• Une lettre du Père Dor (Gazette de Charleroi, 27 février 1914)(Belgicapress)

    Une lettre du Père Dor (Gazette de Charleroi, 27 février 1914)(Belgicapress)Une lettre du Père Dor

            M. Pierre Dor, évoqué dans plusieurs articles de la « Gazette », nous envoie le droit de réponse suivant que nous reproduisons parce qu’il donne une idée du thaumaturge de Roux :

                                 Roux, le 27 février 1914.
                    Monsieur de directeur de la « Gazette de Charleroi »
        En vertu du droit de réponse que me confère la circulation de mon nom dans votre honorable organe et que je respecte bien sincèrement, en ce jour 24 février, je vous prie et vous demande tout à la fois d’insérer dans un numéro de cette semaine ou de dimanche prochain, même rubrique, les lignes ci-après.
       Il est exact que j’ai eu la visite du Parquet et je viens vous demander de bien vouloir rectifier l’article paru à ce sujet, concernant ce qui suit : D’abord il est inscrit : le Parquet chez les Antoinistes, ceci est un erreur, je ne suis nullement Antoiniste : en plus je n’ordonne pas de prière et non plus n’indique par la foi ; au contraire, tout mon travail détruit la prière et la foi : je dis page 54 de mon livre qui n’est pas basé sur la doctrine Antoiniste, mais qui est bien le fruit de mon expérience. Ce livre est intitulé : « Christ parle à nouveau ». Vous pouvez conclure que le Père ne guérit pas par la foi, mais par la pratique de ses instructions : pour la seule raison que recouvrer la santé par la foi, ce n’est pas être guéri, puisque la foi n’est qu’une croyance à une chose non réelle qui laisse l’homme dans les ténèbres après la mort comme avant la mort. Tandis que par l’application de ces enseignements, on est éclairé afin de ne pas se tromper dans le sentier qui mène au but que nous désirons : au bonheur réel. Par la foi, fluide matérielle, on peut obtenir le soulagement, le repos : il suffit simplement pour cela d’être indolent, fluide contraire à la vertu. Ce repos obtenu pour avoir eu foi en sa demande ne peut être que pour servir pour son avancement moral. Que ceux qui souffrent, donc marchent, non pas vers la foi, mais qu’ils marchent vaillamment, en luttant pour surmonter ce qui les fait souffrir, qu’ils marchent d’un pas ferme et résolu pou gravir la pente qui conduit aux cimes qu’on appelle Vertu. Alors, là, leur conscience dégagée, des ombres matérielles, vices et passions, se dressera devant eux comme un juge représentant de la Charité pure, leur demandant : « Qu’avez-vous fait de vos vies ? » Et ils répondront : « Nous avons lutté, nous avons souffert, nous avons aimé, nous avons enseigné le bien, la vérité, la justice ; nous avons donné à nos frères l’exemple de la droiture, du désintéressement ; nous avons soulagé ceux qui souffraient, consolé ceux qui pleuraient. Et maintenant, vous pouvez nous juger, nous voici entre vos mains. » Et on leur répondra : « Passez à droite, car une place vous est destinée dans le royaume des cieux », c’est-à-dire où on jouit de la véritable vie.
        Agréez, je vous prie, Monsieur le Directeur, l’assurance de ma considération distinguée.                                  LE PÈRE DOR.

    Gazette de Charleroi, 27 février 1914 (source : Belgicapress)

        Pas trace de cet article dans la Gazette de Charleroi, mais bien dans la Dernière Heure.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :