•  


    votre commentaire
  • Temple antoiniste de Anvers-Schoten


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Op Zondag, 20 Oktober 1929, werd door « Mère Antoine », voor die gelegenheid herwaarts gekomen, te Deuzeld onder Schooten, vlak bij Antwerpen, een Antoinistische tempel ingehuldigd. Meer dan tweeduizend Antoinisten – allen walen en franschen – waren toegestroomd om de heugelijke gebeurtenis bij te wonen. Het gold immers den inzet hunner propaganda in het Vlaamsche land en dezes hoofstad, Antwerpen, en er moest indruk gemaakt worden. Bij het zien van dien zonderlingen stoet, aangevoerd door mannen in lange zwarte kleedij, die wel iet weg heeft van een priestersoetaan, van vrouwen gekleed als weduwen in rouw, – priesters en priesteressen met ascetische gezichten en hoogernstig gedoe en die zoo schoon praatten over geloof en naastenliefde, – zullen wel enkele menschen zich afgevraagd hebben, of er nu toch eene nieuwe kerk onstaan was.

    Frans Stefaan Z.E.H. Pastoor Verlinden, Het Antoinisme : zijn ontstaan, zijn ziekenbehandeling, zijn godsdienst en zijn eeredienst, Geloofsverdediging (Antwerpen), Veritas (Gand), Godsdienstige en sociale trakten, nummer 8, 1929, p.3

    Traduction :
        Le dimanche 20 Octobre 1929, a été l'occasion pour « Mère Antoine » de venir à Deuzeld (Schooten), près d'Anvers, inaugurer un temple Antoiniste. Plus de deux mille Antoinistes - tous Wallons et Français - s'étaient précipités à l'événement, heureux d'y participer. C'est après tous les efforts de leur propagande dans le pays flamand et dans sa capitale, Anvers, qui a dû en être impressionnée. A la vue de cette étrange procession, menée par des hommes en longue robe noire, qui ressemble un peu à une soutane de prêre, et des femmes vêtues comme des veuves en deuil, - les prêtres et les prêtresses aux visages ascétiques, aux mouvements très graves et aux beaux discours sur la foi et la charité, - d'aucuns se sont demandés, s'il y avait encore une nouvelle église qui se formait.


    votre commentaire
  •     Dans ses reportages, Auguste de Winne établit une hiérarchie claire entre la Wallonie rouge, prospère, libre-penseuse et la Flandre pauvre, soumise, illettrée et malade. La cause du malaise flamand était imputée au tandem formé par les patrons et l'Église, une alliance qui bloquait toute émancipation. "Pauvre peuple flamand, ta faiblesse pourra-t-elle jamais vaincre cette monstrueuse puissance, cette hydre à deux têtes : l'Église, avec la force lourde que lui ont léguée des siècles de domination, et la Bourgeoisie, avec tout son or ?" se demande-t-il, "douloureusement inquiet".
        De Winne raconte que les curés visitent régulièrement les usines et y tiennent des conférences en période électorale. Les ouvriers doivent fréquenter les "cercles et les patronages cléricaux" sous pleine de licenciement. Le pilier catholique était dominé par une culture du clientélisme, un système étonnamment similaire à la politique actuelle du service pratiquée en Wallonie à bien des endroits. A la fin d' A travers les Flandres, il crache sa colère contre le r$ole de l'Église dans un court manifeste : "On a osé parler de la banqueroute de la science, la science libératrice. La banqueroute de l'Église est autrement visible et patente, surtout ici, dans cette pauvre Flandre. C'est qu'une doctrine qui se contente de prêcher la réforme morale de l'Humanité tout en laissant subsister, en acceptant les classes sociales, les criantes inégalités de condition, ne saurait engendrer qu'un régime d'iniquité, de spoliation, de misère et d'ignorance. Et la réforme morale, but suprême de ses efforts, est condamnée à l'échec le plus lamentable."

    [...]

        Le pilier catholique a bien tenté de développer une vie culturelle organisée. Il craignait la perte de la ferveur populaire, en clair l'estompement de l'identité chrétienne. August Cools, prédécesseur de Jef Houthuys à la tête de la CSC voyait les choses ainsi : "C'est sur les larges épaules de nos mineurs flamands que le Christ fera son entrée en Wallonie." L'émigration économique vue comme un cheval de Troie cachant des missionnaires chrétiens. Souvent, c'étaient les ordres religieux, comme les rédemptoristes et les capucins, qui tentaient de maintenir les immigrés dans le droit chemin grâce à des projets comme l'Oeuvre des Flamands. Nulle part les associations ne se sont maintenues, nulle part l'évangélisation n'a réussi.
        "Le milieu dans lequel les Flamands arrivaient était en bonne partie déchristianisé et socialiste. Le prêtre a disparu de leur vie ou y a été moins présent. Peut-être la foi était-elle moins importante pour les migrants flamands que nous ne sommes tentés de le penser. La grosse majorité a simplement choisi un autre pilier, qui avait ses propres rituels et ses propres fêtes. La vie culturelle socialiste a presque disparu. Aujourd'hui, les maisons du peuple sont souvent devenues des caricatures, des bistrots de troisième zones."

    Pascal Verbeken, La Terre promise, Flamands en Wallonie,
    Le Castor Astral, Bruxelles, 2007 (2010 pour la traduction), p.168-169 & p.175
    Titre original : Arm Wallonië (Een reis door het beloofde land)


        Nos ouvriers flamands, si sédentaire, se sont mis à émigrer en grand nombre. Leur instinct de conservation et l'énergie de la race ont eu raison de la chloroformisation cléricale. Les uns travaillent dans les fabriques du Centre, de Charleroi et du pays de Liège, d'autres traversent chaque jour ou chaque semaine la frontière et se rendent dans les villes manufacturières du nord de la France, d'autres encore s'en vont chaque année, généralement de mars à octobre, dans les campagnes françaises, faire la moisson, la récolte des betteraves, ou travailler dans les sucreries ou briqueteries.
        Et cependant, chaque fois qu'ils le peuvent, ils reviennent au village. [...] L'émigration ouvrière a surtout pris une grande extension à partir de 1870, par suite de la création, cette année, de billets d'abonnements ouvriers aux chemins de fer.
    [...]
        Quelles sont, au point de vue politique, les conséquences de ce contact des ouvriers des campagnes flamandes avec la population socialiste des villes et des régions industrielles de la Wallonie ? Elles ne sont pas  difficiles à deviner : les ouvriers migrateurs échappent à l'influence des curés et des seigneurs du village lentement, mais sûrement, leur cerveau s'imprègne d'idées socialistes dont ils deviennent les propagateurs souvent involontaires dans les Flandres.

    Auguste de Winne, A travers la Flandres (extraits)
    in Pascal Verbeken, La Terre promise, Flamands en Wallonie,
    Le Castor Astral, Bruxelles, 2007 (2010 pour la traduction), p.313-314 & p.315


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique