•  On remarque ici que le nom "Antoine" a été supprimé. Cela peut nous donner l'occasion de retracé l'évolution de la façon dont on nomma Louis Antoine.

        La Revue Mensuelle de l'Enseignement du Nouveau Spiritualisme est fondé par Antoine le Guérisseur en avril 1908. En juin 1908, le titre fut modifié en Revue Mensuelle de l'Auréole de la Conscience. En juillet 1908, le titre devient Revue Mensuelle de la Révélation : L'Auréole de la Conscience. Il restera tel jusqu'à la fin de la revue.
        La plupart des articles parus dans l'Auréole se retrouvent, revus et corrigés, dans la Révélation et le Couronnement de l'oeuvre révélée.

        Généralement la Révélation et le Couronnement se trouvent réunis en un seul volume, relié en toile noire ; sur le plat sont écrites en lettres blanches les indications suivantes : Culte Antoiniste. Révélation par le Père Antoine, ces derniers mots ayant remplacé Antoine le Guérisseur, ou Antoine le Généreux, figurant sur les premières éditions. Un carton collé sur la couverture de certains exemplaires porte Généreux, substitué à Guérisseur (cela vers 1911).
    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.141.

       
        En 1929-1930, dans les publications du Culte Antoiniste, on remplaça les mots PÈRE ANTOINE par PÈRE. On fit même distribuer dans tous les temples des bandes de correction pour placer à cet effet dans les Enseignement et Développement (dans les chambres du temple de Jemeppe, on peut tomber sur un exemplaire biffé au crayon).
        Dans l'avenir, il est a souhaiter que la Révélation soit plus largement répandue et dépasse le cadre du Culte Antoiniste.
        C'est pourquoi lorsqu'on réimprimera l'Enseignement, il serait bon de faire deux livres :
    le 1er : l'Enseignement, questions et réponses par le Père.
    le 2e : le Couronnement.
    Frère Jean-Marc Boffy, Historique du Culte Antoiniste, p.72 et 89.

        Cette réimpression est en vente dans le temple de Jemeppe, reliée par une spirale, avec une couverture vert clair.
        Régis Dericquebourg l'explique comme évolution vers un culte charismatique, qui d'Antoine le guérisseur, devient Antoine le généreux, puis maître vénéré appelé le Père. Ce culte charismatique évoluera vers un cult ensuite, un culte centralisé à Paris et Jemeppe où chaque guérisseur a son propre charisme mais témoigne sa fidélité au Père (p.143).

        Il est a noté que la version néerlandaise, qui date de l'époque de Mère très certainement, porte l'inscription : Antoinistische leer - Openbaring door Antoine den Weldoener, en français Culte Antoiniste - Révélation par Antoine le Bienfaiteur. Mais aussi dans le corps du texte, de Hervormer der Menschheid (le Réformateur de l'Humanité), Antoine den Genezer (Antoine le Guérisseur), Vader Antoine (Père Antoine), et Antoine (au lieu de Le Père) précédant ses réponses.
        Dans la biographie du Père, on le surnomme "le Régénateur de l'Humanité", et dans l'Historique du Culte Antoiniste, on signale qu'on l'appela aussi un temps "Maître". En italien, il y a Rivelazione dei Dieci Principi di Dio dal Padre, et en allemand, on trouve : Offenbarung der zehn Prinzipien Gottes durch den Vater.


    votre commentaire
  •     Voilà comment nous sommes la loi, l'accusateur, le témoin et le juge de notre être. Si vous comprenez cette révélation, vous apprécierez mieux l'enseignement, car une seule pensée qui vous en échappe vous expose à le dénaturer, c'est sur l'arbre de la science qu'il repose entièrement, sa raison d'être seule, est la base de la révélation puisque je démontre la non-existence du mal par la non-existence de la matière dont il n'est que la conséquence.

    Le Développement de l'OEuvre Révélée, Arbre de la science de la vue du mal, le bien, interprété l'opposé de la réalité, p.265


    votre commentaire
  • Jacques Cécius, Une religion de guérison, L’ANTOINISME (à paraître), 2009

    première partie
    introduction - pourquoi ce livre ?
    naissance et jeunesse d’un prophète
    la première épreuve
    un cadeau du ciel
    le spiritisme
    l'initiation d'Antoine au spiritisme
    les Vignerons du Seigneur
    la condamnation
    la rupture avec le spiritisme
    le prophète de Jemeppe
    la religion nouvelle
    la désincarnation du Père
    l'œuvre de la Mère Antoine
    la liturgie, cause de la « rupture » entre temples belges et français
    la reconnaissance officielle du culte
    les guérisons
    quelques erreurs relevées dans divers ouvrages

    seconde  partie : la doctrine antoiniste
    les dix principes de dieu révélés par le Père
    la matière est une illusion
    la non existence du mal
    l’emblème antoiniste: "l'Arbre de la science de la vue du mal"
    notion antoiniste de la réincarnation
    l'origine de la vie
    l’éthique antoiniste
    quelques documents

    conclusion

    Merci à Jacques Cécius pour la primauté sur cet opuscule à paraître prochainement.

     

        Documentation précise et parfois de première main qui ne manque pas d'intérêt. M. Jacques Cécius qui est décédé maintenant me précisait vouloir mettre cette contribuation à disposition de toute personne qui le demande. À bon entendeur, salut !


    votre commentaire
  •     Frère Nihoul eut l'idée de ce bulletin d'information mensuel pour les antoinistes, éloignés de Jemeppe mais aussi les personnes désirant restés en contact avec l'Enseignement du Père sans pour autant se rendre au temple.
        Il fut lancer en septembre 1911 et compte 11 numéros du temps du Père, et on y lit des choses similaires à ce qu'on trouve dans le Développement (Il contient la plupart des articles que le Père ANTOINE avait publiés lui-même dans l’UNITIF, ensuite sept révélations inédites sur les lois, l’amour, le bien et le mal et la reprise d’un long passage extrait de la REVELATION même (L’ARBRE DE LA SCIENCE DE LA VUE DU MAL) - source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/post/3987684/lenseignement-antoiniste-quel-statut-).
        Ensuite, il décrivit les activités des groupes qui se constitués ainsi que les conseils de Mère, jusqu'en 1914, date d'arrêt de publication.
        Le mot unitif a pour sens : unité de l'ensemble des antoinistes.

    Pour les  principales traditions religieuses, la vie terrestre est un voyage spirituel, une quête spirituelle de la DIVINITE. Le but ultime est de retrouver DIEU.Dans les textes fondateurs des religions, y compris donc dans l’ENSEIGNEMENT Antoiniste, expriment en définitive  une conscience permanente de l'unité avec Dieu. C’est au fond l’enseignement de tous les prophètes exprimés de façon différentes.C’est ce qui explique le titre du bulletin d’information et d’éducation publié par le Culte Antoiniste à ses débuts : « L’UNITIf »La définition du mot « UNITIF » est «  qui unit en DIEU ». La vie unitive est la vie «  en union avec DIEU ».

    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/post/5174882/lunitif-la-vie-unitive

     

    xCf. l'article du glossaire pour le sens commun du mot "Unitif."


    votre commentaire
  •     Ne vous trompez-vous pas en disant que j'ai lancé des brochures dans le monde ? Regardez les livres qui ont paru avec la mention d'Antoine le Guérisseur ou le Généreux, ils portent la signature des personnes qui ont recueilli tout mon enseignement, nous ne diront pas mes idées, mais bien la révélation qu'elles ont sténographiée dans le temple, qui démontre la réalité, les lois et leur raison d'être qui est la cause de toute chose. Voyant le désir de ces personnes de la répandre, j'avoue leur avoir prêté mon concours. J'en ai été vraiment heureux. Mais quant à le faire moi-même, il n'en est pas ainsi car je l'aurais certainement dénaturée ; il n'est pas bien difficile de le comprendre, l'intelligence en est seule compétente, mais n'ignorons pas que répandre la vérité ce n'est pas la propager ; je l'ai révélé : La vérité ne se propage jamais par elle-même, l'erreur seule de nos semblables voulant la déprécier, la met en relief, la sanctionne au lieu de l'anéantir et la propage dans la mesure où ils cherchent à la renverser. Ne redoutons pas la critique, ne ripostons pas à nos adversaires, ce serait leur donner raison, faire nous-mêmes de la vérité, l'erreur. Voilà où, mon cher Mr. M., la foi n'est pas bien interprétée parce qu'il faut en être pénétré pour la comprendre et celui qui la possède l'ignore ;lui parlez-vous de vertu, il en raisonnera avec vous sans savoir qu'il l'a acquise parce qu'elle recouvre son naturel, ce n'est pas la vertu qui vient en nous, c'est nous qui rentrons en elle.
    source : L'Unitif numéro 3, pp.13-14

        Donc la propagation est dû aux adeptes, c'est ce qui explique aussi la présence de majuscule tant pour le Père, que pour les pronoms s'en rapportant ou pour Mère, etc.
        D'ailleurs la biographie et le dernier chapitre que l'on trouve dans l'Enseignement, écris avec cette marque de déférence, sont les premiers articles de l'Unitif, donc du aux adeptes.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique