• Origine du temple d'Aix, à Biollay

        En France, bien avant la construction du temple de Paris, le culte du Guérisseur était célébré.
        Dans les montagnes de Savoie, à Biollay, près de Chambéry, un frotteur de la Villa des Fleurs d'Aix-les-Bains, Ernest Blanc-Talon, dont la mère souffrait d'un cancer de la face, avait écrit à Jemeppe, conseillé par une voisine. Sitôt sa lettre mise à la poste, le frotteur avait cru constater une amélioration ; dès lors il fut antoiniste convaincu, s'imposa des privations pour faire avec tous les siens le voyage de Jemeppe, et un beau jour s'investit lui-même des fonctions de légat du Père en Savoie. Convertissant la plus grande pièce de sa maison en temple, il y plaça l'Arbre de la Science de la Vue du Mal, et le tableau sur lequel on lit le précepte fondamental de l'antoinisme :
        « Un seul remède peut guérir l'humanité : la Foi ; c'est de la Foi que nait l'Amour : l'Amour qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même ; ne pas aimer ces ennemis c'est ne pas aimer Dieu, car c'est l'Amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir ; c'est le seul amour qui nous fait vraiment aimer, parce qu'il est pur et de vérité. »
        Et revêtu de la lévite noire de l'antoiniste, Ernest Blanc-Talon, se croyant nanti d'une procuration de la Mère, se mit à opérer.
        A Grenoble et au Touvet (Isère), il existe également un centre antoiniste. A Monte-Carlo, un temple merveilleusement situé au bord de la Méditerranée fut solennellement inauguré par la Mère qu'accompagnaient un millier d'antoinistes venus de Belgique et d'ailleurs.

    Henry COSSIRA.

    Sciences et Voyages, 1919


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :