• Daniel-Rops - La nuit du coeur flambant (1953)

    Auteur : Daniel-Rops
    Illustrations photographiques : Guy
    Titre : La nuit du cœur flambant
    Éditions : Plon, Paris, 1947 (1953)

        Il paraît que l'on croise des touristes avec « La Nuit du Cœur flambant » de Daniel-Rops le livre à la main qui visitent le vieux Chambéry où cet auteur académicien a pris son premier poste au lycée de garçons.
        Au fond de la cour fermée de l'Hotel de la Pérouse du XVe siècle au numéro 72 de la Rue Croix d'Or, derrière une grille, se trouve la fontaine qui inspira la nouvelle de 1948.
        « A la lueur jaune qui tombait d'une fenêtre du premier étage, j'aperçus, pris dans le mur juste en face du corridor d'entrée, une étonnante sculpture baroque, un macaron hirsute, deux arcatures en forme de S, encadrant un cœur d'où une flamme jaillissait.» Daniel-Rops.
        Sur le pommeau de son épée d'académicien : un « Cœur flambant ».
        Une fontaine plus triviale sera le sujet d'un autre tour de pays, en attendant on fera le tour des hôtels particuliers au pied du château des Duc de Savoie.
    Source : le riche livre de Anne Buttin et Nelly Gabriel :

    « Dans les pas des écrivains en Rhône-Alpes chez Glénat.
    [http://le-blog-de-pierre-fassbind.over-blog.com/article-chambery-le-coeur-flambant-72383245.html]

        Le livre évoque les Antoinistes de la Rue Basse du Château, p.17

        Et si des personnages se glissent au long des murs humides, affublés de costumes surprenants, coiffés de chapeaux plus étonnants encore, ce ne sont point les acteurs d'on ne sait quel sabbat, mais des membres de l'église antoiniste qui s'assemblent honnêtement pour réformer le monde...

     

        Le texte est disponible en ligne sur Gallica, dans la Revue des deux mondes de novembre 1929.

        Quelques photographies sont visibles sur Google Books.


    votre commentaire
  • Daniel-Rops - La nuit du coeur flambant (1953), Photo de Guy - La rue Basse-du-Château


    votre commentaire
  • Chambéry - Rue Basse du Château (autre vue, sans pancarte)

    ici, la pancarte "Culte Antoiniste" a été retirée


    votre commentaire
  • Chambéry - Rue Basse du Château (autre vue)

    la pancarte est encore visible au fond de l'image


    votre commentaire
  • Chambéry - Journal officiel de la République française. Lois et décrets 8 déc. 1923

    8 décembre 1923. CULTE ANTOINISTE, chemin de la Rotonde, Chambéry.
    But : propager l'enseignement moral révélé par le Père Antoine dans son temple de Jemeppe-sur-Meuse de 1906 à 1909.

    Journal officiel de la République française. Lois et décrets 8 déc. 1923


    votre commentaire
  •     La Savoie et l'Isère seules comptent trois groupes d'adeptes, l'un à Grenoble, le second à Touvet (Isère) et le troisième, - celui que j'ai visité, - à Biollay.
    L'Abeille de la Nouvelle-Orléans - 17 septembre 1912 - Le Progrès de l'Antoinisme
        Biollay, correspond à un quartier d'Aix-les-Bains.

        Sur une carte postale de 1914, on voit un panneau Culte Antoiniste sur une façade de maison de la rue Basse du Château à Chambéry. Pierre Debouxhtay, avec l'Unitif, référençait en effet une salle de lecture en 1914 à Chambéry. Mais également à Aix-les-Bains dès le 1 septembre 1912. En Isère, il y en avait une à Grenoble (rue Valbonnis) et Le Touvet (comme nous l'apprend l'article de l'Abeille de la Nouvelle-Orléans, Le Touvet se trouve entre Grenoble et Chambéry), mais également une à Bourgoin (maintenant Bourgoin-Jallieu, entre Chambéry/Grenoble et Lyon, rue Benoît Orcel) et une autre à Nivolas-Vermelle (près de Bourgoin, chez M. Chabert, instituteur).
        A Bourgoin, une seconde maison ouvre en février 1914. Puis une est déjà ouverte en octobre 1913 à Chapareillan (proche de Chambéry).
        Le 22 mars 1920, en vue de la reconnaissance du culte, le secrétaire du Culte, alors le frère Ferdinand Delcroix, renseigne qu'une salle de lecture de Chambéry existe encore (rue Croix d'Or indique un Unitif). De même celle d'Aix-lez-Bains, de Bourgoin, Chapareillan, Le Touvet. Une nouvelle ouvre à Voiron (entre Bourgoin et Grenoble).

    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, pp.263, 266, 279.


    votre commentaire

  • votre commentaire