•     Mais l'intelligence à manié tant de fluides depuis que nous existons qu'elle peut d'autant plus facilement imiter la vertu qu'il lui est impossible de la pratiquer. C'est ce qui me fait dire que nous éprouvons autant de peine pour reconnaître la réalité que nous sommes moins en état de la respecter. Pour la pénétrer, nous devons démolir la vue du mal, c'est-à-dire reprendre le chemin entrepris dès le principe pour débarrasser l'Arbre de la science du dernier atome de cette matière par laquelle il nous a engendrés.
        Dès ce jour, on ne dira plus l'arbre de la science, du bien et du mal mais de la vue du mal ; tel est son véritable sens.

    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, Apparence de la réalité, p.XXII


    votre commentaire
  •     Il nous arrive de nous plaindre d'une personne et de la dire méchante parce quelle nous froisse à tout propos. Si nous voulions être sincères, nous devrions la bénir, car elle ne peut nous atteindre que dans notre culpabilité ; il n'y a que le mal qui puisse guérir le mal pour faire place à la réalité. Résistons donc de toute nos forces contre la mauvaise pensée qui nous empêche de prendre tout ce que l'on nous fait pour un bien.

    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, Apparence de la réalité, p.XXI


    votre commentaire
  •     Adam et ses compagnons se consacrèrent pendant longtemps à étendre la croyance au serpent, à penser, à étudier sans cesse pour trouver le moyen d'embellir leur existence et pour éviter la critique. A leur insu, ils developpaient en eux la vue du mal qu'ils avaient fait éclore en préférant la vanité à la réalité.

    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, Apparence de la réalité, p.XX


    votre commentaire
  •     En dissimulant la réalité, croyant se faire estimer avec l'apparence, Adam agissait tout contrairement à son avenir. Et n'est-ce pas toujours dans sa manière d'agir que nous puisons pour nous diriger, ne suivons-nous pas encore ses préceptes, ne lui empruntons-nous pas sa fausse vue, ne nous appliquons-nous pas à masquer la réalité, à lui préférer l'apparence pour paraître ce que nous ne sommes pas ?

    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, Apparence de la réalité, p.XIX


    votre commentaire
  •     Quoique pure imagination, conséquence de notre doute, elle s'impose à nous et nous paraît inséparable de notre nature, elle nous donne l'idée que nous appartenons à une hiérarchie des plus élevées, où l'homme doit l'envisager comme sauvegarde de son avenir ; elle nous porte à croire que nous en retirons d'autant plus de mérite que nous en possédons davantage. Remarquez que je ne me base nullement sur celui qui possède mais uniquement sur ceux qui ont le désir de posséder.

    Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, Apparence de la réalité, p.XVIII


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique