•                                                    18 juillet.

        Wilhelm, qu'est-ce que le monde à nos coeurs, sans l'amour ? C'est une lanterne magique sans lumière. Mais dès que la flamme commence à briller, le mur se peint de figures de toutes formes, de toutes couleurs. Ah ! quand tout cequi frappe alors nox yeux ne serait pas autre chose ; quand ce ne seraient que des fantômes passagers, n'est-ce pas cependant être heureux, que de pouvoir goûter à ce spectacle, d'illusions la joie la plus pure, les transports de la naïve jeunesse ?


    Goethe, Werther, p.82
    Librairie Gründ, Paris
    Préface de Sainte-Beuve


    votre commentaire
  •     « Nous reviendrons, nous aurons à dos le passé, et à force d'avoir pris en haine toutes les servitudes, nous serons devenus des bêtes féroces de l'espoir. »

    Gaston Miron [http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_Miron]


    votre commentaire
  •     Il y avait derrière le docteur Katz un bateau à voiles sur une cheminée avec des ailes toutes blanches et comme j'étais malheureux, je voulais m'en aller ailleurs, très loin, loin de moi, et je me suis mis à le faire voler, je montai à bord et traversai les océans d'une main sûre. C'est là je crois à bord du voilier du docteur Katz que je suis parti loin pour la première fois. Jusque-là je ne peux pas vraiment dire que j'étais un enfant. Encore maintenant, quand je veux, je peux monter à bord du voilier du docteur Katz et partir loin seul à bord. Je n'en ai jamais parlé à personne et je faisais toujours semblant que j'étais là.

    Emile Ajar (alias Romain Gary), La vie devant soi, p.30
    Mercure de France, Paris, 1975


    votre commentaire
  •     I remembered President Roosevelt's words when I was a child during the Second World War : 'There is nothing to fear but fear itself'. Mama, please ask God to protect me.

    Eartha Kitt, I'll still here, Confessions of a Sex Kitten, p.124
    Barricade Books Inc., New York, NY, 1991


    votre commentaire
  •     « Être libre, quand ce ne serait que pour changer sans cesse d’esclavage ».

    Apophtegmes de Natalie Clifford Barney


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique