• Antoinistes et Juifs parisiens pendant la guerre

      Antoinistes et Juifs parisiens pendant la guerreIllustration : Suzanne Davy, née Marseille, une fille de Paulette                          Suzanne Davy, née Marseille
    et Paulette Bartel, née Tzesselsky, en France en 1979
    (documents de Yossi Bartel, qu'il soit ici remercié)

    Antoinistes et Juste parmi les Nations    

    Angèle Marseille
    Dossier Yad Vashem : 525
    Remise de la médaille de Juste : 29/04/1969
    Sauvetage : Paris 75000 - Paris
    Qualité: Membre de l'église antoiniste
    Religion : Catholique
    Nom d'épouse: Marseille
    Date de décès: 26/01/1999

    Suzanne Marseille Davy
    Dossier Yad Vashem : 525
    Remise de la médaille de Juste : 29/04/1969
    Sauvetage : Paris 75000 - Paris
    Qualité: Membre de l'église antoiniste
    Religion : Catholique
    Nom de naissance: Marseille
    Nom d'épouse: Davy
    Date de naissance: 1911
    Date de décès: 26/01/1999

    Notice
        Angèle Marseille et sa fille Suzanne, habitent à Paris dans un appartement. Dans le même immeuble habite la famille juive Tzesselsky.
        Lors de la grande rafle du Vel d'Hiv, le 17 juillet 1942, les quatre membres de la famille Tzesselsky, le père, la mère, Paulette, 14 ans, et son frère, 9 ans, sont arrêtés et internés au camp de Pithiviers.
        Ils seront remis en liberté grâce à l'intervention de l'ORT, école juive où travaille M. Tzesselsky.
        De retour chez eux, il ne se trouva que deux personnes, sur les 30 familles habitant l'immeuble pour leur donner un peu de réconfort et de nourriture : Angèle Marseille et sa fille Suzanne.
        Le 19 mars 1943, avertit par un employé de l'ORT d'une arrestation imminente. Ils s'en ouvrent à Suzanne qui demande à sa mère de les accueillir pour la nuit.
        Après quelques hésitations, la famille arrive dans le petit logement des Marseille à minuit. Ils éviteront ainsi la police qui se présentera à leur domicile deux heures plus tard.
        La concierge qui ignoraient où ils étaient cachés, déclara qu'ils étaient partis sans laisser d'adresse.
        Il devint clair que les Tzesselsky ne pouvaient retourner chez eux.
        Le lendemain, Suzanne partit pour Vincennes où elle loua à son nom un appartement pour les Tzesselsky sous une fausse identité. Mais il s'avéra dangereux de faire déménager les Tzesselsky et ils est décidé qu'ils resteraient alors chez Suzanne et Angèle. Les parents Tzesselsky resteront 18 mois, sans que personne dans l'immeuble ne s'en rende compte.
        Suzanne contacta une organisation juive clandestine pour placer les deux enfants. Présentés comme des orphelins et munis de faux papiers, ils sont envoyés dans un village isolé près de Dormans dans la Marne.
    Suzanne leur rend visite régulièrement même si le voyage en train prend 3 heures et que le village est situé à 7 ou 8 kilomètres de la gare.
        Suzanne Marseille, présentée comme une parente, leur amène des cadeaux.
        Toute la famille de Paulette Tzesselsky sera sauve.
        Après la guerre, les Tzesselsky voulurent remercier leurs sauveteuses, qui malgré leur situation financière précaire, refusèrent toute compensation.
        La famille Tzesselsky partit s'installer en Israël, mais resta en contact avec ses amies Angèle et Suzanne.

    Lien vers le Comité français pour Yad Vashem
    Réseau de sauvetage
    Suzanne Marseille Davy
             
    Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Angèle Marseille
    Paulette Tzesselsky

    sources :
    https://www.ajpn.org/juste-Angele-Marseille-1834.html
    https://www.ajpn.org/juste-Suzanne-Marseille-Davy-785.html
    https://www.ajpn.org/personne-Paulette-Tzesselsky-1867.html

     

     

        Similarly for Angèle Marseille and her daughter Suzanne lived in a Paris apartement building where they met the four members of the Tzesselsky family who where Jewish. On March 19, 1943, Suzanne learned that the Tzesselskys were about to be arrested. She insisted that they all spend the night in her morther's apartment. thus they eluded the police who came to fetch them late that evening. It was clear that the Tzesselskys could not remain in their apartement; they remained hidden whith Suzanne and her mother for eighteen months unbeknownst to all the other tenants. The two children were sheltered with anither family: they were later moved to another place under assumed identities. Suzanne visited the children regularly; these visits involved long trips by train and a seven- or eight-hour walk to a lone village where she introduced herself as a relative of the "orphaned" children. The Tzesselsky family was reunited at the end of the war. The Marseilles, members of the Antoiniste Church, a theosophical religion which emphasizes the divine-spiritual attributes of the individual, refused any monetary compensation for their charitable deed. "Without them, we should not have been citizens of Israel but perhaps a bit of ash on Mount Zion [where ashes of the victims who were burnt in the crematoria are preserved]," Paulette Tzesselsky states in her deposition.

    The Path of the Righteous: Gentile Rescuers of Jews During the Holocaust
    Mordecai Paldiel
    KTAV Publishing House, Inc., 1993
    GoogleBooks


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    yossi bartel
    Mercredi 2 Septembre 2009 à 11:24
    paulette Tzesselsky
    hello. i am the son of paulette (today called paulette bartel) if you are interested i can send you more stuff about suzanne and the story include pics. i feel admiration for antoinisme .
    2
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 08:41
    Tzesselsky
    Hi Yossi, I am interested to know the all story, the name of Paulette's parents and of her brother to tell the story on our website. Also, if you have some pictures of these period, it will be great. You can contact me at hkaufmann@ajpn.org. Thanks
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :