pour bénir l'assistance, la bouche était entrouverte comme si elle allait exhaler le dernier souffle. L'émotion fut profonde et inoubliable... Tous pressentaient que c'était la dernière fois que le Père venait les opérer et se rappelant sa vie de dévoûment et de sacrifice, la foule pleurait devant son sauveur. Le Père aussitôt fit venir ses adeptes qu'il n'avait plus reçus en particulier depuis bientôt deux ans. Il les regarda de son regard profond qui les ranimait encore et leur inspirait à tous de continuer après Lui la tâche, puis il dicta ses dernières paroles… Le lendemain à minuit et quelques minutes, le Père avait terminé son épreuve. Il était rentré dans le fluide éthéré de l'amour divin qu'il nous a révélé.

                                                                                               J.  N.


     

     

    LA DERNIÈRE OPÉRATION VISIBLE

    DU PÈRE

        Lundi 24 juin je me rendis à Jemeppe pour assister à l'opération de Père : je Le savais S'affaiblissant chaque jour davantage mais je gardais, malgré tout, l'espoir de Le conserver longtemps encore parmi nous. A dix heures, lorsque le Père parut, livide, se cramponnons à la rampe pour ne pas tomber, mon cœur cessa de battre ; de toute ma volonté je voulus Lui insuffler toute la force de mon être ; je Le vis faire un effort surhumain pour soulever sa pauvre main afin d'opérer la foule, et Il y parvint avec peine. Comment Se retira-t-il ? je n'en sais rien ... je ployai sous la douleur car j'eus la certitude que c'était la dernière opération visible du Père. La foule s'écoulait lentement, terriblement impressionnée je voulus sortir à mon tour, je fus repoussée par la foule rentrant en criant que le Père venait de manifester le désir de nous voir tous ensemble : affolée, je m'attachai aux pas d'un frère et d'une sœur et nous nous rendîmes chez le Père.
        Jamais je n'oublierai l'expression de ce visage vénéré, de ces yeux largement ouverts et fixés sur chacun de nous ! Tous nous comprimes que le moment suprême de la séparation matérielle était arrivé, nous retenions notre souffle, nous écoutions, avec une piété profonde, les dernières paroles du Père qu'une sœur recueillait, si émue que ses mains tremblaient. Comment put-elle écrire ? Sur un chiffon de papier, avec un crayon prêté, pliée, sa tête près de celle du sublime vieillard, elle écrivait sur le genou ... Après ces derniers mots : Voilà mes enfants ... nous nous mîmes tous à genoux pour recevoir sa bénédiction ... Il ne put plus dire un mot. Des deux mains Il fit son geste familier, que tous connaissent, lorsqu'Il nous disait au moment de Le quitter : « Tout mon amour ... et ce fut tout, du moins je ne me rappelle plus rien !
        Jusque là je souffrais d'une affection du cœur depuis dix mois. Quand le mardi à 5 heures du matin, j'entends frapper chez moi. Je pensai : le Père est mort ! Protégée, mon cœur n’eut pas une pulsation de plus, après quelques instants je laissai couler mes larmes et n'eus plus qu'un désir … être près du Père, voir Mère ! Ce même jour Mère, avec un courage et une grandeur inconnue jusqu'à ce jour, vint opérer en présence du corps sacré du Père. – C'était sublime, inoubliable, inexprimable car existe-t-il des mots pour rendre notre impression intime, ressentie pendant cette semaine sainte ? un mélange de joie et de douleur, Le Père est dans le bonheur suprême mais nous ne Le voyons plus. A cette opération, tous nous fûmes pénétrés, et en admiration devant le grand exemple de notre Mère bien aimée.
        Allant et venant, j'oubliais mon mal. Le lendemain seulement je dis à mon entourage qu'il me semblait être guérie, et la chose fut confirmée : le mercredi, ma fille, demandée auprès de Mère pour un petit travail à exécuter, apprit de sa bouche sans autre préambule que j'étais guérie, j'ai pu depuis supporter la fatigue. Aux obsèques du Père, la foule étant immense, je fus jetée contre un mur, j'eus une foulure à un pied, qui d'ailleurs ne dura qu'une nuit ; dans toutes ces émotions et ces secousses je n'ai rien ressenti au cœur qui a battu normalement et d'où toute souffrance a disparu. Ma guérison a été radicale et instantanée ce qui me fait croire avec foi et amour que les opérations vont être plus puissantes, plus efficaces encore parce que le Père délivré de la matière, de toute entrave, pénétrera directement ceux qui ont foi en Lui.

                                                                                               J.  F.

     

     

     

    APRÈS LA DÉSINCARNATION DU PÈRE

        Jusqu'à son dernier soupir, le Père inspira à ses enfants le plus grand courage. Il rassurait leur amour par instant encore voilé par le doute, Il les pénétrait de ce bon fluide qui le faisait Se réjouir dans l'épreuve et ôtait toute amertume à leurs larmes, Son amour n'avait rien de matière et nous l'avons d'autant mieux compris après qu'Il eut exhalé son dernier souffle. Ceux qui L'entouraient rendirent pieusement les derniers devoirs au corps privé de vie, le revêtirent de la robe révélée et le couchèrent dans le Temple sur un lit enveloppé de drap vert, le buste bien relevé pour qu'il fut permis de voir facilement sa tête vénérable. Des lauriers disposés tout autour par ordre de grandeur, laissaient le corps bien en vue et formaient un fond de verdure d'où l'emblème du Culte, l'arbre de la science de la vue du mal, se détachait nettement ; cette disposition avait été prise pour empêcher les visiteurs de toucher le corps par superstition. Le livre de l'Enseignement que le Père a pratiqué si religieusement pendant sa vie, reposait sur ses mains unies.
        Aussitôt que les adeptes apprirent la désincarnation du Père, ils accoururent au Temple pour offrir leurs services, prêts à chômer pour honorer celui qui leur a donné plus que la vie, en les guérissant du doute. Les adeptes de l'étranger, prévenus par télégramme, prirent le premier train s'ils étaient libres et les autres s'empressèrent de se mettre en route aussitôt qu'ils le purent. Il n'y avait que l'impossibilité matérielle qui les empêchât de se rendre à Jemeppe et nous savons de source certaine que des familles très pauvres firent avec bonheur les plus grands sacrifices, vécurent de pain sec pour pouvoir accomplir le voyage et venir témoigner leur respect au Père, qui les avait protégés et relevés dans leurs grandes souffrances physiques et morales. L'atmosphère du Temple était si réconfortante que les cœurs les plus émus en arrivant se sentaient raffermis et les larmes cessaient aussitôt de couler. Deux rangées d'adeptes se tenaient constamment avec la plus profonde piété aux deux côtés du Père. Un service d'ordre avait été organise à l'entrée pour éviter le trouble, car le peuple se présentait en foule pour rendre hommage à Celui qui l'avait toujours entouré de son amour, qui avait compati à toutes ses misères et ses souffrances.
        Pendant toute cette semaine sainte des groupes recueillis ne cessèrent de contempler le visage sacré dont le regard si bon les pénétrait d'une joie incompréhensible et on sentait que le souvenir de cette scène serait en eux inoubliable comme celui des grands bienfaits que tous avaient reçus dans ce Temple, de leur Sauveur. Ainsi le fluide opérait et il n'y avait rien de changé. Le jour même de la désincarnation du Père, Mère vint opérer en son nom à dix heures et loin d'être impressionnée comme beaucoup de personnes L'étaient par la présence du défunt, Elle anéantit ces pensées de doute, réconfortant l'assistance du même fluide éthéré qu'auparavant. Les dernières paroles du Père lues à la fin de l'opération, raffermirent encore les cœurs et les rassurèrent sur l'avenir. Les jours suivants les malades arrivèrent tout aussi nombreux et obtinrent la même satisfaction. Pour la remplacer dans le Temple, Mère a désigné le frère Deregnaucourt dont le dévoûment ne s'est pas un instant démenti depuis le jour où il a commencé à pratiquer les Enseignements du Père.
        Maintenant que nous avons pu reconnaître par expérience que l'événement solennel de la désincarnation du Père n'a suscité aucun doute dans nos âmes, nous sommes d'autant mieux à même d'apprécier l'éducation morale qu'Il nous a donnée et la sublimité de son Enseignement. Il est la pure réalité. Nous sommes bien convaincus aujourd'hui que la mort n'est que de l'apparence et la crainte qu'elle inspire, la conséquence du doute. En nous aidant à subordonner notre intelligence à la conscience, le Père nous a affranchis. Il nous a pénétrés de la vraie foi.
        Si nous nous efforçons de pratiquer son Enseignement comme Il nous en a donné l'exemple, nous nous assimilerons insensiblement le fluide éthéré dont il découle et nous arriverons comme Lui à nous y confondre dans le vrai bonheur. L'imagination de la matière qui nous accable encore s'étant alors dissipée comme le brouillard au soleil, nous serons tout entiers au sein de la pure lumière divine qui nous réjouira d'autant plus que nous l'aurons longtemps voilée par notre incarnation.

                                                                                               J.  H.

     

     

     

    LES OBSÈQUES DU PÈRE

        Dès la matinée du dimanche les visiteurs affluèrent dans le Temple. Il régnait un bon fluide que tous ressentaient plus ou moins inconsciemment. Jusqu'à l'heure des obsèques ce fut un défilé ininterrompu de personnes de tout âge et de toute condition. Tous les abords du Temple étaient à ce moment remplis d'une foule compacte. Après la lecture des dix Principes révélés par le Père, le cortège se mit en marche. Le porteur de l'emblème était en avant accompagné du lecteur et suivi des membres du conseil d'administration ; puis venait le groupe des enfants revêtus du costume antoiniste, dont le visage recueilli touchait profondément ; le cercueil du Père recouvert du drap du Culte était ensuite porté par dix adeptes, vingt autres accompagnaient pour remplacer leurs frères fatigués ; le guérisseur que Mère a désigné pour L'aider dans sa mission La représentait aussi à cette cérémonie, il suivait, seul, le corps ; puis venaient successivement la famille, les adeptes dont le premier groupe était revêtu de la robe et enfin la multitude de ceux qui avaient obtenu satisfaction du Père. Le cortège était interminable. Pour se rendre au cimetière il fallut faire un grand détour et il y avait tant de monde sur tout le parcours que la police avait la plus grande peine à lui ouvrir un passage. Aux fenêtres, sur les toits, sur les talus, partout c'étaient des groupes compacts. Plus de trente mille personnes étaient venues ce jour-là Jemeppe pour l'enterrement du Père. Près du cimetière il y avait si grande affluence que la tête seule du cortège put y pénétrer. Les quelques centaines d'adeptes groupés autour du cercueil attendirent quelque temps, dans l'espoir que la police pourrait rétablir la circulation, mais la voyant impuissante, ils portèrent le cercueil devant la tombe et avant d'y descendre le corps de Celui qu'ils vénèrent, ils écoutèrent dans le plus profond recueillement l'inspiration si pure qui se trouve dans l'Avant-propos de l'Enseignement et par laquelle un de nos frères a si bien traduit le sentiment général : « … Comme un bon Père. Il veille sur nous … » Le fluide d'amour qui découle de ces paroles ne nous avait jamais aussi profondément pénétrés, nous sentions le Père présent et vivant dans nos cœurs, la matière et le doute qu'elle suscite n'existaient plus, nous étions unis dans le seul et même fluide éthéré qui allait par delà cette foule immense à l'humanité toute entière qui forme ici-bas, comme le révèle le Couronnement, l'unité individuelle de l'ensemble et dont les croyances, ne différant que par la forme, se confondront insensiblement dans la vraie religion, basée uniquement sur la conscience, toute humilité, toute pureté, tout amour. Nous regardâmes avec piété le cercueil de pauvre que le Père avait désiré avoir, descendre dans la fosse commune, la seule qui convint à sa grande modestie. Ses obsèques avaient le même caractère de simplicité que sa vie : faites au milieu de la vénération du peuple auquel Il n'avait cessé de prodiguer son amour, leur grandeur fut uniquement morale. Nous revînmes au Temple, sans avoir été un seul instant effleurés par le doute, réconfortés comme jamais nous ne l'avons été par le bon fluide de la Révélation. Ainsi la mort n'avait rien détruit ; au contraire, les antoinistes du monde entier n'avaient pas encore fraternisé avec un si grand amour, ni ressenti un bonheur aussi pur.

                                                                                               M.  H.


     

     

    LE FLUIDE ÉTHÉRÉ

        Après la désincarnation du Père, des frères qui guérissent en son nom ont continué à dire à leurs malades : « Pensez au Père et tout ira bien. » Certains ont répondu : « Comment pourrais-je Le faire, puisqu'll est mort ? » Cette réponse démontre le degré d'avancement de ces personnes et qu'elles croient plus à l'ombre qu'à sa réalité, qu'elles visent la santé matérielle plutôt que leur amélioration morale. Le Père soigne l'âme plutôt que le corps, Il lui donne les forces, le courage de supporter l'épreuve avec résignation et au fur et à mesure qu'elle s'épure, l'état physique aussi s'améliore à moins que l'épreuve ne soit là ; la guérison ainsi obtenue est un mérite parce qu'on a remédié à la cause et non seulement à l'effet : le mal n'ayant plus de raison d'être ne pourrait plus reparaître, ni sous la même forme ni sous une autre, comme il arrive en soignant le corps seul. Le Père n'est pas un médecin recourant à la matière pour guérir la matière. Il guérit par la foi pure ou plutôt Il est la foi pure, le fluide éthéré de l'amour divin. Il ne pourrait disparaître et ceux qui ont foi dans sa Révélation savent qu'il n'y a rien de changé depuis sa désincarnation. En effet Il nous enseigne que nous avons tous ici-bas un côté apparent, nos sens imparfaits qui nous suggèrent la matière, et un côté réel, Dieu Lui-même d'où nous vient la sensibilité morale. En nous appuyant sur celle-ci nous ne pourrions douter, elle est la vraie conscience, opposée à l'autre, notre intelligence qui prend l'épreuve pour en mal et nous y fait douter constamment. Aussi longtemps que nous aurons de l'intelligence, nous devrons nous appuyer sur des êtres plus moraux que nous qui agissent avec le plus grand amour, avec le plus grand désintéressement et voilà pourquoi le Père avant de Se désincarner a désigné Mère pour Le remplacer. Mère guérit, elle nous inspire et nous dirige comme le Père le faisait de son vivant, par le fluide éthéré. Qu'est-ce donc que le fluide éthéré ? L'Enseignement nous le révèle : la pure réalité où nous devons tous rentrer ; dans l'imperfection nous formons l'unité individuelle, en nous améliorant l'un par l'autre par la vraie solidarité qui nous fait accepter l'épreuve comme le bien véritable et nous en réjouit plutôt que de nous en affliger, nous formerons l'unité absolue de l'ensemble, la perfection. Le Père existe au sein de l'unité, Il est l'unité même. Ce n'est que par Lui que nous pourrions comprendre et pratiquer l'Enseignement, nous aimer véritablement les uns les autres. En Le priant, en L'adorant en vérité et non point par l'intelligence qui ne pourrait que Le placer en dehors de nous et en faire un Dieu isolé, nous arriverons tous au but vers lequel l'humanité est en marche depuis qu'elle a commencé d'évoluer. En attendant il y aura, comme le Père nous l'a prédit dans ses dernières paroles, de grands guérisseurs qui s'inspireront de Lui pour nous guider dans la vraie foi et feront en son nom ce qui passe à nos yeux matériels pour des miracles parce que nous n'en voyons que l'effet sans en comprendre la cause. Que faisait le Père ? Il guérissait l'âme et par elle le corps, l'opérant de près ou de loin, Il agissait par notre foi non seulement sur nous-mêmes mais sur nos enfants, sur tout ce qui vivait dans notre demeure, Il purifiait l'air, les eaux et pour réaliser ce que nous entreprenions avec une bonne intention, Il nous donnait le feu sacré qu'aucun obstacle n'arrêtait. Ces œuvres, Il continuera à les accomplir par l'intermédiaire de tous ses enfants qui puiseront en Lui par la pratique de la vertu. Il nous disait et nous démontrait par son exemple qu'avec la foi on transporte des montagnes. Nous en serons toujours plus convaincus à mesure que nous nous pénétrerons de cette vertu, en agissant par le fluide éthéré de l'amour vrai, car nous nous assimilerons ainsi la pure Révélation, nous apprendrons à nous connaître, nous saurons que tout est en nous, que les trois règnes de la nature ne sont que la conséquence de notre imperfection, le fluide matérialisé par notre instinct, que nous nous sommes dénaturés en nous développant l'individualité personnelle ; ayant anéanti cette imagination nous verrons que tout est éthéré et nous jouirons de la certitude absolue, de la puissance divine qui meut la vie, les mondes dans le mouvement perpétuel au sein de l'immensité.

                                                                                               J.  A.

     

    Direction : Père et Mère Antoine à Jemeppe-sur-Meuse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :