• Titre :     Le Maître de la Grande Pyramide annoncé par le langage des pierres. 153 clé de l'énigme ; démonstration scientifique et morale des deux passages du Sauveur de la Race Humaine
    Auteur :    Vital Coutin
    Editions :    Paul Leymarie (Directeur de la Revue Spirite et occultiste éminent), Paris, 1937

        Ce fascicule est écrit en se basant sur le livre de Georges Barbarin (1882-1965), Le Secret de la Grande Pyramide (1936, le plus grand tirage de l'auteur avec L'Enigme du Grand Sphinx)(signalons que le même auteur a écrit un livre sur la Guérison par la foi en 1955, dans lequel il évoque la Christian Science mais pas l'Antoinisme).
    Voici comment Georges Barbarin présente son ouvrage :
        « On a d'abord cru que la Grande Pyramide [dite de Koufou] n'abritait qu'une chambre funéraire.
        « Puis on a découvert qu'elle contenait, sous forme de mesures précises, la solution de certains des plus grands problèmes astronomiques, géométriques et géodésiques de tous les temps.
        « Enfin on s'aperçut qu'un lien étroit existait entre les mesures intérieures et les mesures extérieures de l'édifice et que le système de couloirs renfermait une chronologie géométrique des dates les plus importantes de l'histoire de l'humanité.
        « On verra dans ce livre que la Grande Pyramide non seulement représente la science d'une grande civilisation pré-biblique depuis longtemps disparue, mais encore porte en elle la marque d'un savoir surhumain. »
        Et ce savoir surhumain livre une partie de son secret grâce aux analyses de l'auteur. En particulier, Georges Barbarin nous montre comment a pu être érigée cette construction colossale qui défiait les techniques humaines de l'époque, et comment ses prophéties inscrites dans la pierre nous concernent encore aujourd'hui.
    Source : J'ai Lu [http://www.bibliopoche.com/livre/Le-secret-de-la-grande-Pyramide/11118.html]
    cf. également [http://www.georgesbarbarin.com/GB10%20LE%20SECRET%20DE%20LA%20GRANDE%20PYRAMIDE.htm]

        S'appuyant sur les Allégories égyptiennes et évangéliques, l'auteur prouve, car "tout y est voulu et ordonné depuis 5.000 ans et que les événements se déroulent avec précision", que le Maître de la Grande Pyramide, l'Esprit de Vérité, le Sauveur, le Prophète pour notre époque est le Père. La Pyramide signale qu'il devra être né en Europe, et donne les chiffres suivants :
    1er passage (le Christ)        2e passage (le Père)
        3996              Naissance            1844
          27        Vie prophétique            1888
                               et                    1909   
          30               Décès                 1912

        Le Père est né en 1846, car en fait 1844 est le début de l'ère durant laquelle le Retour du Sauveur est annoncé. Cette ère se termine en 1909, année où devra commencer le Second Enseignement du Sauveur, le Christ et le Père étant le même.
        Le nombre 153 se retrouve dans l'Evangile de Jean ainsi que comme référent dans la Pyramide.
        L'année 1936 est le retour à la Vraie Lumière : puisque le 44e temple antoiniste fut consacré en 1935, et qu'en 1936 le desservant du temple, l'auteur du livre, proclame la découverte du Maître de la Grande Pyramide. Il a alors 63 ans.
        Les prédictions de la Pyramide s'arrête pour l'année 1953.
        Une version plus complète de 1940, intitulée Le Sauveur de la race humaine, Annoncé par la grande pyramide, les textes égyptiens et les Évangiles avec preuves à l'appui a été distribuée à certains desservants.
        Ce livre annonce le retour du Père, étant le deuxième messie pour l'année 1945, mêlant dans ces calculs divers livres saints, ainsi que des dates de la vie de Louis Antoine et de la propre vie de l'auteur (l'année de sa conversion à l'antoinisme, celle de son acquittement par le tribunal de Chambéry, celle de la publication de son livre, le chiffre 44, puisque le temple de Saint-Etienne était le 44e temple antoiniste).


    votre commentaire
  •     Having propounded all these questions to dear Mrs. Nucci, many of them pussling her in the extreme, she handed me twelve little booklets, a year's monthly publication of MR. Antoine's teachings bearing the title of "L'Oreole de la Conscience." "The Aura of Our Conscience." I took the little
    [p.50]
    books home and commenced to study them. At first I was a little disappointed? The literary style was so different from any works I had perused on similar subjects, in fact there seemed to be no literary style or pretense to any literary merits at all, in the exposition of the philosophical and moral truths these booklets were intended to reveal. However, as the suject treated therein was of the utmost importance I buckled to the task, and soon found myself rewarded by the discovery that these insignificant loking little yellow covered pamphlets were simply a collection of precious moral jewels, to those who could read between the lines, ponder and reflect. And after having perused these booklets, pondering over their contents, reflecting on the importance of their teachings, I found myself meditating and reaching the following conclusions. The main Moral Jewels found in the booklets are the following:
        "Yes, for twenty centuries, and perhaps many centuries before that time, the world has been proclaiming those great and sacred moral precepts 'Love ye one another,' and 'Do unto others as you would have others do unto you.' And still, after this immense lapse of time, during all these centuries that have seen these precepts preached, we are forced to the sad conclusion, that we do not 'Love our Neighbor,' that our Neighbor does not Love us, and moreover, that we constantly do unto others that wich we would not wish others to do unto us."
        "Why is this?" we asked in great earnestness.
    [p.51]
    Then we remembered these very teachings that were given in the churches, temples, and mosques, in a monotonous voice, week after week, without enthusiasm, as the fulfilment of a mere duty - simply giving out these great moral precepts, as a cold matter of fact implying that their mere utterance was simply to convince the world of their sublime truths, that humanity would bow to them in obedience and thus bring the millenium upon earth with ease, without worry, and without exertion.
        Now, this would all have been very well, if there had been no antagonism in the field whose deepest interest lay in preventing the putting into actual practice of the sublime truths. But this antagonist was there and is there today, more powerful than ever in the past, and keeps us in his claws, and that antagonist is none other than ourselves, our animal selves, the beast within us, as Mrs. Stern of Paris so tersely states in one of her beautiful books.
        The sublime and moral truths above referred to are appreciated to their full value by our higher self, by the angel within us ; but it is to our material body that is given the tasl to put into practice in our daily lives, these sublime truths. It refuses, however, to obey the command of our higher self, it being to the interest of our body, the beast, to oppose this command in order to be able to satisfy its earthly passions, gratify its lower senses, and this cannot be done by obeying the command of the Angel within us. The Angel command is to apply the sublime moral truths cited above to our every
    [p.52]
    day life, to conform our every act to their precepts.
        It fact, our whole live consist in a battle, more or less earnest, more or less sincere, according to the greaer or less dregree os advancement of every individual man - yes, a battle between the Angel within us who points upward, and the beast, large or small which every one of us conceals within his breast, whose constant endeavors are to pull us earthward, downward.
        The inestimable merit of the doctrine of Mr. Antoine, as revealed in the booklets, consists mainly in giving a complete analysis, in laying bare the wiles and stratagems of our lower self for conquest, and on the other hand, in indicating most practically, - although in a deeply philosophical way, the many moral and spiritual means we have on hand always to help us overcome our ennemy ; and Antoine is unique at indicating in detail and in the most practical manner, the way we should call these helps and means to our assistance in evolving our daily spiritual lives.
                 "La Foi"  Faith
        "Faith is the greatest remedy for man's ills" he says.
        The inscription on the front page of his booklets commence thus:
        "The only remedy which can heal humanity is Faith," and from perusing his instructions, I should surmise, that he means the healing of moral and spiritual sickness as well as the illnesses of the human body.
        FAITH in God and Faith in Antoine and his
    [p.53]
    powers seems to be the absolute essential for obtaining a cure.
        Faith, seems to build the only bridge upon which he can approach he sick: a fluidic link between the healer and his patient. The stronger the Faith, the easier and the closer he can approach the sufferer, form a spiritual diagnosis of his case and direct the true spiritual force and to heal him - the absolute confidence and certitude in the sufferer that only Mr. Antoine not only can but will heal him is the nearest approach to and is conducive to that Faith which lies yet deeper in the human soul.
        "FAITH," says the Master, "Is an experience acquired by belief. Any one possessing this Faith controls the future - and instinctively walks life's true path guided solely by the influences of his higher conscience."
        "Faith," in its true sens or understanding deals only with the moral laws and their faithful and unceasing application to daily practice in our lives.
        "FAITH," misunderstood or blind faith, imagines somewhere a land os eternal bliss, and it is in the hope of attaining this land of bliss that one mutters long prayers and orations
    .   "Our FAITH is proven by our virtue alone."
        "FAITH is a power acquired by experience. It enlightens us in all that is in the universe. Through Faith we may inderstand spiritual things, and our thought may feel and touch them as our hand deels and touches a material body.
        "Moral endeavors gradually brings us to FAITH." FAITH, as announced by Antoine is an unbounded
    [p.54]
    faith in a universal Provindence, a loving, guiding influence ever tending to direct man in the true paths of live, an unseen but always active ure within man to elevate himself through the steady practice of the moral law, to be standard of spirituality always growing in power, as he gradually abandons purely material activities. Man may thus attain to that elevation of Spirit where all is hamorny within, where all is hamorny whiout, harmony with God and all existences in the Universe. This supreme Harmony is presided over with and by
                 LOVE by MORAL LAW
        "LOVE IS GOD," says Antoine.
        GOD being everywhere, love is everywhere manifest. It exists in all creations from the minutest atomic existence to God Himself. To be in harmony with that love is or duty, our destiny. All existences, through the ever active urge of Supreme Providence, live in harmony with this love. Man alone, being endowed with a free will, may disregard this inner urge of Providence and live a life of inharmony by disobeying the dictates of moral law. The man who obeys these moral laws and lovingly puts them into practice in his every day life, is in harmony with God, with his fellow men, with all creations and existences on this planet, and also must be in harmony with the Universe. The soul of this man is healthy, and according to Antoine's Revelations "When the soul is healthy it takes good care of the body it inhabits, and this body may never know illness."
    [p.55]
        Putting these into constant practice the precepts of the moral law through love is the gist, the core, the heart of all Mr. Antoine's teachings, as it leads to that greatest of attainments: the formation of a healthy Soul.
        "If we have our doctrines at heart," he proclaims to his followers, "We will never cease comparing its teachings with our acts and see whether they harmonize."
        "Love is obtained only through good actions, good deeds."
        "When Love does not preside at charity, charitable actions only benefit the receiver. It leaves the donor without any merit.
        "When we give without love, the sacred fire is absent."
    -------
        This saying of Antoine's brings to memory an incident which struck me forcibly at the time as being an example of the doctrine of the love the Master promulgates.
        I was visiting a very rich gentleman who receives a quantity of letters every morning for assistance. The secretary who opened all these letters communicated the contents to him. He answered briefly in these terms, his words being dry. "Give thirty francs to this one, ten francs to that one, forty to that one."
        One letter was very pathetic. It came from a poor widow with several children, in absolute distress through no fault of her own. The gentleman listened carefully, it is true, but without uttering
    [p.56]
    a single word of compassion or sympathy, ordered his secretary dryly, "Give her fifty francs."
        How different the feelings that controlled the dry words of the strict business man with those overwhelming the heart of Mrs. Nucci [who intercepted the Master for the sicks] when she enjoyed the many luxuries given her when for an entire week she delighted in the perfume of the cooking and re-cooking of the ox head.
    ------
        According to Mr. Antoine, all these gifts, given with a dry heart, bring no benefits to the giver. "Love and compassion must preside over all charities," and they were conspicuously absent in the donations of the above mentioned gentleman.
        When you meet an occasion for Charity, it is absolutely necessary to follow your first impuse," says the Master. "The first impulse is always one of sympathy, which is a derivative of love." The second thought is begotten through a sense of prudence, of caution, lest our charity might be worthlessly bestowed. The charity given after this second thought, is void of love; pridence is prevalent ant takes the place of Sympathy - such charity is no moral to the giver."
        After reading the above sentence and having meditated upon its deep significance I could not help comparing it to our dry business principles its very opposite, but equally true however in its own field of application. It says, "Never let impulse but reason guide your actions." So then the motive power of our actions in life may be entirely antipodal acording to the source orginating them; whether they emanate from our lower self the ma-
    [p.57]
    terial man, or from our higher self the man spiritual. Both are evidently right in their own particular sphere. Love and spontaneity springing from the heart in one case, prudence and caution emanating from the brain in the second case." But how true and profound these precepts are, and how earnest we must be in the application in our every day life of the first, the higher principle. Charity it not limited to material donations, but to gifts of the spirit such as imparting moral counsel and spiritual advice, divine teachings, and many other activities in the soul realm! "In remaining obedient to the councel of prudence, we gradually become diffident and lose that divine treasure, the sacred fire of LOVE and FAITH," proclaims the Master, for LOVE and FAITH lead man to Light, to illumination. All true knowledge emanates from these two cardinal virtues... Intelligence gives us the knowledge of things material, and to it are due the wonderful manifestations of the industrial and commercial worlds. LOVE and FAITH give us the true anderstanding of things spiritual, the purpose of creation - the role man is assigned to play in it. FAITH lays open before us the ways and means to constantly better ourselves morally. Love and FAITH, united, bring us ever nearer to God, which means ever nearer to Omniscience, to Omnipotence! All knowledge and all power lays the evolution of all men!"
        There exists in the instructions given by Mr. Antoine, a series of precepts, which at first, are
    [p.58]
    perhaps a little staggering to the man of the world, as this man is today. One os these precepts, also printed on the fronted page of his booklets, reads:
        "FAITH is born of LOVE; that kind of Love which convince us that God dwells in our very ennemies ; hence not loving our ennemies is not loving God ; it is the Love we have for our ennemies that renders us worthy of serving Him ; for that Love is truth in its very essence, for it is purity itself."
        I had been told repeatedly by Mrs. Nucci that Mr. Antoine, before he secluded himself in his temple, had been a simple mechanic, with but a common education, and here he set forth a precept of the highest philosophical and scientic import of recent discovery and accepted only by the higher evolved minds: the Universality of Life, the Immanence of God in all that is -
        It is true that Antoine, in one of his revelations already cited, promulgates: "Faith enlightens all that is. Through FAITH we may understand things spiritual, and our thoughts may feel and touch them as our hands feel and touch a material body." This statement certainly is in full accordence with the sacred scriptures.

    Albert van der Naillen, Revelations given to the world by Antoine, pp.49-58
    The Park Printing Co., Oakland, Cal., 1927


    votre commentaire
  •     Depuis longtemps, la curiosité me tentait d'aller voir le faiseur de miracles de Jemeppe dont on parle tant, le fameux Antoine, célèbre dans toute la Wallonie, et fondateur d'une religion nouvelle, l'Antoinisine (1).
        Ancien ouvrier mineur, après avoir passe toute sa jeunesse et presque atteint sa maturité au fond des bures noires, Antoine, soudain, après un deuil qui le frappa cruellement, parait-il, se voua tout entier au Dieu des catholiques, fit pénitence et se déclara, un beau jour, touché de la grâce et investi du pouvoir d'opérer des guérisons miraculeuses.
        Les foules affluèrent dans la petite localité industrielle de Jemeppe-sur-Meuse ; Antoine parlait, « opérait » et gagné bientôt lui-même par la foi qu'il avait fait naître dans ces âmes simples et superstitieuses, il finit probablement par être convaincu de sa puissance surnaturelle ; il est devenu une sorte d'illuminé qui
    passe sa vie à s'imposer de perpétuelles privations, de constantes pénitences, afin de maintenir en lui l'état de grâce qui lui permet de remplir la mission dont il se dit investi par le Dieu lui-même auquel il croit.
        Un de ces jours derniers, l'occasion m'étant offerte d'accompagner à Jemeppe de purs croyants en la double religion catholique et antoiniste, je partis...
        Le temple qu'Antoine s'est fait construire, flambant neuf, décoré de vitraux ou le pâle soleil d'un matin d'hiver allumait des flammes claires et fantastiques, a été ostensiblement bâti sur le plan général des autres maisons où l'on rend un culte à une divinité quelconque ; et, ce qui complète encore sa ressemblance avec ces établissements plus ou moins orthodoxes, c'est la bande de mendiants qui l'entoure. D'ailleurs pour que nul n'en ignore, sur le fronton de la façade on lit, écrits en grandes lettres d'or, ces mots qui vous laissent quelque peu rêveurs :  « Culte antoiniste ». A l'intérieur du temple, ces mêmes mots se retrouvent gravés au fond de ce qu'on appellerait le choeur dans une église ordinaire, et, au-dessous, vous pouvez lire l'exposé de la doctrine d'Antoine, ainsi résumée à peu près : « C'est la foi qui sauve. Aimez Dieu, et, pour être digne de Lui, aimez vos ennemis même ; l'amour et la foi guérissent tous les maux ».
        Dans le temple, circulent par moments des femmes vêtues d'un uniforme noir, rappelant la robe des religieuses, et coiffées d'une sorte de petit bonnet noir ; ce sont les Dames du culte et je n'ai pas été peu étonnée en reconnaissant parmi elles, la femme d'un avocat liégeois, accompagnée de sa jeune fille de 15 ou 16 ans, vêtue, elle aussi, de l'austère robe noire, et aidant sa mère dans sa tâche mystique...
        Les portes du sanctuaire s'ouvrent à 9 heures, mais le maître du lieu ne paraît qu'à 10 heures : le public, qui s'amasse peu à peu au rez-de-chaussée et sur le balcon qui forme pourtour, à donc le temps de se recueillir en attendant l'apparition du dieu. — Car, puisqu'on lui rend un « culte », c'est bien un dieu, n'est-ce-pas ?
        En l'attendant, l'ordre et la discipline sont maintenus par une préposée au silence, vêtue plus austèrement encore que les Dames du culte, et dont la figure revêche et l'aspect glacial conviennent admirablement à son rôle de cerbère féminin.
        Quand la salle est à peu près pleine, un gardien annonce que le livre où est exposée la doctrine antoiniste est achevé et qu'on peut se le procurer dans une maison voisine du temple.
        Puis, une sorte de petit-frère laïc gravit une estrade placée juste sous la tribune qui sert de chaire de vérité, et après avoir longuement médité, prononce les paroles sensationnelles que voici :
        « Mes frères ! Notre Père entre à 10 heures, monte en chaire, mais il ne parle pas ; il se recueille, puis il étend la main : à ce moment, commence l'opération qui ne dure qu'un instant... Notre Père ne fait plus d'opérations particulières ; il fait une seule opération générale sur tous les malades réunis dans le temple. Les personnes qui ne peuvent se déplacer sont libres de se faire représenter par une autre, qui a foi en notre Père ; et celles qui désireraient une consultation particulière, pour un conseil, pour une contrariété ou une maladie, s'adresseront à une Dame qui remplace notre Père ; si elles ont foi en lui, elles seront satisfaites par l'intermédiaire de cette dame aussi bien que par lui-même. » (2)
        Ce petit discours nous apprend donc trois choses : d'abord, que l'on appelle Antoine « Notre Père » — je n'ai pas vu l'orthographe du mot, mais je suppose bien qu'il s'écrit avec un grand P ! — puis, qu'il s'est facilité la besogne depuis quelque temps en n'opérant plus en particulier ; et enfin, qu'une tierce personne peut, en son nom, opérer des miracles... Jésus-Christ lui-même n'avait conféré ce précieux pouvoir à aucun de ses disciples bien-aimés, du moins pendant sa vie...
        Durant ce boniment, je regardais, intéressée, le public attentif. Toutes ces petites gens, ouvriers, femmes du peuple, vieillards misérablement vêtus, portaient à la face le stigmate d'une tare physique quelconque ou de la misère noire. Ces faces abruties par les privations, l'ignorance, la maladie, l'alcoolisme peut-être, en un mot la vie morne et misérable que mènent ces pauvres gens, me faisait pitié. Rien ne parlait dans ces figures fermées, sans aucune lueur d'intelligence ni de joie ; et une sourde colère me prenait contre cet Antoine qui leurrait d'espoirs faux ces malheureuses créatures, exploitant, pour s'en faire une auréole de gloire et d'humanitarisme, la foi naïve et facile de tous ces illettrés, avides d'un peu de consolation...
        Mais soudain une porte s'ouvre, un petit vieillard maigre à longue barbe grise apparaît, tout le monde se lève ; Antoine — car c'est lui — fend la foule d'un pas hâtif et monte à la tribune... Sa mince figure pâle d'ascète pénitent s'éclaire à peine de deux yeux cachés sous la broussaille des sourcils ; la longue redingote noire, boutonnée de haut en bas, lui donne un air de pasteur protestant. II demeure quelque temps immobile, les regards levés vers le ciel, puis il étend la main, comme la tantôt annoncé le barnum de la maison, et au bout de quelques secondes, il prononce d'une voix claire et grêle de fausset : « Fini ! » Le petit-frère laïc dit à son tour : « Mes frères, l'opération est terminée. Vous pouvez vous retirer. Ceux qui ont foi en notre Père sont satisfaits. »
        Ceux qui ont foi ! Ah ! je puis dire que je l'ai vu luire, la foi ardente, la foi qui veut croire en vers et contre tout et tous, dans ces centaines de regards rivés sur Antoine en extase ! Les mornes visages de tantôt se sont transfigurés comme par miracle, dès l'apparition du vieillard. Un espoir frémissant, une foi profonde et fervente, ont soudain éclairé d'une flamme brillante et chaude ces faces ravagées
    par la douleur.
        J'ai vu des mains se joindre dans une ferveur de prière et d'espoir que j'ai sincèrement enviée ; j'ai vu des lèvres remuer en prononçant des mots inentendus, mais que l'expression du regard trahissait passionnément croyantes et suppliantes tout à la fois ; j'ai vu, enfin, s'accomplir un miracle : celui de transformer une foule abêtie et sans aucun élan, en un peuple illuminé d'enthousiasme et d'espoir !
        Et quand Antoine n'opérerait que ce miracle-là, — j'en conviens à présent que j'ai vu la joie extatique irradier les prunelles un instant auparavant endormies et sans éclat — il aurait déjà bien mérité de l'humanité souffrante !
        Mais il en accomplit d'autres, du moins son fervent public en est persuadé, et n'est-ce pas l'essentiel ?
        Comme l'heure du train était éloignée encore et que la neige nous fouettait rageusement le visage, nous étions entrés dans un café voisin, où j'avais vu ramener à califourchon sur le dos d'un homme complaisant, un malheureux estropié. C'est un jeune homme de 24 ans, paraît-il, qui n'avait jamais marché, et qui, depuis sa première visite à Antoine au mois de décembre dernier, a senti peu à peu la vie renaître et le sang circuler dans ses jambes immobiles et ses pauvres pieds difformes, et s'est mis progressivement à les remuer de plus en plus.
        Je l'ai vu faire dix pas dans l'étroite salle du cabaret où son frère aîné racontait son histoire ; il marche en titubant, en se tenant aux meubles. il perd l'équilibre des qu'il est abandonné à lui-même ; il est probable que jamais il ne pourra faire davantage, et les sceptiques de mon acabit sont persuadés que s'il parvient à a accomplir ce prodige de se tenir debout et de remuer les jambes pendant quelques minutes, et en se donnant un mal infini, c'est par je ne sais quel phénomène d'auto-suggestion et de volonté maladivement exacerbée par sa foi ardente en la puissance surnaturelle d'Antoine le Guérisseur.
        Mais qu'importe, puisque aussi bien la science humaine de tous les Esculape a été impuissante à lui procurer cette joie et cet espoir insensé de marcher un jour « comme tout le monde », ainsi qu'il le dit lui-même dans sa naïve et fervente admiration pour celui qu'il considère déjà comme son sauveur. Qu'importe que son état demeure stationnaire, puisque la guérison complète par les méthodes rationnelles est impossible, — si, au moins pendant quelques mois de sa vie monotonément désespérée, il a vu luire à l'horizon l'aube de la divine Espérance, qui a fait briller sur le désert morne de son existence sans illusion, la jeune et fraîche lumière d'une oasis où il s'est un moment reposé de toutes ses souffrances.
        Aussi bien, que sait-on ?
        En revenant vers la petite gare de Jemeppe, mon irritation était tombée ; et je songeais à tout l'inconnu de la Vie, à tout le mystère insondable des forces occultes et des puissances surnaturelles dont se disent investis quelques êtres illuminés, et que nous nions, nous, évidemment, dans l'intransigeant orgueil de nos connaissances positives et scientifiquement démontrées, mais auxquelles tous ces humbles du temple antoiniste croient avec une foi naïvement émerveillée... Et je me rappelais qu'à en croire les Chrétiens, les miracles accomplis par le Christ se seraient presque tous réalisés chez les modestes du monde — et c'est justice, puisque ceux-là souffrent et n'ont d'autre joie, d'autre consolation, que celles de leur foi ardente et enthousiaste...
        Au surplus, encore une fois, nous ne savons rien ; les mystères de la télépathie, terrestre ou extra-terrestre, qui ont engendré tour à tour le magnétisme, le spiritisme et toutes les théories tendant à formuler les lois obscures qui fixent les rapports des âmes, nous sont encore presque complètement fermés ; à près de quatre siècles de distance, la plus élémentaire sagesse nous ordonne de répondre à toutes ces questions troublantes par les mots prudents et doucement sceptiques de Montaigne : « que sais-je ? ».

            Hélène Defrance

    (1) Cette religion a déjà, paraît-il, plusieurs centaines de milliers d'adeptes convaincus et fervents. Nous reproduisons à la suite de notre article, à titre de document assurément officiel, la lettre écrite par M. Deregnaucourt au journal La Meuse qui l'a publiée dans son n° du soir, 8 décembre courant, et où le président du Comité du « Temple antoiniste » expose les progrès rapides de cette religion, et appuie la demande adressée au Gouvernement Belge par 16o.ooo adeptes qui demandent la reconnaissance officielle du « Culte Antoiniste ».
    (2) Selon les uns, cette dame est la femme même d'Antoine ; selon les autres, ce serait une Dame du Culte.


            L'Antoinisme.
        Antoine-le-Guérisseur, de Jemeppe-sur-Meuse, et ses adeptes, viennent de déposer sur le bureau de la Chambre des représentants, une pétition qu'ils adressent au Roi et aux Chambres pour demander la reconnaissance légale du culte antoiniste. Cette pétition est signée par 160.000 adeptes d'Antoine, tous Belges et majeurs.
        Les progrès rapides de l'antoinisme en Belgique et en France tiennent du prodige. La religion nouvelle, fondée à Jemeppe-sur-Meuse depuis quelques années, compte aujourd'hui plusieurs centaines de milliers d'adeptes. Tous les Liégeois connaissent le temple de Jemeppe-sur-Meuse, dont la gestion matérielle appartient à un Comité de neuf membres dont j'ai l'honneur d'être le président ;  dont M. Delcroix, professeur à l'Athénée Royal de Liège, est le secrétaire, et dont M. Delaunoy, lieutenant d'infanterie à Bruxelles, est le trésorier. D'autres temples vont être érigés, notamment à Bruxelles et dans le Hainaut, aux frais des adeptes. Le Nord de la France se convertit rapidement à la religion nouvelle. II y a un millier d'adeptes à Tours, autant à Vichy, autant à Nice et à Monaco. Un adepte de l'Isère fait construire, au Touvet, un temple sur le modèle de celui de Jemeppe.
        II s'agit donc là d'un mouvement religieux très sérieux. Mais il faut assister aux exercices du culte, au temple de Jemeppe-sur-Meuse, pour se convaincre du grand sentiment de piété qui anime les adeptes. Les lundi, mardi, mercredi et jeudi de chaque semaine, le Maître opère sur tous les malades réunis dans le temple. C'est à peine si l'édifice peut contenir la foule recueillie. A dix heures, Antoine entre dans le temple, monte en chaire et l'opération s'accomplit devant environ deux mille personnes debout qui attendent, du Maître, avec une ferveur inexprimable, la guérison de leurs souffrances morales ou physiques. Tous les dimanches, à dix heures, un adepte donne lecture d'un chapitre de l'Enseignement. C'est la même affluence et le même recueillement.
        Si Antoine le Guérisseur et ses adeptes demandent la reconnaissance légale de leur culte, ce n'est pas pour obtenir des subsides ou la rémunération de ses ministres. L'antoinisme est basé sur le désintéressement le plus absolu, mais nous vivons sous une législation qui confère aux cultes reconnus par la loi de très grands avantages. Jusqu'ici, seuls les cultes catholique, protestant et juif ont demande et obtenu la reconnaissance légale et joui des avantages afférents à cette reconnaissance.
        L'antoinisme a les mêmes droits de jouir de ces avantages.
        Le plus grand de ces avantages est d'assurer l'existence légale des édifices consacrés aux cultes. Dans les cultes reconnus, les fabriques ou consistoires ont la personnification civile, peuvent recevoir des dons et legs : ils sont propriétaires des églises, temples ou synagogues. Il n'y a plus de transmission de propriété à effectuer, plus de droits de mutation ou de succession à payer. La reconnaissance de l'antoinisme aura donc pour effet d'assurer l'existence légale du temple de Jemeppe-sur-Meuse et des autres temples qui seront érigés ultérieurement.
        Cette considération suffit pour démontrer l'intérêt que les 160.000 signataires de la pétition ont à voir la Chambre des représentants et le Sénat accueillir leur demande et voter une loi qui assimilerait l'antoinisme, quant à la reconnaissance légale, aux cultes catholique, protestant et juif.
        Nous ne voyons pas, d'ailleurs, qui pourrait s'y opposer. Le droit des antoinistes est évident et qui voudrait prendre la responsabilité d'un véritable déni de justice ? Ce ne seront certainement pas les catholiques de la Chambre, qui doivent être heureux de constater cette renaissance du sentiment religieux dans notre pays. Et quant aux libéraux et aux socialistes, nous savons qu'ils sont, comme nous, partisans de la séparation de l'Etat et des Eglises ; mais tant que nous vivons sous la législation actuelle, voudront-ils refuser à l'antoinisme les avantages que la loi confère aux autres cultes ? Nous ne pouvons pas le croire et nous sommes convaincus que tous seront d'accord pour voter la loi demandée.
        Et ainsi seront réalisés les voeux du saint de Jemeppe-sur-Meuse, devant qui tous doivent s'incliner avec vénération. N'est-il pas la plus grande force morale qu'il y ait au monde ?
            DEREGNAUCOURT.


    votre commentaire
  • Auteur :     Jean-Marie Defrance
    Titre :     L'Apôtre de Jemeppe et sa Révélation
    Editions :     Editions de l'Onde, 1932


         Le livre dont il est question a été publié en 1932 par les Editions de l'ONDE. Il n'est plus trouvable qu'en bibliothéque ou chez les bouquinistes (actuellement, il est en vente par un particulier sur e-bay).
         Vous verrez ci-dessus la présentation de la couverture. On remarque que l'auteur a repris, en gros, l'emblème du Culte.
         Du point de vue du style, on peut regretter l'usage d'une certaine grandiloquence, souvent inutile.
         Toutefois, l'auteur fait malgré tout montre d'une recherche personnelle et manifeste un effort certain pour faire comprendre les notions philosophiques de base de l'Antoinisme.
         Nous reviendrons, dans les jours qui viennent sur diverses démonstrations portant sur l'intelligence, la vue du mal, la résistance au mal, le désintéressement, la solidarité.

         Je donnerai simplement quelques exemples du style :
        "Le culte était sorti du coeur pour se développer dans l'esprit, l'intelligence avait dominé la conscience et les âmes matérialisées ne connaissaient plus les joies du pur invisible.
        ''Un simple !'' s'écria le plus âgé des compagnons. ''
    Un simple pourra seul nous sauver; il viendra éteindre notre orgueil et notre  avidité!''"
         On aura facilement compris, plus loin, que ce "simple" est sûrement le Père ANTOINE, bien que cela ne soit nullement dit nulle part dans le texte.
          Plus loin : "J'étais au sommet du rocher lorsque j'ai cru entendre: '' Elève-toi tant que tu voudras, tu ne trouveras pas le Divin dans la solitude''. Alors je suis descendu vers le pays des Eburons pour aller chercher le Graal dans le coeur de mes frères."
         Le "pays des Eburons", c'est bien entendu la région liégeoise, le pays berceau du Père ANTOINE.
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  • Auteur :    Léon Meunier
    Titre :     Essai de Catéchisme – Philosophie générale de l’Univers et de la Vie
    Editions :     éditions de la Revue Les Humbles, Paris, 1918 - Broché, 14 cm x 19 cm, 34 pages

        C'est l'auteur de ...et la Lumière luit dans les ténèbres (1923). Il semble donc que l'auteur est venu à l'Antoinisme par le Spiritisme.

    Dans la Chronique de Georges Palante du 16 novembre 1919, on lit :
        Le besoin ne se faisait peut-être pas vivement sentir d'un Essai de Catéchisme. Opposer au catéchisme catholique un catéchisme laïque, antoiniste et tolstoïen, à quoi bon ? Si ces notions d'incarnation, de rédemption, de péché, de purgatoire, d'épreuves, de salut, etc., sont des illusions saugrenues, à quoi bon les transposer en une néo-mystique aussi arbitraire et pas beaucoup plus intelligible que l'autre ?
    Mercure de France, Revue de la quinzaine, 16 novembre 1919, p.323

    Autre recension :

    Léon Meunier - Essai de Catéchisme  (Le Populaire 15 sept 1918)

        On me demande de dire quelque chose d'un petit Essai de Catéchisme, signé Léon Meunier, que viennent de publier les Humbles. Le mieux que je puisse faire, c'est d'exhorter ceux de nos camarades qui ont des préoccupations, ou, si l'on veut, des inquiétudes d'ordre spirituel, à lire cet opuscule. M. Meunier a tenté de donner, sous la forme pédagogique du catéchisme, « une interprétation idéaliste du monde, un système autre que le système catholique fondé sur des motifs propres à élever l'âme sans offenser la raison. »
        Un fait est certain : les religions traditionnelles, historiques, « ne répondent plus, comme dit Maeterlinck (1), aux grandes questions de l'humanité. » Ce qui est également certain, c'est que, Jaurès l'a dit quelque part, les hommes de notre temps et le socialisme lui-même ont le droit de s'élever jusqu'à une conception métaphysique du monde... Le système de M. Meunier donnera-t-il satisfaction à ceux d'entre nous qui cherchent une réponse plausible aux énigmes de l'univers – y compris celles de l'âme humaine, les plus énigmatiques de toutes ?
        Que dis-je ? Où suis-je ? Où vais-je ? Et d'où suis-je tiré ?
        Dans quels climats nouveaux, dans quel monde ignoré
        Le moment du trépas va-t-il plonger mon être?...
        Que ne préparez-vous, abîmes ténébreux ? (2).
        J'ai trouvé les réponses de M. Meunier à ces questions assez vagues et peu pertinentes. Il y a dans son essai de système, un mélange confus de christianisme évangélique, de déisme, de théosophie. La foi qu'il enseigne a je ne sais quoi d'abstrait, de dépouillé, de cadavérique : c'est un intellectualisme morose qui n'intéresse que l'esprit. Je ne suis qu'un agnostique, résolument arrêté au carrefour de l'inconnaissable, mais il me semble pourtant que les hommes vraiment religieux possèdent une foi autrement vivante et exaltée... Il y a quelques années, une amie, « socialiste chrétienne », me remit l'Essai de catéchisme évangélique de M. Wilfred Monod, le pasteur protestant bien connu ; et je fus précisément frappé de ceci : c'est que le christianisme, pour certaines âmes, est une fermentation de vie spirituelle, une explosion du cœur, et non un assemblage de formules décolorées par le temps.
        L'opuscule de M. Meunier est tout de même une tentative honorable pour appeler les esprits à la méditation des problèmes éternels. Il reste à écrire, à l'usage des enfants – et des hommes – un petit livre contenant les réponses qu'ont faites à ces problèmes les prophètes et les penseurs de tous les temps et de tous les pays, – une petite histoire de l'humanité religieuse. Qui l'écrira ?

                                           Amédée DUNOIS.

    (1) L'« Intelligence des Fleurs ».
    (2) Voltaire.

    Le Populaire, 15 septembre 1918


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique