• Dericquebourg (Régis) - Les Antoinistes (critique du livre)

    Dericquebourg (Régis) Les Antoinistes

    88.26 DERICQUEBOURG (Régis) Les Antoinistes (Turnhout Belgique) Brepols 1993 174 illustrations coll Abraham)
    Le chercheur trouvera dans ce petit des analyses judicieuses sur la plupart questions qui retiennent l'attention du sociologue de la religion surtout s'il intéresse aux religions minoritaires pour reprendre l'expression de l'auteur.
     Ces analyses ne font objet de développements systématiques interviennent au fur et mesure des développements principalement d'ordre narratif et informatif conformément aux exigences de collection destinée en priorité un public curieux des groupes religieux Mais le spécialiste fera aussi son profit des éclairages sur conversion ou sur la naissance et l'institutionalisation du culte ("culte charismatique") avec le passage de la "cure des corps" à un "enseignement moral", puis une religion, avec doctrine, rituel et communauté de disciples, religion où lors du décès du prophète-fondateur, la transmission de son charisme à sa compagne a été bien acceptée par les fidèles et où le charisme pu être "routinisé". Dans sa brève introduction R.D. a bien cadré ce qu'il  appelle "religions de guérison", l'antoinisme en représentant un cas exemplaire.
    Ce n'est pas seulement le sociologue qui trouvera matière réflexion dans le livre, mais également le psychanalyste. Diverses interprétations d'ordre analytique viennent éclairer la présentation informative ("en somme Louis Antoine agit sans le savoir à partir de ce les psychanalystes appellent transfert" à partir de ce que Freud appelait l'"attente croyable" etc.)
    L'ouvrage se prête donc à une double lecture. Mais les contraintes de la collection résident pas seulement en la nécessité de s'adresser un public de non-spécialistes. Elles tiennent aussi un plan pré-établi auquel les auteurs de la collection doivent se soumettre : histoire du groupe, doctrine, textes de références, créations symboliques et édifices,  "vie spirituelle" du groupe, organisation, profil sociologique. Les faiblesses de l'ouvrage tiennent manifestement de ce plan contraignant. (l'A. ne pouvait-il le subvertir en partie ?)
    Le chapitre "profil sociologique" apparaît quelque peu fourré-tout des diverses questions qui ont pas été abordées au cours des développements plus informatifs. Il est notamment dommage que l'analyse du contexte socio-historique de la naissance de l'antoinisme, le passage du spiritisme à l'antoinisme, n'aient pas été abordés dans le premier chapitre consacré à  l'histoire du groupe. De ce chapitre proprement sociologique, on retiendra notamment que la fondation de l'antoinisme s'est faite en rompant avec le spiritisme au profit un certain "retour" (l'A. n'emploie pas ce terme) des croyances et des dévotions catholiques, il est vrai fortement ré-interprétées. On retiendra aussi les développements sur le prophétisme de Louis Antoine, "plus prophète que guérisseur", "prophète exemplaire" plus que "prophète éthique" selon les conceptualisations weberiennes. On retiendra encore la tentative de caractérisation du type de groupe religieux que représente l'antoinisme: la confrontation de celui-ci avec les diverses typologies sociologiques existantes permettant de bien systématiser les traits principaux de l'antoinisme (c'est du type cult élaboré par Nelson que l'antoinisme se rapprocherait le plus). En revanche, on regrettera que l'A. ne nous fournisse aucune donnée sur les adeptes aujourdhui.
    Une excellente livraison.
    Françoise Champion


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :