• M. Magnette... Antoiniste (Journal de Gand 17 05 1914)

    M. Magnette... Antoiniste (Journal de Gand 17 05 1914)

    Autour du Parlement

    M. MAGNETTE... ANTOINISTE

        De ce qu’en compagnie de M. Goblet d’Alviella, vice-président du Sénat, notre ami Magnette ait déposé un projet de loi reconnaissant officiellement le culte antoiniste, les feuilles cléricales se sont empressées de conclure que le sénateur progressiste était devenu un servent disciple du père Antoine.
        Et comme il est impossible aux organes de la bonne cause de faire une constatation quelconque qui puisse à leur saint boutique, elles ont naturellement entouré cette révélation sensationnelle de commentaires pimentés d’humour de sacristain.
        Nous avons voulu en avoir le cœur net et pour rencontrer le nouveau converti sur le chemin de Damas, nous sommes allés le relancer dans la somptueuse salle de lecture du Sénat, entre deux appels nominaux.
        – Bonjour, révérend Père, avons-nous dit, en nous prosternant, accordez-nous la bénédiction de l’imposition des mains et veuillez ensuite, par la vue de l’interview, nous initier au rite dont vous devenez Grand-Prêtre.
        – Relevez-vous, mon fils, dit le pseudo-antoiniste, et écoutez ma confession.
        Puis, éclatant de rire, il s’écria : Non, mais, croyez-vous qu’elle est bien bonne !
        Puis, continuant :
        « Comme je m’y attendais, mon intervention en faveur de la reconnaissance légale du culte antoiniste m’a valu quelques horions : je les rendrai à l’occasion.
        La Métropole d’Anvers, notamment, me consacre un entrefilet assez étendu où elle essaie de me « blaguer » sur un ton ironique déguisant mal la colère du fanatique qui voit surgir un culte concurrent.
        Ai-je besoin de vous dire que, de près ni de loin, je ne suis antoiniste ? Je suis et je reste un anticlérical et un libre-penseur convaincu. J’avoue même que, malgré mes efforts, je ne suis jamais arrivé à comprendre exactement en quoi consiste essentiellement la doctrine antoiniste. C’est un mélange de lieux communs, de préceptes de morale courante et de raisonnements fuligineux, au-dessus desquels émergent d’ailleurs de très belles et nobles idées et des pensées de moralité très élevée. On peut, au surplus, en dire autant de la religion catholique : nul n’a jamais compris ni le mystère de la trinité, ni celui de la rédemption, ni d’autres encore.
        Mais, ce n’est pas une raison pour que ce culte ne soit pas mis sur le même rang que d’autres, dont les adeptes sont moins nombreux.
        Comme je l’ai dit dans une question au ministre, les principes da l’antoinisme n’ont rien de contraire à l’ordre public, au contraire, et celui qui pratiquerait les préceptes compréhensibles de l’Antoinisme serait un bon citoyen et un véritable homme de bien.
        La Métropole se gausse des antoinistes qui demandent à la foi de les guérir de certaines maladies, et elle prétend qu’ils refusent de recourir aux secours des médecins : elle n’est même pas loin de demander des mesures de rigueur au sujet de ces « homicides par omission ».
        Quelle outrecuidance !
        D’ailleurs, il est faux que les antoinistes renoncent systématiquement à l’aide médicale. Il en est évidemment qui poussent le zèle à ce point : il y a partout des fanatiques et des toqués.
        Mais, vraiment, il faut de l’audace à La Métropole pour parler ainsi, elle qui est un des organes de ce culte qui prône les infections des piscines de Lourdes et des grottes succursales ; qui encourage ceux qui vont demander la guérison des maux d’oreilles à Ste-Walburge (Ste-Bablène), des maux de dents et de la rage à St-Hubert, des convulsions d’enfants à St-Gilles « l’èwaré », qui soutient ceux qui vont prier St-Antoine à Fexhe et à Queue-du-Bois pour guérir leurs cochons et les préserver des maladies, et pour y faire bénir le pain destiné à leurs porcs. Ne sait-elle pas aussi que pour éloigner les punaises, il suffit de lire l’Evangile St-Jean dans trois coins de la chambre : elles filent par le quatrième !
        Et je pourrais continuer longtemps la liste des pratiques puériles, niaises ou nuisibles que l’Eglise catholique encourage ou auxquelles elle n’a fait qu’une résistance de parade.
        Donc, plus de modestie et moins d’aigreur siéraient à La Métropole.
        D. – Mais alors, que comptez-vous faire ?
        R. – Pour que le ministre semble vouloir demeurer dans l’inertie, il a bien fallu user de notre initiative parlementaire et déposer un projet de loi. Mon éminent collègue et ami. M. Goblet d’Alviella, a bien voulu collaborer à la confection de ce projet et le signer avec moi.
        Au surplus, le développement la religion antoiniste est régulier et constant, et des précisions seront apportées en temps et lieu.
        La Métropole pense que, si les antoinistes ne réclament aucune subvention des pouvoirs publics, c’est que l’argent des gogos leur suffit amplement pour les dédommager de leurs pratiques.
        Paroles imprudentes, car elles entrainent inévitablement cette comparaison avec l’Eglise catholique : c’est qu’à celle-ci ne suffit pas l’argent des gogos, ses adeptes, et qu’elle entend – et elle s’y entend à merveille – puiser largement dans l’escarcelle publique.
        Entre ces deux procédés, les gens raisonnables et les contribuables préféreront celui des antoinistes.
        – M’autorisez-vous à reproduire ces déclarations ?
        – Vous m’obligeriez, quand ce ne serait que pour mettre fin à une légende inepte.
        Et voilà comment, pour n’avoir pas lui-même la foi, M. Magnette ne nous a pas convertis à l’Antoinisme.

    Journal de Gand, 17 mai 1914


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :