• La Révélation, La non-existence du mal (p.5-6)

        Il y a autant de fluides que de pensées et toute pensée est un loi ; en vertu de notre libre-arbitre, nous manions ces fluides subtils de nos pensées et nous établissons ainsi des lois proportionnées à notre avancement ; nos pensées du bien ayant l'amour pour base, s'assimilent à un fluide éthéré et celle du mal, à un fluide des ténèbres.
        Telle est la pensée, tel est le fluide qui nous entoure. Ce fluide forme autour de nous une atmosphère par laquelle nous recevons des sensations, suivant les actes que nous accomplissons. Les bonnes pensées l'éthérisent. Étant dans les fluides célestes qui contiennent de l'amour, nous fraternisons et cette affection mutuelle nous réjouit profondément. Les mauvaises pensées nous dirigent à travers les tribulations, les vicissitudes, elles entravent l'amour et nous rendent malheureux. Plus nous sommes dématérialisés, plus ce fluide nous martyrise ; mieux correspond-il à notre nature imparfaite, moins peut-il nous affliger.

    La Révélation, La non-existence du mal, p.5-6


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :