• Les yezidis, appelés également yazidi (Êzidîtî ou Êzidî en kurde, يزيدي ou ايزيدي en arabe) constituent une petite minorité religieuse de langue kurde d'environ cent mille membres vivant principalement dans les régions de Mossoul en Irak, d'Alep en Syrie mais aussi en Turquie, en Iran, en Arménie et en Géorgie.

    De tradition essentiellement orale, les fidèles de cette religion monothéiste discrète, sinon secrète, sont appelés « adorateurs du diable » par les musulmans. Il adorent en fait Malek Taous, littéralement « l'ange-paon », créature bienfaisante à qui Dieu aurait confié la direction du monde après avoir achevé la création. En fait, cet oiseau aurait été choisi pour être le représentant de Dieu sur Terre, car il est le plus éloigné phonétiquement du nom de Satan, nom qu'il est interdit de prononcer dans cette religion.

    Les yezidis honorent aussi le cheikh Adi ibn Mustafa, mort en 1160, qu'ils considèrent comme le fondateur de leur religion, et se rendent chaque année en pèlerinage sur sa tombe à Lalesh. L'enseignement comme le culte, pour autant qu'on puisse le savoir précisément, reposent sur deux livres sacrés, le Livre noir et le Livre de la révélation.

    Les yezidis, comme les druzes, croient en la métempsycose. Ils semblent avoir pris des éléments de leur culte à différentes religions environnantes : le dualisme entre le bien et le mal aux zoroastriens, le baptême et la cène aux chrétiens et les règles alimentaires aux juifs. Leur organisation est de nature théocratique, le prince des yezidis porte le titre de Mirza Beg.

    La société yézidie est structurée socialement en quatre types de castes, et on trouve des sortes de magiciens errants dans la dernière et quatrième caste.

    Adi (1073-1162) est la figure centrale du yezidisme. Il étudia à Bagdad avant de se retirer dans l’actuel Kurdistan. Ses enseignements accentuent l’aspect expérimental, émotionnel et mystique de la foi, et ont été mariés aux syncrétismes religieux riches et complexes pratiqués localement. Les spécialistes considèrent que le yezidisme est un savant mélange de mazdéisme, de paganisme prézoroastrien, de zoroastrisme, de manichéisme, de nestorianisme de judaïsme, d’islam, de soufisme, voire de chamanisme.

    Les Yézidis ne sont pas des disciples d’une tradition religieuse uniquement orale : deux livres sacrés serviraient de bases à leurs lois et rites. Certains chercheurs mettent cependant en doute l’existence de tels livres.

    Le yézidisme s’adapte aux conditions de temps et de lieu. Il n’existe en effet pas de forme officielle du yézidisme, pas de clergé, encore moins de califat. Chaque cheikh est un guide au sens élargi du terme : il décide des interdits, des tabous, des préceptes à suivre. Il est probable que certains guides ne se réfèrent même pas aux livres sacrés, d’où il ressort qu’à chaque communauté yézidite correspond une forme différente de yézidisme.

    Selon le Jelwa, Dieu, appelé de son nom kurde Khuda, est omniprésent et omnipotent. Il est le maître de la transmigration des âmes, qu'il décide en fonction des activités passées des hommes. Les Yezidis croient en effet à la réincarnation, ou plus exactement à la métempsycose, en plus d’un Paradis où les âmes des justes transitent temporairement, et de l’Enfer  pour les « obstinément mauvais ». Certains nient l’existence de l’Enfer, car l’ange-paon en aurait éteint les flammes par ses larmes de repentir. Shaytan se serait racheté, ou, dans un récit atemporel, est potentiellement pardonnable (il l’a été, ou le sera, cela est une autre question). Il mérite alors le respect dû aux anges, aux divinités, aux créatures célestes.

    Le yézidisme est et restera fort probablement encore longtemps une religion mal connue, car de tradition purement orale  et fortement repliée sur elle-même. L’histoire de l’étude du yézidisme est relativement jeune, et peu de spécialistes semblent s’intéresser à cette question car le yezidisme est souvent relégué au rang des «sectes aberrantes» en voie de disparition. Toute tentative de les comprendre passe uniquement par la connaissance qu'en ont les Yezidis eux-mêmes, et par les quelques rares citations écrites par des voyageurs ou des auteurs de passage.

    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Yézidisme


    votre commentaire
  • C'est Tom «Christ» !
    Le Matin, 24 janvier 2007
    [Texte intégral]

    LOS ANGELES
        Tom Cruise a été choisi gomme «Christ» par les dirigeants de l'Eglise de scientologie
        On connaissait Tom Cruise (44 ans) en sex symbol d'une génération, aujourd'hui il devient un «secte symbole». Déjà figure phare de l'église de scentologie, aux côtés notamment de lui Travolta, l'acteur américain vient d'accéder au rang de nouveau «Christ» et ce à la demande des dirigeants de cette église.
        En adepte convaincu depuis plus de vingt ans, la star de «Mission: Impossible» a été «choisie» pour prêcher sa foi autour de lui et dans le monde.
        Pour David Miscavige, l'un des hauts responsables, (le grand patron de la secte, note d'anti-scientologie)Tom sera plus tard adoré pour son ceuvre, comme Jésus l'est. Selon un proche de l'acteur, «Tom, tout comme le Christ, est critiqué pour son point de vue, mais les générations futures se rendront compte qu'il avait raison.»
        Raison de dire, entre autres, qu'il y a 75 millions d'années, notre univers fut dirigé par le tout-puissant seigneur galactique Xenu ?

    source : http://www.anti-scientologie.ch/cruise-christ.htm
    http://www.telemoustique.be/tm/magazine/11085/Toute-la-verite--sur-Tom-Cruise.html
    http://modifiedcarforums.com/forums/off-topic-lounge/1232-tom-cruise-named-new-christ-church-scientology.html

        Signalons que certains Antoinistes prétendent juste que L'Enseignement du Père, c'est l'Enseignement du Christ, révélé à cette époque par la foi... Certains sont allés jusqu'à croire qu'il pouvait être une réincarnation du Christ, mais cela n'était pas la majorité... En tout chacun est resté libre de le croire ou non...


    votre commentaire
  • Illustration : Statue de la tombe du zouave Jacob
    source : http://parismyope.blogspot.com/2010/10/le-zouave-jacob_17.html

    13e arrondissement
    Cimetière de Gentilly

    Henri Jacob
    1829-1913
    Magnétisme et hypnotisme
    23e division

    Un buste en bronze très expressif orne la tombe du zouave Jacob. Il a été réalisé vingt et un ans avant sa mor par Athanase Fossé. Théurge désignant un mage et Jacob un prophète de l'Ancien Testament, on ne peut que s'arrêter devant l'énigmatique regard qui vous fixe avec expression. Musicien des zouaves de la garde impériale en 1867, Henri Jacob en prit le surnom. Il soignait ses malades par "thérapie de groupe", finissait ses séances avec un petit air de trombone et ne faisait pas payer d'honoraires. Ce célèbre guérisseur et hypnotiseur attire encore des malades sur son tombeau, comme en témoignent de récentes plaques de remerciements. Nombreux sont les fidèles qui, durant leur méditation, viennent toucher le buste dJacob, ce qui explique son aspect patiné du côté du coeur.

    Anne-Marie Minvielle, Guide des Curiosités funéraires à Paris, p.69
    Cimetières, églises et lieux de mémoire
    Parigramme, Paris, 2008


    votre commentaire
  •     Dans un article de 1888 qu'il adresse aux institutrices et aux instituteurs, Jaurès explique qu'il faut enseigner aux enfants "le respect et le culte de l'âme en éveillant en eux le sentiment de l'infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c'est par lui que nous triompherons du mal, de l'obscurité et de la mort". Est-ce pour autant renoncer au rationalisme ? Pas du tout. Mais il faut cheminer à part de deux écueils, celui du rationalisme étroit, du positivisme exsangue, comme celui, symétrique, de la divagation approximatve et mystique.
        C'est dire que si la science doit être le guide, si elle est nécessaire, elle es en elle-même insuffisante. Car il faut un idéal sans lequel elle n'est rien, puisqu'elle est là pour dire ce qui est et non ce qui doit être. [...]
        Or cette morale laïque, libre de toute croyance religieuse, n'est pas sans religiosité, religiosité de la raison, de la vérité, de la liberté. Non seulement, selon la morale laïque, il onvient d'enseigner aux enfants que leur âme, "cette puissance de penser et d'aimer, c'est ce qu'il y a de meilleur en vous", mais aussi que le lien des hommes entre eux est assuré par "la vérité".

    Vincent Peillon, Jean Jaurès et la religion du socialisme, p.148 et p.158
    Grasset, Le collège de philosophie, Paris, 2000

    A lire : Vincent Peillon, Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson (Le Seuil, Paris, 2010), et dans Bernadette Wynants, L'orthographe, une norme sociale (Mardaga, Sprimont, 1997) les conséquences que cela a sur l'orthographe et de la grammaire qui fonctionnent comme une idéologie, c'est un véritable catéchisme (p.143).


    votre commentaire
  • Charles Fauvety, né en 1813, mort en 1894, était un philosophe maçonnique

    Issu du protestantisme libéral, il fonda la "Religion laïque", recherchant une harmonie entre la religion et la raison, ne gardant Dieu que dans un sens panthéiste et l’immortalité de l’âme que comme une probabilité.

    Il fonda avec Jules Viard le journal Le Représentant du peuple, et avec Éliphas Lévi la revue mensuelle La Vérité sur toutes choses. Il créa également la Revue philosophique mensuelle. Il édita le Bulletin mensuel de la Société Scientifique d’Études Psychologiques, dont il était le président. Il collabora à La Ragione d'Ausonio Franchi, fondée à Turin.

    Ses œuvres :
        Philosophie maçonnique (1862) ;
        Catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation (1862) ;
        Critique de la morale indépendante, épitre à Massol (1865) ;
        Catéchisme philosophique de la religion universelle (1874) ;
        La Religion laïque (1887) ;
        Théonomie (1894) ;
        Organisation communale et centrale de la République ;
        Le Règne de l'Eprit pur ;
        Le Vie éternelle et le Salut collectif.

    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Fauvety

     

    On peut lire une biographie de Charles Fauvety dans l'oubrage des Vignerons du Seigneur,  Petit catéchisme spirite, publié en 1896.

    Charles Fauvety publie en 1874 un Catéchisme philosophique de la religion universelle, et tente d'ouvrir à Paris, avec l'ex-prêtre belge Henri Chavée, une Église unitaire, ou unitarienne, sur le modèle de l'unitarisme anglais et américain (Appel aux esprits religieux ne se rattachant à aucun culte, repris dans La Religion laïque, juillet 1878, p.348-349). Le projet est ajourné du fait de l'absence de liberté religieuse sous l'Ordre moral (selon Fauvety, auquel on peut fraire crédit sur ce point).
    Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Volume 4
    Editions Beauchesne, 1990 - 497 pages, p.95

    Dans Théonomie, on peut lire "la matière n'existe pas, la matière n'est pas une réalité".


    Théonomie : démonstration scientifique de l
    Théonomie : démonstration scientifique de l'existence de Dieu / par Charles Fauvety
    Source: gallica.bnf.fr


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique