• La 2ème guerre mondiale fut pour Hellemmes une période douloureuse. Au cours de l’offensive aérienne alliée contre les voies de communications ferroviaires, les quartiers juxtaposés de Fives sur le territoire de Lille et de la barrière de Lezennes à Hellemmes ont été sinistrés par 16 bombardements successifs. Les plus violents de ces bombardements ayant eu lieu le 13 juin 1943 et au printemps 1944
    Les objectifs visés dans cette zone étaient :

       1. Le faisceau de voies ferrées comportant le triple embranchement des lignes vers Paris, Valenciennes et Tournai
       2. Le dépôt des locomotives de Lille
       3. Les usines de Fives Lille de construction de locomotives
       4. Les ateliers de construction et de réparation de la SNCF à Hellemmes

    L’ensemble des quartiers d’habitations proches de ces objectifs groupés auprès ou imbriqués parmis les différentes installations industrielles ont largement souffert et sont détruits soit par îlots entiers soit par fraction d’îlots. La dispersion des bombes a réparti des dommages importants sur une très large superficie dans ces quartiers.

    source : http://www.hellemmes.fr/wrapper/index.php?file_wrap=histoire.html


    votre commentaire
  • (TRACT SUR L'ANTOINISME). — Je vous serais très reconnaissant de vouloir bien m'indiquer quelques brochures, dont je pourrais me servir pour étudier et combattre l'antoinisme.
        Cette secte vient d'établir un temple dans notire ville et bien des âmes faibles ne savent que répondre aux commis-voyageurs qui leur parlent de cette nouvelle superstition.

        Je crois avoir lu, peut-être dans la Revue des lectures, qu'il existe un tract sur ce sujet. Pourriez-vous m'en indiquer l'éditeur ou mieux, si je ne suis pus indiscret, m'envoyer une centaine d'exemplaires? D'avance, je vous remercie au nom des âmes à qui je pourrai ainsi rendre service.

    R. — Nous avons fait expédier le tract. On le trouve à la librairie de la « Croix du Nord », 1, rue des Sept-Agaches, à Lille (Nord).

    Revue des lectures, 1928
    source : gallica


    votre commentaire