• Auteur :     Jean-Marie Defrance
    Titre :     L'Apôtre de Jemeppe et sa Révélation
    Editions :     Editions de l'Onde, 1932


         Le livre dont il est question a été publié en 1932 par les Editions de l'ONDE. Il n'est plus trouvable qu'en bibliothéque ou chez les bouquinistes (actuellement, il est en vente par un particulier sur e-bay).
         Vous verrez ci-dessus la présentation de la couverture. On remarque que l'auteur a repris, en gros, l'emblème du Culte.
         Du point de vue du style, on peut regretter l'usage d'une certaine grandiloquence, souvent inutile.
         Toutefois, l'auteur fait malgré tout montre d'une recherche personnelle et manifeste un effort certain pour faire comprendre les notions philosophiques de base de l'Antoinisme.
         Nous reviendrons, dans les jours qui viennent sur diverses démonstrations portant sur l'intelligence, la vue du mal, la résistance au mal, le désintéressement, la solidarité.

         Je donnerai simplement quelques exemples du style :
        "Le culte était sorti du coeur pour se développer dans l'esprit, l'intelligence avait dominé la conscience et les âmes matérialisées ne connaissaient plus les joies du pur invisible.
        ''Un simple !'' s'écria le plus âgé des compagnons. ''
    Un simple pourra seul nous sauver; il viendra éteindre notre orgueil et notre  avidité!''"
         On aura facilement compris, plus loin, que ce "simple" est sûrement le Père ANTOINE, bien que cela ne soit nullement dit nulle part dans le texte.
          Plus loin : "J'étais au sommet du rocher lorsque j'ai cru entendre: '' Elève-toi tant que tu voudras, tu ne trouveras pas le Divin dans la solitude''. Alors je suis descendu vers le pays des Eburons pour aller chercher le Graal dans le coeur de mes frères."
         Le "pays des Eburons", c'est bien entendu la région liégeoise, le pays berceau du Père ANTOINE.
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  • Auteur :    Léon Meunier
    Titre :     Essai de Catéchisme – Philosophie générale de l’Univers et de la Vie
    Editions :     éditions de la Revue Les Humbles, Paris, 1918 - Broché, 14 cm x 19 cm, 34 pages

        C'est l'auteur de ...et la Lumière luit dans les ténèbres (1923). Il semble donc que l'auteur est venu à l'Antoinisme par le Spiritisme.

    Dans la Chronique de Georges Palante du 16 novembre 1919, on lit :
        Le besoin ne se faisait peut-être pas vivement sentir d'un Essai de Catéchisme. Opposer au catéchisme catholique un catéchisme laïque, antoiniste et tolstoïen, à quoi bon ? Si ces notions d'incarnation, de rédemption, de péché, de purgatoire, d'épreuves, de salut, etc., sont des illusions saugrenues, à quoi bon les transposer en une néo-mystique aussi arbitraire et pas beaucoup plus intelligible que l'autre ?
    Mercure de France, Revue de la quinzaine, 16 novembre 1919, p.323

    Autre recension :

    Léon Meunier - Essai de Catéchisme  (Le Populaire 15 sept 1918)

        On me demande de dire quelque chose d'un petit Essai de Catéchisme, signé Léon Meunier, que viennent de publier les Humbles. Le mieux que je puisse faire, c'est d'exhorter ceux de nos camarades qui ont des préoccupations, ou, si l'on veut, des inquiétudes d'ordre spirituel, à lire cet opuscule. M. Meunier a tenté de donner, sous la forme pédagogique du catéchisme, « une interprétation idéaliste du monde, un système autre que le système catholique fondé sur des motifs propres à élever l'âme sans offenser la raison. »
        Un fait est certain : les religions traditionnelles, historiques, « ne répondent plus, comme dit Maeterlinck (1), aux grandes questions de l'humanité. » Ce qui est également certain, c'est que, Jaurès l'a dit quelque part, les hommes de notre temps et le socialisme lui-même ont le droit de s'élever jusqu'à une conception métaphysique du monde... Le système de M. Meunier donnera-t-il satisfaction à ceux d'entre nous qui cherchent une réponse plausible aux énigmes de l'univers – y compris celles de l'âme humaine, les plus énigmatiques de toutes ?
        Que dis-je ? Où suis-je ? Où vais-je ? Et d'où suis-je tiré ?
        Dans quels climats nouveaux, dans quel monde ignoré
        Le moment du trépas va-t-il plonger mon être?...
        Que ne préparez-vous, abîmes ténébreux ? (2).
        J'ai trouvé les réponses de M. Meunier à ces questions assez vagues et peu pertinentes. Il y a dans son essai de système, un mélange confus de christianisme évangélique, de déisme, de théosophie. La foi qu'il enseigne a je ne sais quoi d'abstrait, de dépouillé, de cadavérique : c'est un intellectualisme morose qui n'intéresse que l'esprit. Je ne suis qu'un agnostique, résolument arrêté au carrefour de l'inconnaissable, mais il me semble pourtant que les hommes vraiment religieux possèdent une foi autrement vivante et exaltée... Il y a quelques années, une amie, « socialiste chrétienne », me remit l'Essai de catéchisme évangélique de M. Wilfred Monod, le pasteur protestant bien connu ; et je fus précisément frappé de ceci : c'est que le christianisme, pour certaines âmes, est une fermentation de vie spirituelle, une explosion du cœur, et non un assemblage de formules décolorées par le temps.
        L'opuscule de M. Meunier est tout de même une tentative honorable pour appeler les esprits à la méditation des problèmes éternels. Il reste à écrire, à l'usage des enfants – et des hommes – un petit livre contenant les réponses qu'ont faites à ces problèmes les prophètes et les penseurs de tous les temps et de tous les pays, – une petite histoire de l'humanité religieuse. Qui l'écrira ?

                                           Amédée DUNOIS.

    (1) L'« Intelligence des Fleurs ».
    (2) Voltaire.

    Le Populaire, 15 septembre 1918


    votre commentaire
  • Titre :     Le Devoir. Extraits du Recueil de prières spirites et de l'Evangile d'Allan Kardec
    Auteur :    Société spirite Les Vignerons du Seigneur
    Editions :     Imprimerie à vapeur, Jos. Massillon, Jemeppe, 1904, 48 pages

        L'exemplaire que j'ai consulté portait comme date 1904, mais la première édition de cette brochure est antérieure de plusieurs années : le 17 décembre 1900, le Parquet en avait déjà saisi un spécimen chez Antoine.
    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.108


    votre commentaire
  • Titre :     Que deviennent-ils ?
    Auteur :    Francis Kinet
    Editions :    Francis Kinet Editeur, 120 pages, 1980
    Table des matières :
    Avant-propos
    Préface
    Les révélateurs :
        Les indiens
        Les Egyptiens
        Moïse
        Bouddha
        Jésus
        Antoine
    Ils ont des yeux...
    Des religions
    Des lois
    De la mort
    Comment on falsifie
    Réflexions
    Epilogue
    Petit lexique

        Comme nous le dit l'avant-propos, ce petit livre nous propos de savoirs ce que deviennent les enseignements, tant moraux que spirituels qui furent donnés à l'Humanité, et également, comme on les a souvent falsifié, en ce concentrant pour ce chapitre, sur l'antoinisme.
        On apprend ainsi, ce qui, d'après l'auteur, a dénaturé l'enseignement du Père en s'appuyant sur son Enseignement et en le comparant aux Unitifs publiés après sa désincarnation. C'est donc un livre qui se veut un plaidoyer pour l'antoinisme tel qu'il se pratique en Belgique. Cependant, je dois dire qu'on ne doit pas confondre Enseignement et pratique cultuelle. Et l'Enseignement a toujours été pratiqué de la même façon des deux côtés de la frontière. Ensuite, concernant la pratique cultuelle, du côté belge on dira que le travail de Mère a eu sa raison d'être, alors que du côté français, on dit qu'il a toujours sa raison d'être en quelque sorte. On ne rejoindra donc pas l'auteur sur tout.
        Concernant son point de vue sur l'islam, sans être raciste, je le trouve pourtant par trop eurocentré et généralisateur, ce qui est dommage quand le reste du récit est clairement pacifiste et réunificateur.


    votre commentaire
  • Auteur :    L. Spelte
    Titre :    A tous nos frères français et belges
    Edition :    Brochure, 16 pages, Temple Antoiniste de Liège

        C'est une brochure citée par A.G. Vicente (1967) concernant le retour au Culte en Belgique sous la forme où l'a laissé le Père. Elle retrace l'histoire de l'Antoinisme matériellement.
        Vicente cite :
        "Ce n'est qu'après la guerre (1914-1918) que l'on commença à faire l'Opération dans tous les temples" (p.10).
        "Avant l'année 1928, on avait réintroduit dans notre Culte les mariages, les baptêmes et les communions, toutes formes que le Père avait recommandé de ne plus pratiquer, car disait-il, elles nous deraient aboutir à de grandes contrariétés (ce qui fut vrai)." (p.11)
        A.G. Vicente y remarque donc en Belgique le courant puritaniste qui veut le retour à la ferveur primitive, concernant la robe qui n'est plus qu'un habit sacerdotale dans le temple, et qu'à l'extérieur elle est pratiquement abandonnée (p.14).
        A.G. Vicente cite également les dénominations du Père : "le Père est l'amour : Dieu" (p.5), "le Père a tant souffert pour nous" (p.8), "le Père nous a tout donné" (p.13)...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique