• Affiche annonce de la Fête du Père (vers 1930)


    votre commentaire
  • Anniversaire du Père Antoine (Paris-soir, 25 juin 1926)


    votre commentaire
  • Comoedia - 26 juin 1926 - Paris, rue Vaugirard

     

    L'antoinisme.

            Il ne s'agit pas ici de théâtre, mais du culte que quelques hommes consacrent au père Antoine, cet ouvrier mineur qui, sans grand savoir, prêcha la foi en soi-même pour la perfection de la conscience humaine.
        L'antoinisme a fait des adeptes et ces adeptes font la boule de neige.
        Hier matin, rue Vaugirard, ils étaient relativement nombreux qui, vêtus de costumes d'une simplicité rigoureuse et de toilettes à la mode de jadis, s'en allaient en procession au petit temple du père Antoine, moines et religieuses laïques de cette religion toute mystique et portant l'emblème de l'arbre de la science de la vue du mal.
        C'était l'anniversaire de leur fondateur et, chaque année, les Antoinistes vont honorer son temple.

    Comoedia,  26 juin 1926


    votre commentaire
  • Cinq mille pèlerins célèbrent le culte d'Antoine le Guérisseur - Le Journal 26 juin 1924

     

             Cinq mille pèlerins
                    célèbrent
    le culte d'Antoine le Guérisseur

                     ––~~~––

        On eût pu croire, hier matin, qu'un pèlerinage en partance pour Lourdes avait été, par quelque erreur de parcours, dirigé sur le paisible, archaïque et lointain quartier de la Glacière. Si calme d'ordinaire qu'elle semble l'antichambre du désert, la rue Vergniaud regorgeait d'une foule aussi remarquable par son importance que par le pittoresque de sa tenue. On voyait des aveugles, des paralytiques, des ataxiques. On voyait aussi des familles entières, visiblement recrues de fatigue, dont chaque membre portait de pauvres bagages. Tous ces gens, qui semblaient venir de très loin, étaient accompagnés et guidés par une centaine d'hommes en lévite, coiffés d'un curieux chapeau s'apparentant à la fois au sombrero espagnol et au cronstadt des beaux jours de l'alliance russe. Des femmes, revêtues d'un costume mi-laïc, mi-religieux, secondaient les hommes en lévite dans leur tâche.
        Ainsi, au nombre de cinq mille, calmes, silencieux, émus sans doute, les Antoinistes de France, venus de toutes les provinces, allaient célébrer la fête de leur patron Antoine le Guérisseur, au temple voué au culte dont il fut l'initiateur.
        Antoine, ouvrier mineur belge, fonda la religion qui porte son nom à l'heure de sa retraite, en 1906. Il trouva facilement quelques disciples à Jemeppe-sur-Meuse et ceux-ci firent preuve d'un si beau prosélytisme que lorsque Antoine mourut, en 1912, il avait fait des milliers d'adeptes. Aujourd'hui une quinzaine de temples antoinistes s'élèvent tant en Belgique qu'en France.
        L'antoinisme proclame, au mépris de la science médicale et pharmaceutique, qu'un malade peut guérir par la prière et la méditation. Vous trouverez beaucoup d'antoinistes pour vous affirmer qu'ils sont eux-mêmes la preuve vivante de la véracité de cette affirmation.
        Hier, tandis que les fidèles s'empressaient à offrir leurs hommages à la mère Antoine, veuve du Guérisseur, venue spécialement de Belgique pour la circonstance, un frère antoiniste, taillé en colosse, qui canalisait de ses bras puissants le flot des assistants, s'exclamait :
        « Voyez, mes frères, j'étais faible et débile. J'ai prié : je suis guéri, Gloire au père Antoine ! »
        Gloire au père Antoine !... Avec quelle ferveur les fidèles firent écho à ce cri au cours de la cérémonie dans la chapelle aux murs nus.
        Ce fut d'abord une prière muette, impressionnante par sa durée, troublée à deux reprises par le sanglot d'une jeune femme aux yeux clos. Puis la mère Antoine et trois officiants rappelèrent les principes moraux énoncés par le père Antoine, dont le huitième, qui est peut-être le plus curieux et le plus significatif, ordonne : « Ne vous laissez pas maîtriser par votre intelligence. »
        A midi, le service prit fin... La foule des antoinistes reparut au seuil du temple. Un vieil homme perclus, dont les yeux reflétaient une joie extatique, s'écria : « Je vais mieux ; je sens que je vais mieux ! » Un taxi l'emporta vers l'inconnu...

                                     Geo London.

    Le Journal, 26 juin 1924


    votre commentaire