• Vichy : contenance de 3 ares 60 centiares


    Procès verbal de la Fondation d'Etablissement d'Utilité Publique, le 3 octobre 1922
    Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice ou Relatifs à ce Département. Troisième série. 1922


    votre commentaire
  •     Le culte Antoiniste existe, à Vichy, depuis 1910. La salle de lectures de l'enseignement du Père Antoine se trouvait, primitivement, rue du Bief, n°22 (aujourd'hui rue du Onze-Novembre, n°22 - A). En 1917, elle fut transportée rue Antoine-Jardet, n°1 (B) où elle resta jusqu'au 5 septembre 1920, date à laquelle le Temple Antoiniste de la rue Bargoing (C) fut consacré par la Mère Antoine elle-même.
        Le Temple de Vichy possède un Conseil d'Administration composé de frères ou soeurs, portant le costume et régissant l'Association cultuelle Antoiniste de Vichy dont les statuts ont été régulièrement déposés à la Sous-Prefecture de Lapalisse (J.O. du 24 novembre 1923). Cette association dépend elle-même de l'Union des Associations cultuelles Antoinistes, dont le siège est au Temple de Paris, 34, rue Vergniaud. Le temple de Vichy appartient à l'Union des Associations Antoinistes.
        Le Conseil d'Administration se compose de sept membres, dont un président, un secrétaire et un trésorier. Chaque année, à la réunion générale de l'Association, on procède, selon les satuts, au renouvellement d'un membre. Ce membre est rééligible.

    Antonin Mallat, Vichy à travers les âges, p.147-48
    Imprimerie Centrale Bourbonnaise, Vichy, 1934 (oeuvre posthume)

        On a ici une bonne description de l'organisation avant la reconnaissance légale du culte : petit rappel.
        En 1923, la Mère demande que soit constitué en France un organisme central propriétaire des 7 temples français. Mais selon la loi, il fallait 25 membres pour constituer une association cultuelle nationale. Chaque temple devient donc une association. En 1929, la création d'une Caisse centrale à Paris donna aux Antoinistes français une autonomie matérielle par rapport à la direction belge. En 1931, la Mère se retire complètement des affaires françaises. En 1945, les associations locales vendirent leur temple à l'Union nationale des cultes antoinistes, et en 1958, le nombre de lieux de culte ayant atteint le chiffre fatidique de 25, les associations cultuelles locales furent dissoutes. L'union se transforma en une Association cultuelle antoiniste du collège des desservants de France.
        En France, le culte de développe parallèlement aux autres religions et acquitte les mêmes impôts. Il a été régulièrement constitué comme association cultuelle, selon les modalités des lois du premier juillet 1901 et 9 décembre 1905, suivant déclaration initiale insérée au Journal Officiel du 9 février 1924. La dernière modification des statues de l'association cultuelle dite "Culte Antoiniste" a été publiée au JO du 3 Août 1988.


    votre commentaire
  •     Pierre Debouxhtay signale qu'en 1915 environ, sauf à Vichy, où l'Antoinisme s'était introduit depuis longtemps (temple consacré en 1920), le nombre des adeptes semble fort peu élevé dans la région du Massif Central (p.266). L'Unitif relate cependant "six ou sept cas de guérison" dans une famille du Puy-de-Dôme (p.172).


        Bourbonnais-Orléanais. - Quelques adeptes à Palluau (Indre), peu actifs. - Un petit groupe à Bourges, qui réclame un temple. - Une salle de lecture à Orléans, qui voudrait également un temple. - Un temple à Vichy, où le groupe est vivant surtout à la "saison". On les signale aussi à Billy, Saint-Pourçain-sur-Sioule et dans le canton de Varennes, où une dizaine d'adeptes ont une réunion tous les dimanche à 15 heures.
    C.Ch. Chéry o.p., L'Offensive des sectes, 1954, p.265

        Bourges ne verra pas de temple, mais celui d'Orléans est consacré en 1957.
        Billy est à une dizaine de kilomètres au nord de Vichy. Saint-Pourçain-sur-Sioule encore un peu plus au nord, non loin de Varennes-sur-Allier.

        Il se trouve actuellement une salle de lecture à Clermont-Ferrand, 53 ter, boulevard Lafayette : 3° dimanche de chaque mois à 15 heures ; tous les vendredis soir à 19 heures. Elle est tenue par Soeur Faverdin.


    votre commentaire
  • Adresse : 7, rue Bargoin (quartier de France) - 03200 Vichy


    Agrandir le plan

    Style : Art Roman

    Panneau : Lecture de l'Enseignement du Père, le dimanche à 10 heures et tous les jours à 19 heures, excepté le samedi. Opération au nom du Père, les cinq premiers jours de la semaine à 10 heures. Le temple est ouvert du matin au soir aux personnes souffrantes. Tout le monde est reçu gratuitement

    Temple avec photos

    Date de consécration (par Mère) : 5 septembre 1920

    Anecdote : "Il est relaté qu'en cette occasion, une adepte paralysée depuis neuf ans, venue de Vichy pour assister à la cérémonie, a retrouvé l'usage de ses membres. L'auteur, anonyme, insiste beaucoup sur le 'fluide éthéré' transmis par la Mère. La guérison obtenue ce jour-là en témoigne." (Régis Dericquebourg, Les Antoinistes, p.102)

    L'année précédente, Mère consacre le temple de Montegnée, l'année suivant, le temple de Tours.

    Un ouvrage, Vichy à travers les âges (1934) évoque le culte antoiniste : "[L'auteur, Antonin Mallat] termine son ouvrage par le culte protestant, la loge maçonnique, le culte juif, le culte Antoiniste, la taxe de séjour, l’hippodrome, les courses équestres et le concours hippique." (http://www.histo.com/quotidienne/quotidienne2/12112008.pdf)

    Les vertus des eaux thermales de Vichy étaient déjà connues des Romains et furent remises à la mode à partir du XVIIIe siècle. Les sources minérales produisent des eaux chargées en bicarbonate de sodium et en gaz carbonique ainsi que de nombreux oligo-éléments. Les curistes qui fréquentent les établissements thermaux viennent soigner leurs foie, vésicule biliaire, pancréas, estomac et intestin.
    source : wikipedia


    votre commentaire
  •     Vichy ! Une ville nette, agréable, brillante, riche infiniment des largesses intéressées de  la sensualité aux abois, de l'intempérance repentie, de l'avarice enfin châtiée. Dès la gare, un calme rayonnement de boulevards spacieux, d'ombreuses avenues. Partout des hôtels, des villas meublées, réservées aux élégants malades que travaille la vengeresse peur de la mort, laissent par leurs portes ouvertes entrevoir le luxe de leurs jardins fleuris. De porte en porte luisent les cuivres où des médecins publient leurs noms providentiels avec l'heure de leurs consultations. De place en place, de vaniteuses pharmacies exposent une multitude de panacées, sirops, pastilles, pâtes et emplâtres, illustrés de réclames tentatrices. D'un bout à l'autre, le sanatorium à la mode promet la santé, rassure, en demande le prix. La plupart des rues ont des noms de médecins distingués. Que de princes de la science, bon Dieu ! Et comme les pauvres malades, maigres, jaunes, plombés, voûtés, cassés, qui ne viennent pas à Vichy pour rire, - c'est vraiment le petit nombre, - s'en doivent réjouir... ou effrayer !
        Si les guérisons sont problématiques, certaines sont les distractions. Le casino, l'Eden-Théâtre, les concerts du Parc, le jeu, les excursions champêtres, amusent la douleur, s'ils ne la font pas oublier; surtout ils comblent les goûts de la foule opulente et oisive, qui n'est à Vichy que pour mener la vie frivole des villes thermales.
        [Après Montluçon], grande laborieuse, comme pour la soulager, Néris-lez-Bains lui réserve le repos et les soins d'une modeste et charmante station thermale ; c'est le Vichy des gens de moyennes fortunes éprouvés par les rhumatisme, la goutte, les névralgies sciatiques.

    Louis Barron, Le nouveau voyage de France (1899)
    souce : gallica


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique