• Notes d'actualité (La Gazette de France 28 juin 1912)

    Notes d'actualité (La Gazette de France 28 juin 1912)Notes d'Actualité

     THAUMATURGE

         Qu’est devenue cette petite modiste de la rue Milton qui prétendait guérir tous les maux au nom de Thaumaturge de Jemeppe ? Il y eu tout de suite
    Tant l’espérance est douce au pauvre cœur humain
    des attroupements de malades et d'infirmes devant sa porte. Des sergents de ville maintenaient l'ordre et des messieurs graves, en longue redingote noire, face rasée et lunettes, prêchaient à mi-voix ces malheureux impatients. Sans doute les malades et les infirmes se lassèrent d'attendre une guérison chimérique : on ne parle plus de la modiste guérisseuse.
        Elle doit être bien triste : Antoine de Jemeppe est mort.
        C'était une curieuse figure (dans les deux se du mot, car avec ses cheveux séparés sur le milieu du front et sa longue barbe inculte il avait l'air d'un mougick mystique) que cet ancien employé des forges de Cockerill, et de la Société des tôleries liégeoises, puis agent d'assurance qui s'improvisa prophète sur le tard. Il prétendait guérir par la prière et l'imposition des mains à la manière de Christian scientist. En réalité, c'était un spirite qui avait voulu fonder sa petite chapelle à côté de la grande Babel du spiritisme.
       Petit à petit, il attira des foules à Jemeppe. Il ne demandait rien mais recevait force offrandes volontaires. On lui construisit un temple où il prêchait (très médiocrement) et officiait. Ses adeptes adressèrent à la Chambre belge une pétition, appuyée de 60.000 signatures pour que l'Antoinisme fût reconnu comme religion par l'Etat.
        Les Antoinistes ont pullulé en ce dernières années. Ils avaient une imprimerie qui répandais dans toute l'Europe un Journal en plusieurs langues et tiré à 200.000 exemplaires. La lecture en est bien propre à guérir les malades par insomnie. Paris, en dehors de la modiste de la rue Milton, avait son cercle antoiniste, rue du Faubourg Saint-Denis, qui comptait cinq ou six cents adeptes.
        Antoine et mort d'une attaque d'apoplexie. Sa veuve éplorée va essayer de continuer son commerce. Au temple antoiniste, où le corps du Thaumaturge est exposé, l'avis suivant a été affiché :
                        « Frères,
        « Le Conseil d'administration du culte antoiniste porte à votre connaissance que le Père vient de se désincarner… Avant de quitter son corps, il a tenu à voir une dernière fois ses adeptes pour leur dire que la Mère le remplacera dans sa mission, qu'elle suivra toujours son exemple. Il n'y a donc rien de changé, le Père sera toujours avec nous ; Mère montera à la tribune pour les opérations générales les quatre premiers jours de la semaine, à dix heures... »
        « Il n'y a rien de changé » est un peu sévère pour le bon Antoine. Puisqu’il prétendait quérir par une grâce particulière, les Antoinistes supposent donc que sa veuve héritera cette grâce, et après elle le président du Conseil d'administration et ainsi de suite, tant qu'il y aura des… actionnaires.
        – Attention, disent deux banquiers de Balzac qui se promènent, nous marchons au milieu de flots d'actionnaire.
        Ce siècle qui se croit septiques a des crédulités de Mozambiques au service de tous les illuminés ou de tous les simples farceurs. On le voit bien en politique ! C'est même sur cela que repose le régime parlementaire.
                                          GEORGE DE CÉLI

     La Gazette de France, 28 juin 1912


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :