• Antoine le Guérisseur (Le Rappel 19 février 1909)

    CARNET DU LIBRE PENSEUR

    On a perdu la dent
                  de Sainte Appoline

        Il existe toute une collection de saints qui se sont fait chacun une spécialité dans l’art de guérir les maux dont notre pauvre humanité est affligée ; et, plus sages que les médecins de la terre, leurs confrères, les morticoles du Paradis évitent soigneusement de se faire concurrence. C’est ainsi que saint Roch guérit les maux de jambes, que saint Mayol rend la raison aux fous. Il en est même que les femmes qui ont perdu tout espoir de connaître les joies de la maternité n’invoquent pas en vain, surtout si leur culte est célébré par quelque curé de campagne bien portant et solide au poste.
        Plus modestes sont les vertus de sainte Apolline, dont c’était la fête il y a quelques jours. La spécialité de cette sainte est de guérir les maux de dents, et il fut un temps où les bourgeois de Bruxelles en Brabant, qui avaient les molaires douloureuses, ou qui avaient des canines un peu longues contre leurs belles-mères, se rendaient en foule à l’église des Augustins, où l’on conservait pieusement une dent authentique – oh ! combien – de cette sainte ignorée mais bienfaitrice de l’humanité.
        Ils s’agenouillaient devant l’autel, raconte notre confrère la Gazette de Bruxelles, ouvraient une large bouche, et le prêtre de service au prix d’une légère offrande – naturellement ! – leur frottait à la file la bienfaisante relique sur les gencives, les perles et les chicots avariés. Ils rentraient chez eux guéris de toute douleur pour le moment et préservés pour l’année entière.
        L’église des Augustins a disparu, et l’on se demande, dans les milieux bien pensants, ce qu’est devenue la précieuse dent ! Supposer que les dentistes bruxellois l’aient fait disparaitre, ce serait outrager leur piété... On redemande la dent de sainte Apolline pour le soulagement public, n’en déplaise aux gens dégoûtés.
        On la retrouvera certainement un de ces jours, car les gens d’église ne laissent jamais disparaître les reliques dont ils tirent profit. J’ai récemment cité des exemples qui prouvent qu’ils savent au contraire les multiplier outre mesure.
        On retrouvera la dent de Sainte Apolline, et tout comme cet Antoine qui assure la guérison aux pèlerins qui le viennent visiter en sa chapelle de Jemmeppes-sur-Meuse, ainsi que le raconte un de nos confrères, elle opèrera des guérisons comme par le passé. La foi, qui engendre la crédulité, a un avantage sur notre scepticisme, c’est de rester toujours jeune et naïve, ce qui a fait dire avec raison du Christ qui s’y connaissait : « Bienheureux les pauvres d’esprit ! » P. G.

    Le Rappel, 19 février 1909


    votre commentaire
  • L'AU-DELA
    ET LES FORCES INCONNUES
    III. LE GUÉRISSEUR LOUIS ANTOINE 

        Dans tout le Condroz, on me disait : « Allez voir Louis Antoine, c'est le plus grand guérisseur de la Belgique. Il fait des miracles comme les thaumaturges les plus fameux. Il n'a aucune science, sauf celle qui vient de son instinct ou, comme, disent les spirites, de son guide. » J'ai, pour ma part, une certaine faiblesse pour les guérisseurs. Ils sont généralement persécutés par les médecins, leurs rivaux, font souvent autant de bien qu'eux et, n'ayant pas de diplôme, sont moins pédants et plus pittoresques. J'ai beaucoup connu le zouave Jacob, qui eut des moments de gloire étourdissante. J'ai récemment assisté, à Lyon, aux exercices magnétiques de M. Bouvier, à qui il arrive de soigner des centaines de malades par jour, et, il y a deux ans, à Paris, je me faisais initier à l'art d'un bizarre Américain portant le pseudonyme de Saint-Paul et dont la main, réduite à trois doigts, laissait couler des torrents fluidiques. 
       Je me rappelle un discours de William Crooks, le grand chimiste, à l'Académie royale de Londres : « Quels que soient les mérites, disait-il, de la médecine actuelle, tout ce qu'elle peut faire, c'est de réveiller dans le malade, ce que j'appellerais le vis medicatrix, c'est-à-dire la force de se guérir, ou mieux, la volonté de vivre. Personne donc ne guérit personne, mais le malade se guérit lui-même et le médecin n'a été qu'un aide, celui qui a réveillé le vis medicatrix assoupi. » 
       Cette théorie, due à un savant remarquable, me paraît la bonne ; elle réhabilite en plus ces prétendus charlatans qui, renonçant à la pharmacie et à la chimie, s'adressent directement à la force vitale, l'appellent, l'exaltent et, en influençant l'élément psychique, commandent à la matière et à ses infirmités.
        Quand je descendis à la petite station de Jemeppes-sur-Meuse, je demandai au chef de gare : « Connaissez-vous Louis Antoine ? -  Si je le connais ! dit-il, on parle de lui dans toute la Belgique : il habite à deux cents mètres d'ici et cet après-midi vous le trouverez au milieu de ses consultants. » 
        Derrière la barrière j'aperçus Léon Foccroule, le président des spirites de Poulseur. Je n'avais donc plus à chercher un cicerone. Foccroule est un ami de Louis Antoine. Ses yeux ronds, sous ses paupières plissées, brillaient de finesse et de bienveillance. Louis Antoine est pour lui une sorte de saint, un curé d'Ars laïque qui travaille avec un désintéressement absolu pour le bonheur de l'humanité. Je compris aussitôt que Foccroule espérait que je serais non seulement étonné mais converti à leur évangile. C'est que les spirites sont, là-bas, des apôtres et que conquérir une âme leur donne certainement .autant de joie que de gagner le gros lot. J'étais ce jour-là le gros lot. Nous marchâmes dans la fumée des fabriques, au milieu des rails de trams à vapeur, sur une terre noire, le long de rues populeuses parfois passaient des femmes lentes avec, sur leurs épaules, une gaule d'où pendent contre leurs hanches de grands seaux. Le soleil s'était voilé, les cheminées d'usine augmentaient la tristesse et le brouillard. La spirituelle parole du socialiste belge, M. Demblon, me revint à l'esprit : « Le mysticisme, m'avait-il dit, naît la plupart du temps dans les villes où il y a trop de fumée. » Voilà pourquoi cette Belgique si pratique, passablement sensuelle, voit son borinage infecté de fantômes. 

    Jules Bois - Le Guérisseur Louis Antoine (1901)

        Au coin d'une traverse, une maison d'aspect presque officiel rappelant une clinique ou une petite mairie. La porte est ouverte. Foccroule cause en wallon avec quelques hommes attablés à un estaminet adjacent. La gueuze-lambic permet aux nombreux pèlerins d'attendre paisiblement l'heure où chacun, à son tour, ils seront reçus. Dans la salle d'attente, une multitude de femmes. Les clientes accusent les types les plus différents, depuis la femme du contre-maître, déjà bourgeoise et en chapeau, avec, sous la robe, un corset qui s'accuse comme une armure, jusqu'aux plus humbles ouvrières avec leurs châles à gros pois, leurs sabots, leurs cheveux filasse dont le manque d'éclat atteste les longues privations. Elles serrent contre leur poitrine flétrie par l'allaitement des chiffons secoués par les palpitations de la vie. Elles viennent là, moins pour elles-mêmes que pour leurs petits. Sans doute le médecin a désespéré où il demande trop cher, ou il n'a pas inspiré confiance ; alors elles sont allées vers celui que ses adversaires nomment le Charlatan, que la foule appelle le Guérisseur. Elles sont venues, portées par leur foi, exaltées par l'amour maternel, suppliant le Dieu des mères, de toute leur âme. Le silence n'est même pas troublé par le cri des enfants ; quelques vieilles se sont endormies sur leur parapluie, réveillées en sursaut quand la porte du fond s'ouvre pour laisser sortir quelque miraculé et entrer un autre douloureux. 
        J'ai passé par les coulisses de l'officine magnétique. C'est un corridor étroit où il y a, pour tout ornement, un tonneau à épluchures. 
       Ce corridor conduit à la hutte où habite Louis Antoine, une chambre seulement, bien pauvre et bien nue, où sa femme prépare le repas du soir. 
       Le thaumaturge a l'appréhension de la gloire, il n'aime point que s'établisse autour de lui une autre rumeur que celle, des guérisons accomplies. Foccroule lui a dit sans doute une phrase bien sentie dans leur patois car il m'accueille avec sympathie. Et puis, que quelqu'un soit venu de ce grand Paris pour le voir, cela le flatte secrètement. 
       J'ai deviné que Foccroule m'avait présenté comme un quasi-adepte. Voilà donc Louis Antoine. C'est un microcéphale, les cheveux coupés très ras, une barbe de la veille, et je ne sais quelle teinte grisâtre sur toute sa personne, provenant sans doute de l'âge, qui a décoloré ses cheveux et ses regards, de cette fumée aussi qui remplit tout Jemeppes, habille les êtres et les choses. Il parle avec une certaine difficulté, soit que le français ne soit pas sa langue habituelle, soit que sa nervosité, toujours en éveil, fasse trembler ses paroles. 
       - Faites excuse, me dit-il, je ne pourrais vous répondre qu'après L'avoir consulté. Je ne fais rien sans Lui. 
       Louis Antoine parlait ainsi mystérieusement de ce guide dont il ne sait pas très bien le nom, qui est tantôt pour lui l'âme du curé d'Ars ou cette du docteur Demeure, dont les portraits au crayon sont pendus aux murs de la salle d'attente, à côté de placards contre l'alcoolisme. Cet « esprit » ne me fut sans doute pas hostile, car presqu'aussitôt le guérisseur, sachant-que j'avais à prendre le train suivant, me reçut dans la chambre des miracles. 
       - Il m'apparaît, me dit-il, comme un nuage lumineux lorsque je dois réussir ma cure ; mais quand ceux qui viennent à moi n'ont pas la foi, mon guide s'en va, je deviens seul ; je puis si peu de chose par moi-même. 
       - Vous n'êtes donc pas magnétiseur ? 
       - Si ; mais je ne suis devenu vraiment Louis Antoine que lorsque je « m'ai acquis » la foi. C'est la foi qui guérit. Si nous croyons que nous allons cesser d'être malade, la maladie s'en va. Nous sommes guéris selon notre foi. | Plus j'ai réussi, plus j'ai eu confiance, plus j'ai réussi encore. Louis Antoine m'explique qu'il était ouvrier lamineur. Le feu où dansent les païennes salamandres, la fumée qui forme la corporalité des fantômes influencèrent lentement cette âme ignorante mais en correspondance avec l'universelle nature qui aime de chuchoter des simples des secrets. Il me conta la chose de sa voix grise aussi, voilée, avec des arrêts brusques et des intermittences. 
       - Quand on rentrait chez soi en revenant de la forge, on avait quelquefois le souvenir de toutes ces étincelles dans les yeux. Pendant la nuit, en dormant, elles ressemblaient à des étoiles. Ces étoiles me disaient : « Ecoute bien, Louis Antoine et comprends. Le feu de la forge rend le fer malléable et alors l'homme en fait tout ce qu'il veut. Ton âme est un feu aussi. Nous lui donnerons le pouvoir de repétrir la matière, la chair des autres, et les sourds entendront et les boiteux marcheront. » 
       Une mère et son enfant entrèrent. Le petit avait les jambes torses, le corps couvert de taches rouges. Un chétif résultat d'une existence sans hygiène et d'ancêtres dégénérés. 
       Louis Antoine pose sur ces membres déformés sa main rédemptrice : le petit tressaute de temps en temps comme sous une brûlure. Puis le thaumaturge lui ordonne de marcher, de courir même. Il marche, il court en effet avec ses misérables jambes convulsées. Réellement il va mieux, il rit, il saute dans les bras d'Antoine par cette sorte de reconnaissance instinctive qu'ont les enfants pour ce qui leur fait du bien. Il n'est pas guéri, certes, mais électrisé. Sa mère pleure de joie. L'atmosphère est propice au miracle entre ce thaumaturge qui affirme : « il guarira, savez-vous, il courra comme un lapin », cette femme en larmes et cet enfant galvanisé par la volonté de l'opérateur et la foi vague des tout petits qui ne comprennent pas l'existence de leur mal. 
       Vient une consultation sur la nourriture â donner au boiteux. Antoine défend le porc, ne permet qu'une pomme de terre avec du beurre, sans graisse. Ces détails culinaires sont écoutés avec religion, comme s'ils tombaient de la bouche d'un dieu. 
       Maintenant c'est le tour d'une vieille. Louis Antoine lui touche le front. Je vais assister à une des prérogatives du thaumaturge. Il lirait les maladies dans les corps, par intuition. Celle-là a la foi totale. Sous la coiffe noire, le visage s'accentue, à la fois têtu et docile, crédule. Au bout d'une minute, Louis Antoine profère son diagnostic. Ce qu'il a bien découvert, ce sont les souffrances de la brave femme et leur emplacement. Celle-ci en est tout émue ; chaque fois que le guérisseur lui découvre quelque infirmité, son enthousiasme grandit et elle s'écrie avec son accent rude de paysanne : « C'est ben comme ça, c'est ben comme ça ! » Mais Louis Antoine insiste : « Il faut dire la vérité, si c'est bien là ce que vous sentez. Nous ne devons pas propager le mensonge… la vérité nous soutient. » 
       Le train de banlieue qui doit me ramener de Jemeppes-sur-Meuse à Liège siffle déjà au loin ; il faut finir. Je demande à Louis Antoine ce qu'il pense des médecins, ses grands confrères et ennemis. Il ne m'en dit aucun mal. Ce magnétiseur a l'âme chrétienne : « Dans les maladies, ils soignent les effets ; moi, je m'attache aux causes », dit-il avec une certaine fierté. Louis Antoine est un philosophe. « Ils ont signé à cent cinquante une pétition contre moi : ma mission les gêne. Je n'ai été condamné pourtant qu'à quelques francs et conditionnellement encore. On sait que je ne demande pas d'argent, et comme je ne donne pas de remède, que peut-on me reprocher ? » 
       La vieille a jeté quelques sous dans la tirelire sur la cheminée. C'est tout ce qu'accepte ce philanthrope mystique. 
       - Avant de partir, prenez mon journal. 
       Louis Antoine est allé dans la chambre basse et obscure où sa femme prépare le repas du soir. De nouveau, je suis dans le corridor étroit, encombré par le tonneau d'épluchures. Le thaumaturge revient avec un imprimé qui a comme titre : Connais-toi. Je jette un regard sur ce papier rempli de ces phrases ampoulées dont les doctrinaires spiritualistes ont le secret. Ce ne doit pas être là une élucubration de Louis Antoine. Je le soupçonne d'écrire comme il parle, c'est-à-dire difficilement. Ses gestes, son milieu, son attitude, ses paroles, voilà ce qui m'a plu en lui. Une grande simplicité, de la naïveté même et de l'illuminisme, mais un brave homme, un brave homme vraiment, qui a la double chance d'être à la fois un ignorant et un croyant. 
       C'est peut-être pour cela qu'il fait des espèces de miracles. 
       Me revoici dans les rues fumeuses de Jemeppes, sur les chaussées noires. Léon Foccroule me jette un regard désolé. Il avait rêvé un long après-midi apostolique, où il m'aurait professé la philosophie d'Allan Kardec. 
       Le train siffle de nouveau, je lui serre la main en hâte, ses bons yeux sont émus. Il m'a fallu aller dans d'obscurs villages de Belgique pour trouver cette foi. Et je me dis que Louis Antoine dispose d'une force incalculable. Charcot, à la fin de sa vie, comprit les limites de cet hypnotisme qu'il avait, en quelque sorte, fait sien, et il écrivit, dans une revue anglaise, une étude devenue fameuse, intitulée The faith healing - la foi qui guérit. Ce génial observateur, quoique matérialiste, envoyait à Lourdes des malades désespérés, en qui il découvrait cette faculté de « croire » qui est vraiment un don surnaturel, car il n'y a pas de méthode pour l'acquérir. La désirer, la vouloir même, ne suffit pas : elle est un cadeau du Mystère. La foi ne soulève pas que les montagnes, elle peut rendre la santé étant elle-même une source secrète de la vie. 

    Jules BOIS. Le Matin, 3 août 1901 (Reparu dans Le Miracle moderne en 1907 et dans Le Figaro, Supplément littéraire du dimanche 17 décembre 1910, mais non dans le livre L'Au-delà et les forces inconnues, 1902)

    Jules Bois - Le Guérisseur Louis Antoine (1901)Jules Bois - Le Guérisseur Louis Antoine (1901)

     

     


    votre commentaire
  • L.Lenger et G.Corin (Journal de Liège et de la province 31-03-1914)


     Professeur Gabriel Corin                        

     

    Gabriel Corin et Louis Lenger

     
    courte biographie de Gabriel Corin (décédé le 26 mars 1919)
    et Louis Lenger (décédé le 11 mai 1933)
    (La Meuse, 10 août 1911)

     

     

        En tant que médecins légistes à Liège, Louis Lenger et Gabriel Corin procèderont à l'enquête sur Louis Antoine en 1900 pour préparer son premier procès contre l'exercice illégal de la médecine.
        Ils seront également mandé pour autopsier le corps de Ferdinande Humblet dont la sœur et le mari auront consulté Louis Antoine à propos de sa disparition.


    votre commentaire
  • La Paix Universelle n°347-348 (mai 1903)

        Il y a quelques années, la majorité des membres de l’Académie de médecine affirmait que le magnétisme était égal à zéro. Que les temps sont changés !... Aujourd’hui il est devenu curatif, et à ce titre, la propriété exclusive des médecins !... N’est-ce pas charmant ?
        Et plus charmant encore l’arrêt de la Cour de Rennes. La Cour d’Angers avait appuyé son jugement sur une loi ; la Cour de Rennes, elle, plus perspicace, base le sien sur une déclaration d’un congrès de médecins !...
        Jemeppe-sur-Meuse, un grand village aux environs de Liège (Belgique), possède un médium guérisseur stupéfiant, M. Antoine. Rien n’est comparable au succès qu’il obtient ; il reçoit chez lui deux cents malades chaque semaine. Le chemin de fer du Nord, les vicinaux, les bateaux à vapeur, les voitures de luxe et autres transportent vers Jemeppe une quantité de gens de toute classe, venant de l’étranger même réclamer ses soins... N’en soulagerait-il, n’en guérirait-il que la dixième partie, que sa renommée se justifierait absolument.
        Ah ! qu’une plume autorisée, qu’un écrivain humoristique surtout nous décrive un jour la physionomie des cinq membres du Parquet liégeois qui, en septembre 1901, se sont assis dans le cabinet où ont passé à ce jour plus de cent vingt mille personnes, pour assister, pendant deux heures, aux magnétisations (considérées comme illicites) du médium guérisseur Antoine, et qui sont retournés chez eux emportant la conviction qu’il existe des choses que l’on n’enseigne ni dans les Académies ni dans les Universités ! C’est bien là la réflexion que ces messieurs ont dû se faire qu’Antoine était réellement doué d’une faculté que des lois qui se respectent ne peuvent atteindre dans son exercice humanitaire.
        Aussi le Parquet de Liège a jugé que la philanthropie et le désintéressement de ce brave guérisseur devaient être tolérés.... et Antoine n’est plus inquiété.

    La Paix Universelle n°347-348 (mai 1903)


    votre commentaire
  •     Les médiums à effets physiques extériorisent cette force en grande abondance ; mais nous la possédons tous à des degrés divers. C’est au moyen de cette force que se produisent les soulèvements de tables, le transport des objets sans contact, le phénomène des apports, l’écriture directe sur ardoises, etc. Son action est constante dans toutes les manifestations spirites. [...]

        Les procédés, il est vrai, diffèrent. Dans l’hypnotisme, c’est par la suggestion que l’on agit sur le sujet, d’abord pour le plonger dans le sommeil, ensuite pour provoquer des phénomènes. La suggestion n’est que la subordination d’une volonté à une autre. Le sujet s’abandonne à l’expérimentateur et exécute ses ordres, exprimés par la parole et le geste, ou simplement par la pensée. On peut obtenir le même résultat par les pratiques magnétiques. La seule différence est dans les moyens employés. Ceux des hypnotiseurs sont plutôt violents. S’ils peuvent guérir certaines affections - et l’on ne peut méconnaître que leur application à la thérapeutique n’ait donné des résultats appréciables - le plus souvent, ils jettent le désordre dans le système nerveux et, à la longue, déséquilibrent, le sujet. Tandis que les effluves magnétiques, bien dirigés, soit à l’état de veille, soit dans le sommeil, ramènent fréquemment l’harmonie dans les organismes troublés.

        La suggestion, nous l’avons vu, peut être exercée de près comme de loin, aussi bien sur le plan visible que sur l’invisible, par des opérateurs humains comme par des agents occultes. En permettant à un homme d’agir mentalement sur un autre, sans le secours des sens, elle nous fait mieux comprendre l’action de l’esprit sur un médium. En effet, ce que l’homme peut obtenir, lui dont le pouvoir et l’action sont bornés, gênés, amoindris, une intelligence, délivrée des entraves de la matière grossière, le pourra d’autant mieux et réussira à influencer le sensitif, à l’inspirer, à se servir de lui pour réaliser ses vues.

        Le magnétisme, pris dans son sens général, est l’utilisation, sous le nom de fluide, de la force psychique, par ceux qui en sont abondamment pourvus.

        L’action du fluide magnétique est démontrée par des exemples si nombreux et si probants, que l’ignorance ou la mauvaise foi pourraient, seules, en nier l’existence aujourd’hui. [...]

        La volonté de soulager, de guérir, avons-nous dit, prête au fluide magnétique des propriétés curatives. Le remède à nos maux est en nous. Un homme bon et sain peut agir sur les êtres débiles et souffreteux, les régénérer par le souffle, par l’imposition des mains et même par des objets imprégnés de son énergie. On agit, le plus souvent, au moyen de gestes, nommés passes, rapides ou lents, longitudinaux ou transversaux, selon l’effet, calmant ou excitant, que l’on veut produire sur les malades. Ce traitement doit être poursuivi régulièrement, et les séances renouvelées chaque jour jusqu’à guérison complète.

        On peut aussi, par l’auto-magnétisation, se traiter soi-même, en dégageant, à l’aide de passes ou de frictions, les organes affaiblis et en les imprégnant des courants de force échappés des mains.

        La foi ardente, la volonté, la prière, l’évocation des puissances supérieures, soutiennent l’opérateur et le sujet. Lorsque tous deux sont unis par la pensée et par le cœur, l’action curative est plus intense.

        L’exaltation de la foi, qui provoque une sorte de dilatation de l’être psychique et le rend plus accessible aux influx d’en haut, permet d’admettre et d’expliquer certaines guérisons extraordinaires réalisées dans les lieux de pèlerinage et les sanctuaires religieux. Ces cas de guérisons sont nombreux et appuyés sur des témoignages trop importants pour qu’on puisse les révoquer tous en doute. Ils ne sont pas spéciaux à telle ou telle religion ; on les retrouve indistinctement dans les milieux les plus divers : catholiques, grecs musulmans, hindous, etc.

        Dégagé de tout appareil théâtral, de tout mobile intéressé, pratiqué dans un but de charité, le magnétisme devient la médecine des humbles et des croyants, du père de famille, de la mère pour ses enfants, de tous ceux qui savent aimer. Son application est à la portée des plus simples. Elle n’exige que la confiance en soi, la foi en l’infinie puissance qui fait rayonner partout la force et la vie. Comme le Christ et les apôtres, comme les saints, les prophètes et les mages, chacun de nous peut imposer les mains et guérir, s’il a l’amour de ses semblables et l’ardente volonté de les soulager.

        Lorsque le patient s’endort sous l’influence magnétique et semble appeler la suggestion, n’employez celle-ci qu’avec des paroles de douceur et de bonté. Persuadez, au lieu de brusquer. Dans tous les cas, recueillez-vous dans le silence, seul avec le patient ; faites appel aux Esprits bienfaisants qui planent sur les douleurs humaines. Alors, d’en haut, vous sentirez l’influx descendre en vous et de là gagner le sujet. Une onde régénératrice pénétrera d’elle-même jusqu’à la cause du mal et, en prolongeant, en renouvelant votre action, vous aurez contribué à alléger le fardeau des terrestres misères.

        Quand on considère toute la puissance du magnétisme curatif et les services qu’il a déjà rendus à l’humanité, on ne saurait trop protester contre les tendances des pouvoirs publics, en certains pays, à en entraver le libre exercice. En agissant ainsi, ils violent, les principes les plus respectables, ils foulent aux pieds les droits sacrés de la souffrance. Le magnétisme est un don de la nature et de Dieu. En régler l’usage, en proscrire les abus est bien. En interdire l’application serait empiétée sur l’action divine, attenter à la liberté, au progrès de la science et faire oeuvre d’obscurantisme.

    Léon Denis, Dans l'invisible (pp.216-224)
    La force psychique, les fluides, le magnétisme
    Librairie des Sciences Psychiques, Paris, 1911


    votre commentaire
  • Journal du magnétisme (v56, n1) Jan 1901

    Poursuites contre un médium guérisseur

        Les tendances sont partout les mêmes. Ainsi, M. Antoine, médium guérisseur de Jemeppe-sur-Meuse, qui, parait-il, guérissait beaucoup de malades abandonnés à l'aide du magnétisme et du « fluide » est poursuivi, et certainement il sera condamné par la justice de son pays, comme il le serait par la nôtre.

    Journal du magnétisme (v56, n1) Jan 1901


    votre commentaire
  • Léon Souguenet - Antoine le Guérisseur (1902)

    ANTOINE LE GUERISSEUR

    (Extrait du Messager de Bruxelles, Journal financier, reproduit par le Messager de Liège),

        « Il existe à Jemeppe-sur-Meuse un homme dont la renommée a franchi les limites de son bourg natal et qui voit accourir chaque jour vers lui des suppliants. Ils lui demandent, comme à un tout-puissant, la santé, la joie, le réconfort moral ; ils le supplient de leur faire entrevoir le sort de leurs parents morts. Et l'homme, le successeur des anciens thaumaturges réalise ses rêves : il renvoie ses visiteurs guéris, souriants, améliorés moralement, convaincus souvent qu‘ils ont entendu la parole d'un père ou d'une mère, d'un enfant ou d’un ami défunt. Cet homme s'appelle Louis Antoine ; on l'appelle plus volontiers Antoine le guérisseur.
        — Antoine ? Allez tout droit (on dit à Liège : rotez tout droit), vous tournerez à droite à la première rue, puis vous traverserez le pont du chemin de fer... puis...
        Celle qui me parle est une femme de mine souffreteuse, elle tient un enfant sur ses bras, deux autres sont accrochés à ses jupes. Elle ne s'étonne pas de mes questions, elle ne sourit pas. Je devine bien que toutes les mères d’ici, ont, une fois ou l’autre, invoqué le guérisseur contre la maladie d'un petit. C'est un triste bourg, ouvrier et industriel, Jemeppe ; comme toute la banlieue de Liège, il est cerné par la ronde joyeuse des collines encore vertes où les arbres, ce jour-là, s’échevelaient follement ; la Meuse le traverse d’un sillon lumineux et chantant comme une farandole.
        Tout le monde connaît Antoine, et tout le monde, sans rire et sans hésiter, donne les renseignements demandés.
        Au coin d'une rue, une maison dont une partie est occupée par une boutique, c'est là. On entre dans un corridor, mais déjà derrière une porte vitrée on a surpris des éclats de voix. Antoine a des visiteurs. On sonne ; une femme vient ouvrir. Et sans que l'assistance se détourne on se trouve dans une chambre modeste et propre, où se pressent les fidèles ; leur aspect extérieur m'autorise à les appeler des fidèles. Il en vient comme cela de 150 à 200 par jour (Vingt-cinq mille malades sont venus cette année).
        Louis Antoine est un homme de taille moyenne, les cheveux drus, noirs, mais grisonnants, le teint brun, la moustache grise et coupée court, les joues creuses ; il s’exprime, sans fausse modestie et sans vanité.
        — Comment guérissez-vous les gens ?
        — Par l'imposition des mains, ou en élevant mon esprit vers Dieu.
        — Vous êtes chrétien ?
        — Oui.
        — spirite ?
        — Oui. L'un n'empêche pas l'autre.
        — Votre pouvoir est-il infaillible ?
        — Non. Il y a des gens que je ne puis guérir. Ce sont ceux qui n’ont pas la foi, qui viennent à moi sans la sincérité, l'humilité du cœur.
        — Êtes-vous père ?
        — J'avais un fils, il est mort à vingt ans.
        Mais pourquoi me posez-vous ces questions ? Etes-vous malade ?
        — Oui. Mais je n’ajoute pas que ma maladie échappe aux médecins et que je suis de ceux, sans doute, qu’Antoine ne guérit pas.
        — Vous avez été poursuivi une fois, continué-je.
        — Oui, j’ai été condamné conditionnellement. J'avais, en recommandant une drogue inoffensive, été imprudent.
        En m’éloignant, j’interrogeai des pèlerins, ils ont tous une foi, une indestructible foi dans le pouvoir d’Antoine. On m'indique tel et tel que je puis interroger :
        — Allez voir. Demandez-lui comment il était, comment il est maintenant.
        A quoi bon ? Le miracle pour moi n'est pas là, il est dans la foi de ces ouvriers, de ces petits (ll n’y a pas que des petits, des ouvriers parmi les nombreux visiteurs de notre frère et ami Antoine ; Toutes les classes de la société se rencontrent dans la belle salie qu'il a fait construire adjacente à sa demeure), de ces souffrants, en ce guérisseur sorti de leurs rangs et qui, depuis longtemps déjà, opère parmi eux sans que leur foi se démente.
        Louis Antoine m'a remis des brochures. Je lis sur l'une cette invitation :
                                                         Vers Dieu par la Science et la Charité.

    Société Spirite
    Les vignerons du Seigneur de Jemeppe-sur-Meuse.

                  « Frères et Sœurs en Humanité,

        « Vous êtes invités aux séances publiques qui ont lieu le premier et le troisième dimanche de chaque mois, à 10 heures du matin, chez M. Louis ANTOINE, à Jemeppe-sur-Meuse.
        « Vous y serez reçus fraternellement, vous participerez aux séances, et vous pourrez, si les conditions le permettent, vous entretenir avec vos chers disparus de ce monde.
         « Le spiritisme vous donne les preuves de l'existence de Dieu, de la survivance de l’âme, et, en le pratiquant sincèrement, il vous conduit au Bonheur Eternel. — Dieu vous donne le don de soulager vos frères dans toutes maladies, afflictions morales ou physiques.
         « Le spiritisme est une philosophie consolante, base des enseignements du Christ et s’appuyant sur les lois qui régissent l'univers.

    « LOUIS ANTOINE. »

        Sur l'autre, il y a cette simple indication :
        « Séance publique le premier dimanche de chaque mois, chez M. Louis Antoine, rue du Bois-de-Mont, à Jemeppe-sur-Meuse, à 10 heures précises du matin et le deuxième et quatrième dimanche, chez M. Pierre Debroux, menuisier-entrepreneur à Crotteux-Mons, à 5 heures-de l'après-midi.
         « On peut se procurer les livres spirites chez M. Louis Antoine, ù Jemeppe. »
        Dans celle-ci je trouve la profession de foi du guérisseur. En voici le début :

                   « Frères et Sœur en Humanité,

        « Cette petite brochure a pour but de faire connaitre à mes visiteurs ma manière de procéder, de leur dire de quelle façon je puis leur être utile :
        « Je conseille à tous ceux qui se trouvent dans la peine, par suite de maladie, affliction morale ou physique, de réfléchir avant d'observer certaines pratiques en usage, telles que déplacements, dépenses inutiles ou promesses de voyages, etc.
         « Quand on veut sortir d’une situation pénible ou difficile, il est utile et plus efficace d'élever sa pensée vers Dieu et de l'implorer sincèrement.
        « Si notre prière est sincère, nous sommes certains de recevoir la bonne inspiration de nous adresser soit à tel médecin, soit à toute autre personne à même de nous venir en aide.
        « Je recommande aussi ù mes visiteurs la prière à Dieu parce qu'elle console d'abord en toute circonstance ».

        Les hommes que j'interroge me passent des brochures : pour la propagande, disent-ils.
        Voici un petit catéchisme spirite pour servir à l’instruction des enfants et des personnes ne connaissant pas le spiritisme, publié par la Société spirite « Les Vignerons du Seigneur », de Jemeppe-sur-Meuse. Instructions par l'Esprit de vérité, Esprit consolateur.
        J'ouvre ce catéchisme et j'y lis, au chapitre de la communication des esprits :

    1. L'Esprit dépouillé de son corps peut-il communiquer avec nous ?
    Oui, il le peut et le fait très souvent.

    2. Par quel moyen le fait-il ?
    Par le moyen des médiums.

    3. Qu'est-ce qu'un médium ?
    C'est une personne apte à recevoir les communications des Esprits, soit par l'audition, soit par la vue ou de toute autre façon.

    4. Tout le monde peut-il être médium ?
    Oui, en général, tout le monde peut le devenir en s'exerçant patiemment pendant un temps plus ou moins long.

    5. La médiumnité est-elle utile à celui qui le possède ?
    Oui, non seulement à lui, mais à tous ceux à qui les enseignements des Esprits peuvent inspirer des pensées salutaires, des sentiments louables.

    6. Tous les Esprits peuvent-ils communiquer ?
    Oui, lorsque Dieu le permet.

        On me demande :
        — Vous êtes spirite ?
        — Pas du tout. Je suis très sceptique.
        Et ces gens simples me répondent avec la tranquillité d'hommes qui savent :
        — Ça ne fait rien. Vous croirez.
        J'ai vu naguère à Gohissart, j'ai vu ailleurs, les spirites évoquant leurs morts. De ce spectacle je n'ai pas rapporté la foi, mais de l'étonnement, mais de l'admiration.
        Comme le cerf biblique cherche l'eau des fontaines, ceux-ci, altérés, cherchent l’idéal ; leurs ^mes sont orientées vers l'au-delà, et ce sont sans doute leurs âmes parties en avant d'eux-mêmes, qui répondent à leurs mélancoliques interrogations.
        Quoi qu'il en soit, le spiritisme est un moyen, un étrange moyen si l'on veut, d'élévation morale.
        Il y a dans son funèbre décor de singulières lueurs, il y a en lui cette part d’infinie douleur et d'infini espoir que met l'homme dans sa religion, une part de beauté aussi, et j'ai retrouvé comme un écho lointain de la Prière sur l’Acropole dans cette prière d'Allan Kardec :

        « Dieu, notre Père, qui avez puissance et bonté, donnez la force à celui qui subit l'épreuve ! Donnez la lumière à celui qui cherche la vérité ! Mettez au cœur de l'homme la compassion et la charité !
         « Dieu ! Donnez au voyageur l'étoile directrice, à l’affligé la consolation, au malade le repos !
        « Père, donnez au coupable le repentir ! Donnez à l'esprit la vérité ! Donnez à l'enfant le guide ! Donnez a l'orphelin le père ! Seigneur, que votre bonté s'étende sur tout ce que vous avez créé !
        « Pitié, mon Dieu, pour celui qui ne vous connaît pas, espoir pour celui qui souffre ! Que votre bonté permette aujourd'hui aux esprits consolateurs de répandre partout la paix, l'espérance et la foi !
        « Dieu ! Un rayon, une étincelle de votre amour peut embraser la terre, laissez-nous puiser aux sources de cette bonté féconde et infinie, et toutes les larmes seront séchées, toutes les douleurs calmées ; un seul cœur, une seule pensée montera jusqu'à vous, avec un cri de reconnaissance et d'amour ! »

    Ethèrel

    Revue Spirite, Journal d’études psychologiques, 1902
    source : internet

     

        Il s'agit de l'article de Léon Souguenet "Antoine le Guérisseur" repris dans Les Monstres Belges (1904).


    votre commentaire
  •     Lundi 29 novembre à 22h05
        Devins, guérisseurs, gourous, le retour des charlatans ?

        Que s’est-il passé le 23 octobre dernier à La Verrière ? Pourquoi un enfant est-t-il mort quand douze membres de sa famille se sont jetés par la fenêtre ? Ont-ils eu peur du diable, comme l’affirme l’un des suspects ? Ou étaient-ils sous l’emprise d’un gourou obsédé par le démon ?
        Des gourous qui prétendent soigner, combattre les mauvais esprits, ou prédire l’avenir… Qui sont ces imposteurs et ceux qui tombent sous leur charme ?
        Pourquoi le besoin d’irrationnel semble-t-il plus fort que jamais ? Alors que le Feng Shui cartonne et que les médecines alternatives sont à la mode, comment opèrent ces magnétiseurs et autre « géobiologistes » qui disent chasser les énergies négatives ?
         Pourquoi fascinent-ils jusqu’aux plus puissants, stars du showbiz, grands patrons ou hommes politiques ?
        Entre manipulation et abus de faiblesse, Complément d’enquête sur le pouvoir de
    ces nouveaux gourous.

    A voir en ligne sur le cite : http://info.france2.fr/complement-denquete/?page=accueil&id_rubrique=83

        A ne pas manquer, l'intervention de Michel Onfray (philosophe qui évoque son dernier livre : Le Crépuscule d’une idole. L'Affabulation freudienne, chez Grasset) qui rappelle qu'une Eglise n'est qu'un secte qui a réussi ! Il intervient en effet après le reportage sur l'Eglise de la Montagne de feu, d'orientation pentecôtiste, mais non rattaché à la Fédération Protestante de France.
        Il est également l'auteur du très discuté Traité d'athéologie (Grasset, Paris, 2005).
    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Onfray


    1 commentaire
  •     Faute de pouvoir soigner les maladies, la médecine du XIXe siècle s'est employée à les prévenir. D'où le rôle central qu'y joue l'hygiène publique. Se donnant pour mission de supprimer les foyers d'infection qui minent la société, elle s'étend à tous les domaines : égouts et voiries, orientation et hauteur des bâtiments, alimentation et travail, pollution industrielle et urbaine, prisons, casernes, hôpitaux, mais aussi prostitution, alcoolisme, crimes, suicides, etc.
    Les préconisations des hygiénistes sont toujours les mêmes : faire circuler l'air et l'eau, désinfecter, vacciner. Mais ces avis ne sont pas toujours suivis d'effets. Dans nombre de pays européens, la vaccination et la revaccination sont obligatoires.
    Quatrième de couverture de : Gérard Jorland, Une Société à soigner, Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, 368 pages, Collection Bibliothèque des Histoires, Gallimard, 2010
    source :  http://www.gallimard.fr/Vient_de_paraitre/gallimard-cgi/appliv1/ind_ouvrage?ouvrage=0010066784006407303300000

        « Au demeurant, les méthodes médicatrises des gens de l’art de ce pays ne sont guères plus compliquées que celle des bergers de la montagne ; elle consistent dans ces trois choses, purger, saigner, et diète absolue : la saignée est surtout en si grande vogue, que, comme les médecins ne savent que l’ordonner et ne la pratiquent pas, ce sont les chirurgiens qui, en concurrence avec les rebouteurs pour les cas chirurgicaux, extrêmement rares, qui se présentent, sont presque les seuls en possession de la médecine interne » (François-Emmanuel FODERE, Voyage aux Alpes-Maritimes, Tome Second, op. cit., p. 293-294.).
    source : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/45/52/43/PDF/La_pratique_medicale_dans_les_Alpes-Maritimes_au_XIXe_siecle_ou_l_idee_d_une_medecine_a_plusieurs_visages.pdf.

        Tandis que la médecine se détache définitivement de la philosophie pour entrer dans l'ère moderne, la somme des connaissances et des découvertes médicales acquises entre 1800 et 1895 dépasse celle qui a été accumulée pendant les millénaires antérieurs. La clinique, la chirurgie et la physiologie progressent à pas de géant, laissant toujours à la traîne la thérapeutique, qui devra attendre le XX e  siècle pour devenir crédible. Pourtant, en moins d'un siècle, l'examen clinique, l'anesthésie, l'antisepsie, la bactériologie et, enfin, la radiologie bouleversent le pronostic médical et permettent d'allonger l'espérance de vie. [...] 
        Le chemin parcouru par la médecine au cours du XIX e  siècle est immense, surtout en physiologie et en clinique. En un siècle, les nosographies confuses et les systèmes auront disparu au profit d'une médecine objective, à laquelle manque encore la réussite thérapeutique, car de grands fléaux - tuberculose, fièvre typhoïde, grippe, choléra, peste - ravagent encore le monde.
    source : http://www.memo.fr/article.asp?ID=THE_SCI_007#Som5


    votre commentaire
  •     Pour bien comprendre ce phénomène (de la guérison par les animaux), qui a perduré jusqu'à notre époque, il faut savoir que la médecine traditionnelle, celle qui nous vient du Moyen Age et même de l'Antiquité : "(...) attribuait une vertu curative aux multiples produits des trois règnes de la nature" (Jean Haust, Médicinaire liégeois du XIIIe siècle et médicinaire namurois du XVe). En outre, l'esprit et la méthode scientifiques, même s'ils ont fait leurs premiers pas dès la fin de la Renaissance, n'ont conquis que très lentement les esprits pour n'atteindre ceux des campagnes qu'au début du XXe siècle. C'est donc la pensée magique qui s'impose aux consciences et justifie la médecine populaire. Dans ce contexte de croyances, la maladie est une entité maléfique qu'il faut vaincre ou éloigner en lui opposant une puissance supérieure, qui peut être un animal bien spécifique.

         La pensée magique, fondement véritable de l'ancienne thérapeutique, a pour règle de rendre la santé à un être affaibli par l'accaparement de la force d'autres êtres en pleine santé. Aussi cherchera-t-on un animal qui offre un signe, "une signature", en rapport direct avec la maladie. Par exemple, puisque le lièvre est muni comme le lapin de dents en perpétuelle croissance, les gencives de l'enfant seront donc frottées avec la cervelle du rongeur afin de hâter la venue de la dentition.

        Si tant de remèdes apparemment absurdes sont parvenus jusqu'à nous, ce n'est pas seulement à cause de l'ignorance et de la naïveté du peuple, mais aussi souvent à cause du manque d'efficacité de la médecine officielle ou de son coût, prohibitif pour les petites gens des campagnes. Ceux-ci n'avaient parfois d'autre choix que de s'en remettre à des guérisseurs, souvent plus désintéressés que les "docteurs".

        Il est légitime de penser que l'emploi de drogues issues du règne animal n'était en somme rien d'autre qu'un effort désespéré, face aux médiocres possibilités thérapeutiques des siècles passés, d'enrichir malgré tout l'arsenal thérapeutique de substances pouvant contribuer à calmer la douleur et à vaincre la maladie. Jeter de nos jours un regard moqueur sur ces tentatives de nos ancêtres pour atténuer les maux d'ici-bas sans restituer celles-ci dans leur contexte social et économique, témoigne de bien peu de compréhension des faits historiques.

    Marc Lamboray, L'animal guérisseur, p.242 §3, p.234 et p.242 §7
    Georges Theves, Les animaux utilisés en médecine et en chirurgie, jadis et aujourd'hui, p.223
    in Guérisseurs d'hier et d'aujourd'hui, Musée en Piconrue, Bastogne


    votre commentaire
  • Animisme.
    La doctrine de l'animisme a eu pour fondateur Georges-Ernest Stahl (1660-1734), professeur à Halle, l'un des plus grands chimistes de son époque. Elle prit naissance comme une réaction contre les applications exagérées des sciences physiques, mais à son tour dépassa le but. Stahl fut frappé tout d'abord de la différence qui sépare les organismes ou la matière vivante des corps bruts; il admira ce consensus, cette harmonie de toutes les fonctions, se coordonnant vers un même but, et à côté des facteurs physico-chimiques qui interviennent chercha le facteur d'ordre supérieur qui régit les fonctions et pensa le trouver dans l'âme chez l'humain et également dans un principe immatériel chez les animaux. Mais comment l'âme peut-elle présider à des phénomènes plastiques et à des mouvements dont elle n'a pas conscience? C'est que l'âme, selon Stahl, possède à la fois des facultés supérieures, avec conscience et raisonnement (logismos) et des facultés inférieures, où il y a intuition sourde, instinct, sagesse sans raisonnement (logos). Ainsi, c'est par sa force végétative que l'âme préside aux fonctions nutritives; c'est là en réalité de l'animo-vitalisme. Stahl flotte plus ou moins entre l'animisme et l'animo-vitalisme : l'âme agirait parfois avec réflexion dans les actes vitaux; mais le plus souvent, pour lui, son activité n'est là qu'une sagesse instinctive. En somme, pour Stahl, l'âme raisonnable est en même temps le principe de la vie; ainsi formulée, la doctrine de Stahl devient l'animisme pur, tel qu'il a été professé au XIXe siècle par Tissot, Bouillies, Franck, Ravaisson, de Rémusat, etc. Mais on peut dire que le vitalisme émane également de Stahl, nous verrons plus loin pourquoi. La doctrine médicale de Stahl peut se résumer en quelques lignes. L'âme veille sur l'organisme dont elle a la charge, lui envoie des armes telles que la fièvre, les hémorragies spontanées, etc., pour combattre la maladie; c'est l'équivalent de la nature médicatrice des Anciens, d'où une thérapeutique exclusivement expectante; cependant son expectation est active; le médecin suit la marche de la nature, l'aide, la redresse, etc. L'ouvrage fondamental de Stahl est son Theoria medica vera..., publié pour la première fois en 1707.

    L'influence de Stahl sur le développement des théories médicales modernes fut considérable, mais elle ne se fit pas sentir immédiatement; l'action de Boerhaave et de Hoffmann était alors prédominante. Parmi les partisans les plus connus de Stahl, mentionnons : J.-S. Carl, d'Oehringen (1675-1757), et J. Juncker (1679-1759), professeur à Halle, puis J.-A. Unzer, de Halle (1727-1799), qui cependant entama le stahlianisme par sa théorie des « mouvements réflexes »; E. Platner (1744-1818), professeur à Leipzig, un adversaire de Kant, et qui supposait l'âme liée à un « esprit nerveux » répandu dans le corps tout entier; Abraham Kaauw-Boerhaave réintroduit entre l'âme et le corps le médiateur que Stahl excluait et l'assimile à l'enormon d'Hippocrate; ce qui fait le principal mérite de ce médecin, c'est qu'il admet déjà des nerfs de la sensibilité et du mouvement. L'adepte le plus franc de Stahl fut François Boissier de Sauvages (1706-1767), professeur à Montpellier, l'auteur de la fameuse Nosologia methodica, publiée en 1760, dans laquelle il mit à exécution les idées de classification de Sydenham, en prenant pour type la classification artificielle des plantes de Linné. Les ennemis les plus déterminés de l'animisme furent Leibniz et Fr. Hoffmann.

    source : http://www.cosmovisions.com/medecine18Chrono.htm


    votre commentaire
  •     En 1907, Louis Antoine est envoyé en justice, pour la deuxième fois. "Du 1er janvier au 15 novembre 1906, cinquante-neuf enfants, âgés de moins de cinq ans, étaient morts à Jemeppe, faute de soins, ajoutait une rumeur qui parvint jusqu'au procureur du roi".
        Un rumeur... il s'agit bien de cela, car en ces temps, les épidémies étaient courantes :
    - choléra en 1850, ce qui décidera de la création d'un hôpital-infirmerie par la Société de Seraing ;
    - Roland A E Collignon continue l'énumération : "Des inondations et les épidémies font des morts chaque année et depuis longtemps, clama Antoine. En 1882, il y eut 29 morts de fièvre typhoïde puis ce fut la rougeole en 1883, la scarlatine en 1890 et cette fois on compta 110 morts ! En 1894, le choléra fit 60 victimes. 67 en 1900. On ferme les écoles, on envoie les enfants dans des familles et les médecins ne peuvent que constater les décès… En 1906, ce fut la rougeole, la scarlatine et la fièvre typhoïde – Antoine s’interrompit un moment pour s’éponger le front – Vous savez très bien que je ne suis pas responsable de ces malheurs publics ! Et la municipalité – elle qui m’avait autorisé par écrit à recevoir tous ces gens – qu’en fait-elle des rapports sur l’hygiène ? Rien ! Alors qu’il y a de graves problèmes d’épuration ! On ne répare même pas les digues, les berges parce qu’il s’agit des quartiers ouvriers. A peine un puits sur quatre fournit une eau à demi potable sans parler du lait qui transmet la fièvre typhoïde ! Les eaux stagnent dans leurs caves, dans leurs jardins, avec des matières putrides et des déchets organiques… il faudrait drainer tout cela, projeter de la chaux vive sur les sols, dans les cours, partout et l’on ne fait rien ! – le visage d’Antoine s’empourpra sous l’indignation – Tout cela, Monsieur le Juge, il faut tout de même qu’on le sache car des gens en meurent !"
    - un mystérieux nuage de poussière sème la mort dans le bassin liégeois à la fin de 1930 (cf. the New York Times, December 6, 1930 et Le Figaro du 2 août 1930 et du 7 décembre 1930).

        Bref, la maladie n'a pas attendu Louis Antoine pour faire des morts, et Pierre Debouxhtay, précise : "le docteur Antoine [Antonin] Delville, chargé par la commune de constater les décès, déclara, le 12 janvier 1907, qu'aucune de ces morts ne lui ait paru suspecte ; il ajouta qu'en 1906 il y avait eu à Jemeppe une épidémie d'entérite, dont beaucoup d'enfants avaient été atteints" (Pierre Debouxhtay, p.144).


    votre commentaire
  •     Ho'oponopono (ho-o-pono-pono) est une tradition de repentir et de réconciliation des anciens Hawaiiens. Des coutumes identiques se retrouvent dans toute la région du sud du Pacifique. Le ho'oponopono traditionnel était dirigé par un ou une kahuna la'au lapa'au (prêtre guérisseur) pour guérir les maladies physiques ou psychiques, il était fait avec des groupes familiaux. La plupart des versions modernes sont rédigées de telle façon, que chacun puisse le faire seul.

    à lire sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ho%27oponopono


    votre commentaire
  • source : Base Joconde

    Dit aussi Esprit consolateur


    votre commentaire
  •  Accueil » Grand Sud
    Publié le 27/05/2001 | LaDepeche.fr
    Le petit-fils de Raspoutine est guérisseur à Castelginest
    GRAND SUD : Il serait le descendant du sulfureux conseiller des tsars

    D'un côté une image du Christ, de l'autre une statuette de Bouddha. Fixées au mur dans leur cadre, deux photos: l'une représente Raspoutine, moine russe paillard, conseiller de la tsarine Alexandra et que l'on disait doté de pouvoirs surnaturels; l'autre, forcément plus récente, montre Jean-Louis Raspoutine, son petit-fils.

    Même carrure, même barbe rebelle, même regard sombre. Inquiétant chez l'ancêtre, bienveillant celui qui se dit son descendant direct. « C'était mon grand- père », affirme Jean-Louis, 57 ans, guérisseur-magnétiseur installé depuis une vingtaine d'années à Castelginest (1). Après l'assassinat de l'ancêtre en 1916 à Saint-Petersbourg (lire en encadré), le fils de Raspoutine, prénommé Gregori, aurait fui la révolution russe à l'adolescence pour se réfugier en France, dans les Alpes-de- Haute-Provence.
    En héritage

    Son père lui a laissé pour tout héritage un nom - en fait un sobriquet - lourd à porter et surtout un don: celui de soulager, sinon de guérir par l'imposition des mains. Gregori Raspoutine fils fera de ce don un métier qu'il exercera à Arles-sur-Rhône, jusqu'à sa retraite. Entre-temps, il épouse une autre immigrée russe, Annaïssa, qui lui donnera un fils. Ainsi naît en 1944 Jean-Louis, lequel, parvenu à l'âge adulte sera d'abord électricien avant de s'installer, lui aussi héritier du don familial, comme guérisseur-magnétiseur.

    Tel est le récit de Jean-Louis Raspoutine qui ne tient pas plus que ça à son arbre généalogique. Son cabinet de consultation est pourtant un véritable bric-à-brac ésotérique et oecuménique au sein duquel se mélangent symboles chrétiens, figurines bouddhistes, masques égyptiens et poupées russes gigognes... Mais il ne faut pas se fier aux apparences. « Je ne suis ni un gourou, ni un magicien », prévient-il d'une voix grave enjolivée d'un bel accent provençal. « Ni médecin », ajoute-t-il en montrant l'affichette qui précise: « Je ne saurais vous conseiller d'interrompre le traitement prescrit par votre médecin. » Il détient pourtant le don, vivement contesté par l'ordre des médecins, d'apaiser différentes formes de souffrance. « C'est difficile à expliquer. J'ai en moi la volonté de ne plus voir les gens souffrir. J'appellerais ça la rage de guérir », explique-t-il en se bornant à constater: « Les gens disent que ça leur fait du bien... » Coût de la séance: 200 F.

    Sa première évaluation lui serait fournie par « l'aura » qui émane de ses patients, du jaune au violine en passant par le vert et le rouge. Mais c'est bien l'imposition des mains qui apporte au patient le soulagement espéré. Jean-Louis Raspoutine s'est « spécialisé dans l'accompagnement de personnes atteintes de graves maladies », mais il a également le célèbre et mystérieux don « d'enlever le feu » par l'association de l'imposition des mains et d'une prière qu'on se transmet de génération en génération.
    En échange de la douleur

    Qu'on « y croie » ou non, son livre d'or regorge de témoignages: apaisement de la douleur d'une femme atteinte d'un cancer du sein, d'une autre souffrant d'un zona ou de telle autre guérie d'un psoriasis. Ou encore l'histoire de ce jeune homme, Christophe, sorti du coma dans lequel l'avait plongé un terrible accident de la route.

    Comme tous ses confrères, Jean-Louis Raspoutine ne peut fournir aucune explication rationnelle. « J'envoie une énergie à quelqu'un et en échange je prends sa douleur. » Tandis que le conseil de l'ordre des médecins considère qu'il s'agit d' « exercice illégal de la médecine », de nombreux praticiens se montrent moins rigoristes.

    « J'ai observé, par exemple, que certains guérisseurs arrêtent la sensation de brûlure du zona plus vite que les médicaments », confirme un généraliste toulousain qui tient à rester anonyme mais affirme: « Je crois que des gens ont cette capacité inexpliquée d'apporter un soulagement aux autres. » En ajoutant aussitôt qu'il faut tout de même « se méfier des charlatans. »

    Un praticien ira-t-il jusqu'à envoyer ses patients chez cet étrange collègue? « Beaucoup de patients me sont envoyés par des médecins », affirme Jean- Louis Raspoutine. Information invérifiable, mais divers témoignages confirment que des guérisseurs interviennent dans des services hospitaliers, y compris auprès de cancéreux ou de grands brûlés. A la demande des familles, certes, mais sous le regard neutre d'infirmiers et de médecins qui admettent implicitement ne pas tout savoir des mystères de la souffrance humaine.

    ______

    (1) En Haute-Garonne, une cinquantaine de personnes sont inscrites sous la rubrique « Magnétiseurs » dans les pages jaunes de l'annuaire

    René GRANDO

    Ni le poison, ni les balles...

    Né en Russie en 1864, Grigori Iefimovitch Raspoutine, fils de paysan et analphabète, était doué d'un pouvoir de guérisseur qui le fit considérer par les uns comme un saint homme, par les autres comme l'incarnation du diable. Accueilli à la cour du tsar Nicolas II, il sauva à trois reprises la vie du tsarévitch Alexis atteint d'hémophilie. Ses succès lui attirent le respect du tsar et surtout la vénération de l'impératrice Alexandra. Sa paillardise insolente, ses débauches et son influence occulte sur la famille impériale lui vaudront la haine de l'aristocratie russe. Trois membres de la noblesse organisent son assassinat dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916 à Saint- Petersbourg. Il est alors âgé de 53 ans et il a déjà survécu au coup de poignard d'une prostituée dans un bordel sibérien. Selon le récit du prince Youssoupov, principal exécuteur du complot, Raspoutine absorba ce soir-là, quasiment sans broncher, une dose de cyanure propre à tuer un boeuf, le poison étant mélangé à du vin et des gâteaux. Youssoupov tirera quatre balles de revolver et s'acharnera sur lui à coups de matraque pour en venir à bout. La victime sera jetée du haut d'un pont dans les eaux glacées de la Neva. Selon l'autopsie pratiquée ensuite sur le corps de Raspoutine, celui-ci n'était pas mort lorqu'il a été jeté dans le fleuve. Ses poumons contenaient de l'eau, la preuve qu'il respirait encore en dépit du cyanure et des balles tirées sur lui.

    R. G.


    votre commentaire
  •     - Nos valeurs boursières ont été multipliées, annonça-t-elle à voix basse. Demain, j’irai à la banque afin de réclamer l’échange de nos biens contre des espèces – elle exhiba un petit carnet remplis de chiffres soulignés de rouge – J’ai tout calculé… Si nous entreprenons la construction de ces maisons à nos frais, nous pourrions récupérer une partie de nos investissements avec des loyers aussi modestes soient-ils.
        - Combien ?
        - 4 000 francs, terrain compris avec une façade limitée à 4 mètres et la distribution d’eau en prévision. Nous pourrions en faire construire une vingtaine comme prévu !
        - Seuls des ouvriers bien payés pourraient les louer, or ce sont les autres que nous devrions aider, ceux qui n’ont pas de moyens.
        - Oui, mais quand la municipalité se rendra compte de notre initiative, elle n’en restera pas là et se mettra en devoir d’en construire d’autres, par émulation, et ainsi tout le monde sera décemment relogé.

    Roland A E Collignon, La Vie tourmentée de Louis Antoine


    votre commentaire
  • Illustration : Le n° 5 de la rue de Sévigné, à Paris. L'inscription indique : "Dans cette maison François-Vincent Raspail, promoteur du suffrage universel [...] donna gratuitement ses soins aux malades de 1840 à 1848 ". (© Photo : Serge. Jodra, 2009).

    Raspail (François-Vincent). - Chimiste et homme politique français, né à Carpentras le 24 janvier 1794, mort à Arcueil le 7 janvier 1878; fut élevé pour la carrière ecclésiastique, où il refusa d'entrer; vint à Paris, où il mena une vie précaire comme simple répétiteur et préparateur au baccalauréat, et se livra avec passion à l'étude des sciences physiques; publia dans les Annales des sciences naturelles et autres recueils du même genre, de nombreux mémoires sur la botanique, la zoologie, la paléontologie, la médecine légale : il y fit preuve d'une grande puissance d'expérimentation, mais il fit des ennemis par ses diatribes contre les corps savants.

    De bonne heure partisan déclaré de la République, il combattit et fut blessé dans les journées de juillet 1830; écrivit dans les feuilles républicaines du temps, et s'attira plusieurs procès de presse et plusieurs condamnations ; composa, pendant ses séjours réitérés dans les prisons, divers ouvrages de science (Essai de chimie microscopique, 1831; Cours élémentaire d'agriculture et d'économie rurale, 1831; Nouveau système de chimie organique, 1833; Nouveau système de physiologie végétale et botanique, 1837); se fit une notoriété bruyante à l'occasion du procès de Mme La Farge, où il critiqua vivement l'expertise du docteur Orfila.

    Raspail a rendu son nom populaire, surtout dans les classes pauvres, par son Manuel de la santé (1842 et suiv.), sorte d'encyclopédie usuelle de thérapeutique, où il préconise le camphre comme une sorte de panacée universelle, et par le Fermier vétérinaire, manuel destiné au traitement des animaux domestiques, d'après la même médication. Il a exposé plus amplement son système, à l'adresse des savants dans une Histoire naturelle de la santé et de la maladie, 1843, 8 vol. in-8; et dans la Revue élémentaire de médecine et de pharmacie domestique, 2 vol. in-8, 1855, etc. 

    Éloigné de la politique depuis plusieurs année, il y rentra en 1848, rédigea un journal révolutionnaire, l'Ami du peuple, présida un club, figura parmi les émeutiers qui envahirent l'assemblée nationale le 15 mai, et fut, pour ce fait, condamné à cinq ans de prison. Il devint, aux élections de décembre 1851, le candidat du parti le plus avancé à la présidence de la République; et, après la chute de l'Empire; siégea à l'extrême gauche de l'Assemblée nationale et de la Chambre des députés.

    source : http://www.cosmovisions.com/Raspail.htm

     

    Anecdotiquement, on peut dire que le temple de Croix est situé dans la rue Raspail, certainement en honneur de François-Vincent Raspail ou quelqu'un de la même famille (cf. la page wikipedia)


    votre commentaire
  • Au menu de ce mercredi 7 octobre, les guérisseurs et la voyance


    1 - Les guérisseurs sont-ils plus forts que les docteurs ?

    Enquête sur un monde méconnu, celui des guérisseurs en Wallonie. Ils sont également appelés signeurs ou coupeurs de feu. Ces personnes disent avoir reçu un don, un secret transmis de génération en génération. Elles soignent ou soulagent gratuitement des maux tels que les verrues, les douleurs de foulure ou de brûlure, les hémorragies, l’eczéma, le zona ou encore les maux de dents. Leur secret est bien gardé, mais Questions à la une  va lever le voile en partie. À notre surprise, l’enquête va également montrer qu’un nombre impressionnant de personnes vont chez ces guérisseurs. Cela signifie-t-il qu’ils sont plus efficaces que les docteurs ?

    Questions à la une a mené deux expériences : des guérisseurs ont accepté de se prêter au jeu et de guérir ou soulager des personnes. L’enquête montrera si ces expériences ont été concluantes ou pas. Qu’en pensent les médecins ? En Belgique : tabou, moquerie, incompréhension ou tolérance. Alors qu’en Suisse, la situation est bien différente. Ici et là bas, les liens avec le monde médical sont interpellants et éveillent des débats vifs dans le milieu médical.

    Un reportage d'Aurélie Didier et Patrick Lemy

     
    2 – L’astrologie, c’est du bidon ?

    Et si nous tentions de comparer les propos de deux astrologues en consultation? L’enquête de Questions à la une commence par un défi, une expérience qui va donner des résultats éloquents. Or, près de 10% de la population a consulté ou consulte un astrologue ou un voyant, selon le CRIOC. Et presque tout le monde connaît son signe astral et quelques-unes de ses particularités. Bref, l’astrologie est une pratique presqu’aussi vieille que l’humanité. Pour mieux la cerner, nous avons décidé de la confronter à la science actuelle.
    Va-t-elle montrer ses limites ? Et pourquoi ?
    Et puis, l’astrologie, ce ne sont pas que des horoscopes. Cela peut aussi être un business … très juteux. Et ce n’est pas toujours inoffensif.

    Une enquête d’Aurélie Didier et François Hubert


    à regarder par internet, l'émission du 7 octobre (avec Internet Explorer, plutôt que Mozilla Firefox) : http://www.rtbf.be/info/questionsalaune


    votre commentaire
  • Le Figaro - 29-01-1922 (Numéro 29)L'occultisme, la médecine et la justice

        Occultisme ! Hypnotisme ! Sorcellerie ! Passes magnétiques ! Incantations !
        Tout cet attirail diabolique, scientifique, ou niais - les distinctions ne sont peut-être qu'une affaire de milieu et de degré - envahit tous les mondes. L'actualité en est comme saturée.
        Il y a un mois, les farces d'une petite fille, dans un coin perdu de la Bretagne, causaient la terreur de tout un village, à l'entour d'une maison hantée. La police intervint et découvrit le mystère.
        Hier, toujours en Bretagne, une famille, en proie au mauvais sort, fait appeler une tzigane pour le conjurer. On ne sait pas si les incantations de la bohémienne réussirent à redresser le destin. Mais son apparition dans la famille coïncida avec la disparition de quelque pécule.
        La famille volée s'adressa, cette fois, à la justice, et le tribunal de Lorient condamna la romanichelle, qui n'avait sans doute pas prévu cette fin, ni su conjurer à son bénéfice le mauvais sort.
        Dans l'Agenois, un drame sinistre, renouvelé d'on ne sait quel moyen âge, d'on ne sait quelle paysanne Cour des miracles, nous transporte dans la nécromancie. Un sieur Paget, sorcier de son état, fait assassiner un métayer par sa famille, sous prétexte que ce métayer avait le mauvais oeil et portait malheur aux siens, tout en contrariant l'influence du magicien.
        A Tulle, un juge d'instruction fait appel à l'hypnotisme pour découvrir l'auteur de lettres anonymes. Le ministre le frappe d'une peine disciplinaire pour lui apprendre que le code d'instruction criminelle ne prévoit pas ce moyen d'investigation et de découverte.
        Au Sénat, une interpellation se greffe sur l'aventure. L'interpellateur ne peut pas admettre que de telles pratiques pénètrent dans les cabinets des juges d'instruction. Il a raison.
        Il ne trouve pas ces pratiques capables de faire découvrir les criminels. Mais il reconnaît que l'occultisme est arrivé peut-être, s'empresse-t-il d'atténuer sur certains points, à des résultats scientifiquement contrôlés au point de vue de la guérison de certaines maladies.
        Les médecins, du moins ceux d'une certaine école, ne se font pas faute de recourir à l'hypnotisme, à l'occultisme, à l'autosuggestion, à toute' cette prétendue science, pour traiter les malades.
        Au surplus, le monopole de l'exercice de la médecine, ou, si l'on préfère, de l'art de soigner les gens de cette manière, n'appartient pas au corps médical.
        Vous n'ignorez pas que l'exercice légal de la médecine exige un diplôme, à défaut duquel celui qui essaie de guérir les malades se rend coupable du délit d'exercice illégal de la médecine, qui comporte des pénalités correctionnelles.
        Or, justement, l'occultisme, l'incantation et les passes magnétiques, ainsi que le magnétisme, appliqués par n'importe qui au traitement des maladies, ne constituent pas le délit d'exercice illégal de la médecine. Illégal, c'est-à-dire sans diplôme.
        La Cour de cassation admet en principe que ne commet pas le délit d'exercice illégal de la médecine celui qui, sans ordonner aucun remède, sans faire aucune prescription, sans donner aucune direction aux malades, se borne, quelle que soit la nature du mal, à placer pendant un certain temps une de ses mains sur le siège de la douleur, en adressant une invocation mentale à un esprit dont il se croit le pouvoir de provoquer l'intervention favorable.
        Et cette solution est logique. Si ce principe n'était pas reconnu, on serait entraîné, comme conséquence, à poursuivre et à persécuter n'importe quelle religion pour exercice illégal, de la médecine. Les prières en faveur des malades seraient un délit.
        Le Tribunal correctionnel de Villefranche-de-Rouergue a acquitté dernièrement un guérisseur non docteur en médecine qui avait conseillé à deux malades de s'abstenir de médicaments « de fiole » et de ne pas employer de gouttière, considérant que ce n'était pas un conseil d'abstention assez caractérisé pour constituer une véritable prescription médicale.
        Ce guérisseur, à part ces deux cas - et il a huit mille clients, dit le jugement - se borne, quelle que soit la nature de la maladie, à promener ses mains, à les imposer sur le siège du mal tout en prononçant une invocation a une puissance mystérieuse et bienfaisante ; il dit qu'il communique ainsi au malade une force extérieure à lui-même, dont il prétend n'être que l'agent conducteur, force dont il ignore la nature, mais dont il a vérifié, dit-il, les vertus curatives.
        Les juges ont déclaré que les découvertes récentes de forces nouvelles dont la nature, la puissance et le degré d'utilisation sont encore mal définis, commandent une grande circonspection dans la négation comme dans l'affirmation de phénomènes a priori inadmissibles, mais qui ne nous apparaissent peut-être comme tels que parce qu'ils bouleversent la quiétude de nos connaissances et de nos habitudes.
        De nombreux témoins avaient affirmé, avec des accents de certitude troublants, la vertu curative des pratiques du guérisseur. Sans doute.
        « Il y a, dit Hamlet à Horatio, plus de choses dans le ciel et sur la terre que n'en rêve notre philosophie. »
                     Daniel Massé.

    Le Figaro - 12-01-1922 (Numéro 29)
    source : gallica


    votre commentaire
  •         Régis Dericquebourg, Les Antoinistes, p.111
        Le 'guérisseur de Jemeppe' parle peu de la maladie et du traitement spirituel. une telle réserve semble paradoxale quand on sait qu'il a consacré une partie de sa vie à recevoir les malades et qu'il a authentifié son prophétisme grâce au charisme de guérison.

    -----------

            Régis Dericquebourg, Les Antoinistes, p.116
        Dans l'antoinisme, à une exception près (l'appel du 15 juin 1970 aux professions de foi parmi les guéris), il n'existe pas de réunion de témoignage comme chez les disciples de Mary baker Eddy.

    -----------

            Régis Dericquebourg, Les Antoinistes, p.132
        Les occasionnels qui assistent de temps à autre - parfois de façon très espacée - à l'opération générale du dimanche. Un problème de santé ou un événement de la vie peut les faire retrouver un jour le chemion du temple. Ces personnes peuvent marquer leur attachement à l'antoinisme en commémorant la mort des fondateurs. Il arrive aussi que certain ne reviennent jamais.La guérison obtnue n'était-elle que leur seul but ? N'ont-ils pas trouvé ce qu'ils cherchaient ? Les guérisseurs antoinistes ne s'inquiètent pas de ces défections. la consultation unique ou épisodiqe fait partie de leur service. pour s'engager dans le 'travail moral', "il faut en avoir la pensée", cela viendra un jour, peut-être dans une autre vie.

    -----------

            Association politica hermetica - Esotérisme et guérison - L'AGE D'HOMME, 2005 (source : Google Books)
        En principe, la thérapie religieuse des maladies n'est pas un "à-côté" de la voie religieuse. En recourant à un religiothérapeute, le malade aurait l'occason de se palcer sur une voie du salut : se libérer maintenant du poids des incarnations et hâter le cycle des réincarnations, retrouver le christianisme par le biais de l'image du Christ guérisseur. Pourtant, il arrive qu'elle soit délaissée par des sollicitateurs occasionnels. nous avons dit ailleur que ce cas de figure illustre la tension entre l'offre de guérison et la proposition de salut, la première étant souvant priviliégiée par le public. Par exemple, nous avons entendu des guérisseurs antoinistes déplorer que beaucoup de personnes utilisent leurs temples comme un dispensaite de soins spirituels au détriment de la voie du salut antoiniste. Mais dans leur rationalité, les religiothérapeutes inscrivent quand même la consultation dans la sotériologie. Pour eux, la maladie a fourni l'occasion de se rapporcher de Dieu et ce qui a été "donné" lors du traitement religieux est une graine de spiritualité qui germera plus tard, dans la vie présente ou dans une autre vie future quand leur doctrine est réincarnationiste. Toutefois, les consultants savent qu'un dispositif religieux visant le salut est sous-jacent au traitement qu'ils sollicitent de la même façon que les patients d'un medecin connaissent l'existence de la recherche biologique et pharmacologique en amont d'un acte médical. Le guérisseur religieux est reconnu par une Eglise qui propose un but véritablement religieux : le salut des âmes, et auquel il oeuvre lui-même. En ce sens, il n'est pas un magicien qui vise le résultat sans se soucier du salut. Si la guérison, quand elle advient, valide la doctrine et l'Eglise qui est fondée sur elle, l'offre de salut est une des insctances de la plausabilité de la guérison religieuse car celle-ci est étayée par une sotériologie typiquement religieuse dont la plausablilité est partagée par d'immenses communautés de croyants.

    -----------

            Unitif n°8 - p.16 - N. témoigne
        J'aurais tant aimé dans le début, soulager leurs souffrances physiques. Que de fois ma pensée s'est envolée vers notre Père, sincère, ardente, pour demander la guérison des malheureux. Je n'avais pas encore compris que demander la guérison physique, la disparition de leurs souffrances, ce n'était pas là les aimer réellement, car je devais, delon l'Enseignement, chercher à leur en faire comprendre la cause, les aider à supporter courageusement leurs épreuves, leur donner les moyens de les surmonter et leur en demontrer l'efficacité.
        Depuis, tous mes efforts tendent à pénétrer mes frères de ce que j'ai comris de la morale, m'efforçant de leur faire entendre qu'il vaut mieux soigner la cause que l'effet, et de faire naître en eux le désir de connaître les Enseignements de notre Père, dans la pratique desquels ils trouveront à la fois le remède et le bonheur.

    -----------

            Unitif n°11 - p.3 - U.E. témoigne
        A leur contact la sensibilité du Père se développa rapidement et dans des proportions que notre faible raison ne pourrait apprécier. Par elle Il reconnut que les plaies du corps ne sont que la consécration des plaies de l'âme et Il ne s'occupa plus que de soigner celle-ci. Il s'entoura de fidèles disciples qu'Il instruisit de son savoir et son Enseignement inspiré par l'amour et reposant uniquement sur la morale c'est-à-dire sur l'expérience des êtres et des choses, est la vraie science, car Il a cherché Dieu avec Dieu lui-même à travers sa propre essence, tout l'opposé des sciences profanes qui cherchent la Vérité en dehors de nous, dans la matière.

    -----------

        La guérison des maladies n'est pas tout : c serait même un écueil si l'on s'arrêtait là, mais c'est une pierre de touche pour le nouveau venu.

    Jean-Marie Defrance, Réveil - L'Apôtre de Jemeppe et sa Révélation (1932), p.27

    -----------

            Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.169
        Les adeptes, aux yeux de qui les guérisons ne sont que le côté accessoire de la mission du Père(1), furent-ils sensibles à ce reproche ?

    (1) Beaucoup sont surtout frappés par les guérisons obtenues à Jemeppe ou ailleurs. Cette manifestation plus tangible de la puissance de notre Père impressionne davantage les foules et cependant, laissez-moi vous le dire, ce n'est là que le côté accessoire de sa mission. H. Bodin dans l'Unitif, I, 2, p.13.
        Certains attachent beaucoup d'importance à ces guérisons. Il est vrai qu'elles ont une grande signification puisqu'elles donnent une preuve tangible de la puissance de la foi ; mais il est un témoignage bien autrement significatif de cette puissance, c'est le sentiment de jour en jour plus profond que nous formons tous ensemble l'unité. L'Unitif, III, 4, p.5

    -----------

                Robert Vivier, Délivrez-nous du mal, p.329
       "Mes enfants", disait-il. Il avait donc choisi d'être appelé "le Père". Tous les adeptes comprirent. Ils sentirent du coup que c'était bien là le vrai nom qui lui convenait, tant à cause de son âge, de son aspect, que de cette égalité d'amour dont il savait envelopper tous ses fidèles. Comme un père, il ne cherchait pas à se faire aimer, il usait à l'occasion d'un rudesse bienveillante. Il songeait avant tout à leur bien, même s'ils n'y songeaient pas eux-mêmes, et il voyait devant eux, plus loin que chacun d'eux.
        - Quoi qu'il vous arrive, dit-il pour terminer, si vous pensez à moi, je serai toujours avec vous pour sanctifier votre épreuve et vous aider à surmonter votre doute.
        C'est ainsi qu'Antoine le Guérisseur, que certains avaient appelé Antoine le Généreux, devint le Père. A partir de ce jour-là il ne fit plus de différence entre tous ses fils. Bientôt il ne reçut plus aucun malade en particulier, et toutes ses opérations furent remplacées par une "opération générale", qui se faisait chacun des quatre premiers jours de la semaine, à dix heures. Il continuait à guérir, mais tous sentaient que pour lui la guérison des corps n'était plus la chose importante. on allait à ses opérations, bien plus pour le fluide d'amour que pour être guéri.

    -----------

            Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.168
        Il faut remarquer que pour les antoinistes, ces guérisons extraordinaires ne sont pas miraculeuses, (c'est-à-dire supposant une intervention spéciale, surnaturelle quoad modum, de la Divinité). L'Unitif (III, 4, p.5) parle des "guérisons que le doute fait appeler miraculeuses", cependant le numéro suivant, (III, 5, p.6), annonce qu'à Nice "s'accomplit un vrai miracle"! (Cfr p.172) Pour Antoine comme pour les spirites le miracle n'existe pas. "Il n'y a pas de miracle. Les faits psychiques ne sont pas des miracles." déclare Le Messager, 1-11-1903, p.50.

    -----------

            Le Développement de l'OEuvre Révélée, L'arbre de la science de la vue du mal, le bien, interprété l'opposé de la réalité, p.263
        Dans cette question pas plus que dans tout autre il n'y a de miracle, dans le domaine matériel comme dans le domaine spirituel, tout repose sur des lois, il n'y a rien de surnaturel.

    -----------


            Historique du Culte Antoiniste, frère Jean-Marc Boffy, p.34 & 52
        Dès lors qu'il n'enseignait plus à la tribune, le Maître chargea un adepte de faire la lecture de la Révélation du Nouveau Spiritualisme, au Temple, chaque dimanche à 10 h.
        A ce moment, le Maître se retira dans la solitude durant 6 mois, ne faisant qu'un repas par jour. Par la force de sa prière et de son recueillement, il puisa dans l'Amour pur et put atteindre le fluide lui permettant de rédiger "Le Couronnement de l'Oeuvre Révélée".
        [...]
        Sentant que les adeptes ne comprenaient pas suffisamment la Révélation du Courronnement, Antoine rédigea le Développement afin de le leur rendre plus accessible. Il se retira à nouveau pendant plus de six mois, ne pangeant qu'une fois par jour, tout en travaillant pour ainsi dire continuellement, car il était déjà levé avant minuit.

    -----------

            Lourdes, comment expliquer les guérisons miraculeuses, p.36 - Louis Gastin, Directeur de l'Institut de Psycho-Physique Appliquée.
        Le problème des guérisons miraculeuses pose, tout d'abord, une question de principe : Qu'est-ce qu'un miracle ?
        Si l'on entend par miracle un fait contraire à toute loi naturelle, il doit être réputé impossible par quiconque admet l'harmonie universelle, basée sur la mise en jeu de lois stables dont nous ne connaissons qu'une très faible partie. Il convient toutefois, de spécifier que la "Nature" n'est pas limitée aux seuls phénomèmes physico-chimiques, aux seules forces et aux seules lois mécaniques, mais comprend, au-delà de ces faits, de ces forces et de ces lois, des phénomènes, des forces et des lois d'ordre moral et d'ordre spirituel. C'est, du moins, l'interprétation que j'admets, avec la majorité des spiritualistes libres, en opposan à Dieu (prince premier, absolu, incognoscible) le Cosmos (manifestation créationnelle, essentiellement relative et sensoriellement ou intellectuellement connue).
        Si, par contre, on entend par miracle un phénomène "merveilleux"
    et incompréhensible en ce qu'il ne peut être expiqué par aucune des données acquises de la science, le miracle doit être admis en principe par quiconque reconnaît la relativité des connaissances humaines et leur limitation à l'égard des réalités universelles.
        C'est avec cette dernière acceptation seulement que je puis examiner la valeur des guérisons dites miraculeuses, que ces guérisons soient obtenues à Lourdes ou ailleurs, dans les milieux religieux, ou qu'elles soient le fait des ordinaires "guérisseurs". Tout problème doit être considéré, d'abord, de haut, en thèse générale, avant qu'en soient étudiées les aplications particulières.

    -----------

        Dans les démonstrations du Représentant du Père, Soeur Ghislaine Dumont, on lit que la déperdition du nombre d'adeptes est du au fait d'avoir abandonné le côté par trop supersticieux du culte et des consultations que demandaient parfois les adeptes.
        Mais on peut se réjouir maintenant de n'avoir garder que les adeptes qui cherchent leur progrès moral, et que le culte continu d'être guidé par la foi et le désinteressement et d'être assuré par des gens de bonnes volontés.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique