• Marie Desart, sténographe de l'Enseignement

    En réponse à ce commentaire sur mon site le 23-05-2009
    Marie Desart  De  Thierry Renard  Sujet:  Marie Desart
    Bonjour, Je suis l'arrière petit-fils de Marie Desart, sténographe de l'Enseignement du Père Antoine. Je serais désireux d'obtenir de plus amples informations à son sujet...

    ---------->

    Voici ma réponse :

    Bonjour et merci de votre visite sur mon site.

    Je fais suivre ci-dessous les extraits de livre concernant Marie Desart, en souhaitant que cela puisse vous être utiles (retrouvez les livres dans la section bibliographie de mon site) :

    Robert Vivier, p.282 :
       "L'un après l'autre, les Vignerons [du Seigneur] entraient. Mme Elskens d'abord, puis Gony, accompagné de son ami Célestin Macot. Ensuite Martin Jeanfils, Nihoul, Hérion, Stalmans, Hollange, d'autres encore. Mme Desart arriva la dernière. Elle n'était pas grande, mais elle avait un port de tête impérieux, et ses gestes étaient empreints d'une sorte d'emphase. Mme Desart était un très bon médium. Avec elle, on ne risquait jamais de rester sans communications. Le problème de l'au-delà l'avait de tout temps intéressée, et les séances de M. Antoine lui donnaient de grandes satisfactions, bien que ce fût une rude tâche, à ce qu'elle disait, que celle du "Connais-toi"."

    Robert Vivier, p.295
    [le début du chapitre XII évoque une séance durant laquelle Marie Desart, pris par un esprit mis en garde Louis Antoine]


    Elle participa déjà certainement à l'écriture de l'Enseignement de 1905 (dont les exemplaires ont été brûlés par Louis Antoine), car le frère Delcroix y participa également et précisa que cette première mouture était l'oeuvre des Louis Antoine et plusieurs adeptes.

    Historique du Culte antoiniste, p.23
        "De 1906 à 1909, chaque dimanche de 10 h à 12 h, le Maîte expose sa Révélation et répond aux questions des assistants. Ses paroles sont retranscrites simultanément par Mamade Desart, sténographe de l'Enseignement".

    Robert Vivier, p.304
        "Le Maître commença par dire que grâce au dévouement des adpetes il avait pu atteindre un fluide plus pur, et que, si le groupe acceptait cette nouvelle inspiration, il en résulterait un grand bien pour toute l'humanité.
        "A une table en dessous de la tribune, Mme Desart était assise et prenait des notes en se servant de la sténographie."

    Pierre Debouxhtay, p.253
        "Lorsqu'en 1906 Antoine se mit à révéler le nouveau spiritualisme, des adeptes jugèrent indispensables de recueillir ses paroles afin de les annoncer "aux malheureux qui ont faim et soif de lumière divine" [l'Unitif, I, I, p.12]. Une adepte, Mamade Desart, institutrice, fut chargée de sténographier cet enseignement qui, publiée dans l'Auréole de la Conscience, fut accueilli avec enthousiasme."

    [une photo, reproduite dans Rovert Vivier, Editions Labor, représente cette scène]
    [Peut-être est-elle aussi sur la photo précédente, parmis les membres de la société spirites des "Vignerons du Seigneur"]

    cf. l'article http://www.blogg.org/blog-78129-billet-ecriture_de_l_enseignement-992179.html de mon site.

    Régis Dericquebourg, p.145
        Elle fit partie du Conseil général du culte de 1911 formé par Louis Antoine, chargé de gérer les affaires matérielles du mouvement.

    Pierre Debouxhtay, p.196
        Lors de la désincarnation du Père, une adepte raconte ses derniers moments et précise : "Tous nous comprîmes que le moment suprême de la séparation matérielle était arrivé, nous retenions notre souffle, nous écoutions avec une piété profonde les dernières paroles du Père qu'une soeur recueillait, si émue que ses mains tremblaient. Comment a-t-elle pu écrire ? Sur un chiffon de papier avec un crayon prêté, pliée, sa tête près de celle du sublime vieillard, elle écrivait sur le genou..."
    Est-ce que c'est là Marie Desart, je n'en sais rien.

    Pierre Debouxhtay, pp.310-315
        En 1922, dans le Moniteur belge, dans les statuts du culte antoiniste comme établissement d'utilité publique, on apprent que Mme Marie Scouleur, sans profession, épouse de M. Dessart, demeurant à Jemeppe-sur-Meuse, de nationalité belge, fait toujours partie du Conseil.
    En 1934, ce qui semble être son mari (erreur de la graphie dans les noms de famille, bien que la domiciliation soit différente : était-elle près de Mère pendant que son mari était adepte du temple de Seraing, c'est là des suppositions) est secrétaire du Conseil d'administration :
    Desart, François, 69 ans, sans profession, rue des Sables, 120, à Seraing-sur-Meuse


    Et bien sûr, pour avoir un aperçu de sa personnalité, vous pouvez vous reporter à la biographie du Père Antoine au début de la Révélation (qu'elle a écrit avec le frère Deregnaucourt, que vous trouvez également dans le fascicule gratuit dans les Temples Que savez-vous du culte antoiniste ?, et sur le site www.antoinisme.be) et surtout son récit de sa contribution en tant que sténographe de l'Enseignement à la fin de la Révélation.

    Peut-être d'autres lignes de sa main sont présentes dans les Unitifs, mais je n'en suis pas sûr.

    ---------->

    Photos fournies par Thierry Renard, arrière-petit-fils de la sténographe : en haut, avec son mari François, en bas, dans le temple de Jemeppe, en train de sténographier.

    Merci à Thierry Renart.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :